Étienne Vincent-Marniola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étienne Vincent-Marniola
Buste d'Étienne-Vincent Marniola[Note 1], Joseph Chinard, 1809 (Salon de 1810), Frick Collection, New York
Buste d'Étienne-Vincent Marniola[Note 1], Joseph Chinard, 1809 (Salon de 1810), Frick Collection, New York
Fonctions
Préfet du Pô
(Drapeau de l'Empire français Empire français)
mars 18081809
Prédécesseur Pierre Loysel
Successeur Alexandre de Lameth
Biographie
Date de naissance 6 novembre 1781
Lieu de naissance Lyon
Date de décès 13 octobre 1809 (à 27 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Préfets napoléoniens

Étienne Vincent-Marniola est un haut fonctionnaire français sous le Premier Empire, né à Lyon le 6 novembre 1781 et mort le 13 octobre 1809 à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une riche famille de robe, Vincent-Marniola était administrateur des hospices de Lyon quand il fut appelé au Conseil d'État.

Auditeur le 11 février 1806, il fut attaché au ministère des Finances (1806-1807). Rattaché à la commission du contentieux en 1807, il fut nommé, le 18 mai de cette même année, commissaire de l'Empereur près de la commission de gouvernement de Varsovie (Duché de Varsovie), d'où Louis Nicolas Davout, qui sut apprécier son travail, écrivait à l'Empereur en novembre 1807 :

« [...] qu'il réunit à une très bonne tête, beaucoup d'instruction, un cœur très chaud, de la dignité [...] »

— Correspondance du Maréchal Davout, tome II, p. 96

Il est ensuite nommé préfet du Pô en mars 1808.

Apprécié pour ses service, il fut, cas exceptionnel, nommé directement conseiller d'État en service extraordinaire (18 février 1809) et chargé de la correspondance du 3e arrondissement de la police générale (« départements au delà des Alpes ») (1er avril 1809).

Plaque du caveau dans lequel est enterré Étienne Vincent-Marniola, au cimetière de Beynost : Famille Vincent de Margnolas.

Sa mort prématurée vint interrompre ce brillant début de carrière. Étienne Vincent-Marniola est enterré au cimetière de Beynost, dans le caveau familial.

Ascendance et postérité[modifier | modifier le code]

Étienne Vincent-Marniola était le fils de Claude Aimé Vincent (° 6 octobre 1735 - Saint-ÉtienneExécuté le 27 frimaire an II (17 décembre 1793) - Lyon), seigneur de Margnolas, conseiller secrétaire du roi.

Sa veuve, héritière fortunée du préfet[Note 2], se remaria, le 11 octobre 1815 à Paris, avec Just Pons Florimond de Faÿ de La Tour-Maubourg (1781-1837), marquis de La Tour-Maubourg. Elle est à l'origine de la construction de la quatrième chapelle de l'église Saint-Julien de Beynost ou elle fait déplacer le corps d'Étienne-Aimé Vincent, son fils, mort en bas-âge[2].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext chevalier de l'Empire CLH.svg
Blason à dessiner.svg
Armes du chevalier Vincent-Marniola et de l'Empire (titre de chevalier de l'Empire, accordé à la suite du décret du 11 juillet 1807 le nommant membre de la Légion d'honneur, lettres patentes du 5 octobre 1808 (Erfurt)).

D'argent, à la bande de gueules, au signe des chevaliers, accompagnée à sénestre de deux grappes de raisin au naturel surmonté d'un soleil plein d'azur et adextré d'une tour crénelée et ouverte d'azur, maçonnée de sable.[3]

  • Livrées : les couleurs de l'écu ; le verd dans les bordures seulement[3].
Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français.svg
Blason à dessiner.svg
Titre de comtesse accordé à Marie, Caroline de Perron de Saint-Martin (née le 2 janvier 1788 à Turin), veuve, et Titre de comte accordé à Etienne, Aimé Vincent de Margnolas (né le 12 octobre 1809 à Paris), fils unique d'Etienne Vincent de Margnolas, par décret du 4 mai 1809. Les Tuileries (16 décembre 1810).

Ecartelé, au premier des comtes conseillers d'État, au deuxième d'argent à la tour d'azur, crénelée de trois pièces ouverte du champ, ajourée et maçonnée de sable, surmontée d'un soleil d'azur et accompagnée de deux grappes de raisin de pourpre tigée et feuillée de sinople ; au troisième à l'écureil assis au naturel soutenu de sinople ; au quatrième, contre écartelé au premier et quatrième losangé d'azur et d'or au deuxième et troisième de gueules plein.[3]

  • Livrées : les couleurs de l'écu, le verd en bordure seulement[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le buste, demeuré dans la famille de l'artiste, réapparut à l’occasion de la vente du château de Launay en Bourgogne en 1997, recouvert d’une patine couleur bronze datant sans doute de la fin du XIXe siècle. Selon le communiqué de la Frick Collection, il avait peut-être été commandé pour célébrer la nomination du modèle au Conseil d'État, la mort de celui-ci ayant empêché la traduction en marbre.
  2. Dans ses mémoires, le comte de Basterot note qu'elle avait hérité de la moitié de la fortune de son premier mari qui percevait 150 000 Francs de rentes annuelles, somme considérable pour l'époque. Cf. F. J. de Basterot : Souvenir d’Enfance et de Jeunesse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Etienne Vincent de Margnolas » (consulté le 13 novembre 2011).
  2. Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil,‎ 1995, 207 p. (ISBN 2-907656-27-9), p. 83.
  3. a, b, c et d « BB/29/970 page 244. », Titre de chevalier accordé à Etienne Vincent de Marniola, à la suite du décret du 11 juillet 1807 le nommant membre de la Légion d'honneur. Erfurt (5 octobre 1808)., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]