Étienne Boileau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boileau.
Statue d'Étienne Boileau sur la façade de l'Hôtel de ville de Paris

Étienne Boileau (ou Boilesve ou Boyleaux), né en 1200 ou en 1210, mort en , l'un des premiers prévôts de Paris connus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fait prisonnier en 1250 avec Louis IX, il rachète sa liberté et reçoit en retour la première magistrature de Paris (vers 1254). De 1261 à 1270[1], il est nommé Prévôt de Paris par le roi Louis IX. Sévère et redouté, il réprime les abus, rétablit les revenus royaux, réorganise les corporations d'arts et métiers, fait inscrire leurs coutumes et règlements ainsi que les octrois perçus et les juridictions de Paris sur un registre[2], le Livre des métiers, rédigé en 1268, recueil des statuts de métiers parisiens, publié pour la première fois en 1837. Son traitement est fixé à 300 livres par an. Installé au Châtelet, il cumule les fonctions de receveur des finances, d'officier de police, de juge et d'administrateur.

Jean de Joinville en dresse un portrait très flatteur dans son Histoire de saint Louis : selon lui, Boileau a appliqué la justice sans considération pour la richesse ou le rang, et débarrassé ainsi la cité de tous ses voleurs et de ses criminels.

La statue de Boileau est une des statues qui décorent la façade de l'Hôtel de ville de Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond Cazelles, Nouvelle Histoire de Paris : Paris de Philippe Auguste à Charles V, Paris, Association pour la publication d’une Histoire de Paris, Hachette, 1996, p. 179
  2. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 321