Éric Filiol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Éric Filiol

alt=Description de l'image Fifi3.jpg.
Naissance 20 février 1962 (52 ans)
Domicile Laval (France)
Nationalité Drapeau de la France Français
Champs Cryptographie (symétrique), cryptanalyse, virologie informatique, stéganographie, analyse et étude technique du concept de lutte informatique offensive
Institutions Professeur à l'ESIEA (Laval)
Directeur du laboratoire Confiance Numérique et Sécurité
Diplôme Diplôme d'ingénieur en cryptologie
D.E.A d'algorithmique et théorie des codes
Doctorat en mathématiques appliquées et informatique
Formation DCSSI
École polytechnique
NATO School (Oberammergau)
Directrice de thèse Pascale Charpin (INRIA)
Distinctions Prix Roberval 2004
Médaille d'honeur de la ville de Rennes
Chevalier de l'Ordre National du Mérite (sceau 4493 A 08)
Site https://sites.google.com/site/ericfiliol/

Éric Filiol est un expert français en cryptologie et virologie informatique. Il a été lieutenant-colonel de l'armée de terre française et a notamment servi comme cryptanalyste militaire de 1991 à 1997 au 44e régiment d'infanterie, régiment rassemblant les militaires affectés à la DGSE[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Retraité de l'armée, Éric Filiol était le responsable de 2001 à 2007 du laboratoire de virologie et de cryptologie de l'ESAT et est aujourd'hui Directeur du centre de recherche de l'ESIEA et y dirige le laboratoire Confiance Numérique et Sécurité[2][3] (anciennement laboratoire de cryptologie et virologie opérationnelles). Éric Filiol a d'abord suivi une formation universitaire scientifique avant de s'engager comme officier sous contrat (OSC/E) dans l'armée de terre française. Après un début de parcours classique dans la voie Commandements, il opte en 1991 pour une voie technique dans le domaine de la cryptologie au sein de la DGSE. De 1997 à 2001, il est affecté à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan en qualité d'enseignant-chercheur militaire où il se spécialise notamment en virologie informatique. En 2004 et 2008, il obtient respectivement les qualifications Intelligence Warning Systems et Information Operations de l'école de l'OTAN à Oberammergau. Il est titulaire d'un diplôme d'ingénieur en cryptologie (DCSSI), d'un DEA en algorithme et théorie des codes (École polytechnique) et d'une thèse de doctorat en informatique et mathématiques appliquées soutenue à l'École polytechnique le 28 Mars 2001 et intitulée Techniques de reconstruction en cryptologie et théorie des codes. Le 17 Janvier 2007, il passe son habilitation à diriger des recherches, intitulée Modèles booléens en virologie et en cryptologie, à l'université de Rennes I.

En 2003, Éric Filiol publie une cryptanalyse du standard de chiffrement AES. Son analyse est réfutée par plusieurs chercheurs[4].

En 2011, il annonce la mise au point d'une attaque remettant en cause l'intégrité du réseau TOR, sans toutefois annoncer véritablement la faille utilisée, ce qui a poussé le projet à expliquer sur un post de blog que l'attaque était déjà connue[5].

Responsabilités[modifier | modifier le code]

Domaines de compétences[modifier | modifier le code]

Ses domaines de prédilection sont :

Dans le domaine de la virologie informatique, ses thèmes principaux de recherche sont les suivants :

  • Analyse de virus informatiques
  • Prospective dans le domaine des techniques virales
  • Conception et développement de techniques antivirales
  • Techniques cryptologiques en virologie informatique

Récompenses[modifier | modifier le code]

Éric Filiol a reçu le Prix Roberval 2004, prix de la communication scientifique en langue française, pour son ouvrage Les virus informatiques : théorie, pratique et applications, Springer, Collection IRIS.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]