Éruption effusive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coulée de lave sur les flancs du Kīlauea à Hawaï au cours d'une éruption effusive de type hawaïenne.

Une éruption effusive est une éruption volcanique caractérisée par l'émission de laves fluides dont la majorité se répand à la surface d'un volcan, à l'opposé des éruptions explosives qui émettent principalement des laves fragmentées dans l'atmosphère[1]. Les éruptions effusives se produisent généralement sur les volcans rouges, notamment ceux des points chauds, mais les volcans gris peuvent connaître des phases effusives.

La lave émise par les éruptions effusives est généralement basaltique, parfois andésitique ou dacitique[1], et portée à des températures pouvant atteindre les 1 200 °C. Elles forment des coulées depuis des fontaines ou des lacs de lave[1]. La vitesse d'écoulement et la longueur de la coulée dépendent de la viscosité de la lave, de la pente du volcan et du taux d'effusivité (quantité de magma émis par unité de temps). La coulée peut atteindre des dizaines, voire des centaines de kilomètres[2].

Ce type d'éruption conduit à la formation d'un cône volcanique présentant généralement un cratère sommital autour duquel sont accumulées des couches successives de laves et de produits solides projetés (éjectas). La lave émise par ces volcans est fluide ; ce sont des éruptions de type hawaïen, surtseyen ou même dans certains cas des éruptions de type strombolien. Cette activité est fréquente sur les dorsales océaniques et pour la plupart des volcans isolés de type point chaud. Les magmas qui produisent ces laves les plus fluides sont moins riches en silice ; ce sont souvent des magmas basaltiques (44 à 53 % de silice). Les gaz dissous qu'ils contiennent s'en échappent facilement, ce qui se traduit par la faible explosivité de ce type d'éruptions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « USGS - VHP Photo Glossary: Effusive Eruption » (consulté le 15 novembre 2010)
  2. Guide des volcans, Delachaux et Niestlé, 2000, p.41