Équipe d'intervention en cas de catastrophe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Équipe d’intervention en cas de catastrophe ou EICC (Disaster Assistance Response Team ou DART en anglais) est une organisation ad hoc des Forces canadiennes rapidement déployable composée de 200 personnes afin de fournir de l'assistance aux régions affectées par un désastre naturel jusqu'à 40 jours. Le quartier général de l'EICC est basé à la base des Forces canadiennes (BFC) Kingston à Kingston en Ontario. L'EICC fut créée à l'automne 1996 par le gouvernement canadien en réponse à la réaction inadéquate au génocide au Rwanda en 1994 où l'aide canadienne arriva après le pic de l'épidémie de choléra. Le gouvernement décida qu'il serait utile d'avoir une équipe d'intervention rapide en attendant les troupes d'aide à long terme.

Rôle[modifier | modifier le code]

Le rôle de l'Équipe d'intervention en cas de catastrophe est de maintenir un effectif rapidement déployable partout dans le monde pour venir en aide lors de catastrophes naturelles ou de crises humanitaires. Le rôle principal de l'EICC est d'appuyer les organisations gouvernementales et non gouvernementales qui ont pour but de soulager les populations dans une crise humanitaire[1].

Structure[modifier | modifier le code]

L'Équipe d'intervention en cas de catastrophe est composée d'environ 200 militaires qui sont rapidement déployables. Ceux-ci sont répartis en un peloton de logistique, une troupe d'ingénieurs, un peloton de soins médicaux et un peloton de défense et de sécurité en plus de son quartier général qui comprend des éléments de transmissions. La troupe d'ingénieurs comprend une section de purification d'eau, une section de génie de campagne et une section d'équipement lourd. Le peloton de soins médicaux comprend le personnel médical nécessaire à traiter de 200 à 250 patients externes chaque jour et 10 patients hospitalisés[1].

Budget[modifier | modifier le code]

L'Équipe d'intervention en cas de catastrophe a un budget annuel de 500 000 dollars canadiens. Cependant, lors d'incidents spécifiques, le gouvernement peut décider d'allouer temporairement des millions de dollars à l'EICC. Par exemple, l'opération Torrent en 1999 en Turquie a vu 15 millions de dollars canadiens être utilisés par l'EICC.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Équipe d'intervention en cas de catastrophe des Forces canadiennes sur le site du Commandement de la Force expéditionnaire du Canada, 10 janvier 2005, page consultée le 20 novembre 2011