Étinehem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étinehem
Mairie-école.
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Bray-sur-Somme
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Jean-Pierre Rouveau
2014-2020
Code postal 80340
Code commune 80295
Démographie
Population
municipale
366 hab. (2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 55′ 43″ N 2° 41′ 27″ E / 49.9286, 2.6908 ()49° 55′ 43″ Nord 2° 41′ 27″ Est / 49.9286, 2.6908 ()  
Altitude Min. 32 m – Max. 103 m
Superficie 11,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étinehem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étinehem

Étinehem est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bordée par le canal de la Somme et les étangs de la Haute-Somme, Étinehem est situé à environ 30 kilomètres au nord-est d'Amiens.

Sol, relief, hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune compte des marais et étangs dont on a commencé à extraire de la tourbe vers 1850. Le sol cultivé est surtout argileux sur les plateaux. Le territoire est généralement plat mais plus accidenté du côté de la Somme. Une partie du village est bâtie sur de petits coteaux[1].

La profondeur des puits varie de sept à 33 mètres[1].

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Morlancourt Morlancourt et Méaulte Bray-sur-Somme Rose des vents
N La Neuville-lès-Bray
O    Étinehem    E
S
Chipilly Méricourt-sur-Somme et Proyart Chuignolles

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l'origine, Étinehem se dénommait "Stéphani-hamus", ce qui voulait dire la maison d'Estienne, puis successivement, Athinehem, Esthinehem et enfin Étinehem, où l'on retrouve le radical d'Étienne, le premier maître et fondateur de ce village établi sur la rive droite du canal de la Somme.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du village pourrait dater de l'époque gauloise et il semble qu'il soit en la possession de l'abbaye de Corbie.

Il existe près de Chipilly, un endroit dénommé « Camp de César ». En extrayant de la tourbe, on a découvert une « chaussée » crayeuse qui passe pour être une voie romaine[1].

Une châtelaine du village, décédée en 1615 a été inhumée dans le cimetière du village, à un kilomètre de l'agglomération, là où se trouvaient le village disparu d'Hébuterne et le château de l'intéressée[1].

Une chose moins contestable est qu'Etinehem avait beaucoup plus d'importance au Moyen Âge, puisque deux hameaux du nom de "Petit Hem" et "Hébuterne" en dépendaient (Ils sont encore cités sur la carte de Delisle et dans la coutume de Péronne). Mais le village fut dévasté en 1636 par l'armée espagnole, lorsqu'elle s'éloigna de Bray pour aller passer la Somme à Cerisy. Ces désastres causèrent la ruine totale de Petit-Hem et d'Hébuterne et affaiblirent beaucoup Etinehem lui-même qui comptait auparavant près de 1 400 âmes, et fut ensuite réduit à 270 habitants.

1849 : Comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure peut, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel. Voici la répartition (en nombre) de quelques-uns des patronymes des 199 électeurs[2],[3](saisie non exhaustive) :

Boullange Boulland Boitel Dovillée Deflandre Devaux Dormy Éloy Rabache Tellier Tourbier
10 5 2 4 8 3 6 9 10 4 3

En 1899, 60 à 70 ouvriers sont occupés à des activités de bonnèterie, l'extraction et le conditionnement de la tourbe emploient 25 ouvriers à la bonne saison[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Dufaux    
1944  ? François Turluer[4]    
    Camille Dormy   Élu pendant 30 ans[5]
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1995 Roger Bourbier    
1995 en cours
(au 6 mai 2014)
Jean-Pierre Rouveau DVD Réélu pour le mandat 2014-2020 [6]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 366 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
530 519 560 640 682 674 676 698 687
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664 674 712 687 672 665 617 593 596
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
548 494 449 356 357 364 359 341 362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
315 284 289 278 279 279 314 366 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Depuis 1999, la population a augmenté de 35 habitants, soit une progression de 12,5 %.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre (1866)[9].
  • Chapelle Sainte-Anne[10].
  • Étangs de la Haute-Somme.
  • Ancien moulin à vent en ruine.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Notice historique et géographique, réalisée par l'instituteur, M. Picard, 1899, Archives départementales, Amiens
  2. Liste électorale de Étinehem, Archives Départementales de la Somme, Amiens, 1849
  3. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011335439675xGQmOu/1/1
  4. « Etinehem », sur le site de Quielire.fr,‎ 2008 (consulté le 13 août 2008)
  5. Site Étinehem
  6. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  9. http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers/80/accueil_80295.htm
  10. http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers./80/accueil_80295a.htm

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]