État libre d'Orange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

29° 00′ S 26° 00′ E / -29, 26 ()

Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'ancien état géographique. Pour la marque de parfum, voir État libre d'Orange (parfumeur).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orange et État libre.

État libre d'Orange
Oranje-Vrystaat af

1854 – 1995

Drapeau Blason

Hymne : Vrystaatse Volkslied

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation de l'État libre d'Orange (en orange) dans l'Afrique du Sud.

Informations générales
Statut République boer (1854-1902)
province sud-africaine (1910-1995)
Capitale Bloemfontein
Langue néerlandais, afrikaans
Histoire et événements
16 décembre 1838 Bataille de Blood River
17 février 1854 Fondation de la République
11 octobre 1899 Début de la seconde Guerre des Boers
6 octobre 1900 Annexion britannique
31 mai 1902 Traité de Vereeniging
31 mai 1910 Intégration dans l'Union de l'Afrique du Sud
1995 État-Libre

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'État libre d'Orange (Oranje-Vrystaat en afrikaans ou Oranje Vrijstaat en néerlandais) est une ancienne république boer du XIXe siècle et l'une des quatre anciennes provinces d'Afrique du Sud de la période 1910-1994.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'État libre d'Orange comprend une population majoritairement bantoue de langue sesotho. De faible densité, l'État libre d'Orange a la particularité d'avoir eu l'une des plus importantes communautés blanches d'Afrique du Sud. De langue majoritairement afrikaans, la population blanche représente 45,7 % de la population totale en 1880. Conséquence de la saignée de la seconde guerre des Boers, la population blanche ne représente plus que 36,8 % de la population totale en 1904[1], un chiffre cependant supérieur au pourcentage de blancs au Transvaal (20,67 %) ou au Natal (8 %). Bien que minoritaire au niveau de l'état libre d'Orange, cette communauté blanche représente 52,3 % de la population de Ficksburg, 60,2 % de celle de Wepener, 60 % de celle de Ladybrand, 51,6 % de celle de Kroonstad, 45,7 % de celle de Bloemfontein et 36,3 % de celle de Winburg. Au début du XXIe siècle, en raison notamment d'un déficit de natalité au sein de la population blanche, celle-ci ne représente plus que 10 % de la population totale.

La République boer de l'État libre d'Orange (1854-1902)[modifier | modifier le code]

L'État libre d'Orange fut fondé au milieu du XIXe siècle par des Boers qui avaient émigré de la colonie du Cap lors du grand Trek à partir de 1835.

La statue emblématique de la ville de Kroonstad représentant le voortrekker Sarel Cilliers prêtant serment à Dieu avant la bataille de Blood River.

Les Boers avaient créé deux républiques indépendantes. La première, le Transvaal, avait été reconnue par les Britanniques en 1852 par le traité de Sand River. La seconde, l'État libre d'Orange, était à son tour reconnue en 1854 par la convention de Bloemfontein, capitale du nouvel État, à la suite du refus britannique de maintenir son autorité juridique et politique sur les territoires constitués depuis 1847 en souveraineté de la rivière Orange.

Le terme d'Orange était un hommage à la famille princière des Orange-Nassau des Pays-Bas, métropole d'origine de la majorité des pionniers boers.

À sa fondation, l'État libre d'Orange comptait près de 13 000 habitants d'origine boers. État assez homogène, ses habitants s'organisèrent rapidement pour donner une constitution à leur république. Selon celle-ci, le droit de vote était reconnu à tous les habitants blancs de sexe masculin âgés au minimum de 18 ans. Ces derniers élisaient un conseil du peuple et un président.

À la différence du Transvaal, l'État libre d'Orange entretenait des rapports privilégiés avec la colonie du Cap.

Engagée au côté du Transvaal contre les Britanniques durant « la guerre des Boers » de 1899-1902, les Britanniques proclamèrent son annexion dès 1900 après la prise de Bloemfontein. Celle-ci ne fut cependant acceptée formellement par les autorités boers qu'à la suite du traité de Vereeniging.

Liste des présidents de l'État libre d'Orange[modifier | modifier le code]

Francis William Reitz (1844-1934), président de l'État libre d'Orange de 1889 à 1895

La Colonie de la rivière Orange (1902-1910)[modifier | modifier le code]

Lizzie van Zyl, enfant boer internée et morte dans le camp de concentration de Bloemfontein
Article détaillé : Colonie de la rivière Orange.

Le 28 mai 1900, Bloemfontein tombait aux mains des Britanniques et le 6 octobre suivant, l'État libre d'Orange était officiellement annexé à la couronne britannique sous le nom de Colonie de la rivière Orange (Orange River Colony).

Le 4 janvier 1901, Sir Alfred Milner devenait le gouverneur de la nouvelle colonie. À cette époque, c'est à Bloemfontein qu'est situé l'un des plus grands camps de concentration du pays où sont internés plusieurs milliers de civils, femmes et enfants boers. L'infirmière et activiste progressiste britannique, Emily Hobhouse, choquée par les conditions de vie de ces derniers, notamment par leur état physique, l'insalubrité et par les ravages causés par les bronchites, pneumonies, dysenteries et typhoides, mènera une campagne active à son retour en Angleterre pour faire cesser les conditions effroyables dans lesquels vivaient les prisonniers des camps.

En 1902, la guerre des Boers prenait fin et l'État libre d'Orange devenait une colonie britannique.

En 1904, les revendications boers pour obtenir un véritable gouvernement autonome conformément au traité de Vereeniging montaient au sein de la population. Un nouveau parti politique pour promouvoir cette idée fut formé sous le nom de « Oranje Unie party ».

En 1905, Lord Selborne devint le nouveau gouverneur et se montra plus ouverts aux revendications boers.

Le 27 novembre 1907, la colonie de la rivière Orange obtenait son premier gouvernement avec l'élection au poste de premier ministre d'Abraham Fischer.

La province sud-africaine de l'État libre d'Orange (1910-1994)[modifier | modifier le code]

En 1910, la Colonie de l'Orange devenait l'une des quatre provinces sud-africaine lors de la formation du dominion. Bloemfontein obtint alors le statut de capitale judiciaire du pays.
La province n'avait plus de gouvernement autonome mais seulement un administrateur nommé par le gouvernement.

Jusqu'en 1994, la province fut un fief nationaliste et conservateur.

Résultats des élections au conseil provincial de 1935 à 1981[modifier | modifier le code]

Élection parti national parti uni Total (sièges)
1935 6 19 25
1943 21 4 25[2]
1949 24 1 25[3]
1954 25 - 25[4]
1959 25 - 25[5]
1965 25 - 25[6]
1970 25 - 25[7]
1974 28 - 28[8]
1977 28 - 28[9]
1981 28 - 28[10]

L'État libre (depuis 1995)[modifier | modifier le code]

Drapeau OVS de 1854 à 1904
Drapeau de la colonie de la rivière Orange

La province survécut intégralement au nouveau découpage administratif de 1994. Aux premières élections multiraciales, l'ANC obtint une large victoire.

Le nom officiel de la province fut abrégé en État-Libre (Free State) en 1995.

Sa capitale, Bloemfontein a été intégrée dans la municipalité de Mangaung en 2001.

La province compte 2,5 millions d'habitants, essentiellement Sothos et Afrikaners.

Elle est dominée aujourd'hui politiquement par l'ANC que ce soit au niveau local, provincial ou national.

Drapeaux[modifier | modifier le code]

Le drapeau traditionnel de l'État libre d'Orange s'inspirait du drapeau hollandais et fut inséré au centre du drapeau sud africain de 1927 à 1994.

Il a été en vigueur de 1854 à 1904.

En 1904, l'État libre d'Orange devient la colonie britannique de la rivière orange. Le drapeau de 1854 est remplacé par un drapeau colonial britannique jusqu'à la formation de l'union Sud-Africaine en 1910.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 1911 encyclopedia.com
  2. Keesing's Contemporary Archives 1943-1946, page 6154
  3. Keesing's Contemporary Archives 1948-1950, page 9964
  4. Keesing's Contemporary Archives 1952-1954, page 13794
  5. Keesing's Contemporary Archives 1965-1966, page 20702
  6. Keesing's Contemporary Archives 1965-1966, page 20702
  7. Keesing's Contemporary Archives 1969-1970, page 24341
  8. Keesing's Contemporary Archives 1974, page 26541
  9. Keesing's Contemporary Archives 1978, page 28813
  10. Keesing's Contemporary Archives 1981, page 30973