Équitation aux Jeux olympiques d'été de 1992

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Équitation aux Jeux olympiques d'été de 1992

Description de l'image Equestrian pictogram.svg. Description de l'image Olympic rings.svg.
Généralités
Éditions 19e
Lieu Drapeau : Espagne Barcelone
Nations 34
Participants 216
Épreuves 6

Navigation

L'équitation est présente aux Jeux olympiques d'été de 1992 avec six épreuves issues de trois disciplines disputées en individuel et par équipe : le concours complet, le dressage et le saut d'obstacles. Trente-quatre nations représentées par 216 athlètes prennent part à la compétition. L'Allemagne remporte le plus grand nombre de médailles lors de ces compétitions équestres avec sept médailles dont trois en or. L'Australie remporte quant à elle deux médailles d'or et les Pays-Bas trois médailles mais seulement une en or.

La particularité de cette édition se situe au niveau des conditions climatiques dans lesquelles se sont déroulées les épreuves équestres. Les fortes températures constatées au cours de l'été madrilène ont eu un fort impact sur les chevaux au cours du concours, en particulier lors de l'épreuve de cross. Cet événement a permis une prise de conscience quant au peu d'études scientifiques existantes jusqu'alors sur l'acclimatation des athlètes équins. Les problématiques rencontrées lors de ces jeux ont ainsi été exploitées afin d'assurer de meilleures conditions sportives aux chevaux lors des Jeux d'Atlanta en 1996.

Organisation[modifier | modifier le code]

Site des compétitions[modifier | modifier le code]

Les épreuves équestres se sont principalement tenues sur le site du Real Club de Polo de Barcelone, qui a nécessité des aménagements conséquents pour l'occasion, exécutés et financés entièrement par le comité olympique. Les épreuves de sauts d'obstacles, de dressage ainsi que la finale du complet s'y sont jouées[1]. Mise part la finale, l'ensemble des épreuves du complet se sont déroulées à 70 km de Barcelone au pôle équestre El Montanyà sur un site de près de 200 hectares[2],[3].

Calendrier[modifier | modifier le code]

Les épreuves équestres se sont déroulées du jeudi 28 juillet au dimanche 9 août 1992 avec quatre journées sans épreuve, le 31 juillet et le 1er, le 6 et le 8 août[4],[2].

Équitation aux Jeux olympiques de 1992
Jour (juillet puis août) 27 28 29 30 31 1er 2 3 4 5 6 7 8 9
Dressage individuel C C F
Dressage par équipes C F
Saut d'obstacles individuel C C F
Saut d'obstacles par équipes F
Concours complet individuel C C C F
Concours complet par équipes C C C F

Participation[modifier | modifier le code]

Lors de cette édition, 34 nations ont participé aux épreuves équestres des jeux, représentées par 216 athlètes. Sept pays ont été capables d'engager le maximum de concurrents possibles par nation, soit douze athlètes : la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Suède et les États-Unis. La Croatie, les Philippines et l'Afrique du Sud font leur première participation équestre aux Jeux olympiques cette année-là[5].

Épreuves[modifier | modifier le code]

Six titres issus de trois disciplines sont disputés à l'occasion de ces Jeux olympiques d'été de 1992[6].

Discipline Individuel Par équipe Total
Dressage 1 1 2
Saut d'obstacles 1 1 2
Concours complet 1 1 2
Total 3 3 6

Compétition[modifier | modifier le code]

Les jeux de 1992 présentent six épreuves équestres : le complet en individuel et par équipe, le dressage en individuel en individuel et par équipe et le saut d'obstacles en individuel et par équipe[6].

Saut d’obstacles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saut d’obstacles.
Gros plan sur un cheval de face bai foncé franchissant un obstacle dont on aperçoit que les barres supérieures.
Le cavalier belge Ludo Philippaerts et Darco lors de l'épreuve de saut d'obstacles.

87 couples en provenance de 30 délégations ont pris part à la compétition[2]. La compétition par équipe s'est déroulée le 4 août en deux manches, manches en l’occurrence qualificatives à la compétition individuelle. Une troisième manche qualificative s'est tenue le 7 août, mais celle-ci n'étant pas obligatoire, les cavaliers déjà qualifiés ne s'y sont pas présentés ou n'ont passé que quelques obstacles pour ménager leurs chevaux, au grand damne des spectateurs[7]. La finale a eu lieu le 9 août[7].

D'après l'analyse du magazine l'Éperon, le chef de piste, Nicholas Alvares de Bahorques, a réalisé pour ces Jeux des tours très gros, avec plusieurs obstacles présentant des pièges, notamment visuels, qui ont augmenté le nombre de fautes. Les obstacles présentent un design très creux avec de grands vides, certaines barres marrons se mélangeant même visuellement avec le sol de la carrière[8].

Invividuel[modifier | modifier le code]

La compétition individuelle est remportée par l'allemand Ludger Beerbaum qui réalise deux très beaux parcours sans pénalités et dans les temps. La médaille d'argent est pour le néerlandais Piet Raymakers qui totalise 0.25 points de pénalité et la médaille de bronze est remportée par l'américain Norman Dello Joio et ses 4.75 points[7],[9].

Médaille Pays Nom Cheval
Med 1.png
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Ludger Beerbaum Classic Touch
Med 2.png
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Piet Raymakers Ratina Z
Med 3.png
Drapeau des États-Unis États-Unis Norman Dello Joio Irish

Par équipe[modifier | modifier le code]

Alors qu'ils n'étaient pas attendus, ce sont les Pyas-Bas qui remportent la compétition par équipe avec 12 points[7],[9], le pays n'étant pas monté sur le podium dans la discipline depuis 1936[10]. Autre surprise, l'Autriche remporte l'argent avec 16.75 points[7],[9] et monte pour la première fois de son histoire en équipe sur le podium depuis la création des Jeux olympiques[10]. La France repart avec la médaille de bronze et 24.75 points[7],[9] notamment grâce aux deux très bons parcours d'Hervé Godignon et de Quidam de Revel[11]. L'Espagne, pourtant bien placée dans les pronostics pour remporter une médaille au vu de la qualité de ses cavaliers et de ses chevaux, termine à la quatrième place avec 25.5 points[7],[9].

Médaille Pays Nom Cheval
Med 1.png
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Piet Raymakers Ratina Z
Bert Romp Waldo E
Jan Tops Top Gun
Jos Lansink Egano
Med 2.png
Drapeau de l'Autriche Autriche Boris Boor Love Me Tender
Jörg Münzner Graf Grande
Hugo Simon Apricot D
Thomas Frühmann Genius
Med 3.png
Drapeau de la France France Hervé Godignon Quidam de Revel
Hubert Bourdy Razzina du Poncel
Michel Robert Nonix
Éric Navet Quito de Baussy

Dressage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dressage (discipline olympique).

49 couples en provenance de 19 délégations ont pris part à la compétition. La compétition par équipe s'est déroulée les 2 et 3 août, servant d'épreuves qualificatives à la compétition individuelle qui s'est tenue le 5 août[12].

Invividuel[modifier | modifier le code]

Timbre représentant un cheval bai de profil monté en bride par une cavalière en redingotte exécutant un trot allongé.
Nicole Uphoff et Rembrandt en 1988 sur un timbre du Paraguay.

Le couple Nicole Uphoff et Rembrandt domine la compétition et remporte très aisément la médaille d'or[12],[13] avec un total de 1626 points[9]. La cavalière remporte ainsi son deuxième titre olympique en individuel après Séoul[12],[13]. Les excellentes transitions piaffer-passage et passage-galop de Rembrandt ont été saluées par la presse spécialisée[13]. Deux autres cavaliers allemands, Isabell Werth et Klaus Balkenhol, remportent respectivement la médaille d'argent et la médaille de bronze avec 1551 points et 1515 points[9].

Médaille Pays Nom Cheval
Med 1.png
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Nicole Uphoff Rembrandt
Med 2.png
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Isabell Werth Gigolo
Med 3.png
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Klaus Balkenhol Goldstern

Par équipe[modifier | modifier le code]

Au vu des résultats individuels, l'Allemagne remporte tout naturellement la médaille d'or avec 5224 points. Les Pays-Bas obtiennent la médaille d'argent avec 4742 points et les États-Unis prennent la médaille de bronze avec 4643 points[9],[14]. Cette médaille de bronze américaine est particulièrement due à la prestation de Carol Lavell et son cheval Gifted[15].

Médaille Pays Nom Cheval
Med 1.png
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Klaus Balkenhol Goldstern
Nicole Uphoff Rembrandt
Monica Theodorescu Grunox
Isabell Werth Gigolo
Med 2.png
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Maria Bartels de Vries Courage
Anky van Grunsven Bonfire
Ellen Bonjt Larius
Annemarie Sanders-Keyzer Montreux
Med 3.png
Drapeau des États-Unis États-Unis Robert Dover Lectron
Carol Lavell Gifted
Charlotte Bredahl Monsieur
Michael Poulin Graf George

Concours complet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Concours complet d’équitation.

82 couples en provenance de 25 délégations ont pris part à la compétition. Chaque délégation a pu inscrire quatre couples cheval/cavalier[2]. Le concours débute les 27 et 28 juillet avec la discipline du dressage. Les épreuves de cross et d'endurance se déroulent le 29 juillet avec un routier (phase A), suivi d'un steeplechase (phase B), d'un nouveau routier (phase C) et enfin du cross (phase D). Le cross est constitué de 33 obstacles répartis sur un parcours de 7 410 m à réaliser en 13 minutes maximum[16]. La finale du concours s'est déroulée quant à elle le 30 juillet[12].

Le parcours de cross construit par Wolfgang Feld[17] a suscité de nombreuses réactions. Il présente la particularité de posséder deux facettes très différentes : le chemin le plus direct, également le plus rapide, s'est avéré extrêmement difficile, alors que son alternative, plus longue, est beaucoup plus facile. Seuls les meilleurs couples ont pu tenter les passages les plus directs, les cavaliers moins aguerris risquant l'accident[18]. Les magazines équestres français portent ainsi un regard assez sévère sur le déroulement de l'épreuve. Cheval magazine regrette que certains cavaliers expérimentés aient pris les options longues, rendant le spectacle « peu excitant »[19]. Les journalistes du magazine constatent également que le temps accordé sur l'ensemble des épreuves de fond était insuffisant. Sur le cross, le meilleur cavalier a terminé avec des pénalités de retard alors qu'il a pris le parcours le plus difficile et qu'il a été le plus rapide. Le deuxième routier a également posé problème, le terrain n'offrant pas de lignes droites et planes, le temps requis était sous-estimé[20]. Le magazine L'Éperon, quant à lui, regrette le peu d'imagination du décor[17]. Pour ce qui est de la problématique du cross à deux niveaux, le magazine en revanche la comprend, l'esprit olympique voulant qu'un maximum de concurrents parviennent au bout de l'épreuve[17].

Individuel[modifier | modifier le code]

A l'issu du dressage, c'est l'allemand Matthias Andreas Baumann montant Alabaster qui mène le classement. Il est suivi par deux cavaliers britanniques. 82 chevaux prennent le départ de l'épreuve de cross et 70 parviennent à terminer le parcours. L'épreuve est remportée par l'australien Matthew Ryan[16]. Lors de la finale, ce dernier maintient sa place en tête du classement et remporte la médaille d'or[12] avec 70 points de pénalité[9]. La médaille d’argent est remportée par Herbert Blöcker pour l'Allemagne avec 81.3 points et Blyth Tait remporte la médaille de bronze avec 87.6 points[12],[9]. Le classement individuel est établi par l'addition des points de pénalité des trois épreuves[2].

Médaille Pays Nom Cheval
Med 1.png
Drapeau de l'Australie Australie Matthew Ryan Kibah Tic Toc
Med 2.png
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Herbert Bloecker Feine Dame
Med 3.png
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Blyth Tait Messiah

Par équipe[modifier | modifier le code]

Le classement par équipe est établi par la somme des trois meilleurs scores individuels réalisée au cours des trois épreuves[2]. Au terme des épreuves d'endurance, la Nouvelle-Zélande est en tête suivie par l'Australie et l'Allemagne[16]. Mais lors de l'épreuve de sauts d'obstacles, le néozélandais Andrew Nicholson renverse neuf obstacles, le faisant passé de la seconde place à la seizième place, et rétrogradant ainsi son équipe à la médaille d'argent au classement final avec 290.8 points. L'or est donc gagné par l'Australie avec 288.6 points et le bronze va à l'Allemagne qui totalise 300.3 points[12],[9].

Médaille Pays Nom Cheval
Med 1.png
Drapeau de l'Australie Australie David Green Duncan II
Gillian Rolton Peppermint Grove
Andrew Hoy Kiwi
Matthew Ryan Kibah Tic Toc
Med 2.png
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Blyth Tait Missiah
Andrew Nicholson Spinning Rhombu
Mark Todd Welton Greylag
Victoria Latta Chief
Med 3.png
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Herbert Bloecker Feine Dame
Ralf Ehrenbrink Kildare II
Matthias Baumann Alabaster
Cord Mysegages Ricardo

Médailles[modifier | modifier le code]

L'Allemagne remporte le plus grand nombre de médailles lors de ces compétitions équestres avec sept médailles dont trois en or, poursuivant ainsi leurs bons résultats des Jeux de 1988. Les résultats de l'Australie et des Pays-Bas sont également notables avec deux médailles d'or pour les australiens et trois médailles pour les néerlandais mais seulement une en or[2].

Rang Pays Med 1.png Med 2.png Med 3.png Total
1 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 3 2 2 7
2 Drapeau de l'Australie Australie 2 0 0 2
3 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1 2 0 3
4 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 0 1 1 2
5 Drapeau de l'Autriche Autriche 0 1 0 1
6 Drapeau des États-Unis États-Unis 0 0 2 2
7 Drapeau de la France France 0 0 1 1

Conditions climatiques[modifier | modifier le code]

La particularité de cette édition se situe au niveau des conditions climatiques dans lesquelles se sont déroulées les épreuves équestres. Les fortes températures constatées au cours de l'été madrilène ont eu un fort impact sur les chevaux au cours du concours, en particulier lors de l'épreuve de cross où plusieurs chevaux se sont trouvés en grande difficulté physique[21],[22]. Ces chevaux présentent des signes d'hyperthermie et de très fortes températures[23]. C'est la première fois dans l'histoire des Jeux que les conditions climatiques affectent indéniablement les performances sportives des chevaux[24]. Cet événement a permis une prise de conscience quant au peu d'études scientifiques existantes jusqu'alors sur l'acclimatation des athlètes équins[25]. Les problématiques rencontrées lors de ces jeux ont ainsi été exploitées afin d'assurer de meilleures conditions sportives aux chevaux lors des Jeux d'Atlanta en 1996[26],[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport officiel Vol.2 1992, p. 221-222
  2. a, b, c, d, e, f et g Rapport officiel Vol.4 1992, p. 171
  3. Cheval magazine 1992, p. 17
  4. Rapport officiel Vol.3 1992, p. 24
  5. (en) Fédération équestre internationale, « Participation by Country 1912-2012 » [PDF] (consulté le 21 novembre 2014)
  6. a et b Rapport officiel Vol.5 1992, p. 7
  7. a, b, c, d, e, f et g Rapport officiel Vol.4 1992, p. 174
  8. P.R., « Saut d'obstacles par équipe : Les grands chevaux de bronze », L'Éperon, no 106,‎ , p. 37-42
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Rapport officiel Vol.4 1992, p. 175
  10. a et b Cheval magazine 1992, p. 12
  11. Cheval magazine 1992, p. 15
  12. a, b, c, d, e, f et g Rapport officiel Vol.4 1992, p. 173
  13. a, b et c Cheval magazine 1992, p. 28
  14. Cheval magazine 1992, p. 29
  15. Bryant 2008, p. 222
  16. a, b et c Rapport officiel Vol.4 1992, p. 172
  17. a, b et c P.R., « Complet : L'énergie pacifique », L'Éperon, no 106,‎ , p. 19-23
  18. Bryant 2008, p. 139
  19. Cheval magazine 1992, p. 21
  20. Cheval magazine 1992, p. 24
  21. de Haan et Johnson 2010, p. 133
  22. Bryant 2008, p. 114
  23. de Haan et Johnson 2010, p. 136
  24. de Haan et Johnson 2010, p. 151
  25. de Haan et Johnson 2010, p. 148
  26. de Haan et Johnson 2010, p. 149
  27. Bryant 2008, p. 115

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Rapport officiel Vol.2, Games of the XXV Olympiad Barcelona 1992 : The means, Barcelona, COOB'92. S.A.,‎ (ISBN 8478681094, lire en ligne [PDF])
  • (en) Rapport officiel Vol.3, Games of the XXV Olympiad Barcelona 1992 : The organisation, Barcelona, COOB'92. S.A.,‎ (ISBN 8478681108, lire en ligne [PDF])
  • (en) Rapport officiel Vol.4, Games of the XXV Olympiad Barcelona 1992 : The games, Barcelona, COOB'92. S.A.,‎ (ISBN 847868106X, lire en ligne [PDF])
  • (en) Rapport officiel Vol.5, Games of the XXV Olympiad Barcelona 1992 : The results, Barcelona, COOB'92. S.A.,‎ (ISBN 847868283X, lire en ligne [PDF])
  • (en) Jennifer O. Bryant, Olympic Equestrian : A Century of International Horse Sport, Eclipse Press,‎ , 270 p. (ISBN 9781581501797)
  • (en) Donna de Haan et Jenni-Louise Johnson, « The Influential Games : How the Barcelona Olympics Changed the Sport of Eventing », Sport Science Review, vol. XIX, no 3-4,‎ (ISBN 9781476600666, lire en ligne)

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • Cheval magazine, « Cahier spécial Jeux olympiques », Cheval magazine, no 250,‎ , p. 1-48