Ésule ronde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Ésule ronde ou Euphorbe des jardins (Euphorbia peplus), est une plante herbacée de la famille des Euphorbiacées. Elle est très commune en France dans les jardins où elle est une mauvaise herbe.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme vernaculaire ésule est emprunté au latin scientifique médiéval esula, issu du latin classique edum, forme nominale (supin) de edere, « manger »[1].

Euphorbe des jardins est aussi communément employé pour désigner une autre Euphorbe poussant dans les jardins, l' Euphorbia lathyris.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une petite plante annuelle de 10 à 40 cm de haut, à racine pivotante, glabre[2].

La tige, de couleur vert clair, teintée de rouge, est dressée et souvent rameuse dès la base. Les feuilles sont pétiolées, alternes, à limbe ovale à obovale, à apex obtus. Les feuilles supérieures, à la base de l'ombelle, sont sessiles.

L'inflorescence est une ombelle à 3 rayons qui sont de 1 à 4 fois bifurqués. Les glandes sont en croissant à cornes. Les bractées sont ovales, apiculées et non soudées entre elles. La floraison s'étend du printemps à l'été.

Le fruit est une capsule trigone, lisse, à coques munies chacune sur le dos de 2 carènes ailées. Les graines sont hexagonales, de couleur gris perle. Elles sont consommées par les fourmis qui contribuent ainsi à leur dispersion.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Organes reproducteurs
Graine
Euphorbia peplus3.jpg Euphorbia peplus fruit, Tuinwolfsmelk vrucht.jpg
Fleur Fruit
Habitat et distribution
  • L'Ésule ronde est présente dans les cultures, les jardins et les décombres.
  • Elle est présente[3] en Afrique du nord, Éthiopie, au Moyen-Orient, en Chine, Inde et en Europe (de la Finlande au Portugal). En France métropolitaine, elle est partout présente, y compris en Corse.

Données d’après: Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Usage[modifier | modifier le code]

Le latex blanc qui s'écoule quand on blesse la plante contient une substance caustique et irritante qui provoque une brûlure et inflammation de la peau et des yeux. L'ingestion entraine des complications.

Mais il a pu être extrait de ce latex une molécule, le mébutate d'ingénol (« Ingenol mebutate » (en)), aux propriétés médicinales prometteuses[4] dans le traitement d'une affection cancéreuse de la peau (le carcinome basocellulaire) et d'une affection cutanée précancéreuse (la kératose actinique).

La kératose actinique est une affection cutanée qui touche principalement les personnes âgées qui se sont exposées au soleil. Plusieurs évaluations cliniques ont montré l'efficacité d'une crème contenant du mébutate d'ingénol dans le traitement de la kératose actinique. Anderson et ses collaborateurs[5] dans une étude de phase IIb, ont observé une réduction importante des lésions sur lesquelles était appliqué le gel au mébutate d'ingénol. Dans une étude de phase III, Lebwohl et als[6] ont confirmé l'efficacité du traitement : une application de gel de mébutate d'ingénol une fois par jour pendant deux ou trois jours sur les lésions actiniques entraîne, après une phase irritative d'une semaine, une réduction considérable de leur importance dans les deux mois qui suivent[N 1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. trois jours d’application sur le crâne ou le visage ont permis globalement une disparition totale des lésions chez 42,2 % d’entre eux, contre 3,7 % chez ceux prenant une crème placebo

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ÉSULE : Définition de ÉSULE » (consulté le 2012-07-02)
  2. J. Lambinon et al., Nouvelle flore de la Belgique, du G.-D. de Luxembourg, du nord de la France et des régions voisines, édition du Jardin botanique national de Belgique,‎ 6e éd. 2012, 1195 p. (ISBN 978-90-72619-88-4)
  3. Référence GRIN : espèce Euphorbia peplus (en)
  4. Robyn S Fallen, « Ingenol mebutate: an introduction », Skin therapy letter, vol. 17, no 2,‎ 2012-02, p. 1-3 (ISSN 1201-5989, lire en ligne)
  5. Lawrence Anderson, « Randomized, double-blind, double-dummy, vehicle-controlled study of ingenol mebutate gel 0.025% and 0.05% for actinic keratosis », Journal of the American Academy of Dermatology, vol. 60, no 6,‎ 2009-06, p. 934-943 (ISSN 0190-9622, DOI 10.1016/j.jaad.2009.01.008, lire en ligne)
  6. Mark Lebwohl, « Ingenol Mebutate Gel for Actinic Keratosis », New England Journal of Medicine, vol. 366, no 11,‎ 2012, p. 1010-1019

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :