Équipe des États-Unis de rugby à XIII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

États-UnisEmpty.pngÉtats-Unis

Description de l'image  Tomahawksusa.jpg.
Surnom Tomahawks
maillot maillot maillot
short
Kit socks.svg
Sélectionneur Drapeau des États-Unis David Niu
Capitaine Louis Tulio
Premier match officiel Flag of France.svg France 31 - 0 États-Unis Drapeau : États-Unis
9 janvier 1954
Plus large victoire Drapeau : États-Unis États-Unis 78 - 6 Japon Drapeau : Japon
27 juin 2003
Plus large défaite Drapeau : Angleterre Angleterre 110 - 0 Drapeau : États-Unis États-Unis
2000
Coupe du monde Phases finales : 0/13

L'équipe des États-Unis de rugby à XIII, surnommée les Tomahawks, est l'équipe qui représente les États-Unis dans les principales compétitions internationales du rugby à XIII sous l'égide de l'American National Rugby League.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les American All-Stars[modifier | modifier le code]

En 1953, Mike Dimitro, un promoteur de catch, forme une équipe de rugby à XIII appelé les American Rugby League All Stars[1]. Elle part en tournée en Australasie pour y jouer 26 matchs. Aucun des 22 joueurs américains avaient déjà joué au rugby à XIII avant cette tournée, ils se sont présentés dans une tenue de football américain dès le début du tournoi. Son bilan est mitigé, 6 victoires, 2 nuls et 18 défaites.

Leur deuxième match de la tournée, contre une sélection de Sydney, attire une foule de 65 453 spectateurs au Sydney Cricket Ground. Ensuite, le public s'étiole au fil des lourdes défaites des American All-Stars. Le meilleur des joueurs américains Al Kirkland décide de rester à Sydney et rejoint le club de Parramatta où il joua une saison en 1956 (18 matchs pour 4 essais).

Mike Dimitro organise 2 matchs d'exhibition en Californie, entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande. En 1954, l'équipe des États-Unis affrontent la France à Paris.

La renaissance[modifier | modifier le code]

Après l'échec de Dimitro d'implanter le rugby à XIII aux États-Unis, l'équipe nationale se reforme et affronte le Canada en 1987. Elle participe aussi au World Sevens (1992-1997), au Superleague World Nines (1996, 1997), à la Coupe du monde des pays émergents (2000) et à la Victory Cup (2003, 2004). En 2007, elle participe aux qualifications pour la Coupe du monde de rugby à XIII de 2008. Après avoir battu le Japon, ils perdent face au Samoa et ne se qualifient pas pour leur première coupe du monde. En 2009, pour le compte de l'Atlantic Cup, les États-unis affrontent la Jamaïque à Jacksonville. Ils remportent cette partie 37 à 22 devant 3 500 spectateurs[2],[3].

Participation à la Coupe du monde 2013[modifier | modifier le code]

Pour se qualifier pour la Coupe du monde 2013, les États-Unis disputent un tournoi régional contre la Jamaïque et l'Afrique du sud. Ils parviennent à s'imposer facilement 40-4 à l'occasion de leur deux rencontres et se qualifient enfin à leur première Coupe du monde de leur histoire. La sélection est composée de nombreux joueurs né et évoluant hors des États-Unis tels que Joseph Paulo, Matt Petersen ou Joel Luani.

En match de préparation, ils surprennent la France en la battant 22-18. Cette victoire les lance idéalement dans la compétition puisqu'ils déjouent les pronostics et s'imposent tout d'abord contre les Îles Cook (32-20) puis contre le pays de Galles (24-16), se positionnant parfaitement pour se qualifier en quart de finale avant leur rencontre contre l'Écosse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The American All-Stars Rugby League Team, rl1908.com.
  2. USA beats Jamaica, americanrugbynews.
  3. USA TAKE ATLANTIC CUP IN THRILLER‏, rlef.eu.com.

Lien externe[modifier | modifier le code]