Étienne Vigée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vigée.
Étienne Vigée peint par sa sœur (1773)

Louis Jean-Baptiste Étienne Vigée, né le 2 décembre 1758 à Paris où il est mort le 8 août 1820, est un auteur dramatique et homme de lettres français.

Il est le frère de la célèbre peintre Élisabeth Vigée.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’une famille d’artistes, Étienne Vigée brille dans les salons par les agréments de sa personne et la facilité de son esprit. Quoique secrétaire de la comtesse de Provence, il chante, dans ses vers, la Révolution pour laquelle il montre de l’enthousiasme. Cependant, lorsqu’il est arrêté comme partisan des Girondins, il passe dès lors dans les rangs du parti réactionnaire.

Il fait des poésies à la louange du premier consul, de l’empereur et de Louis XVIII. Il succède à Sautreau de Marsy à la direction de l’Almanach des Muses en 1789.

Imitateur assez habile de Dorat et de Gresset, Vigée remplace La Harpe à l’Athénée, mais sera loin d’avoir le même succès comme professeur. Comme auteur dramatique, il trouve quelques situations heureuses et d’agréables détails de style et d’intrigue.

Mariage/Descendance[modifier | modifier le code]

En 1785, Étienne Vigée épouse Suzanne de Rivière (1764-1811), pianiste, chanteuse et comédienne amateur, dont une fille : Caroline Vigée (1791-1864), épouse Jean Nicolas Louis, baron de Rivière (1778-1861), et descendance, notamment Alfred de Rivière (1818-1893), sous-préfet de Saint-Malo et de Lannion.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre
  • Les Aveux difficiles, comédie en un acte et en vers, Paris, théâtre de l'Odéon, 24 février 1783
  • La Fausse Coquette, comédie en 3 actes et en vers, Paris, théâtre de l'Odéon, 6 novembre 1784
  • Les Amants timides, comédie en un acte et en vers, théâtre italien de Paris, 28 décembre 1784
  • L'Entrevue, comédie en un acte et en vers, Paris, théâtre de l'Odéon, 6 décembre 1788
  • La Belle-mère, ou les Dangers d'un second mariage, comédie en cinq actes et en vers, Paris, théâtre de l'Odéon, 24 juillet 1788
  • Le Projet extravagant, opéra en 2 actes, musique de Étienne Fay, Paris, théâtre des amis de la patrie, 11 juillet 1792
  • La Matinée d'une jolie femme, comédie en un acte en prose, Paris, théâtre de la Nation, 29 décembre 1792 Texte en ligne
  • La Vivacité à l'épreuve, comédie en 3 actes et en vers, Paris, théâtre de la Nation, 5 juillet 1793
  • La Princesse de Babylone, opéra en 3 actes et en vers, d'après Voltaire, musique de Rodolphe Kreutzer, ballets de Pierre Gardel, Paris, Académie impériale de musique, 30 mai 1815 Texte en ligne
Varia
  • Épître aux membres de l'Académie française décriés dans le dix-huitième siècle, 1776
  • Stances sur la mort de Colardeau, suivies de son Ombre aux Champs Élysées, 1776
  • Les Mœurs et la littérature, satire, à M. D*****, 1778
  • Ninon de Lenclos, comédie en un acte, en vers, suivie de Poésies fugitives, 1797
  • Mes conventions, épître suivie de vers et de prose, 1800
  • Manuel de littérature, contenant la définition de tous les différents genres de compositions, un traité de la versification française et des préceptes sur l'art de lire à haute voix ; à l'usage des deux sexes, 1809 ; 1828 Texte en ligne
  • Épître à Jean-François Ducis sur les avantages de la médiocrité, 1810
  • La Tendresse filiale, poème, 1812
  • Poésies, 1813 Texte en ligne
  • Procès et mort de Louis XVI, fragments d’un poème sur la Révolution française, 1814
  • Le Pour et le contre, dialogue religieux, moral, politique et littéraire, 1818

Références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 2032

Lien externe[modifier | modifier le code]