Étienne Pascal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pascal.

Étienne Pascal (3 mai 1588 à Clairmont (aujourd'hui Clermont-Ferrand) - 24 septembre 1651 à Paris), gentilhomme, conseiller du roi pour l'élection de Basse Auvergne, puis second président à la Cour des aides de Montferrand et enfin, après une période de disgrâce, premier président à la Cour des aides de Normandie, fut un membre actif de l'académie du Père Mersenne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Martin Pascal de Mons, trésorier du roi, il fait ses études à la Sorbonne de 1608 à 1610, puis acquiert la charge de conseiller du roi pour l'élection de Basse Auvergne. Il épouse Antoinette Bégon (†1626), fille d'un collègue du Parlement d'Auvergne, dont il a quatre enfants : Antonia (1617-1617), Gilberte (1620-1687), Blaise (1623-1662) et Jacqueline (1625-1661).

En 1624, il acquiert la charge de second président à la Cour des aides de Montferrand et, à la mort de sa femme, entreprend d'éduquer seul ses enfants. Après l'échec de sa candidature au poste de premier président de la cour des aides en 1631, il décide de déménager avec sa famille à Paris, où il pourra donner libre cours à sa passion pour les sciences. Pour s'assurer une rente, Étienne Pascal place le produit de la vente de sa charge de président à la Cour des Aides sur les rentes de l'Hôtel de ville de Paris (équivalent à l'époque aux bons du Trésor) et normalement garantis par le roi.

Mais en 1638, le chancelier Séguier, constatant le coût des guerres, doit surseoir au paiement des intérêts. Cette décision provoque une protestation des créanciers le 25 mars rue Saint Antoine, devant l'hôtel Séguier. Étienne Pascal, qui a été identifié parmi les meneurs[1], est contraint de se cacher en Auvergne, et ce n'est qu'à la suite d'un compliment adressé par sa fille Jacqueline à la reine pour la naissance du futur Louis XIV qu'il rentre en grâce[2]. En janvier 1640, il est nommé à Rouen en tant que commissaire du roi pour la levée des tailles[3]. Il exercera cette fonction jusqu'à sa suppression, demandée par le Parlement au début de la Fronde, en mai 1648.

La passion d'Étienne Pascal pour les sciences était bien connue à Paris. Ami de Roberval, il proposa l'étude d'une courbe dérivée du cercle, le limaçon. Il fut chargé par Richelieu, avec Pierre Hérigone et Claude Mydorge, d'établir si la méthode de détermination des longitudes proposée par Morin à partir des phases de la Lune était praticable et devait être récompensée.

Hommage posthume[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après Louis Jean Petitot et Mommerqué, Collection de mémoires relatifs à l'histoire de France, vol. 61 : Depuis l’Avènement de Henri IV jusqu'à la Paix de Paris, conclue en 1763, 488 p., p. 177, cité par Lucien Goldmann, Le Dieu Caché, Gallimard, coll. « Tel »,‎ 1959, 454 p. (ISBN 2-07-029550-8), « Jansénisme et noblesse de robe », p. 144
  2. Cf. Victor Cousin, Jacqueline Pascal, Paris, Libr. Didier, coll. « Premières études sur les femmes illustres et la société du XVIIe siècle »,‎ 1845 (réimpr. 6, 1869)
  3. D'après Marguerite Périer, Mémoire sur la vie de M. Pascal, Pascal, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade »,‎ 1954, p. 35-41.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Dhombres et J. Sakharovitch (éd.), « Desargues en son temps » (1994), libr. Albert Blanchard, Paris (ISBN 2-85367-188-7)