Éric Dumont (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éric Dumont et Dumont.

Éric Dumont

Description de cette image, également commentée ci-après

Éric Dumont à l’hôtel de Lassay

Autres noms Paul Fauray
Hiram
Activités Médecin
Officier de marine
Écrivain français
Naissance
Alger (Algérie)
Genres Roman policier
Roman d'espionnage

Éric Dumont est un médecin, officier de marine, haut fonctionnaire et écrivain français né le à Alger (Algérie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Le père d'Éric Dumont était militaire, affecté à Blida et sa mère italienne. À la fin de l’année 1960, il rejoindra l’Italie avec sa mère, avant de rentrer en France en 1963 à Dijon, puis à Paris. Après une éducation jésuite, en 1976, il rejoint le collège naval de Brest pour y préparer le concours de l’École navale. Inapte physiquement, il intégrera en 1979 l’École de santé navale de Bordeaux où il suivra des études de médecine.

En 1983, il écrit et monte ses premières pièces de théâtre, des farces rédigées en alexandrins.[réf. nécessaire]

En 1987, alors médecin aspirant à l’École d’application du service de santé pour la Marine à Toulon, il devient docteur en médecine après soutenance de sa thèse Mutilations dentaires rituelles en méso Amérique précolombienne.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Il rejoint pour sa première affectation l’escorteur lance missiles Du Chayla et participe à l'opération Prométhée de défense des intérêts français en mer d’Oman de janvier à septembre 1988 pendant la guerre entre l’Iran et l’Irak. Au cours de cette opération, il participera à deux missions périlleuses : la première en Somalie pour porter secours à un ressortissant canadien blessé, la seconde lors de la tentative de sauvetage du cargo Fatima où il porte assistance médicale à neuf marins blessés. Ces deux sauvetages, réalisés dans des conditions particulièrement dangereuses lui valent une citation et l’attribution de la croix de la Valeur militaire.

Il restera médecin embarqué jusqu’en 1991 sur plusieurs bâtiments de la Marine nationale. Au cours de cette période, il participera à de nombreuses opérations de sauvetage et sera hélitreuillé à bord de navires en péril, parfois en pleine tempête pour porter assistance à des blessés.

En 1991, nommé médecin chef de la Marine en mer Rouge et golfe d’Aden, il va pouvoir donner libre cours à sa soif d’aventures. La guerre civile djiboutienne éclate entre les Afars et les Somalis en novembre 1991.

Combattants du Frud, Djibouti 1992

Il se porte volontaire pour effectuer des tournées médicales en territoire rebelle. Ainsi, en mars 1992, en préfigurateur de l'Opération Iskoutir, sous la menace des armes, dans des conditions particulièrement hostiles, il va négocier et obtenir des combattants rebelles afars l’ouverture d’un poste sanitaire à Dorra. À partir de cette date, il effectue de nombreuses missions sanitaires auprès des populations du nord de Djibouti, créant un climat de confiance par sa maîtrise des langues afar et somali, entre les rebelles et les autorités françaises, contribuant ainsi largement à la conclusion d’un cessez-le-feu.

En novembre 1992, il organise et participe activement au plan de sauvetage d’un boat people en perdition au large de la Somalie avec 320 personnes à bord.

En février 1993, grâce à sa maîtrise de la langue arabe, il va effectuer une mission d’assistance auprès de la Marine yéménite contribuant au rapprochement entre les marines française et yéménite. Cette coopération préfigurera l’implantation de Total au Yémen. Il effectuera également une opération de recherche d’une ancienne base navale secrète soviétique à Socotra.

En juin 1993, dans des conditions météorologiques particulièrement difficiles, sous la menace de pirates somaliens, de nuit, il sauve l’équipage d’un voilier en perdition dont le skipper avait été abattu. Au cours de ses années en corne de l’Afrique, Éric Dumont aura connu la chute de Mengistu en Éthiopie (1991), la crise de Somalie (1992) et l’ouverture du Yémen à l’Occident (1993).

En septembre 1993, il est nommé chef du bureau technique à la Direction du Service de Santé en Région Maritime Atlantique, il est également l’officier chargé du suivi de la construction des locaux hospitaliers du porte-avions Charles de Gaulle. Il peut ainsi mettre à profit son expérience embarquée et concrétiser les concepts novateurs qu’il avait développés dans un mémoire sur la capacité de soutien sanitaire des porte-avions dans le cas de projection de forces.

En septembre 1994, il est nommé adjoint au directeur du Service de Santé dans l’arrondissement maritime de Cherbourg. Il est, entre autres, le maître d’œuvre du volet sanitaire lors du sauvetage du ferry Stena Chalenger échoué à Calais en septembre 1995. Il actualisera, à la suite de cet événement, le plan de secours à naufragés en Manche et mer du Nord.

Carrière dans la haute fonction publique[modifier | modifier le code]

En septembre 1997, il quitte la Marine nationale et rejoint École nationale d’administration (ENA) pour intégrer le corps des administrateurs civils[1].

Il débute alors une carrière de haut fonctionnaire jusqu’en avril 2000, date à laquelle il prend un congé sans salaire pour rejoindre le Commandement des opérations spéciales (COS) comme officier de Marine. Il part au Kosovo créer la cellule d’analyse politique auprès de la brigade française dans l’immédiate après-guerre en ex-Yougoslavie. Ses analyses quotidiennes seront particulièrement appréciées par l’équipe de l’administrateur au Kosovo. Cet outil de conseil permettra entre autres de désamorcer la crise des prisonniers serbes de Mitrovica, d’éviter à plusieurs reprises la montée de la tension entre les acteurs locaux, d’organiser l’opération Vulcain de prise de contrôle de l’usine de Zvecan, de lutter contre le crime organisé et la capture de criminels de guerre[2].

En 2001, il revient en France au ministère des Affaires sociales. Chef du bureau de la coopération internationale, en prise directe avec le cabinet du ministre de la santé, il crée et rend opérationnel le groupement d’intérêt public Esther de lutte contre le Sida, acteur essentiel dans la nouvelle doctrine d’accès des pays pauvres au traitement contre le VIH sida. Il sera également un acteur essentiel de lutte contre les contrefaçons de médicaments dans les anciens pays du bloc de l’Est.[réf. nécessaire]

En février 2003, il crée la cellule de coordination de lutte contre le bio-terrorisme pour réactualiser la Plan Biotox. Il contribue largement à doter la France d’une dizaine de plans de réponses à diverses formes d’attaques bio-terroristes (dont entre autres la variole, la peste, le charbon, les risques chimique ou radiologique…)[2].

En juillet 2003 il est nommé sous-préfet[3] chargé de mission auprès du préfet du Var. Il est responsable entre autres de la politique de la ville. Lors de l’été 2005, il pilote la cellule de crise et coordonne les secours sur le terrain lors des incendies du Pradet et d’Hyères. Ces deux incendies ont représenté de réels dangers pour la population. Au Pradet, l’incendie faisait rage sur un terrain chargé de munitions. Des campings ont dû être évacués. À Hyères, des habitations ont été menacées dont une cité de logements sociaux.

En juillet 2006, il devient premier conseiller à la chambre régionale des comptes[4] de Bretagne.

Entre juillet 2007 et juin 2012, il sera conseiller social et défense de Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée nationale[5].

En 2008, alors capitaine de frégate de réserve, il est rappelé à l’État-major des armées (EMA) au bureau J 3 Europe (opérations) au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) pour y piloter la cellule de crise en lien avec le ministère des Affaires étrangères pour l’évacuation des ressortissants français à Tbilissi lors de la deuxième Guerre d'Ossétie du Sud[2]. Le 17 mars 2011, il est en Syrie lorsqu'éclate la guerre civile syrienne dans le cadre du Printemps arabe. Il effectuera un séjour dans plusieurs pays du Proche-Orient.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2013, il s'installe à Saint André de Cubzac en Gironde. Il est père de quatre enfants : Rachel (1985) infirmière, Arnaud (1989) élève ingénieur à l'Université de Wolverhampton (Angleterre), Julien-Ludwig (1991) élève officier à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr et Lucile (1998). Le 9 décembre 2013, il crée le blog cgravedoc dans lequel il décrypte quotidiennement l'actualité politique nationale et internationale. En février 2014, il devient journaliste correspondant pour le quotidien Sud Ouest.

Décorations[modifier | modifier le code]

Il est titulaire de très nombreuses distinctions françaises ou étrangères, dont notamment :

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Mort sur annonces, Liv’ éditions, 2003
  • L’Amant double, Liv’ éditions, 2004
  • Toulon sur Seyne, Liv’ éditions, 2006
  • Blanche est la nuit, Editions Autres Talents, 2013
Sous le nom de Paul Fauray
Sous le nom d’Hiram

Théâtre[modifier | modifier le code]

Travaux et publications[modifier | modifier le code]

  • Les Accidents liés aux arthropodes des montagnes françaises (mémoire) 1985
  • Les Porte-avions, stratégie d’emploi en tant que plate forme aéro sanitaire en opérations extérieures (mémoire) 1987
  • Les Accidents liés à la chaleur et leur prévention à bord des bâtiments de la Marine nationale (travail scientifique) 1988
  • L’Alcoolisme chez les marins dans l’arrondissement maritime de Brest (mémoire) 1989
  • L’Adaptation des cycles du sommeil chez les militaires en opérations de guerre (travail scientifique) 1990
  • Articles dans diverses revues (Nouvelle revue maritime, Cols bleus, Revue historique des armées, LOS)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]