Étienne Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étienne Martin (homonymie).

Étienne Martin

Nom de naissance Étienne Martin
Naissance 4 février 1913
Loriol-sur-Drôme
Décès 21 mars 1995 (à 82 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France
Activités Sculpteur
Formation École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon
Académie Ranson
Maîtres Marcel Michaud
Charles Malfray
Élèves James Benenson

Œuvres réputées

Demeure IV
La Demeure 10

Signature

Signature de Étienne Martin

Étienne Martin, dit Étienne-Martin, (1913-1995) est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 4 février 1913 à Loriol dans la Drôme, Étienne Martin suit de 1929 à 1933 les cours de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon où il rencontre en 1929 Jean Bertholle. En 1930 il fait la connaissance de Marcel Michaud. Il vient à Paris en 1934, travaillant dans l'atelier de Charles Malfray à l'Académie Ranson où il se lie avec les peintres Roger Bissière, Jean Le Moal, Alfred Manessier, Zelman, Véra Pagava et le sculpteur François Stahly. Il fait avec eux partie du groupe Témoignage, animé à Lyon par Marcel Michaud à partir de 1936, qui expose à Paris en 1938 et 1939.

Mobilisé, Étienne Martin est prisonnier en Allemagne et libéré en 1941. Il séjourne en 1942 à Oppède avec Stahly et Zelman dans la communauté animée par l'architecte Bernard Zehrfuss puis en 1943-1944 à Dieulefit (Drôme) où il se lie avec l'écrivain Henri-Pierre Roché[1]. Il s'installe ensuite à Mortagne-au-Perche en Normandie. De retour à Paris en 1947 il vit chez Roché, rencontre Brancusi et Gurdjieff, dont il fréquente la mouvance durant une dizaine d'années, pratiquant des exercices spirituels, avec référence à l'Orient et au taoïsme.

Étienne Martin commence en 1954 la série des Demeures qui l'ont rendu célèbre et reçoit en 1966 le grand prix de sculpture à la 33e Biennale de Venise. Il est professeur de 1968 à 1983 à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris pour la sculpture monumentale. Il est élu en 1971 à l'Académie des beaux-arts.

En 1984, une exposition de l'ensemble de ses Demeures est présentée au Centre Pompidou à Paris. Une exposition lui est consacré en 1996 à la Fondation de Coubertin (Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Yvelines). De nouveau, en 2010 (juin à septembre), une exposition est présentée au Centre Pompidou[2], hommage rendu à l'artiste à travers la présentation d'un ensemble de quinze sculptures, des dessins, des carnets personnels et des photographies de son atelier. Elle a ensuite été montrée à Vannes au musée de la Cohue (juin 2011 - septembre 2011) dans le cadre du programme « centre Georges Pompidou hors-les-murs ». D'octobre 2011 à janvier 2012, la première rétrospective de l'artiste est présentée à travers une exposition est présentée au musée des Beaux-Arts de Lyon[3].

Il est inhumé dans la 13e division au Cimetière du Père-Lachaise. Sa seconde épouse Marie-Thérèse est décédée en 2014 à 99 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Centre Pompidou, Paris : Le Manteau, 1962 ; Abécédaire, 1967 ; Mur miroir, 1979
  • Musée d'art moderne de la ville de Paris : Salle 11 Donation Étienne Martin , 15 sculptures et archives . Le Nœud (1938), Nuits : La Nuit Nina (1951) ; portraits - Tête d’Alma (1954) ; Demeures - reconstitution mentale de sa maison d’enfance, dont on suit l’élaboration avec Demeure II (1958-1959), Petite Demeure X (1965), Le Fil du temps (1978) et Celle qui veille (1980) ; Jeux et Racines, où l’arbre dicte la forme - Le Petit canard (1951-1953), Le Bec (1964), Le Rhinocéros et L’Amandier (1969) ; matériaux de récupération et polychromie - Le Clin d’œil (1970), Main rouge (1986) ; grands bois de la fin de sa vie - La Corne (1989) et L’échelle (1991)
  • Musée des Beaux-Arts de Dijon : Tête aux mains, 1950-1951, bronze
  • Musée de Grenoble : La Nuit ouvrante, 1948, bronze ; Le Collier de la nuit ; Les Eaux souterraines du désir, 1985, matériaux divers
  • Musée des beaux-arts de Lyon : Le Cerbère, 1977, châtaignier, achat du musée en 1985
  • Musée des beaux-arts de Lyon : Piétà, 1945, tilleul, acquis en 2008
  • Jardin des Tuileries à Paris: Personnage III (1967)
  • Parc de Bercy à Paris: Demeure X (1968)
  • Quai Saint Bernard à Paris, musée en plein air : Demeure I (1954-58)
  • Musée de sculpture en plein air de Middelheim : Demeure
  • Fondation de Coubertin, à Saint-Rémy lès Chevreuse, Yvelines (Trois Personnages, 1967),
  • Maison de la Culture d'Amiens (Demeure 4, 1961, déplacée et installée près de l'église Saint-Leu),
  • Clermont-Ferrand, place du 1er Mai : Demeure XX les terrasses de la terre et de l'air (1989)
  • L'Athanor, Domaine du Bois Orcan à Noyal-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine) (La Ruine, L'Athanor, Demeure 1...).
  • Fondation Pierre Gianadda, parc de sculptures, Martigny, Suisse : Grand Couple, 1947, bronze, ex. unique
  • Guggenheim Museum de New-York,
  • l’Art Institute à Chicago.
  • Stedelijk Museum d'Amsterdam, les Musées royaux de Bruxelles

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • Groupe Témoignage, 1936-1943, Musée des Beaux-Arts, Lyon, 1976.
  • Les Demeures, Centre Pompidou, 1984 (98 p.) (ISBN 2858502471) .
  • Marcel Michaud, Lyon, 1933-1958, Stylclair, Groupe Témoignage, Galerie Folklore, texte de Bernard Gavoty, Espace Lyonnais d'Art Contemporain, Lyon, 1989 (76 p.) (ISBN 2906709271)
  • Étienne-Martin, la donation L'Oréal, musée d'art moderne de la Ville de Paris, exposition permanente. Auteurs : Gérard Audinet, Sabrina Dubbeld, Claire Maingon, Paul-Louis Rinuy, 2008.
  • Montparnasse années 30 - Bissière, Le Moal, Manessier, Étienne-Martin, Stahly… Éclosions à l’Académie Ranson, Rambouillet, Palais du roi de Rome, Éditions Snoeck, 2010 (ISBN 978-90-5349-796-8). Auteurs : Alexandra Charvier, Sabrina Dubbeld, Lydia Harambourg, Claire Maingon, Scarlett Reliquet
  • Étienne-Martin, la collection du musée national d'art moderne, Paris, centre Georges Pompidou, 23 juin 2010 - 13 septembre 2010. Auteurs (par ordre alphabétique) : Jean-Paul Ameline, Sabrina Dubbeld, Fabien Faure, Doïna Lemny.
  • L'Atelier d'Étienne-Martin, 22 octobre 2011 - 23 janvier 2012, sous la direction de Sylvie Ramond et de Pierre Wat, Lyon, musée des Beaux-Arts, Paris, Éd. Hazan, 2011, 304 p. Auteurs (par ordre alphabétique) : Jacques Beauffet, Sabrina Dubbeld
  • Le Poids du monde. Marcel Michaud (1898-1958), sous la direction de Laurence Berthon, Sylvie Ramond et de Jean-Christophe Stuccilli, Lyon, musée des Beaux-Arts, 22 octobre 2011-23 janvier 2012, Lyon, Éd. Fages, 2011, 320 p. (ISBN 9782849752517) [1]

Mémoires universitaires[modifier | modifier le code]

  • Sabrina Dubbeld, Penser / Classer : le cas du sculpteur français Étienne-Martin, mémoire de master I en histoire de l'art contemporain à l'université Paris X-Nanterre sous la direction de Thierry Dufrêne, 2008, 766 p.
  • Sabrina Dubbeld, Étienne-Martin : un sculpteur parmi les architectes (aux côtés de Bernard Zehrfuss, Jean Le Couteur, François Stahly, etc.), mémoire de master II en histoire de l'art contemporain à l'université Paris X-Nanterre sous la direction de Thierry Dufrêne, 2009, 1271 p.
  • Stéphanie Jamet, Le thème de la Nuit dans l'œuvre d'Étienne-Martin, mémoire maîtrise d'histoire de l'art contemporain à l'université Sorbonne Paris IV sous la direction de Serge Lemoine, 1995

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • Ionel Jianou, Gérard Xuriguera, Aube Lardera, La Sculpture moderne en France, Paris, Arted Éditions d'Art, 1982.
  • Alain Vollerin, Le groupe témoignage de Lyon, 1936-1940, Lyon, Editions Mémoire des Arts, coll. « Groupes et mouvements »,‎ 2001 (ISBN 978-2-912-54416-2, lien OCLC?).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne-Martin, entretien avec René Deroudille, Mémoire des Arts, Lyon, 1988 (45 minutes).
  • Étienne-Martin, entretien avec Michel Ragon, Mémoire des Arts, Lyon, 1994 (40,30 minutes).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.editions-hazan.fr/ouvrage/409088/l-atelier-d-etienne-martin-collectif
  2. http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/AllExpositions/0EA268D1AEE26741C12576B900531160?OpenDocument&sessionM=2.2.2&L=1
  3. http://www.mba-lyon.fr/mba/sections/fr/expositions-musee/sculpture-20e/etienne-martin

Liens externes[modifier | modifier le code]