Éruption du mont Unzen en 1792

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

32° 48′ N 130° 18′ E / 32.8, 130.3

Éruption du mont Unzen en 1792
Image illustrative de l'article Éruption du mont Unzen en 1792
Vue de Shimabara dominée par le Mayuyama dont la forme en amphithéâtre est due à l'éruption de 1792 ; le mont Unzen proprement dit (mont Fugen) se trouve derrière la colline.
Localisation
Pays Drapeau du Japon Japon
Volcan Mont Unzen
Zone d'activité Mont Fugen et Mayuyama
Dates 19 février au 22 juillet 1792 (5 mois et 3 jours)
Caractéristiques
Phénomènes Avalanche de débris
Volume émis 26 106⋅m3 de lave
Échelle VEI 2
Conséquences
Régions affectées Shimabara et côtes de la baie de Shimabara
Nombre de morts Environ 15 000
Nombre de blessés Inconnu
Coût financier Inconnu

L'éruption du mont Unzen en 1792 est une éruption volcanique qui s'est déroulée sur le mont Unzen, un volcan du Japon, du 19 février au 22 juillet 1792. Elle est marquée, le 21 mai, par deux séismes à l'origine d'un glissement de terrain qui détruit en partie la ville de Shimabara puis, en atteignant la baie du même nom, crée un tsunami dévastateur. Le nombre de morts de cette catastrophe s'élève à environ 15 000, faisant de cette éruption volcanique la plus meurtrière dans ce pays durant les temps historiques.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lorsque commence l'année 1792, le mont Unzen n'est pas entré en éruption depuis près de 130 ans, la précédente s'étant déroulée du 11 au 27 décembre 1663[1],[2].

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'éruption commence le 19 février 1792[1]. Une coulée de lave dacitique de quatre kilomètres de longueur et des nuées ardentes sont émises depuis le flanc nord-est du mont Fugen[2] ce qui entraîne des évacuations et des destructions[1]. Le 21 mai[3], alors que l'éruption semble terminée depuis environ un mois[2], deux séismes[3] provoquent l'effondrement du Tenguyama, un dôme de lave situé sur le flanc oriental du Mayuyama, un autre dôme de lave[4] situé entre le mont Fugen et Shimabara, sur la côte de la baie du même nom[5]. Cet effondrement entraîne une avalanche de débris qui détruit une partie de la ville[5],[6] faisant environ 9 000 premiers morts[2]. En atteignant la baie après 6,5 kilomètres de parcours[7], la masse de débris progresse de plusieurs kilomètres dans la mer[7] en formant un tsunami qui touche 77 kilomètres de côtes environnantes[5],[6],[8], provoquant la mort d'environ 6 000 personnes supplémentaires[2].

L'éruption se termine le 22 juillet 1792[1],[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Au total, cette éruption d'indice d'explosivité volcanique de 2 rejettera 26 106⋅m3 de lave[1]. Les débris de l'avalanche formeront les nombreuses petites îles en face de Shimabara[7].

Avec environ 15 000 morts, elle est la plus meurtrière des éruptions volcaniques ayant eu lieu au Japon durant les temps historiques[5],[9]. La marque de l'effondrement est toujours visible avec la forme en amphithéâtre du Mayuyama[5] et les îlots, partie émergée d'hummocks, situés dans la baie de Shimabara en face de la ville[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Histoire éruptive », Global Volcanism Program (consulté le 2 avril 2011)
  2. a, b, c, d, e et f (fr) « Éruptions volcaniques historiques » (consulté le 2 avril 2011)
  3. a et b (en) L. Siebert, « Landslides resulting from structural failure of volcanoes », in Stephen G. Evans et Jerome V. DeGraff, Catastrophic landslides: effects, occurrence, and mechanisms, pp. 222-223.
  4. (en) « Synonymes et sous-éléments », Global Volcanism Program (consulté le 2 avril 2011)
  5. a, b, c, d et e (en) « Unzen Volcano, Japan », Cascades Volcano Observatory (consulté le 2 avril 2011)
  6. a et b (en) « Unzen, Japan », Oregon State University (consulté le 2 avril 2011)
  7. a, b, c et d (en) « Photo 019096 », Global Volcanism Program (consulté le 2 avril 2011)
  8. (en) « Photo 046008 », Global Volcanism Program (consulté le 2 avril 2011)
  9. (en) Eric Johnston, « Latest volcano show: Shinmoe », Japan Times,‎ 1er avril 2011 (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]