Érable argenté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Érable argenté ou Érable de Virginie (Acer saccharinum) est une espèce d'arbre de la famille des Acéracées[1].

Description[modifier | modifier le code]

Les fleurs apparaissent à la fin de l'hiver avant les feuilles.

L'écorce est gris argenté et son bois tendre est peu apprécié dans l’industrie[1]. Le système de racines est peu profond et fibreux. Il s'étend en largeur beaucoup plus qu'en profondeur.

Le feuillage est caduc, avec des feuilles à 5 lobes profondément découpées vertes au-dessus et argentées en dessous, jaunes ou rouges en automne (selon la température)[1]. Le pétiole est vert et/ou rose long de 5 à 15 cm.

Les fleurs jaune verdâtre disposées en glomérules apparaissent à la fin de l'hiver ou au tout début du printemps[1].

Les fruits sont des disamares ailées longues de 4 à 7 cm en angle obtus[1], mûres dès le mois de mai/juin. Elles ne se conservent pas et doivent donc être semées immédiatement. Elles servent souvent de premières nourritures printanières aux animaux de la forêt. L'arbre commence à produire des fruits à partir de 10 ans.

La croissance est rapide. L'arbre peut être nuisible s'il est planté près d'une maison. L'espérance de vie est comprise entre 100 et 150 ans[1]. Il peut atteindre de 20 à 30 m de haut. La plantation s'effectue en automne. La multiplication se fait par semis en mai (juste après la récolte), ou par bouturage en juin-juillet.

Les branches sont cassantes. L'érable argenté ressemble beaucoup à Acer rubrum mais se différencie à ses feuilles plus grandes et argentées en dessous. D'autre part les rameaux sont légèrement retombants.

Son nom latin est Acer Saccharinum 'Laciniatum Wieri' ; Il existe également une variété pyramidale (Acer Saccharinum Pyramidale).

Habitat[modifier | modifier le code]

L’arbre est originaire de l’Est de l'Amérique du Nord. Il est présent à proximité des Grands lacs aussi bien au Canada qu’aux États-Unis. Au Canada, il s’étend depuis l’embouchure du fleuve Saint-Laurent jusqu’aux provinces du Nouveau-Brunswick et du Québec. L’arbre a été introduit en Europe en 1725[1]. Il est fréquent dans les parcs car il supporte bien la pollution atmosphérique des villes. Il pousse à l'état sauvage dans les vallées humides et le long des cours d'eau. L'érable argenté apprécie un sol bien drainé, plutôt argileux, éviter le calcaire. Il peut tolérer des inondations temporaires. L'érable argenté apprécie le soleil, ou la mi-ombre. Il est rustique et résiste jusqu'à -30 °C[1].
Note: Cet arbre malgré sa beauté ne devrait jamais être près de toutes structures : ses branches sont cassantes et ses racines qui sont peu profondes et qui refont surface rejaillissent et forment de nouveaux arbres à des emplacements parfois problématiques.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (fr) Arbres - Jaromir Pokorny - p.122 - (ISBN 2-7000-1818-4) - Éditions Gründ - 1987