Étienne Brûlé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brûlé.
Une plaque, commémorant la passage d'Étienne Brûlé sur la rivière Humber dans le parc Étienne Brûlé (Etienne Brule Park (en)) à Toronto vers le lac Ontario, situe sa date de naissance en 1595.

Étienne Brûlé est un aventurier français né vers 1592, à Champigny-sur-Marne, à l'est de Paris, mort vers juin 1633 au Canada[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Parti très jeune pour la Nouvelle-France, sans doute dès 1608, il fut le premier truchement (interprète) de Samuel de Champlain en langue huronne. Menant une vie de coureur des bois, il séjourna chez les Amérindiens de 1611 jusqu'à sa fin tragique dont il est impossible de préciser la date, postérieure à 1630 selon toute vraisemblance.

Travaillant pour le compte de compagnies des fourrures qui le rémunéraient pour persuader les tribus d'amener leurs peaux à la traite, il n'en demeura pas moins très indépendant, et sa vie reste entourée de mystères. Véritable personnage de romans d'aventures, il partagea la vie des Hurons, s'habillant comme eux, prenant femmes indiennes, adoptant leurs mœurs, leur morale et leur mode de vie.

Durant toutes ces années, il visita de nombreuses contrées, allant vers les Grands Lacs canadiens (lac Supérieur, lac Érié…), se rendant plus au sud vers l'actuel État de Pennsylvanie, poussant également vers le Nord du pays Huron. Étienne Brûlé fut le premier Européen à s'aventurer dans ces contrées : un périple cependant difficile à définir, car, peut-être analphabète, il n'a laissé aucune trace écrite, aucune carte de ses pérégrinations. En fait il voyagea dans des lieux dont la paternité de la découverte fut plus tard attribuée à d'autres.

En 1629, après la reddition de Québec aux Anglais, il se met au service des frères Kirke.

Dans le dernier écrit de Champlain, il est dit qu'il a trahi le roi et la patrie. Ces mots ne sont pas de Champlain mais de « troisième main », probablement de missionnaires jésuites. Accusé, il ne subit jamais de procès ni n'eut l'occasion de se défendre: on doit donc le considérer innocent de cette accusation. Accusé de trahison par Champlain, il repartit alors pour le pays des Hurons. Aucun Européen ne devait le revoir vivant. Il est assassiné par un (ou plusieurs) membre(s) de la tribu huronne de l'Ours, pour un motif inconnu, et mangé par ceux-là même dont il avait partagé la vie pendant plus de vingt ans.

Il est souvent considéré comme le premier Européen Franco-Ontarien. Un parc et une école publique francophone de Toronto portent son nom. Les historiens croient également qu'il est le premier Européen à visiter ce qui est maintenant l'état américain du Michigan (en 1622).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olga Jurgens, « Brûlé, Étienne », dans Dictionnaire biographique du Canada, Université Laval et University of Toronto, 2000, [lire en ligne], consulté le 18 janvier, 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Bouchard, « Étienne Brûlé », De remarquables oubliés, Radio-Canada (première chaîne), diffusée le 25 septembre 2006
  • Plume aux vent épisodes III et IV (scénario Patrick Cothias, dessins André Julliard), une bande-dessinée fictive de 2001
  • Emile Ducharlet, « Étienne Brûlé, premier interprète de Champlain », dans Autour de Samuel Champlain, 27 février 2006
  • Francois Dallaire, Le sauvage blanc, Paris : L'Harmattan, 208 p. (ISBN 2-7475-3339-5) [roman historique]
  • Olga Jurgens, « Brûlé, Étienne », dans Dictionnaire biographique du Canada, Université Laval et University of Toronto, 2000
  • Michel Michaud, Le Roman d'Étienne Brûlé, Montréal : Libre expression, 1998, 532 p. (ISBN 2-89111-785-9)
  • Jean-François Beaudet, Étienne Brûlé, Montréal : Lidec, 1993, 61 p. (ISBN 2-7608-7021-9)
  • (en) James Herbert Cranston. Étienne Brûlé, Immortal Scoundrel Toronto : Ryerson Press, 1947, 144 p.
  • Jules Tremblay, « La sépulture d'Étienne Brulé », dans Mémoires de la Société royale du Canada. 3e série ; Tome IX, Ottawa : Royal Society of Canada, 1915, p. 145-164
  • Benjamin Sulte, « Étienne Brulé - II », dans Mémoires de la Société Royale du Canada. Section I; 3e série; Tome I, Ottawa : Royal Society of Canada, 1908, p. 97-126
  • (en) Consul Willshire Butterfield, History of Brulé's Discoveries and Explorations, 1610-1626, Cleveland, Helman-Taylor, 1898, 184 p., [lire en ligne], [lire en ligne]
  • Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé, Trilogie pour la jeunesse sur Étienne Brûlé.
    • Tome 1 Étienne Brûlé, le fils de Champlain, Éditions David, janvier 2010, (ISBN 978-2-89597-119-1) ;
    • Tome 2 Étienne Brûlé, le fils des Hurons, Éditions David, octobre 2010. (ISBN 978-2-89597-130-6)
    • Tome 3 Étienne Brûlé, le fils sacrifié, Éditions David, octobre 2011.
  • Philippe Valode, Les grands explorateurs français de Jacques Cartier à nos jours, L'Archipel, 2008 (ISBN 978-2-8098-0108-8), p. 43

Liens externes[modifier | modifier le code]