Étival (Jura)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Étival-les-Ronchaux redirige ici.
Étival
Un des lacs d'Etival
Un des lacs d'Etival
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Moirans-en-Montagne
Maire
Mandat
Célestin Capelli
2014-2020
Code postal 39130
Code commune 39216
Démographie
Population
municipale
320 hab. (2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 29″ N 5° 47′ 33″ E / 46.5081, 5.792546° 30′ 29″ Nord 5° 47′ 33″ Est / 46.5081, 5.7925  
Altitude Min. 759 m – Max. 1 027 m
Superficie 13,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étival

Étival (nommée également Étival-les-Ronchaux non officiellement) est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté. Elle se situe dans le Parc naturel régional du Haut-Jura et fait partie de la Communauté de communes du Jura sud.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Châtel-de-Joux Rose des vents
Meussia N Les Piards
O    Étival    E
S
Moirans-en-Montagne Les Crozets

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne Estiva Castra fortifiée par les Romains.

Seigneurie aux Ronchaux dont le château a été démoli en 1810.

Existence d'une maladrerie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Arnaud Selukov DVD  
mars 2008 2011 Jean-Yves Berrez[1]   Informaticien
octobre 2011   Nicolas Debray    

Élections[modifier | modifier le code]

La commune d'Etival appartient au canton de Moirans-en-Montagne dont le conseiller général est Jean Burdeyron (DVD) et à la deuxième circonscription du Jura dont le député est Marie-Christine Dalloz (UMP). En 2005, les habitants d'Etival ont rejeté le projet de Constitution européenne par 53,71 % des voix. Le deuxième tour de l'élection présidentielle de 2007 est assez original, puisque les deux candidats ont obtenu 50 % des voix (contre 61,67 % des voix pour le candidat Sarkozy dans le canton). Au premier tour, Nicolas Sarkozy avait totalisé 20,06 % des suffrages, devant François Bayrou (20,21 %) et Ségolène Royal (19,68 %). Lors des élections législatives de 2007, Marie-Christine Dalloz, arrivée devant le candidat DVG au premier tour, a été plébiscitée au second tour avec 81,25 % (à noter le cas particulier où les deux seuls candidats au second tour appartenaient à l'UMP). En 2009, la liste Europe-Écologie est arrivée en tête avec 30,48 % des voix devant la liste UMP (18,10 %). Cette dernière a pourtant totalisé 28,41 % au niveau cantonal. En 2010 les habitants d'Etival ont porté la liste PS-EELV en tête au second tour avec 55,28 % des suffrages contre 40,15 % pour le canton.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 320 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
248 232 229 214 495 553 559 516 478
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
405 374 404 400 382 353 304 282 280
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
288 324 330 331 376 369 379 376 401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
416 429 395 351 307 285 298 303 315
2011 - - - - - - - -
320 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne fromagerie des Ronchaux
  • Église de l’Assomption de la Vierge du XVe siècle.
  • Lacs d'Étival : Grand lac (17 hectares, profondeur 9,5 m maxi) et Petit lac (5 hectares, profondeur 7,5 m maxi).
  • Lacs de la Fauge et de l'Assencière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Nicod de Ronchaud : homme de Lettres, poète et historien de l'art, ami de Lamartine, Directeur des Musées Nationaux et fondateur de l'Ecole du Louvre[4].Louis Nicod de Ronchaud : homme de Lettres, poète et historien de l'art, ami de Lamartine, Directeur des Musées Nationaux et fondateur de l'Ecole du Louvre[4].
  • Jean Challié : frère de Gabrièle Buffet, Jean Buffet se fit connaître comme peintre sous le nom de Jean Challié[5] ; il travailla avec Pablo Picasso, Fernand Léger et Raoul Dufy avant de se fixer à Étival[6].
  • Gabrièle Buffet-Picabia : Gabrièle Buffet épousa le peintre Francis Picabia en 1909. En octobre 1912, alors qu'elle se trouvait avec sa mère dans la maison familiale d'Etival, Picabia l'y rejoignit en compagnie de Guillaume Apollinaire et de Marcel Duchamp[7] (Jura). Le premier y écrivit Zone, le poème liminaire d' Alcools  ; ce voyage inspira au second quatre « notes marginales » « Route Jura-Paris» de La boîte verte [8], prélude à son œuvre La Mariée mise à nu par ses célibataires, même.
  • Motis : groupe de musique rock progressif médiévale-celtique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. a et b Histoire d'un village jurassien du néolithique à nos jours sur le site etival-les-ronchaux.com [1]
  5. Biographie de Jean Challié sur le site Racines Comtoises
  6. Jean Challié, par Laurence Buffet-Challié, éd. Aréopage, 2004, prix Lucien Febvre 2005
  7. Gabrièle Buffet-Picabia, Aires abstraites, Pierre Cailler Éditeur, Genève, 1957.
  8. Duchamp du signe, Flammarion, collection « Champs», 1994, pp 41-42.