Étienne Lamotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamotte.

Étienne Paul Marie Lamotte, né le à Dinant et mort le à Bruxelles, prêtre belge et professeur à l'université catholique de Louvain, est particulièrement célèbre en qualité d'indianiste et par ses nombreuses traductions des sūtras et des commentaires bouddhiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne fit ses études de théologie à Malines. C'est pour ce diocèse qu'il reçoit le sacerdoce en 1926.

1929 : Docteur de Louvain en langues orientales

1930 : Docteur de Louvain en philosophie et en lettres.

Il est surtout connu comme indianiste et fut à son époque la plus grande autorité occidentale sur le bouddhisme indien. Il était l'un des rares spécialistes à connaître toutes les principales langues des textes bouddhistes : pâli, sanskrit, chinois et tibétain.

Il est connu aussi pour sa traduction française du Mahāprajñāpāramitāśāstra, ou Traité de la grande Vertu de Sagesse, un texte attribué à Nāgārjuna. Lamotte estimait que le texte avait très probablement été composé par un bhikkhu indien de l'école Sarvāstivādin, qui se convertit ensuite au bouddhisme mahāyāna. La traduction de Lamotte, que sa mort laissa inachevée, a été publiée en cinq volumes entre 1944 et 1980.

Lamotte a publié également d'autres traductions de sûtra mahāyāna tels que le Shūrangamasamādhi sūtra et le Vimalakīrti Sūtra.

Il est l'auteur d'une monumentale Histoire du bouddhisme indien dont il ne publia que le premier volume (1958) qui reste une référence incontournable en langue française.

Il fut récompensé du Prix Francqui en 1953 et élu associé étranger de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1969.

Il ne put voyager en Asie qu'à la fin de sa vie, où ses collègues des différents centres de recherche témoignèrent par leur estime de la valeur de ses travaux. « une institution monastique majeure du Sri Lanka lui décernait le titre - exceptionnel pour un étranger et un non-bouddhiste - d'« expert dans les Écritures »[1]. »

Publications[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Samdhinirmocanasūtra. L'explication des mystères, Bibliothèque de l'Université, A. Maisonneuve, Louvain et Paris, 1935
  • L'Enseignement de Vimalakīrti (Vimalakīrtinirdeśa) (1962)
  • Vasubandhu : Le Traité de l'acte de Vasubandhu Karmasiddhi-prakaraņa, Imprimerie Sainte Catherine, Bruges, 1936
  • Asanga : La Somme du Grand Véhicule. Mahāyānasamgraha, Bureau du Muséon, Louvain, 2 vol., 1939
  • Nāgārjuna : Le Traité de la grande vertu de sagesse de Nāgārjuna, Mahāprajñāpāramitāśāstra, traduit en chinois par Kumārajīva, Bureaux du Muséon, Louvain, vol. 1, 1944 ; vol. 2, 1949 ; vol. 3, 1970 ; vol. 4, 1976 ; vol. 5, 1980.

Études[modifier | modifier le code]

  • Le bouddhisme des Laïcs, Studies in Indology and Buddhology, Présented in Honour of professor Susumu Yamaguchi on the Occasion of his Sixtieth Birthday, Hozokan Kyoto, 1955
  • Histoire du bouddhisme indien. Des origines à l'ère Saka, Publications universitaires & Institut orientaliste, Louvain, 1958

Études et traductions[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • Le dialogue « ne peut s'engager sans une initiation préalable de part et d'autre[1]. »
  • Il y a quelque naïveté à traiter des « valeurs chrétiennes des religions non chrétiennes ».
  • Que penserions-nous si l'on nous répondait par une étude sur la « valeur bouddhique de la doctrine chrétienne »[1] ?

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Heinz Bechert, « In Memoriam Étienne Lamotte (1903-1983) » dans Numen, vol. 32, no 1 (juillet 1985), p. 119-129
  • Heinz Bechert, Etienne Lamotte (1903-1983), Journal of the International Association of Buddhist Studies 8 (2), 151-156, 1985.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Étienne Lamotte » (voir la liste des auteurs)
  • J. Scheuer, art. « Lamotte (Étienne) », Dictionnaire d'Histoire et de Géographie Ecclésiastique, fasc. 174-175a, col. 163-165, 2008. (ISBN 978-2-7063-0249-7). Il existe une bibliographie en fin d'article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c J. Scheuer, art. « Lamotte (Étienne) », cf. bibliographie.