Équipe d'Australie de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe d'Australie de football féminin.

Drapeau : Australie Équipe d'Australie

Écusson de l' Équipe d'Australie
Généralités
Confédération AFC
Couleurs jaune et vert
Surnom Socceroos
Stade principal Sydney Football Stadium
Classement FIFA en augmentation 63e (13 mars 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Australie Ange Postecoglou
Capitaine Lucas Neill
Plus sélectionné Mark Schwarzer (109)
Meilleur buteur Tim Cahill (31)

Rencontres officielles historiques

Premier match Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande 3 - 1 Drapeau : Australie Australie
(17 juin 1922)
Plus large victoire Australie Drapeau : Australie 31 - 0 Drapeau : Samoa américaines Samoa américaines
Plus large défaite Australie Drapeau : Australie 0 - 8 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud
(17 septembre 1955)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 4
Huitièmes de finale (1) en 2006
Coupe d'Asie Phases finales : 2
Deuxième (1) en 2011
Coupe d'Océanie Phases finales : 6
Vainqueur (4) en 1980, 1996, 2000 et 2004

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Australie à la Coupe du monde 2014

L'équipe d'Australie de football (Australia national football (soccer) team) est la sélection de joueurs australiens représentant le pays lors des compétitions internationales de football masculin, sous l'égide de la Fédération d'Australie de football.

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire le 17 juin 1922 face à la Nouvelle-Zélande, match perdu sur le score de trois buts à un. Affiliée à la FIFA en 1963, la Fédération est membre fondateur de la Confédération du football d'Océanie en 1966. La sélection néo-zélandaise dispute ses premières qualifications à une phase finale de Coupe du monde en 1966.

L'Australie remporte son premier trophée continental avec la Coupe d'Océanie en 1980. Elle compte trois autres victoires dans cette compétition en 1996, 2000 et 2004, ainsi que trois participations à une phase finale de la Coupe du monde, en 1974, en 2006 et en 2010. Elle est également qualifiée pour la Coupe du monde de 2014. L'Australie est considérée comme la meilleure nation de la Confédération du football d'Océanie jusqu'à son rattachement en 2006 à la Confédération asiatique de football, dont le niveau et le nombre de places qualificatives en Coupe du monde sont plus élevés. En septembre 2009, elle atteint le 14e rang du classement mondial de la FIFA, son plus haut historique.

Les Australiens, surnommés les « Socceroos », disputent leurs rencontres à domicile à l'ANZ Stadium, stade de 82 500 places situé à Sydney, ou également au Sydney Football Stadium, d'une capacité de 45 500 places. L'équipe est entraînée depuis 2013 par l'Australien Ange Postecoglou.

Histoire[modifier | modifier le code]

1922-1964 : les débuts de l'Australie[modifier | modifier le code]

L'équipe d'Australie en 1924.

La première équipe nationale australienne est constituée en 1922 pour une tournée en Nouvelle-Zélande. Elle joue son premier match le 17 juin 1922 à Dunedin, contre sa voisine, la Nouvelle-Zélande, perdu 3 buts à 1. Les Socceroos font match nul (1-1) face aux mêmes Néo-Zélandais la semaine suivante puis s'inclinent une seconde fois, trois buts à un, le 8 juillet[2]. L'année suivante, en mai 1923, les Néo-Zélandais se rendent en Australie pour une tournée de trois mois au cours de laquelle ils disputent trois rencontres face à l'Australie. La sélection néo-zélandaise remporte « The Ashes[note 1] », un trophée remis en jeu à chaque confrontation entre les deux nations jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, en s'imposant à deux reprises pour une défaite[5],[6].

L'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud deviennent des adversaires réguliers lors de match amicaux au cours des décennies suivantes. En 36 ans, l'Australie affronte l'Afrique du Sud à 14 reprises lors de trois différentes tournées, et la Nouvelle-Zélande à 21 occasions au cours de sept tournées. En 1924, l'Australie accueille la première tournée du Canada, qui perd son premier match officiel le 7 juin à Brisbane sur le score de 3 buts à 2. L'Australie remporte finalement la tournée, avec trois victoires, un match nul et deux défaites[7]. La sélection néo-zélandaise se rend de nouveau en Australie en 1933 et repart avec trois défaites[8],[9]. Trois ans plus tard, l'Australie fait le chemin inverse et conserve « The Ashes » en s'imposant lors des trois rencontres organisées[10]. Lors du deuxième match à Wellington, le 11 juillet 1936, l'Australie bat notamment la Nouvelle-Zélande sur le large score de dix buts à zéro[11],[12]. En 1938, l'Australie, qui n'a pas disputé de rencontres internationales depuis deux ans, accueille pour la première fois l'Inde. La sélection australienne remporte trois des cinq confrontations pour une seule défaite[13].

Les confrontations internationales s'interrompent avec la Seconde Guerre mondiale et ne reprennent qu'en 1947, avec la tournée de l'Afrique du Sud sur le sol australien. Les Bafana Bafana disputent leur première rencontre internationale le 10 mai 1947 devant 40 000 spectateurs au Sydney Cricket Ground, qu'ils remportent deux buts à un. L'Australie s'incline encore deux fois lors des quatre matchs suivants, pour une seule victoire[14]. En 1948, l'Australie effectue sa troisième tournée sur le sol néo-zélandais. Les Socceroos disputent 13 matchs, neuf contre des clubs et sélections locales et quatre contre l'équipe nationale du pays hôte, qu'ils remportent tous assez nettement[15]. Deux ans plus tard, les Australiens quittent pour la première fois le continent pour l'Afrique du Sud. Après deux défaites initiales, les Australiens s'imposent deux fois, à Port Elizabeth et au Cap[16]. En 1954 et 1955, l'Australie est encore l'hôte de tournées néo-zélandaise et sud-africaine. Contre la Nouvelle-Zélande, les Australiens remportent deux victoires et sont défaits une fois[17]. L'année suivante, les Bafana Bafana remportent les cinq duels[18]. Lors du troisième match de cette tournée, le 17 septembre à Adélaïde, les Australiens sont battus sur le score de 8 buts à 0. C'est à ce jour la plus large enregistrée par la sélection.

À un an des Jeux olympiques de Melbourne, la sélection australienne de football paraît en grande difficulté. Afin de préparer le tournoi olympique - le premier tournoi majeur auquel la sélection, qualifiée en tant que pays hôte, participe - les Australiens organisent une série de rencontres amicales, d'abord contre la plupart des États et territoires de l'Australie, puis contre des sélections du reste du monde : Union soviétique (défaite 15-1), Grande-Bretagne, Yougoslavie et l'Inde, deux fois[19]. Le tournoi olympique est organisé en une unique phase à élimination directe. La sélection australienne, entraînée par Richard Telfer (en), affronte le Japon pour son entrée en lice. Deux buts de Graham McMillan, sur pénalty, et Frank Loughran (en) suffisent à l'emporter (2-0)[20]. Face à l'Inde en quart de finale, les Australiens sont menés deux fois mais égalisent par Bruce Morrow (en). Neville D’Souza puis Krishna Kittu scellent la victoire des Indiens[21]. L'inexpérience des joueurs explique en partie cette élimination décevante[22]. L'Union soviétique remporte finalement le tournoi.

En 1958, l'Australie se rend une nouvelle fois en Nouvelle-Zélande, pour une victoire et un match nul[23]. Mais l'avènement du voyage aérien et la baisse des coûts du transport dans les années 1960 va bientôt permettre à l'Australie de diversifier ses adversaires, en dépit de son isolement géographique. La Fédération d'Australie de football (Football Federation Australia Ltd.) est finalement fondée en 1961. Elle s'affilie à la FIFA en 1963 et fonde avec son homologue de Nouvelle-Zélande la Confédération du football d'Océanie (OFC) en 1966.

1965-1995 : premières campagnes de qualification à la Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Échecs en 1966 et 1970[modifier | modifier le code]

En 1965, l'Australie effectue sa première tentative de qualification pour une Coupe du monde. Quatre équipes s'affrontent dans la zone Asie-Océanie : la Corée du Nord, la Corée du Sud, l'Australie et l'Afrique du Sud. L'Afrique du Sud, suspendue par la FIFA, ne peut finalement pas participer aux éliminatoires et la Corée du Sud se retire lorsque l'AFC décide d'organiser le tournoi au Cambodge et non plus au Japon. La Corée du Nord et l'Australie s'affrontent donc en deux matchs à Phnom Penh. Le 21 novembre, les Nord-Coréens l'emportent nettement (1-6), Les Scheinflug (en) sauvant l'honneur sur penalty. Les Australiens s'inclinent de nouveau au match retour, malgré l'ouverture du score de Scheinflug (1-3), et laisset les Chollimas partir en Angleterre[24],[25].

À la suite de cette élimination, l'Australie dispute plusieurs matchs contre des sélections asiatiques : Cambodge, Hong Kong, Taïwan et la Malaisie, battue deux fois[26]. En 1967, les Australiens disputent la Quoc Khanh Cup (en) organisée au Viêt Nam du Sud lors de la Guerre du Viêt Nam[27]. Ils remportent la compétition amicale en s'imposant en finale contre la Corée du Sud (3-2). Les Aussies disputent ensuite et remportent trois rencontres amicales en Asie du sud-est, contre l'Indonésie, Singapour et la Malaisie[28]. En 1968, les Australiens reçoivent le Japon. La série de trois rencontres s'achève sur un bilan équilibré (une victoire, un nul, une défaite)[29].

L’Australie débute la préparation pour les qualifications du Mondial 1970 par trois matchs amicaux contre la sélection grecque. Les Aussies remportent cette première confrontation à une sélection européenne sur la plus petite des marges (grâec à un but sur penalty d'Attila Abonyi), puis concédent un match nul (2-2) et une défaite (0-2). En octobre 1969, le Japon, l'Australie et la Corée du Sud se disputent le billet pour le deuxième tour de qualification de la zone Asie-Océanie, lors de rencontres aller-retour organisées à Séoul. L'Australie termine en tête de la poule après deux victoires et deux matchs nuls la poule et se qualifie à un premier barrage contre la Rhodésie, organisé sur terrain neutre au Mozambique. Après deux matchs nuls (1-1 puis 0-0), les Australiens remportent le match d'appui disputé le 1er décembre (3-1), grâce à Willie Rutherford (en), Johnny Warren et un but contre son camp rhodésie. Au dernier tour, l'Australie affronte Israël, qui remporte le match aller à Tel Aviv (1-0). Les Australiens concèdent le match nul au retour à Sydney (1-1), offrant la qualification à Israël pour le Mondial[30],[31].

Les Australiens organisent en 1970 une tournée lointaine : ils l'emportent en Israël, puis à Athènes contre la Grèce, et enfin face au Mexique, le 2 décembre à Mexico[32]. En 1971, les Israéliens effectuent une tournée de trois matchs en Australie, pour une victoire et une défaite[33]. L'année suivante, les Australiens remportent cinq de leur six matchs amicaux disputés à travers l'Asie, contre l'Indonésie, la Nouvelle-Zélande, le Sud-Vietnam, la Corée du Sud deux fois, et les Philippines[34].

Première Coupe du monde en 1974[modifier | modifier le code]

La route vers la Coupe du monde 1974 débute un an plus tôt, par une phase de groupe qui se dispute en Australie et en Nouvelle Zélande[35]. L'Australie y devance son plus illustre adversaire, la Nouvelle-Zélande, ainsi que l'Indonésie et l'Irak, et se qualifie pour la demi-finale du tournoi de qualification face au vainqueur de la poule du Moyen-Orient, l'Iran. Vainqueurs 3-0 à Sydney, les Socceroos sont dominés au Stade Azadi de Téhéran mais sauvent leur qualification en ne s'inclinant que deux buts à zéro. Pour le match final de la zone Asie-Océanie, les Australiens affrontent la Corée du Sud. L'aller à Sydney se conclue sur un match nul et vierge. Menés rapidement 2-0 à Séoul, les Australiens parviennent finalement à égaliser. Un match d'appui est organisé à Hong Kong, au cours duquel Jimmy Mackay marque le seul but, offrant à son pays un billet pour une Coupe du monde pour la première fois[36],[37].

Début 1974, les Australiens organisent quatre matchs amicaux afin de se préparer à la plus prestigieuse des compétions de football, dont deux confrontations contre les Uruguayens[38], champions du monde en 1930 et 1950 : le premier match à Melbourne s'achève sans but, le second à Sydney voit la victoire des Aussies (2-0), malgré des gestes d'une rare violence. Luis Garisto est expulsé après avoir porté un coup si violent à l'Australien Ray Baartz qu'il met fin à la carrière de ce dernier[39].

Lors de la Coupe du monde en Allemagne, les Australiens affrontent la Allemagne de l'Est, la Allemagne de l'Ouest et le Chili. Pour leur entrée dans la compétition, les Aussies sont opposés à la RDA, un autre novice en Coupe du monde, qui impose un football d'engagement rude. Après une première période sans but, l'Australie s’incline après un but contre son camp de l'arrière Curran et un autre, remarquable, de la vedette est-allemande Joachim Streich[40], malgré les bonnes performances d'Alston et Bulgevic[41]. Les Australiens s'inclinent plus sèchement lors de leur seconde rencontre, face à la nation hôte et futur vainqueur de l'épreuve (0-3)[42]. Déjà éliminée, l'Australie dispute un dernier match sans enjeu contre le Chili qui s'achève sans but[43]. L'Australie repart d'Allemagne avec un seul point et sans avoir marqué le moindre but, au dernier rang du groupe A.

De nouveaux échecs en qualification en 1978, 1982 et 1986[modifier | modifier le code]

Les qualifications pour la Coupe du monde 1978 se déroulent en 1977[44]. L'Australie est versé dans le groupe Océanie en compagnie de la Nouvelle-Zélande et de Taïwan. Sur le terrain neutre de Ba aux Îles Fidji, les Aussies dominent deux fois les Taïwanais et profitent de leur présence sur l'île pour jouer contre les Fidji, vainqueurs surprise. Les Australiens battent ensuite difficilement les All whites à Sydney (2-1) et obtiennent au retour le match nul suffisant à leur qualification pour le tour final. L'Australie y retrouve les autres sélections vainqueur de leur groupe de qualification, Hong Kong, l'Iran, la Corée du Sud et le Koweït. Les Iraniens, qui l'emportent à Sydney grâce à un but de Hassan Rowshan puis à Téhéran grâce à Ghafour Djahani, enlèvent le seul billet pour la Coupe du monde[45],[46]. En 1978, l'Australie reçoit de nouveau la Grèce, qui remporte deux des trois duels de sa tournée.

En 1980, l'Australie remporte la 2e édition de la Coupe de l'Océanie, la première à laquelle elle participe, en battant en finale Tahiti (6-2). Puis elle organise de nombreux matchs amicaux pour préparer les qualifications pour la Coupe du monde 1982, contre la Tchécoslovaquie, l'Angleterre, l'Irlande du Nord et le Mexique notamment[47]. L'Australie se trouve dans le groupe Océanie en compagnie de la Nouvelle-Zélande, de Taïwan, de l'Indonésie et des Fidji. Tenus en échec à Auckland par les Néo-Zélandais (3-3), les Australiens sont surpris lors du match retour au Sydney Cricket Ground et battus (0-2). Les Australiens enchaînent sur des victoires nécessaires face à l'Indonésie et Taïwan à domicile, face à la sélection fidjienne à Suva puis à Melbourne, sur le score éclatant de dix buts à zéro, dont sept buts de Gary Cole. Mais la large victoire des Néo-Zélandais face aux mêmes Fidjiens (13-0) à Auckland élimine les Australiens à deux journées de la fin du tournoi[48],[49]. En 1982 et 1983, les Australiens remportent les deux premières éditions de la Merlion Cup (en) à Singapour. En 1983 ils reçoivent de nouveau les Anglais, pour deux nuls et une défaite. Enfin ils démarrent cette même année la Trans-Tasman Cup (en), un tournoi avec la Nouvelle-Zélande qui prend la place de la Coupe d'Océanie.

Les tours préliminaires à la Coupe du monde de football 1986 débute à l'automne 1985 pour l'Australie[50], qui retrouve dans le groupe « Océanie » la Nouvelle-Zélande, Taïwan et Israël. Après un nul à Auckland, une victoire à Tel Aviv-Jaffa et un nouveau match nul au retour contre les Israéliens et deux victoires faciles face aux Taïwanais, les Australiens répondent aux attentes mais doivent jouer un match décisif face aux Néo-Zélandais. Un nouveau succès (2-0) permet à l'Australie de remporter sa poule et se qualifier pour un barrage intercontinental face au moins bon deuxième de la zone UEFA[51],[52]. Elle affronte pour ce barrage l'Écosse, où Alex Ferguson vient de succéder au célèbre Jock Stein, mort sur le banc lors d'un match contre le pays de Galles. À l'Hampden Park de Glasgow, devant plus de 60 000 supporteurs, les Socceroos résistent jusqu'aux deux buts de Davie Cooper et Frank McAvennie peu après la pause. Au retour, le 4 décembre à l'Olympic Park Stadium de Melbourne, ils ne parviennent pas à forcer le verrou écossais et concèdent un match nul (0-0) qui qualifie les Écossais à la Coupe du monde[53].

En 1987, l'Australie est invitée par la Corée du Sud à la President's Cup (en) dont elle est battue en finale par la sélection hôte, aux tirs au but, après avoir écarté l’Égypte en demi-finale.

Jeux olympiques d'été 1988[modifier | modifier le code]

L'Australie fait son retour dans les tournois qualificatifs aux Jeux d'olympiques pour l'édition 1988[54]. Les Socceroos débutent leur campagne de pré-qualification à Taipei le 15 novembre 1987 par une nette victoire (3-0)[55], confirmée au retour, avant de devancer la Nouvelle-Zélande, Israël et Taïwan, encore, à domicile et en Nouvelle-Zélande. Le 27 mars, lors de l'ultime rencontre de qualification disputée à l'Eden Park d'Auckland, les Australiens s'ouvrent les portes des Jeux olympiques en battant une dernière fois Taïwan[56]. Quelques semaines avant de rejoindre Séoul pour les JO, les Australiens rencontrent dans le cadre de l'Australia Bicentenary Gold Cup (en) le Brésil, deux fois, l'Argentine et l'Arabie saoudite, battues respectivement 4-1 et 3-0[57].

Pour le tournoi olympique, le sélectionneur yougoslave Frank Arok (en) convoque Alan Davidson, ancien défenseur de Nottingham Forest, John Kosmina, l'attaquant du Sydney Olympic, mais aussi Graham Arnold, Frank Farina ou encore Charlie Yankos. Le tirage au sort place la sélection australienne dans le groupe D en compagnie du Brésil, de Yougoslavie et du Nigeria. Le 18 septembre à Gwangju, les Australiens débutent leur tournoi par une courte victoire, leur premier en tournoi olympique, sur la Yougoslavie, grâce au seul but de Frank Farina[58]. Deux jours plus tard, ils s'inclinent face au Brésil sur un triplé de Romário[59]. L'ultime match de poule contre le Nigeria est décisif et les Australiens l'emportent grâce à un but de Kosmina[60]. En quart de finale les Australiens affrontent l'Union soviétique, tout juste finaliste de l'Euro 1988, en quart de finale. Après une période vierge de but, les Australiens s'effondrent et s'inclinent 3-0[61] face au futur vainqueur du tournoi. Par la suite le tournoi olympique est limité non plus aux joueurs amateurs mais à ceux de moins de 23 ans, ce qui entraîne la création d'une sélection olympique australienne spécifique.

Nouveaux échecs en 1990 et 1994[modifier | modifier le code]

Les tours préliminaires à la Coupe du monde de football 1990 débutent dans la foulée des JO pour l'Australie[62]. Après avoir remporté leur duel habituel avec la Nouvelle Zélande en Trans-Tasman Cup (en), les Aussies écartent logiquement les Fidji au premier tour des qualifications, malgré une défaite surprise à Nadi au match aller, et retrouvent au second tour la Nouvelle-Zélande et d'Israël. L'Australie débute bien en battant la Nouvelle Zélande à domicile puis en obtenant le match nul en Israël, mais elle s'incline à Auckland pour son 3e match. La réception de la sélection de l'État hébreu est décisive : les Australiens concèdent l'ouverture du score et ne parviennent à égaliser qu'à la 88e minute par Paul Trimboli[63]. Le match nul élimine l'Australie et qualifie Israël pour le barrage intercontinental, perdu face à la Colombie[64].

Début 1992, la sélection dispute une série de matchs amicaux rassurants, avec des victoires contre la Suède et la Croatie, deux fois chacune, et les États-Unis, battus sur leur terrain, notamment. En septembre 1992, l'Australie attaque les Tours préliminaires à la Coupe du monde de football 1994 aux États-Unis[65]. Au premier tour de qualification, les Australiens affrontent Tahiti et des îles Salomon. Accrochés lors de leur premier match aux îles Salomon, les Australiens remportent finalement les quatre rencontres et se qualifient pour le second tour, où ils retrouvent les Néo-Zélandais. Vainqueurs à Auckland (1-0) puis au retour (3-0), les Aussies doivent affronter au tour suivant le finaliste de la zone Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes (CONCACAF) : le Canada. Ils s'inclinent à l'aller à Edmonton (1-2) mais s'impose sur le même score au retour, grâce à Frank Farina et Mehmet Durakovic. La qualification se joue aux tirs au but, au cours desquels le jeune Mark Schwarzer repousse deux tirs canadiens et qualifie les siens pour le tour suivant[66].

Le 31 octobre 1993, les Australiens affrontent lors d'un dernier barrage l'Argentine, 5e de la zone Amérique du Sud. À Sydney, Abel Balbo donne l'avantage aux Argentins sur un centre du revenant Diego Maradona, mais Aurelio Vidmar égalise pour l'Australie. Lors du match retour au Monumental de Buenos Aires, les Australiens s'inclinent sur un but contre son camp d'Alex Tobin et sont éliminés aux portes du mondial américain[67],[68],[69].

L'Autralie dispute au Japon la Coupe Kirin 1994, remportée par la France. En 1995, la sélection dispute une nouvelle série de matchs amicaux, notamment contre la Colombie (un nul et une défaite), le Ghana (deux victoires et une défaite) et l'Argentine (une défaite). En fin d'année elle remporte face à la Nouvelle-Zélande la dernière édition de la Trans-Tasman Cup (en), qui laisse la place l'année suivante au retour de la Coupe d'Océanie.

Le décollage de l’Australie (1996-2003)[modifier | modifier le code]

Le mandat mitigé de Terry Venables[modifier | modifier le code]

En novembre 1996, la fédération recrute l'Anglais Terry Venables, ancien entraîneur du FC Barcelone et ancien sélectionneur de son pays, pour diriger la sélection lors de la finale de la Coupe d'Océanie de football 1996, la première édition à être considérée ocmme un compétition continentale par la FIFA. Les Australiens remportent le trophée en écrasant la sélection de Tahiti en deux parties (6-0, 5-0).

La sélection de Venables attaque à partir de juin 1997 les tours préliminaires à la Coupe du monde de football 1998. Après avoir écarté sans mal les îles Salomon et Tahiti, elle affronte au second tour la Nouvelle-Zélande, vainqueur de l'autre groupe de qualification d’Océanie. Deux victoires nettes (3-0 à Auckland, puis 2-0 au retour à Syndeney) lui offrent les portes d'un barrage intercontinental face à l'Iran[70],[71]. Le match aller se déroule le 22 novembre au stade Azadi de Téhéran. Devant 100 000 spectateurs, les Australiens ouvrent le score par Harry Kewell, avant que Khodadad Azizi n'égalise. Ce match nul paraît favorable. Au match retour une semaine plus tard, 85 000 personnes sont présents au Melbourne Cricket Ground. Kewell ouvre encore le score, puis Aurelio Vidmar double la mise après la pause. Mais les Australiens encaissent deux buts en cinq minutes, par Karim Bagheri et Khodadad Azizi à quinze minutes du terme. Le score ne bouge pas et la sélection australienne est éliminée à cause de la règle des buts marqués à l'extérieur[72],[73].

Feuille de match de la finale de la Coupe des confédération 1997.

Quelques jours après cette grande déception, les Australiens sont invités en tant que champions d'Océanie à leur première Coupe des confédérations, où ils retrouvent les différents champions continentaux. Venables s'appuie sur les qualités défensives de ses joueurs et bâtit un système de jeu prudent, misant sur les contre-attaques pour marquer[74]. Au premier tour, ils affrontent l'Arabie saoudite (nation hôte et vainqueur de la Coupe d'Asie des nations 1996), le Brésil (vainqueur de la Coupe du monde 1994) et le Mexique (vainqueur de la Gold Cup 1996). Face aux Mexicains, Mark Viduka permet aux siens d'atteindre la pause avec un but d'avance. John Aloisi puis Damian Mori scelle la victoire des Australiens (3-1)[75]. Le 14 décembre, face aux quadruples champions du monde brésiliens, les Australiens obtiennent le match nul (0-0)[76]. Malgré une dernière défaite face à l'Arabie saoudite[77], à Riyad, les Australiens sont qualifiés pour les demi-finales. Ils yrencontrent l'Uruguay. Alors que le temps réglementaire s'est achevé sans but, le joueur du Leeds Harry Kewell trompe l'Uruguayen Claudio Flores (en) en prolongation. Ce but en or qualifie les Aussies pour la finale, où ils retrouvent la Seleção brésilienne[78]. Cette fois le Brésil s'impose largement (6-0), grâce à deux triplés de ses attaquants Romário et Ronaldo[79]. Après une dernière et lourde défaite en Croatie juste avant la Coupe du monde (0-7), Venables quitte la sélection[80].

Avec l'Argentin Raul Blanco (en) sur le banc, les Australiens attaquent fin 1998 une nouvelle édition de la Coupe d'Océanie. Le 28 septembre, ils l'emportent 16-0 face au Îles Cook, approchant le record mondial détenu par l'Iran en match officiel FIFA. En finale à Brisbane, ils s'inclinent face à la Nouvelle-Zélande (0-1). En juin 1999 l'Australie reçoit une sélection mondiale de la FIFA pour l'inauguration du Stade olympique de Sydney, construit pour les Jeux olympiques d'été de 2000[81].

Nouvelle déception avec Frank Farina[modifier | modifier le code]

Frank Farina, sélectionneur de 1999 à 2005.

Frank Farina, ancienne vedette de la sélection, est nommé entraineur fin 1999. Il débute par deux matchs face à la sélection olympique du Brésil. L'année 2000 est marquée par la 3e édition de la Coupe d'Océanie, organisée à Papeete, à Tahiti. Retrouvant la Nouvelle-Zélande en finale, l'Australie s'impose cette fois (2-0) et est invitée à ce titre à la Coupe des confédérations 2001. Privés de leurs deux vedettes, Harry Kewell et Mark Viduka, les Australiens y évoluent dans un système en 4-4-2 en phase offensive et en 4-5-1 en phase défensive[82]. Ils sont versés dans le groupe A en compagnie de la Corée du Sud, nation hôte, de l'France, vainqueur de l'Euro 2000, et du Mexique, tenant du titre, face auquel ils débutent le tournoi par une victoire nette (2-0, buts de Shaun Murphy et Josip Skoko)[83]. Face aux champions du monde et d'Europe en titre français, qui présentent une équipe bis, les Socceroos remportent une victoire surprise mais méritée (1-0, but de Clayton Zane)[84]. Malgré leur défaite face aux Sud-Coréens pour le 3e match (0-1)[85], ils sont qualifiés pour les demi-finales à la différence de buts. Ils y rencontrent le Japon, co-organisateur du tournoi. À Yokohama, sous une pluie diluvienne, les Australiens s'inclinent sur un but sur coup franc d'Hidetoshi Nakata[86]. En petite finale face au Brésil, ils sont plutôt dominés mais tiennent grâce au bon match de leur gardien de but Mark Schwarzer. En fin de match Shaun Murphy marque et offre la 3e place à l'Australie (1-0)[87].

Les tours préliminaires à la Coupe du monde de football 2002 se déroulent à partir d'avril 2001[88]. Les Australiens prennent très facilement la tête de leur poule de premier tour, composée des Fidji, des Samoa, des Samoa américaines et des Tonga. L'ensemble des matchs du groupe 1 se sont déroulés du 7 au 16 avril à Coffs Harbour en Australie. L'Australie inscrivent notamment 22 buts face aux Tonga[89], 31 buts face aux Samoa américaines[90], dont treize du seul Archie Thompson, un record en match international[91]. Les Australiens retrouvent au 2e tour leur adversaire traditionnel en Océanie, la Nouvelle-Zélande. Les Aussies s'imposent nettement, que ce soit à l'aller à Wellington (2-0)[92] qu'au retour à Sydney (4-1)[93] et se qualifient ainsi pour un barrage intercontinental décisif[94],[95].

L'Australie y affronte cette fois l'Uruguay, cinquième de la zone sud-américaine. À l'aller au Melbourne Cricket Ground, aucune des deux sélections ne parvient à prendre l'avantage jusqu'à ce que l'attaquant australien Paul Agostino obtienne un pénalty, transformé par Kevin Muscat. Cinq jours plus tard, au Stade Centenario de Montevideo devant 62 000 Uruguayens, la Celeste fait rapidement son retard grâce à Darío Silva. À vingt minutes du terme, Richard Morales double la mise, puis clôt la marque dans les arrêts de jeu, assurant ainsi le billet pour le mondial 2002 à son équipe. Une nouvelle fois écartée sur la dernière marche, la sélection connaît son 7e échec d'affilée en qualification. Malgré cet échec, Frank Farina est confirmé à son poste.

En 2002, la sélection atteint la finale de la Coupe d'Océanie organisée en Nouvelle-Zélande mais s'y incline cette fois contre la sélection hôte. Ryan Nelsen est le seul buteur en finale.

2004-2006, « la génération dorée »[modifier | modifier le code]

Après une année 2003 quasi blanche, la sélection australienne dispute la Coupe d'Océanie 2004. Le tournoi se joue en plusieurs tours, du 29 mai au 12 octobre[96],[97]. Exempt de premier tour, l'Australie rejoint lors du tour final, qui sert également d'éliminatoires à la Coupe du monde 2006, la Nouvelle-Zélande, Tahiti, Fidji, Vanuatu et les îles Salomon. Après une victoire initiale sur la Nouvelle-Zélande (1-0)[98], les Australiens déroulent. Ils concèdent seulement lors de leur dernier match un nul (2-2) face aux îles Salomon, qui permet à cette sélection surprise de devancer d'un point la Nouvelle-Zélande pour la place dauphin. Une finale en deux matchs est organisée entre les deux premiers, remportée facilement par les Australiens (5-0 puis 6-1)[99]. C'est le quatrième titre de champion d'Océanie pour l'Australie et une 3e qualification pour la Coupe des confédérations.

Australie face à l'Allemagne pendant la coupe des confédérations 2005

Lors de la Coupe des confédérations 2005, l'équipe australienne affronte l'Allemagne, nation hôte, l'Argentine, qualifiée en tant que finaliste de la Copa América 2004, et la Tunisie, vainqueur de la Coupe d'Afrique 2004. Face à la Mannschaft, elle s'incline à l'issue d'un match spectaculaire, où elle a égalisé à deux reprises (4-3)[100]. Face à l'Albiceleste, les Autraliens sont menés de deux buts à la pause. Revenus de 3-0 à 3-2 en seconde période en profitant d'erreurs de la défense, ils s'inclinent finalement un 4e but qui clôt la marque[101]. Son équipe étant éliminée, Farina troque pour le dernier match face à la Tunisie sa formation en 4-1-4-1 pour un 3-5-2 largement remanié[102]. Les Australiens s'inclinent une troisième fois (0-2)[103], poussant Frank Farina à la démission.

Guus Hiddink, sélectionneur de l'Australe de 2005 à 2006.

Le 22 juillet, Guus Hiddink est officiellement annoncé sélectionneur de l'Australie, avec pour mission de la mener à la Coupe du monde à venir[104]. Cette annonce intervient après d'intenses spéculations dans les médias. Hiddink continue d'entrainer le PSV Eindhoven en parallèle. Suite à la Coupe d'Océanie 2004, l'Australie doit livrer avec les îles Salomon un nouveau duel pour décider du vainqueur de la zone Océanie. Sans surprise, les Australiens en sortent largement vainqueurs (7-0 à Sydney[105], 2-1 à Honiara[106]) et s'offre un nouveau barrage intercontinental contre le cinquième de la zone CONMEBOL : l'Uruguay, déjà tombeur des Australiens au même stade de la compétition quatre ans plus tôt[107].

John Aloisi transformant le tir au but décisif face à l'Uruguay.

Pour le match aller du barrage, le 12 novembre, les Australiens se déplacent à l'Estadio Centenario de Montevideo en Uruguay. Le défenseur Darío Rodríguez ouvre le score à la 37e minute sur un service d'Álvaro Recoba. En seconde période, le gardien de but australien Mark Schwarzer permet aux siens de ne pas perdre tout espoir avant le match retour en réalisant deux parades sur Richard Morales puis sur Recoba. L'Australie s’incline finalement 1-0[108]. Le match retour se déroule quatre jours plus tard à Sydney devant plus de 80 000 spectateurs. Mark Bresciano profite peu après la demi-heure de jeu d'une frappe ratée de Mark Viduka pour tromper le gardien uruguayen Fabián Carini. Plus rien n'est marqué, poussant les deux équipes à la séance des tirs au but. En stoppant les tentatives de Darío Rodríguez et Marcelo Zalayeta, Schwarzer offre la qualification aux Australiens[109], qui provoque des scènes de liesse dans le pays, les Socceroos se qualifiant pour une Coupe du monde pour la première fois depuis 32 ans[110].

L'Australie est versée dans le Groupe F en compagnie du Japon, de la Croatie et du tenant du titre, le Brésil. Le sélectionneur Guus Hiddink s'adjoint pour le tournoi de l'ancien international Johan Neeskens. De nouveaux maillots sont dessinés, rappelant ceux de 1974. Pendant la préparation, l'Australien Tony Vidmar doit mettre un terme à carrière au haut niveau après la découverte d'une maladie cardiaque. Plusieurs matchs amicaux sont organisés, notamment contre la Grèce, alors champion d'Europe en titre, battue (1-0) dans un Melbourne Cricket Ground bondé[111]. Aux Pays-Bas, une des meilleures sélections du moment, les Australiens obtiennent un match nul prometteur (1-1)[112].

L'Australie face au Japon Coupe du Monde 2006.

Lors de la Coupe du monde, l'équipe nationale australienne est basée dans le Bade-Wurtemberg, à Öhringen. Quelques jours avant le premier match de l'Australie contre le Japon, qui s'annonce décisif, il est rapporté par la presse les propos du président de la Fédération japonaise de football Saburō Kawabuchi selon lequel les joueurs australiens sont coupables de fautes grossières et qu'ils ciblent les chevilles en particulier[113]. Ces propos sont vite démentis. Le 12 juin au Fritz-Walter-Stadion de Kaiserslautern, les Socceroos, menés 1-0 à un quart de la fin, battent le Japon (3-1) grâce à un doublé de Tim Cahill et à une réalisation de John Aloisi, tous deux entrés en jeu en seconde période. L'ouverture du score de Shunsuke Nakamura fait polémique, les Australiens considérant qu'il aurait du être refusé pour une charge sur le gardien de but[114]. Ces buts sont les premiers jamais inscrits par l'Australie en phase finale de Coupe du monde[115].

Quelques heures avant la deuxième rencontre, face au Brésil, un journal britannique affirme que des joueurs australiens ont effectué des paris entre eux, ce qui serait interdit par les règlements de la FIFA[116]. Les joueurs confirment, le gardien de but Zeljko Kalac tenant le rôle du bookmaker. La FIFA clôt l'affaire en précisant ses règlements interdisent les paris auprès de bookmakers professionnels et non au sein d'une équipe[117]. À Munich, les Australiens mettent en échec les Brésiliens jusqu'à la pause, mais encaissent deux buts en deuxième mi-temps, par Adriano et Fred (2-0)[118] et de se qualifier pour les huitièmes de finale. Harry Kewell est mis en cause pour une altercation avec l'arbitre, mais l'incident est clos sans sanction[119]. Le dernier match face à la Croatie, le 22 juin, s'annonce décisif. Menés deux fois, les Australiens reviennent chaque fois au score, grâce à Craig Moore sur pénalty et Harry Kewell, à la « limite du hors-jeu »[120]. L'arbitrage de cette rencontre fait polémique[121]. Grâce à ce match nul, l'Australie se qualifie pour le premier huitième de finale de son histoire.

Australie face à l'Italie en Coupe du Monde 2006.

Le 26 juin, l’Australie affronte l'Italie au Fritz-Walter-Stadion de Kaiserslautern. La vedette australienne Kewell est forfait[122]. L'Australie tient son rang, la mi-temps est atteinte sur un score vierge. L'Italie, bien aue réduite à dix après l'expulsion de Marco Materazzi pour un tacle violent, pousse en fin de match. Au bout des arrêts de jeu, Fabio Grosso obtient un pénalty controversé, transformé par Francesco Totti. L'Australie s'incline[123]. Guus Hiddink quitte son poste et prend peu après la direction de la sélection russe[124]. Cette sélection est considérée a posteriori comme la « génération dorée » de l'histoire de l'équipe nationale[125].

Depuis 2007, la confirmation au sein de la Confédération asiatique[modifier | modifier le code]

Suite à ses nombreuses non-qualifications, du fait que le vainqueur des tours qualificatifs de la Confédération du football d'Océanie doit généralement effectuer un match de barrage contre une sélection asiatique ou sud-américaine, la fédération australienne quitte l'OFC pour rejoindre la Confédération asiatique de football (AFC) le 1er janvier 2006. Le parcours réalisé lors de la Coupe du monde lui vaut immédiatement d'être désignée « équipe nationale de l'année de l'AFC »[126].

L'Australie participe pour la première fois à la Coupe d'Asie des nations en 2007. Au premier tour, l'Australie fait match nul contre l'Oman (1-1), est battue par l'Irak (1-3) et bat la Thaïlande (4-0). Qualifiée pour les quarts de finale, elle y est éliminée par le Japon (1-1, tab 4-3)[127]. L'année suivante, l'Australie prend part au tournoi qualificatif pour la Coupe du monde 2010 au sein de l'AFC. Elle devance la Chine et l'Irak au 3e tour, Bahreïn, le Qatar et l’Ouzbékistan au tour final et assure assez brillamment son billet pour la Coupe du monde[128].

Du fait sa lourde défaite d'entrée face à l'Allemagne (4-0), l'Australie est éliminée dès le premier tour de la Coupe du monde à la différence de buts. Elle avait pourtant réussi la suite de son parcours avec un match nul face au Ghana (1-1, but de Brett Holman et égalisation du Ghana sur pénalty) et une victoire sur la Serbie (2-1, buts de Tim Cahill et Brett Holman)[129].

Début 2011, l'Australie dispute sa deuxième Coupe d'Asie à Doha. Sortis en tête du premier tour, les Aussies écartent ensuite l'Irak, tenant du titre, en prolongation (1-0) puis l'Ouzbékistan (6-0) et atteignent la finale. Face au Japon, ils se créent de nombreuses occasions sans marquer et s'inclinent finalement au bout de la prolongation sur un but de Tadanari Lee[130]. Entre 2011 et 2013, la sélection dispute les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 et s'en sort sans frayeur en laissant à la Jordanie la place pour les barrages. L'Australie est également invitée à la Coupe d'Asie de l'Est de football 2013, où elle est battue au tour final par le Japon (2-3) et la Chine (3-4).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

La sélection australienne dispute le 21 novembre 1965 face à la Corée du Nord sa première rencontre de qualification à une Coupe du monde[131]. Engagée à treize reprises dans les éliminatoires de la compétition, elle devient en 1974 la première nation d'Océanie à se qualifier pour une phase finale de Coupe du monde. Elle réussit sa meilleur performance en 2006, en atteignant les huitièmes de finale de la compétition.

FIFA World Cup record Phases finales
Année Résultat Class. M V N* D Bp Bc M V N D Bp Bc
1930 à 1962 Non inscrit
Drapeau de l'Angleterre 1966 Non qualifié 2 0 0 2 2 9
Drapeau du Mexique 1970 9 3 5 1 12 8
Drapeau : Allemagne de l'Ouest 1974 1er tour 14e 3 0 1 2 0 5 11 5 5 1 21 10
Drapeau de l’Argentine 1978 Non qualifié 12 6 2 4 20 11
Drapeau de l'Espagne 1982 8 4 2 2 22 9
Drapeau du Mexique 1986 8 4 3 1 20 4
Drapeau de l'Italie 1990 6 2 2 2 11 7
Drapeau des États-Unis 1994 10 7 1 2 21 7
Drapeau de la France 1998 8 6 2 0 34 5
Drapeau de la Corée du Sud Drapeau du Japon 2002 8 7 0 1 73 4
Drapeau de l'Allemagne 2006 Huitième de finale 16e 4 1 1 2 5 6 9 7 1 1 31 5
Drapeau de l'Afrique du Sud 2010 1er tour 21e 3 1 1 1 3 6 14 9 3 2 19 4
Drapeau du Brésil 2014 Qualifié 14 8 4 2 25 12
Drapeau de la Russie 2018 A déterminer
Drapeau du Qatar 2022
Total 4/20 0 titres 10 2 3 5 8 17 119 68 30 21 311 95

Parcours à la Coupe des confédérations[modifier | modifier le code]

La sélection australienne dispute à trois reprises la Coupe des confédérations en tant que vainqueur de la Coupe d'Océanie. Son bilan dans la compétition est de cinq victoires, un nul et sept défaites. Les Socceroos sont finalistes de la compétition en 1997[132] et sont troisièmes en 2001[133].

Statistiques en Coupe des confédérations
Année Résultat Class. M G N P bp bc
Drapeau de l'Arabie saoudite 1992 Non qualifié
Drapeau de l'Arabie saoudite 1995
Drapeau de l'Arabie saoudite 1997 Finaliste 2e 5 2 1 2 4 8
Drapeau du Mexique 1999 Non qualifié
Drapeau de la Corée du Sud Drapeau du Japon 2001 Troisième 3e 5 3 0 2 4 2
Drapeau de la France 2003 Non qualifié
Drapeau de l'Allemagne 2005 1er tour 8e 3 0 0 3 5 10
Drapeau de l'Afrique du Sud 2009 Non qualifié
Drapeau du Brésil 2013
Drapeau de la Russie 2017 A déterminer
Drapeau du Qatar 2021
Total 3/9 0 titres 13 5 1 7 13 20

Parcours en Coupe d'Océanie[modifier | modifier le code]

La Coupe d'Océanie est créée en 1973. Après une seconde édition en 1980, elle disparaît jusqu'en 1996 où elle est recréée sur un rythme bisannuel, servant de qualification pour la Coupe des confédérations. L'Australie compte quatre victoires dans la compétition, dont un succès en tant que pays organisateur[134].

Parcours en Coupe d'Océanie
Année Résultat Class. M G N P bp bc
Drapeau de Nouvelle-Zélande 1973 Non inscrit
Drapeau : Nouvelle-Calédonie 1980 Vainqueur 1er 4 4 0 0 24 4
1996 Vainqueur 1er 4 3 1 0 14 0
Drapeau de l'Australie 1998 Finaliste 2e 4 3 0 1 23 3
Drapeau : Polynésie française 2000 Vainqueur 1er 4 4 0 0 26 0
Drapeau de Nouvelle-Zélande 2002 Finaliste 2e 5 4 0 1 23 2
Drapeau de l'Australie 2004 Vainqueur 1er 7 6 1 0 32 4
Total 6/7 4 titres 28 24 2 2 142 13

En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe d'Océanie des nations que l'équipe d'Australie a disputées à domicile.

Parcours en Coupe d'Asie[modifier | modifier le code]

La sélection australienne dispute pour la première fois la Coupe d'Asie en 2007, suite à son intégration à Confédération asiatique de football en 2006. Après deux participations son bilan dans la compétition est de cinq victoires, trois nuls et deux défaites. Les Socceroos réussissent de bonnes performances dans cette compétition, en étant quart-de-finaliste en 2007[135] et finaliste en 2011[136].

Parcours en Coupe d'Asie des nations
Année Résultat Class. M G N P bp bc
Drapeau de l'IndonésieDrapeau de MalaisieDrapeau de ThaïlandeDrapeau de la République socialiste du Viêt Nam2007 Quart de finale 7e 4 1 2 1 7 5
Drapeau du Qatar 2011 Finale 2e 6 4 1 1 13 2
Drapeau de l'Australie 2015 Qualifié
Total 3/3 0 Titres 10 5 3 2 20 7

En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe d'Asie que l'équipe d'Australie a disputées à domicile.

Parcours aux Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été
Année Tour Classement M G N P Bp Bc
19001952 Non participante
Drapeau : Australie 1956 Quart de finale 5e 2 1 0 1 4 4
Drapeau : Italie 1960 Forfait
Drapeau : Japon 1964 Non inscrite
Drapeau : Mexique 1968
Drapeau : République fédérale d'Allemagne 1972
Drapeau : Canada 1976
Drapeau : URSS 1980
Drapeau : États-Unis 1984
Drapeau : Corée du Sud 1988 Quart de finale 7e 4 2 0 2 2 6
1992 – aujourd'hui Voir Équipe d'Australie olympique
Total 2/20 0 titres 6 1 0 3 6 10

Identité[modifier | modifier le code]

Surnoms[modifier | modifier le code]

Le surnom australien, Socceroos, a été inventé en 1967 par un journaliste de Sydney, Tony Horstead lors de sa couverture de la Quoc Khanh Cup (en) en 1967, qui se déroulait Viêt Nam du Sud lors de la Guerre du Viêt Nam[137]. Il est couramment utilisé par les Australiens et par les membres de la FFA. Le surnom représente une tendance culturelle australienne qui est l'utilisation des expressions familières. Ce surnom représente aussi l'utilisation historique de Soccer en Anglais australien.

Le surnom en lui-même est similaire à la plupart des autres surnoms représentatifs des équipes nationales australiennes, ces surnoms sont utilisés de manière informelle pour faire référence à l'équipe, dans les médias ou dans les conversations. De même, le nom est dérivé d'un symbole bien connu de l'Australie, dans ce cas, le kangourou. Les mots football et kangourou sont combinés en un mot le soccer-roo, c'est aussi le cas pour l'Équipe d'Australie olympique de football, les 'Olyroos' .

Couleurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Australie.

La tenue traditionnelle de l'Australie est un maillot or, accompagné de short vert, les couleurs nationales de l'Australie qui sont associés pour la plupart des équipes nationales du pays. La couleur des chaussettes a changé dans les années 1970, 1980 et 1990 du blanc, au même vert que le short puis à la même couleur que le maillot. La tenue extérieure des Socceroos est un maillot bleu foncé accompagné d'un short et des chaussettes bleu foncé également. Les tenues de l'Australie ont été produits par de nombreux fabricants, comme Umbro, Adidas, KingRoo (de 1990 à 1993), Adidas nouveau (de 1994 à 2003) et, plus récemment Nike (depuis 2004).

La tenue d'origine, celle porté en 1922, ne comporté les couleurs vert et or traditionnel des équipes nationales Australienne, l'équipe portait un maillot et chaussettes bleu ciel et un short blanc pour cette rencontre. . L'apparence du maillot a été copié à partir des des tenues de l'Équipe d'Australie de rugby à XIII (notamment pour les bandes du maillot). Plutôt que d'afficher le logo de Fédération australienne de football, le maillot de l'Australie dispose traditionnellement le blason de l'Australie sur la poitrine gauche des joueurs. La tenue des Socceroos pour la Coupe du Monde de la FIFA 1974, ce sera d'ailleurs le cas pour toutes les autres tenue de ce tournoi, Adidas parrainant l'événement.

Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1922
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1998
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2001
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2004
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2007
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2004
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2004
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2007
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012
Emblèmes de l'équipe d'Australie

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Localisation des principaux stades utilisés par la sélection.

L'Australie ne dispose pas d'un stade national, même si les grandes rencontres internationales ont généralement lieu à l'ANZ Stadium de Sydney. D'autres grands stades ont été utilisés pour accueillir les Socceroos ces dernières années, notamment le Sydney Football Stadium qui se situe également à Sydney, le Etihad Stadium de Melbourne ainsi que le Suncorp Stadium de Brisbane. D'autres matches internationaux ont également été joué au Melbourne Cricket Ground et au AAMI Park de Melbourne, au Hindmarsh Stadium et à l'Adelaide Oval à Adélaïde, au Subiaco Oval de Perth ainsi qu'au Canberra Stadium de Canberra.

L'équipe d'Australie joue historiquement au Brisbane Cricket Ground à Brisbane qui a accueilli le premier match international de l'Australie sur son sol le 9 Juin 1923. Les autres lieux historiques qui ont accueilli régulièrement les matchs à domicile internationaux de l'Australie sont l'Olympic Park Stadium de Melbourne mais aussi le Sydney Cricket Ground ou aussi à l'Agricultural Oval de Sydney.

L'Australie a également joué plusieurs matchs à "domicile" ces dernières années au Craven Cottage de Fulham (Stade à domicile du Fulham Football Club) et au Loftus Road de Shepherd's Bush (Stade à domicile du Queens Park Rangers Football Club) en raison du fait qu'il y a une importante communauté d'expatriés Australiens dans l'ouest de Londres et qu'une grande partie de l'équipe senior joue dans les grands championnats européens.

Supporters[modifier | modifier le code]

La Green and Gold Armée

Le principal club de supporteurs de l'équipe nationale australienne est le Terrace Australis. Le groupe a été fondé par la Fédération d'Australie de football et les fans en 2013, au cours des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014. La naissance de Terrasse Australis a vu l'Armée Vert et Or (GGA) renoncer au statut qu'il réclamait depuis sa création en 2001, celui de principal groupe de supporteurs des Socceroos.

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Les matches de l'équipe d'Australie sont diffusés la chaine en accès libre SBS et par la chaîne de sport payante Fox Sports, avec la diffusion des matchs de l'équipe d'Australie de football, les deux chaines ont réussi de nombreux records d’audience. Le match de barrage qualificatif pour la Coupe du monde 2006 contre l'Uruguay est le record d'audience historique de la chaîne SBS avec 3,4 millions de spectateurs[138] tandis que le match de qualification pour la Coupe du monde 2010 contre l'Ouzbékistan établi le record de la plus forte audience de la télévision par abonnement, avec une moyenne de 431 000 téléspectateurs au cours de la rencontre[139].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Vingt-sept techniciens, dont quatorze étrangers se sont assis sur le banc de la sélection australienne depuis son premier match en 1922[140]. Certains d'entre eux ont effectué plusieurs mandats comme Les Scheinflug sélectionneur de 1981 à 1983 mais auteur de quelques intérims jusqu'en 1994, l'argentin Raul Blanco a effectué un intérim en 1996 avant de devenir le sélectionneur de la sélection en 1998 et 1999.

# Sélectionneur Période M G N P % Honneurs
1 Drapeau de l'Australie N. Gillespie 1947 3 0 1 2 0%
2 Drapeau de l'Australie Tom Langridge 1947 1 0 0 1 0%
3 Drapeau de l'Australie Tom Jack 1950 4 2 0 2 50%
4 Drapeau de l'Angleterre Harry Brophy 1954–1955 2 2 0 0 0%
5 Drapeau de l'Australie Joe marston 1958
6 Drapeau : Yougoslavie Tiko Jelisavcic 1965 6 3 0 3 50%
7 Drapeau : Tchécoslovaquie Jozef Vengloš 1965–1967 7 4 1 2 57%
8 Drapeau : Yougoslavie Joe Vlatsis 1967–1969 23 13 7 3 57%
9 Drapeau : Yougoslavie Ralé Rasic 1970–1974 31 16 9 6 52% Coupe du monde de football de 1974 1er tour
10 Drapeau de l'Angleterre Brian Green 1976 2 2 0 0 100%
11 Drapeau de l'Angleterre Jim Shoulder 1976–1978 25 10 7 8 40%
12 Drapeau de l'Allemagne Rudi Gutendorf 1979–1981 18 3 8 7 17% Coupe d'Océanie de football 1980 Vainqueur
13 Drapeau de l'Australie Les Scheinflug 1981–1983 12 8 1 3 67%
14 Drapeau : Yougoslavie Frank Arok 1983–1989 46 21 14 11 46%
15 Drapeau de l'Australie Les Scheinflug (intérim) 1983 4 3 0 1 75%
16 Drapeau de l'Australie Les Scheinflug (intérim) 1990 1 1 0 0 100%
17 Drapeau : Écosse Eddie Thomson 1990–1996 56 26 11 19 46% Coupe d'Océanie de football 1996 Vainqueur
18 Drapeau de l'Australie Les Scheinflug (intérim) 1992 3 2 1 0 67%
19 Drapeau de l'Australie Vic Fernandez (intérim) 1992 2 1 0 1 50%
20 Drapeau de l'Australie Les Scheinflug (intérim) 1994 1 1 0 0 100%
21 Drapeau de l’Argentine Raul Blanco (intérim) 1996 2 2 0 0 100%
22 Drapeau de l'Angleterre Terry Venables 1997–1998 23 15 3 5 65% Coupe des confédérations 1997 Finaliste
23 Drapeau de l’Argentine Raul Blanco (intérim) 1998–1999 5 3 1 1 60% Coupe d'Océanie de football 1998 Finaliste
24 Drapeau de l'Australie Frank Farina 1999–2005 58 34 9 15 59% Coupe d'Océanie de football 2000 Vainqueur
Coupe des confédérations 2001 3e place
Coupe d'Océanie de football 2002 Finaliste
Coupe d'Océanie de football 2004 Vainqueur
Coupe des confédérations 2005 1er tour
25 Drapeau des Pays-Bas Guus Hiddink 2005–2006 12 7 2 3 58% Coupe du monde de football 2006 Huitième de finale
26 Drapeau de l'Australie Graham Arnold (intérim) 2006–2007 15 6 4 5 40% Coupe d'Asie des nations de football 2007 Quart de finale
27 Drapeau des Pays-Bas Rob Baan (intérim) 2007 1 1 0 0 100%
28 Drapeau des Pays-Bas Pim Verbeek 2007–2010 33 18 9 6 55% Coupe du monde de football 2010 1er tour
29 Drapeau des Pays-Bas Han Berger (intérim) 2010 1 0 0 1 0%
30 Drapeau de l'Allemagne Holger Osieck 2010–2013 44 23 10 11 52% Coupe d'Asie des nations de football 2011 Finaliste
31 Drapeau de l'Australie Aurelio Vidmar (intérim) 2013 1 1 0 0 100%
32 Drapeau de l'Australie Ange Postecoglou 2013–présent 1 1 0 0 100%

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Mark Schwarzer détient le record de sélection avec l'équipe d'Australie avec ses 109 capes. Il est le seul joueur Australien à avoir atteint les 100 sélections. Lucas Neill est le second joueur le plus capé de l'histoire des Socceroos. Brett Emerton est le troisième joueur comptant le plus de sélections avec une unité de moins que Lucas Neill.

Damian Mori et Tim Cahill partage le record de meilleur buteur avec 29 unités chacun. Damian Mori a marqué 29 buts entre 1992 et 2002, période durant laquelle il a joué pour l'Australie à 45 reprises. Tim Cahill a également marqué 29 buts depuis sa première apparition pour l'Australie en mars 2004. Au cours de cette période, il a joué pour l'Australie à 66 reprises. Archie Thompson est le troisième meilleurs buteurs avec 28 buts.

L'Australie détient actuellement le record du monde de la plus large victoire et du plus grand nombre de buts marqués par un joueur dans un match international[141]. Les deux records ont été obtenus au cours des éliminatoires de la Coupe du monde 2002, lors d'une rencontre face aux Samoa américaines le 11 avril 2001. L'Australie a gagné 31-0 avec Archie Thompson marquant 13 buts et David Zdrilic marquant 8 buts[142]. Deux jours avant la victoire 31-0, l'Australie avait battu le record de la plus large victoire avec une victoire de 22-0 sur les Tonga[143]. Les deux victoires ont dépassé le précédent record détenu par le Koweït qui a battu 20-0 Bhoutan le 14 février 2000. Avec 13 et 8 buts respectivement, Thompson et Zdrilic ont battu conjointement le précédent record co-détenu par un autre Australien, Gary Cole, qui a marqué sept buts contre les Fidji en 1981 [144], et par l'Iranien Karim Bagheri qui a aussi marqué sept buts contre Maldives en 1997[145].

Joueurs les plus capés[modifier | modifier le code]

Mark Schwarzer joueur le plus capé de l'histoire de la sélection australienne

Mis à jour le 15 février 2014.

Rang Nom Période Sélections Buts
1 Mark Schwarzer 1993-2013 109 0
2 Lucas Neill 1996- 96 1
3 Brett Emerton 1998-2012 95 20
4 Alex Tobin 1988-1998 87 2
5 Paul Wade 1986-1996 84 10
6 Luke Wilkshire 2004- 79 8
7 Tony Vidmar 1991-2006 76 3
8 Mark Bresciano 2001- 73 13
9 David Villa 1998-2010 68 12
10 Tim Cahill 2004- 66 29

Meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Suite à son doublé face à la sélection équatorienne le 5 mars 2014, Tim Cahill dépasse avec 31 unités le record de Damian Mori[146], vieux de douze ans.

Mis à jour le 23 mars 2014.

Rang Joueur Période Buts (sélections)
1 Tim Cahill 2004- 29 (67)
2 Damian Mori 1992-2002 29 (45)
3 Archie Thompson 2001- 28 (53)
4 John Aloisi 1997-2008 27 (55)
5 John Kosmina 1976-1988 25 (60)
Attila Abonyi 1967-1977 25 (61)
7 David Zdrilic 1997-2005 20 (30)
Brett Emerton 1998-2012 20 (95)
9 Graham Arnold 1985-1997 19 (56)
10 Ray Baartz 1967-1974 18 (48)

Capitaines[modifier | modifier le code]

Mis à jour le 15 février 2014.

Rang Joueur Capitanats Premier capitanat Dernier capitanat
1 Lucas Neill (actuel) 61 7 octobre 2006 19 novembre 2013
2 Peter Wilson 60 11 novembre 1971 13 juin 1979
3 Paul Wade 46 25 août 1990 1er novembre 1996
4 Alex Tobin 30 11 février 1995 6 novembre 1998
Charlie Yankos 30 25 octobre 1986 16 avril 1989
6 John Kosmina 25 6 octobre 1982 9 mars 1988
7 Johnny Warren 24 5 novembre 1967 1er décembre 1970
Paul Okon 24 9 octobre 1996 7 septembre 2003
9 Mark Viduka 17 3 août 2005 21 juillet 2007
10 Craig Moore 13 18 février 2004 6 janvier 2010

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Sélection iranienne contre l'Equateur, le 5 mars 2014[147]
# Poste Nom Date de naissance Sél. Club
1 Gardien Mathew Ryan (22 ans) 5 Drapeau de la Belgique Club Bruges
18 Gardien Brad Jones (32 ans) 4 Drapeau de l'Angleterre Liverpool
12 Gardien Mitchell Langerak (25 ans) 3 Drapeau de l'Allemagne Borussia Dortmund
8 Défenseur Luke Wilkshire (32 ans) 79 Drapeau de la Russie Dynamo Moscou
6 Défenseur Matthew Špiranović (25 ans) 17 Drapeau de l'Australie Western Sydney Wanderers
19 Défenseur Ryan McGowan (24 ans) 8 Drapeau de la République populaire de Chine Shandong Luneng Taishan
2 Défenseur Ivan Franjić (26 ans) 7 Drapeau de l'Australie Brisbane Roar
21 Défenseur Jason Davidson (22 ans) 5 Drapeau des Pays-Bas Heracles Almelo
22 Défenseur Curtis Good (21 ans) 1 Drapeau : Écosse Dundee United
23 Défenseur Alex Wilkinson (29 ans) 1 Drapeau de la Corée du Sud Jeonbuk Hyundai Motors
14 Milieu Brett Holman (30 ans) 63 Drapeau : Émirats arabes unis Al-Nasr
17 Milieu Matt McKay (31 ans) 45 Drapeau de l'Australie Brisbane Roar
15 Milieu Mile Jedinak (captain) (29 ans) 43 Drapeau de l'Angleterre Crystal Palace
5 Milieu Mark Milligan (28 ans) 27 Drapeau de l'Australie Melbourne Victory
10 Milieu Dario Vidošić (27 ans) 21 Modèle:Country data SWI Sion
11 Milieu Tommy Oar (22 ans) 13 Drapeau des Pays-Bas Utrecht
16 Milieu James Holland (24 ans) 12 Drapeau de l'Autriche Austria Wien
20 Milieu Tom Rogić (21 ans) 9 Drapeau de l'Australie Melbourne Victory
13 Milieu Adam Sarota (25 ans) 3 Drapeau des Pays-Bas Utrecht
3 Milieu Oliver Bozanić (25 ans) 2 Drapeau de la Suisse Luzern
24 Milieu Massimo Luongo (21 ans) 1 Drapeau de l'Angleterre Swindon Town
4 Attaquant Tim Cahill (34 ans) 67 Drapeau des États-Unis New York Red Bulls
7 Attaquant Mathew Leckie (23 ans) 6 Drapeau de l'Allemagne FSV Frankfurt

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Bilan de l’Australie face aux sélections affrontées plus de dix fois[148][149]
Adversaire Victoires Matchs nuls Défaites Total
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 40 11 13 64
Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 10 10 6 26
Drapeau : Japon Japon 7 8 7 22
Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 6 3 11 20
Drapeau : Israël Israël 5 9 3 17
Drapeau : Indonésie Indonésie 11 3 1 15
Drapeau : Taipei chinois Taïwan 11 1 0 12
Drapeau : Koweït Koweït 3 2 5 10
Drapeau : Îles Salomon Îles Salomon 9 1 0 10

Au niveau mondial[modifier | modifier le code]

La sélection australienne a eu l'occasion de rencontrer de nombreuses équipes à travers le monde, majoritairement lors de matchs amicaux. Après avoir affronté les autres dominions britanniques, l'Nouvelle-Zélande, le Canada, l'Inde et l'Afrique du Sud à ses débuts, l'Australie affronte sa première nation asiatique, Japon lors du tournoi olympique de 1956. Elle rencontre ensuite sa première nation européenne le 20 juillet 1969, la Grèce lors d'une rencontre amicale remportée 1 à 0 devant 30 115 spectateurs du Sydney Cricket Ground[150], la Rhodésia est la première nation africaine affrontée, en 1969 lors des qualifications de la Coupe du monde 1970. L'Australie affronte sa première nation nord-américaine, le Mexique, lors d'un match amical joué le 2 décembre 1970 au Stade Azteca de Mexico[151]. Les Socceroos affrontent finalement leurs première nation sud-américaine l'Uruguay en avril 1974 dans l'optique de préparer la première participation de l'équipe à un Coupe du Monde[152].

La sélection australienne obtient le premier grand succès de son histoire en battant l'Argentine quatre buts à un le 14 juillet 1988. Elle obtient deux nouveaux grands succès en compétition officielle cette fois-ci, lors de la Coupe des confédérations 2001 face au champion du monde en titre, la France, le 1er juin à Daegu sur le score de 1 à 0 puis face au Brésil, le 11 juin à Ulsan sur le même score[153],[154]. Les australiens ont connu d'autre succès important, en amical face à de grande sélection européenne comme lors de sa victoire sur le score de trois buts à un au Boleyn Ground de Londres face à l'Angleterre[155] ou encore lors de sa victoire (2-1) face à l'Allemagne le 29 mars 2011 sur le terrain Borussia-Park de Mönchengladbach.

En Asie[modifier | modifier le code]

L'Australie qui est membre de la Confédération asiatique de football depuis le 1er janvier 2006 a disputé le plus de rencontres face à des sélections membres de cette Confédération. Les Socceroos ont disputés un total de 176 contre des nations membre de la AFC, le bilan est de 100 victoires, 36 matchs nuls et 40 défaites. La sélection indienne est la première sélection affiliée à la confédération asiatique affronté par les Australiens. Sue les 45 membres présent dans cette confédération, l'Australie en a affronté 25[note 2]. La première sélection d'Asie orientale affronté est le Japon lors des Jeux olympiques 1956. Pour sa première participation aux qualification à une Coupe du monde, les Australien rencontrent la Corée du Nord à deux reprises à Phnom Penh (deux défaites (6-1) puis (3-1)). C'est également en 1965 que l'Australie dispute sa première tournée en Asie, affrontant tours à tours le Cambodge, Hong Kong, Taïwan et finalement la Malaisie. En 1967, l’Australie dispute au Viêt Nam du Sud dans le cadre de la Quoc Khanh Cup (en) son première tournoi amical. Moins de deux mois après son intégration dan l'AFC, l’Australie débute sa première campagne de qualification au sein de la confédération asiatique, pour la Coupe d'Asie 2007. Cette dernière est la première compétition continental asiatique pour les quels les Socceroos sont qualifiés.

En Océanie[modifier | modifier le code]

# Score Adversaire Compétition Date
1 31–0 Drapeau des Samoa américaines Samoa américaines éliminatoires de la Coupe du monde 2002 11 avril 2001
2 22–0 Drapeau des Îles Tonga Tonga éliminatoires de la Coupe du monde 2002 9 avril 2001
3 17–0 Drapeau des Îles Cook îles Cook Coupe d'Océanie 2000 19 juin 2000
4 16–0 Drapeau des Îles Cook îles Cook Coupe d'Océanie 1998 28 septembre 1998
5 13–0 Drapeau des Îles Salomon îles Salomon éliminatoires de la Coupe du monde 1998 11 juin 1997


L'Australie a disputé fort logiquement un nombre important de rencontres face à des sélections membres de la Confédération du football d'Océanie. En dehors de l'équipe de Nouvelle-Zélande, rencontrée pour la première fois en 1922, et qui est l'adversaire le plus affronté avec 64 rencontres, elle affronte pour la première fois l'équipe de Fidji en 1977, match perdu sur le score de un à zéro. Les troisième, quatrième et cinquième équipes de la Confédération du football d'Océanie affrontées au cours de la Coupe d'Océanie de football 1980, sont l'équipe de Nouvelle-Calédonie battue sur le score de huit à zéro le 24 février, l'équipe de Papouasie-Nouvelle-Guinée battue sur le score de onze à un deux jours plus tard, et équipe de Vanuatu que l'Australie bat lors de son ultime match de poule. Sur l’ensemble des matchs disputés lors de cette Coupe d'Océanie de football 1980, seule la rencontre disputée contre l'équipe de Papouasie-Nouvelle-Guinée a été reconnue comme une rencontre internationale par la FIFA[156]. Elle affronte pour la première fois les équipes des Îles Salomon et de Tahiti dans les cadre des qualifications de la Coupe du monde 1994. Lors de sa première Coupe d'Océanie à domicile, l'Australie affronte pour la première fois les îles Cook en phase de poule, l’Australie remporte cette partie sur le score fleuve de 16 à 0. Lors des qualifications de la Coupe du monde 2002, les Socceroos affrontent pour la première fois les sélections des Tonga, des Samoa américaines et des Samoa.

L'Australie a souvent remporté ses confrontations face aux autres nations de l'OFC en enregistrant seulement quinze défaites (treize contre les 'all white' et deux contre les Fidji. L'Australie a enregistré le plus large succès de son histoire le 11 avril 2001 face aux Samoa américaines, une victoire 31 buts à zéro lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2002 qui est d’ailleurs un record mondial. L'Australie a souvent remporté de très larges succès face aux nations membres de l'OFC, comme en témoigne le tableau ci-dessous.

Rivalité avec la Nouvelle-Zélande puis le Japon[modifier | modifier le code]

vue d'un match de football entre une équipe évoluant en blanc et une en jaune dans un stade aux tribunes à moitié pleine
Match Australie-Nouvelle-Zélande disputé à Craven Cottage, stade de Londres le 9 juin 2005.

L'Australie entretient une rivalité en football avec la Nouvelle-Zélande comme dans les autres sports où les rencontres entre les deux pays sont nombreuses, notamment le rugby à XV, le rugby à XIII et le cricket[157]. La Nouvelle-Zélande est la première nation rencontrée par la sélection australienne le 17 juin 1922. Elle s'inclina dans ce premier match sur le score de trois buts à un[158].. Un trophée, « The Ashes », est mis en jeu entre les deux nations à chaque tournée. Dominés lors des premières rencontres en 1922 et 1923 les Australiens font subir à partir de 1933 de nombreuses défaites face à leur voisin notamment un dix buts à zéro à domicile en 1936, le plus lourd revers de leur histoire en matches officiels.

Régulièrement éliminés des compétitions internationales par l'Australie, les « Kiwis » créent la surprise lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1982 en s'imposant chez leur voisin sur le score de deux buts à zéro, ce qui provoque la démission du sélectionneur australien Rudi Gutendorf[159].

En 1983, un nouveau trophée, la Coupe Trans-Tasman, est mis en jeu entre les deux sélections. Six éditions sont disputées entre 1983 et 1995, dont quatre sont remportées par l'Australie[160].En 1996 l'Australie élimine la Nouvelle-Zélande en demi finale de la Coupe d'Océanie, les Australiens feront tombés une nouvelle fois les « Kiwis » mais en finale lors de cette édition 2000 mais en 2002, en finale de la Coupe d'Océanie, la Nouvelle-Zélande connaît un nouveau succès de prestige en s'imposant sur le score d'un but à zéro sur les « Socceroos ». Avec le départ de l'Australie vers la Confédération asiatique de football en 2005, les confrontations entre les deux nations se font ensuite plus rares mais restent cependant des matchs de prestige[161].

Après avoir rejoint l'AFC, l'Australie a commencé à développer une rivalité féroce avec plus grands puissance footballistique asiatique le Japon. Cette rivalité a commencé lord de la Coupe du Monde de la FIFA 2006, où les deux pays ont placé dans le même groupe. La rivalité a continué entre les deux pays car ils se rencontrent régulièrement dans diverses compétitions de l'AFC[162].

La première rencontre décisive opposant Australiens et Japonnais eut lieu lors des demi finales de la Coupe des confédérations 2001, lors de ce match, les nippon à domicile s'imposent. Lors du Mondial 2006, les deux sélections sont opposés lors de leur première rencontre, cette fois-ci, se ont le Socceroos qui prennent le dessus (3-1). Le 21 juillet 2007 à Hanoï au Vietnam, Nippon et Australiens se retrouvent de nouveau pour les quarts de finale de la Coupe d'Asie 2007, les deux équipes ne parvenant pas à se départager lors des 120 premières minute, une séance de tirs aux buts est disputé, le Japon s'impose (4-3). Le 29 janvier 2011 à Doha, les deux équipe disputent la finale de la Coupe d'Asie 2011, les Australiens s'inclinent (1-0) en prolongation.

Classements FIFA[modifier | modifier le code]

La sélection australienne a longtemps été la meilleure nation océanienne devant la Nouvelle Zélande. Depuis son départ vers la Confédération asiatique de football en 2006, elle ne s'est classée que trois fois au premier rang du classement mondial de la FIFA annuel pour la Confédération asiatique de football.

Au niveau mondial, les « Socceroos » obtiennent leur meilleur classement en 2009 en atteignant la 14e place, le 14 septembre 2009. Dès l'année suivante, elle se maintient alors aux alentours de la 20e place jusqu'au début de l'année 2012 mais en raison de contre-performances et du peu de matchs amicaux disputés face à des équipes mieux classées, elle connaît une chute aux classement en retombant à la 59e place du classement FIFA en novembre 2013, son pire classement depuis 2005. L'Australie atteint en juin 2000, son plus mauvais classement avec une 92e place qui la situe alors malgré tout toujours au premier rang de l'OFC

.

Classement FIFA de l'Équipe d'Australie
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[fifa 1] 49 58 51 50 35 39 89 73 48 50 82 58 48 39 48 28 21 26 23 36 58
Classement en Océanie[fifa 2] 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1
Classement en Asie 2 4 1 1 1 2 3 4

Légende du classement mondial :

  •      de 1 à 49
  •      de 50 à 99
  •      de 100 à 149

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes
  1. The Ashes, en français « les cendres », sont à l'origine une boîte à cigares que le secrétaire de la Queensland Football Association se trouvait avoir sur lui lors de la bataille de Gallipoli, en 1915. Lors des deux réceptions organisées pendant la tournée de 1923, les capitaines des deux sélections fument un cigare dont les cendres sont recueillies dans cette boîte, qui est ensuite montée sur un support composé d'érable australien et de chèvrefeuille néo-zélandais. Remis en jeu à chaque confrontation entre les deux nations jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, ce trophée n'est plus mentionné par la suite[3],[4].
  2. Déduction faite du Sud-Vietnam et d'Israël qui font plus partie de l'AFC.
Références générales
  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 13 mars 2014 (consulté le 13 mars 2014).
  2. « Socceroo Internationals for 1922 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  3. (en) « Australian Soccer History », sur ak-tsc.de,‎ 2005 (consulté le 20 octobre 2013)
  4. (en) « Timeline of Australian Football 1900-1925 », sur ozfootball.net (consulté le 20 octobre 2013)
  5. (en) Press Association, « New Zealand "soccer" test », Hawera & Normanby Star, vol. XLII,‎ 18 juillet 1923, p. 5 (lire en ligne)
  6. « Socceroo Internationals for 1923 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  7. « Socceroo Internationals for 1924 », sur Oz football (consulté le 16 février 2014)
  8. (en) « New Zealand soccer team for Australia », Auckland Star, vol. LXIV, no 109,‎ 11 mai 1933, p. 9 (lire en ligne)
  9. « Socceroo Internationals for 1933 », sur Oz football (consulté le 16 février 2014)
  10. (en) United Press Association, « Soccer ashes », Auckland Star, vol. LXVII, no 142,‎ 17 juin 1936, p. 10 (lire en ligne)
  11. (en) « Soccer ashes », Evening Post, vol. CXXII, no 11,‎ 13 juillet 1936, p. 16 (lire en ligne)
  12. « Socceroo Internationals for 1934 », sur Oz football (consulté le 16 février 2014)
  13. « Socceroo Internationals for 1938 », sur Oz football (consulté le 16 février 2014)
  14. « Socceroo Internationals for 1947 », sur Oz football (consulté le 16 février 2014)
  15. « Socceroo Internationals for 1948 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  16. « Socceroo Internationals for 1950 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  17. « Socceroo Internationals for 1954 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  18. « Socceroo Internationals for 1955 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  19. « Socceroo Internationals B for 1956 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  20. « Olympic Football Tournament Melbourne 1956 », sur FIFA (consulté le 16 février 2014)
  21. « Olympic Football Tournament Melbourne 1956 », sur FIFA (consulté le 16 février 2014)
  22. « 1956 Olympics », sur ozfootball.net (consulté le 16 février 2014)
  23. « Socceroo Internationals for 1958 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  24. « World Cup 1966 Qualifying », sur Rsssf (consulté le 20 février 2014)
  25. « Coupe du Monde de la FIFA, Angleterre 1966 », sur FIFA (consulté le 20 février 2014)
  26. « Socceroo Internationals for 1965 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  27. Socceroos/45734 « Origins of the Socceroos », sur Football Federation Australia (consulté le 11 février 2014)
  28. « Socceroo Internationals for 1967 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  29. « Socceroo Internationals for 1968 », sur Oz football (consulté le 20 février 2014)
  30. « Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1970 », sur FIFA (consulté le 22 février 2014)
  31. « Socceroo Internationals for 1969 », sur Oz football (consulté le 22 février 2014)
  32. « Socceroo Internationals for 1970 », sur Oz football (consulté le 22 février 2014)
  33. « Socceroo Internationals for 1971 », sur Oz football (consulté le 22 février 2014)
  34. « Socceroo Internationals for 1972 », sur Oz football (consulté le 22 février 2014)
  35. « Socceroo Internationals for 1973 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  36. « World Cup 1974 Qualifying », sur Rsssf (consulté le 23 février 2014)
  37. « Coupe du Monde de la FIFA, RFA 1974 », sur FIFA (consulté le 23 février 2014)
  38. « Socceroo Internationals for 1974 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  39. « Moments in time », The Age, Melbourne,‎ 19 novembre 2005
  40. « République démocratique allemande - Australie », FIFA,‎ 23 février 2014
  41. Histoire de la Coupe du monde 1974, om4ever.com
  42. « Australie - République Fédérale d'Allemagne », FIFA,‎ 23 février 2014
  43. « Australie - Chili », FIFA,‎ 23 février 2014
  44. « Socceroo Internationals for 1977 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  45. « World Cup 1978 Qualifying », sur Rsssf (consulté le 23 février 2014)
  46. « Coupe du Monde de la FIFA, Argentina 1978 », sur FIFA (consulté le 23 février 2014)
  47. « Socceroo Internationals for 1981 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  48. « World Cup 1982 Qualifying », sur Rsssf (consulté le 23 février 2014)
  49. « Coupe du Monde de la FIFA, Spain 1982 », sur FIFA (consulté le 23 février 2014)
  50. « Socceroo Internationals for 1985 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  51. « World Cup 1986 Qualifying », sur Rsssf (consulté le 23 février 2014)
  52. « Coupe du Monde de la FIFA, Mexico 1986 », sur FIFA (consulté le 23 février 2014)
  53. « Coupe du Monde de la FIFA, Mexico 1986 », sur FIFA (consulté le 23 février 2014)
  54. « Football Tournament of the Olympic Games - Overview », sur RSSSF (consulté le 1er avril 2014)
  55. « Socceroo Internationals for 1987 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  56. « Socceroo Internationals for 1988 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  57. « Australia Bicentenary Gold Cup (Australia 1988) », sur RSSSF (consulté le 23 février 2014)
  58. « Australia - Yugoslavia », sur FIFA (consulté le 24 février 2014)
  59. « Australia - Brazil », sur FIFA (consulté le 24 février 2014)
  60. « Australia - Nigeria », sur FIFA (consulté le 24 février 2014)
  61. « Soviet Union - Australia », sur FIFA (consulté le 24 février 2014)
  62. « World Cup 1990 Qualifying », sur Rsssf (consulté le 24 février 2014)
  63. « Socceroo Internationals for 1989 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  64. « Coupe du Monde de la FIFA, Italy 1990 », sur FIFA (consulté le 23 février 2014)
  65. « Socceroo Internationals for 1992 », sur Oz football (consulté le 23 février 2014)
  66. « Coupe du Monde de la FIFA, USA 1994 », sur FIFA (consulté le 23 février 2014)
  67. (en) « SOCCER; Maradona Magic Helps Argentina », New York Times,‎ novembre 1993 (lire en ligne)
  68. « World Cup 1994 Qualifying », sur Rsssf (consulté le 24 février 2014)
  69. « Coupe du Monde de la FIFA, USA 1994 », sur FIFA (consulté le 23 février 2014)
  70. « Socceroo Internationals for 1997 », sur Oz football (consulté le 8 mars 2014)
  71. « Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 », sur FIFA (consulté le 8 mars 2014)
  72. « Australia VS Iran », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  73. « Preliminaries Play-off », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  74. « Au tour du Brésil », sur fifa.com (consulté le 8 mars 2014)
  75. « Mexico-Australia », sur FIFA (consulté le 8 mars 2014)
  76. « Australia - Brazil », sur FIFA (consulté le 8 mars 2014)
  77. « Saudi Arabia - Australia », sur FIFA (consulté le 8 mars 2014)
  78. « Uruguay - Australia », sur FIFA (consulté le 8 mars 2014)
  79. « Brazil - Australia », sur FIFA (consulté le 8 mars 2014)
  80. « Socceroo Internationals for 1998 », sur Oz football (consulté le 8 mars 2014)
  81. (en) FIFA XI´s Matches - Full Info, RSSSF
  82. « Report FIFA Confederations Cup Korea/Japan 2001 », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  83. « Mexico - Australia », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  84. « Australia - France », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  85. « Korea Republic - Australia », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  86. « Japan - Australia », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  87. « Australia - Brazil », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  88. « Socceroos Internationals for 2001 », sur Oz football (consulté le 9 mars 2014)
  89. « Tonga - Australia 0:22 (0:10) », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  90. « Australia - American Samoa », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  91. (en) Christopher Davies, « Australia score 31 without loss in record win », The Telegraph,‎ 11 avril 2001 (lire en ligne)
  92. « New Zealand - Australia », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  93. « Australia - New Zealand », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  94. « World Cup 2002 Qualifying », sur Rsssf (consulté le 9 mars 2014)
  95. « Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002 », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  96. « Oceanian Nations Cup 2004 », sur Rsssf (consulté le 15 février 2014)
  97. « Socceroo Internationals for 2004 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  98. « Report 2006 FIFA World Cup Germany Preliminaries Australia - New Zealand », sur FIFA (consulté le 13 mars 2014)
  99. « Report 2006 FIFA World Cup Germany ™ Preliminaries Solomon Islands - Australia », sur FIFA (consulté le 13 mars 2014)
  100. « Report FIFA Confederations Cup Germany 2005 Allemagne - Australie », sur FIFA (consulté le 13 mars 2014)
  101. « Report FIFA Confederations Cup Germany 2005 Australie - Argentine », sur FIFA (consulté le 13 mars 2014)
  102. « Report FIFA Confederations Cup Germany 2005 », sur FIFA (consulté le 9 mars 2014)
  103. « Report FIFA Confederations Cup Germany 2005 Australie - Tunisie », sur FIFA (consulté le 13 mars 2014)
  104. « Hiddink gets Australia coach role », sur BBC (consulté le 9 mars 2014)
  105. « 2006 FIFA World Cup Germany Preliminaries Australia - Solomon Islands », sur FIFA (consulté le 15 mars 2014)
  106. « 2006 FIFA World Cup Germany Preliminaries Solomon Islands - Australia », sur FIFA (consulté le 15 mars 2014)
  107. « 2006 FIFA Australia VS Uruguay », sur FIFA (consulté le 16 mars 2014)
  108. « 2006 FIFA World Cup Germany Preliminaries Uruguay - Australia », sur FIFA (consulté le 16 mars 2014)
  109. « 2006 FIFA World Cup Germany Preliminaries Australia - Uruguay », sur ABC (consulté le 16 mars 2014)
  110. « Socceroos qualify for World Cup », sur FIFA (consulté le 16 mars 2014)
  111. « Match report Australia-Greece », sur transfermarkt (consulté le 22 mars 2014)
  112. « Match report Netherland-Australia », sur transfermarkt (consulté le 22 mars 2014)
  113. (en) « Hiddink dismisses dirty Roos claims », sur abc (consulté le 22 mars 2014)
  114. (en) « Abdul-Fattah: I did not apologize to the Aussies », sur filgoal (consulté le 22 mars 2014)
  115. (en) « Australia 3-1 Japan », sur bbc (consulté le 22 mars 2014)
  116. (en) (en) « Aussie players may face FIFA probe », sur rte (consulté le 22 mars 2014)
  117. (en) (en) « AUSSIES GET FIFA BETTING ALL-CLEAR », sur Sporting Life.com (consulté le 22 mars 2014)
  118. « Match Report Brésil - Australie (2-0) », sur FIFA (consulté le 22 mars 2014)
  119. (en) « Ref's retaliation may have saved Kewell », sur theage.com.au (consulté le 23 mars 2014)
  120. « Match Report Croatie - Australie (2-2) », sur FIFA (consulté le 24 mars 2014)
  121. (en) « Croatia 2-2 Australia », sur BBC (consulté le 24 mars 2014)
  122. (en) « Gout caused Kewell to miss match », sur BBC (consulté le 24 mars 2014)
  123. « Match Report Italie - Australie (1-0) », sur FIFA (consulté le 24 mars 2014)
  124. (en) « A beautiful mind », sur smh.com.au (consulté le 24 mars 2014)
  125. (en) « Socceroos' golden generation has much to teach our youth », sur smh.com.au (consulté le 24 mars 2014)
  126. (en) John Duerden, « Australian National Team Seeks Competition in Asia », New-York Times,‎ 26 juillet 2013
  127. (en) Asian Nations Cup 2007, RSSSF
  128. Mondial-2010: Japon, Australie, Corée du Sud: premiers qualifiés, La Dépêche du Midi, 6 juin 2009
  129. (en) « World Cup 2010: Australia proud despite group stage exit, says Tim Cahill », The Telegraph,‎ 24 juin 2010
  130. (en) « Australia 0-1 Japan », Goal.com
  131. (en) « World Cup 1966 qualifications », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 2005 (consulté le 15 février 2014)
  132. (en) « Coupe des confédérations 1997 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 2005 (consulté le 15 février 2014)
  133. (en) « Coupe des confédérations 2001 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 2005 (consulté le 15 février 2014)
  134. (en) José Luis Pierrend, « Oceanian Nations Cup », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 14 mars 2013 (consulté le 18 septembre 2013)
  135. (en) « Asian Nations Cup 2007 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 2005 (consulté le 16 février 2014)
  136. (en) « Asian Nations Cup 2011 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 2005 (consulté le 16 février 2014)
  137. Socceroos/45734 « Origins of the Socceroos », sur Football Federation Australia (consulté le 11 février 2014)
  138. Socceroos-score-record-television-audience/743248 « Record d'audience des Socceroos », sur abc.net.au (consulté le 13 février 2014)
  139. Socceroos%20set%20subscription%20TV%20record%202009.pdf « FOX SPORTS établit un nouveau record d’abonnement grâce aux Socceroos », sur foxsports.com.au (consulté le 13 février 2014)
  140. « Australian National Team coaches », sur rsssf (consulté le 20 février 2014)
  141. « Australia score 31 without loss in record win », sur telegraph.co.uk (consulté le 16 février 2014)
  142. « Australia score 31 without loss in record win », sur telegraph.co.uk (consulté le 16 février 2014)
  143. « `Exposed' Tonga lose 22-0 », sur highbeam.com (consulté le 16 février 2014)
  144. « The all-important Cole difference », sur theage.com.au (consulté le 16 février 2014)
  145. « Iran fanatics keep close eye on the Valley », sur theguardian.com (consulté le 16 février 2014)
  146. (en) « Tim Cahill goes top as Socceroos implode », sur theaustralian.com.au (consulté le 22 mars 2014)
  147. « Postecoglou names squad for Costa Rica friendly », Football Federation Australia
  148. Bilan mis à jour après le match contre l’Équateur du 05 mars 2014.
  149. (en) « Australia - List of International Matches », rdfc (consulté le 03 avril 2014)
  150. « Socceroo Internationals for 1969 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  151. « Socceroo Internationals for 1970 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  152. « Socceroo Internationals for 1974 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  153. « Coupe des confédérations de la FIFA 2001 », sur FIFA (consulté le 15 février 2014)
  154. « Socceroo Internationals for 2001 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  155. « Socceroo Internationals for 2003 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  156. « Socceroo Internationals for 1980 », sur Oz football (consulté le 15 février 2014)
  157. (en) « Kiwi v Oz rivalry hots up », sur sport24.co.za,‎ 12 octobre 2011 (consulté le 9 novembre 2013)
  158. (en) « First "soccer" test », New Zealand Herald, vol. LIX, no 18 120,‎ 19 juin 1922, p. 9 (ISSN 1170-0777, lire en ligne)
  159. « L'heure de gloire des Kiwis », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 16 octobre 2013)
  160. (en) Neil Morrison, « Trans-Tasman Cup », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 20 mai 2003 (consulté le 8 novembre 2013)
  161. (en) Michael Lynch, Socceroos-face-fierce-and-friendly-farewell-fight-with-familiar-foe-20100523-w3xw.html « Socceroos face fierce and friendly farewell fight with familiar foe », sur theage.com.au,‎ 24 mai 2010 (consulté le 9 novembre 2013)
  162. « Japan-Australia: a classic football rivalry », sur theroar.com.au (consulté le 13 février 2014)
Références FIFA
  1. Classement mondial année par année :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
  2. Classement de la zone OFC :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 15 février 2014)