Étienne de Muret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étienne de Thiers.
Saint Étienne et Hugues de La Certa, plaque du maître-autel de l'abbaye de Grandmont, XIIe siècle
Buste reliquaire de saint Étienne de Muret dans l'église de Saint-Sylvestre

Saint Étienne de Muret (ou de Grandmont), ou Étienne III de Thiers né en 1046, mort le 8 février 1124 (en fait, 1125 dans le calendrier actuel, car le changement d'année se faisait le 25 mars dans le calendrier limousin de l'époque), est un ermite religieux Limousin, fondateur de l'Ordre de Grandmont.

C'est un saint de l'Église catholique. Liturgiquement, il est commémoré le 8 février[1].

Ordre[modifier | modifier le code]

Unique fils du comte Étienne II de Thiers et de Dame Candide (ou Blanche, Candida en latin), il abdique en faveur de son oncle Guillaume afin d'entrer dans la vie religieuse[2].

Il est le fondateur de l'ordre religieux de Grandmont. Cet ordre fondé vers 1074 sur la Montagne du Muret près de Limoges, observe une règle particulière ayant une dimension érémitique d'inspiration semblable à celle des Chartreux. On attribue à saint Étienne de Muret un certain nombre de miracles[3]. La châsse reliquaire et la dalmatique de saint Étienne de Muret (XIIIe siècle) sont exposées dans l'église d'Ambazac. Le buste reliquaire de saint Étienne de Muret se trouve dans l'église de Saint-Sylvestre.

Prieurés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christine Brousseau, Les Vies de Saint Etienne de Muret - Histoires anciennes, fiction nouvelle, Harmattan, Coll. Religions et Spiritualité, 2008, 276 p.
  • Nougaret, L'Ordre De Grandmont Art et Histoire, Imp Jean, 1992, 220 p.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nominis : Saint Etienne de Grandmont
  2. Histoire des Ducs de Bourbon et des Comtes de Forez, Tome I. sur Google Livres, Jean-Marie de La Mure, Imprimerie de Louis Perrin, 1809, page 192.
  3. Divers textes, confirmés par Ambroise Tardieu (historiographe), indiquent qu'entre autres miracles, un chevalier limousin aurait été guéri de paralysie par saint Étienne de Muret (voir Famille du Plantadis).