Équipe d'Argentine de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Puma (homonymie).

ArgentineEmpty.pngArgentine

Description de l'image  Logo_Unión_Argentina_de_Rugby_2013.png.
Surnom les Pumas
maillot 4AB1EC maillot 4AB1EC maillot 4AB1EC
short {Modèle:Short1
bas 4AB1EC
maillot 000066 maillot 000066 maillot 000066
short 000066
bas 000066
Entrée au Board 1987
Sélectionneur Daniel Hourcade
Capitaine Juan Martín Fernández Lobbe
Record de sélections Lisandro Arbizu et Rolando Martín (86)
Record de points Felipe Contepomi (631)
Record d’essais José María Núñez Piossek (29)
Premier match officiel
12 juin 1910
Lions britanniques 28 – 3 Argentine

Plus large victoire
1er mai 2002
Argentine 152 – 0 Paraguay

Plus large défaite
20 juin 1997
Nouvelle-Zélande 93 – 8 Argentine

Coupe du monde  
· Phases finales 7/7
· Meilleur résultat 3e place (2007)


L'équipe d'Argentine de rugby à XV est l'équipe nationale qui représente l'Argentine dans les compétitions internationales majeures de rugby à XV, la Coupe du monde de rugby à XV et les test matchs.

Elle est sous le patronage de l'Unión Argentina de Rugby (UAR).

Elle est considérée comme l’une des meilleures sélections nationales au monde pour les performances réalisées depuis quatre ans. Au 11 novembre 2012, elle est septième au classement des équipes nationales de rugby[1]. En particulier, plusieurs joueurs argentins des années 2000, les Felipe Contepomi, Juan Martín Hernández, Agustín Pichot, sont reconnus parmi les meilleurs joueurs actuels du rugby à XV.

L'équipe argentine, aussi appelée les « Pumas », est la meilleure équipe d'Amérique. L'équipe argentine effectue régulièrement des tournées depuis deux décennies pour se confronter aux meilleures équipes européennes et de l'hémisphère sud et elle participe tous les quatre ans à la coupe du monde de rugby. Elle termine troisième de la coupe du monde de rugby 2007.

Le rugby à XV est un sport mineur, amateur qui fait partie de la culture des étudiants et de la classe moyenne voire bourgeoise. Le rugby argentin ne dispose pas de ligue professionnelle. Les Pumas ne disputent pas de compétition annuelle régulière telles que le Tournoi des Six Nations et le Tri-nations. Cependant, le 30 novembre 2007 un forum de l'International Rugby Board dresse un plan de route en vue de l'incorporation de l'équipe dans le Tri-nations à un horizon de 4 ans[2].

En mars 2010, un accord est en passe d'être trouvé : L'IRB accepte de financer l'entrée de l'Argentine dans le tournoi à hauteur de 2 millions de dollars[3]. Il ne reste plus qu'à trouver un accord avec les différents clubs européens pour libérer les joueurs argentins lors de ce qui deviendra le Four-nations[4]. Le 8 novembre 2011, les Pumas sont officiellement intégrés à l'ancien Tri-Nations, créant ainsi le The Rugby Championship. Ils affronteront donc chaque année l'Australie, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande.

Les Argentins jouent en maillot rayé horizontalement bleu ciel et blanc avec un jaguar sur le cœur. Le jaguar a été confondu avec un puma par des journalistes sud-africains durant un test-match des Argentins en Afrique du Sud. Avec le temps l'appellation Pumas est devenue légendaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières années[modifier | modifier le code]

R. Cooper, 1928

Le rugby est introduit en Argentine par des immigrés britanniques. La première rencontre jouée en Argentine a lieu en 1873. En 1899 quatre clubs de Buenos Aires, la capitale, fusionnent pour former le River Plate Rugby Football Union, l'une des plus vieilles fédérations de rugby au monde. Celle-ci deviendra plus tard l'Unión Argentina de Rugby (UAR) qui deviendra membre de l'International Rugby Board (IRB) après avoir été invité à participer à la première Coupe du monde de rugby en 1987.

En 1910, une équipe gérée par l'université d'Oxford réalise une tournée, contre laquelle l'équipe nationale argentine joue son premier match, qu'elle perd 3 à 28.

En 1927, les Lions britanniques et irlandais font une tournée en Argentine et gagnent toutes les rencontres sur les 9 jouées, dont 4 avec plus de trente points d'écart. Cependant, cet événement est un succès financier.

En 1932, l'équipe junior d'Afrique du Sud joue deux rencontres contre les Pumas, qu'elle remporte.

En 1936, les Lions britanniques et irlandais reviennent mais battent à nouveau les Argentins. Le mois suivant, les Pumas quittent leur pays pour jouer leur première rencontre à l'étranger. En l'occurrence, ils affrontent l'équipe du Chili et gagnent leur premier match 20 à 0, ainsi que le deuxième. Deux ans plus tard, l'Argentine reçoit le Chili et les Pumas gagnent à nouveau.

Une équipe en progression[modifier | modifier le code]

García Yáñez, Handley, Foster (1970).

Dans les années 1940, l'Argentine accueille une sélection composée par les universités d'Oxford et de Cambridge, qu'elle vainc lors des deux matchs les opposant. L'équipe de France joue une série de deux rencontres contre la sélection nationale argentine en août et septembre 1949 et gagne contre les Pumas 5-0 et 12-3.

Les années 1950 débutent avec deux victoires contre l'Uruguay et le Brésil à Buenos Aires, chacune avec un écart supérieur à 60 points. Puis arrive une victoire contre le Chili 13 à 3. En août 1952, les Pumas rencontrent l'Irlande et font match nul (3-3) lors de la première rencontre avant de perdre la seconde 0 à 6[5]. L'équipe de France fait une nouvelle tournée en 1954 et remporte les deux rencontres avec un score sévère : 8-22 et 3-30[5].

En 1956, l'équipe nationale reçoit à nouveau une sélection d'Oxford et Cambridge, mais perd les deux rencontres. Les victoires 4-0 face au Pérou puis 50 à 3 contre l'Uruguay sont suivies par une défaite face au Chili et, en 1959, par deux autres face à l'équipe junior d'Afrique du Sud (6 à 4 et 6 à 20).

En 1960, la France revient à Buenos Aires et gagne les trois matchs (3-37, 3-12 et 6-29)[5]. Cet échec est cependant suivi de plusieurs réussites qui ont lieu en 1964 : une victoire sur le Chili à Montevideo, une autre sur le Brésil avec 60 points d'écart, puis encore une face à l'Uruguay. Enfin, en 1965 les Pumas battent l'équipe Junior de l'Afrique du Sud par 11 points à 6. Plusieurs rencontres internationales de déroulant dans la seconde moitié des années 1960 montrent l'accroissement du niveau du rugby argentin : en 1968, la sélection nationale argentine gagne l'un des deux test-match contre le Pays de Galles 9 à 5 et obtient un match nul 9-9 lors du second[5]. Lors de la tournée de l'Écosse en 1969, les Argentins remportent d'abord une victoire 20 à 3, mais s'inclinent ensuite avec un score serré (3-6).

Entre 1980 et 1984, une formation appelée Jaguars d'Amérique du Sud, composée principalement d'Argentins, joue 8 rencontres contre l'Afrique du Sud qu'elle ne réussit à vaincre qu'une fois, le 3 avril 1982 à Bloemfontein (Afrique du Sud). Le 2 novembre 1985, c'est la consécration : la Nouvelle-Zélande ne parvient pas à s'imposer à Buenos Aires et la rencontre se termine par un match nul (21-21). Autre exploit : en novembre 1987, les Argentins réussissent à battre l'équipe d'Australie 27 à 19 à Buenos Aires, après avoir obtenu un premier match nul face aux Wallabies le mois précédent (19 à 19).

Ainsi, de la fin des années 1970 au début des années 1990, l'Argentine ne perd jamais tous ses matchs lors des tournées se déroulant à Buenos Aires, signe d'un progrès notable de la qualité de l'équipe nationale.

Une période difficile[modifier | modifier le code]

C'est pourquoi les Argentins abordent la première coupe du monde de rugby qui se déroule en 1987 avec confiance. Mais l'ambition d'arriver en quart de finale échoue à cause d'une défaite face aux Fidji. Le départ de joueurs expérimentés et le départ de certains autres pour des ligues professionnelles portent un sérieux coup à l'équipe nationale. Aussi l'Argentine se montre-t-elle décevante lors des coupes du monde 1991 (dernière de la poule C) et 1995 (dernière du groupe B). La coupe du monde 1999 voit les Pumas sous-estimés parvenir en quart de finale après une victoire 28 à 24 face à l'Irlande. Cependant, ils buttent contre les Français 28 à 47.

L'équipe nationale ne parviendra pas à réitérer cette performance lors de la coupe du monde 2003, à la suite d'une défaite en poule 15 à 16 face à l'Irlande. Toutefois, l'Argentine était désavantagée par le calendrier, ayant joué ses quatre rencontres en deux semaines, contre trois pour l'Irlande.

Au niveau des meilleurs (2004-2007)[modifier | modifier le code]

Match Angleterre-Argentine du 12 novembre 2006.

Depuis, l'équipe est capable de rivaliser avec les dix plus grandes nations. En juin 2004, elle gagne l'un des deux test-matchs l'opposant au Pays de Galles, puis s'impose face à l'équipe de France en novembre de la même année à Marseille (14 à 24). Lors de cette même tournée, elle perd 21 à 19 face à l'Irlande, à la suite d'un drop de dernière minute. Le 4 décembre 2004, c'est une défaite prévisible d'une équipe privée de ses 10 meilleurs joueurs retournés jouer en Europe, face aux Springboks (39-7).
Leur montée en puissance se confirme le 23 mai 2005. Invités à disputer un match contre les Lions au Millennium Stadium de Cardiff, ils obtiennent le nul après une égalisation de Jonny Wilkinson sur une pénalité accordée au bout de huit minutes d'arrêt de jeu[6]. Et pourtant, cette équipe d'Argentine était privée de 25 de ses meilleurs joueurs en raison des championnats nationaux. À l'issue de ce match, l'Argentine a demandé d'intégrer le Tournoi des Six Nations, étant prête à disputer l'ensemble de ses matchs à l'extérieur[7]. En novembre 2005 les Sud-Africains jouent en Argentine face à une équipe jouant cette fois avec ses joueurs européens. Les Pumas font face mais s'inclinent 34 à 23. La semaine suivante, ils s'imposent face à l'Écosse 23 à 19, puis le 19 novembre de la même année, face à l'Italie à Gênes (22 à 39).

En juin 2006, l'Argentine reçoit l'équipe du Pays de Galles, composée de joueurs de second choix, et s'impose 27 à 25 puis 45 à 27, face à cette équipe inexpérimentée et manquant de discipline. Puis, face aux All Blacks, les Pumas perdent 25 à 19. Le 1er juillet 2006, lors de la phase de qualification pour la coupe du monde 2007 les Argentins s'imposent 60 à 13 face au Chili. Ils s'imposent ensuite face à l'Uruguay 26 à 0 le 8 juillet 2006 et se qualifient donc pour la compétition mondiale (poule D). En novembre de la même année, ils font une tournée en Europe. Ils remportent leur première victoire face à l'Angleterre championne du monde en titre 25 à 18 à Twickenham, le 11 novembre 2006 (18-25), grâce notamment à 22 points de son ouvreur, Federico Todeschini (Montpellier Hérault Rugby Club)[8]. Ils battent ensuite l'Italie 16 à 23 et ne perdent que d'un point face à une équipe de France atone en seconde période (27 à 26).

Ignacio Corleto va marquer l'essai de l'Argentine contre la France (coupe du monde 2007)

Le 7 septembre 2007, ils battent la France lors du match d'ouverture de la Coupe du monde 2007 (12-17), confirmant leur statut de "bête noire" des bleus (5 victoires en 6 précédentes confrontations depuis 2002). Ils battent par la suite la Géorgie, l'Irlande et la Namibie pour finir 1er de la poule D. Ils remportent la victoire contre l'Écosse en quarts de finale. Ils seront défaits par l'Afrique du Sud en demi-finale, avant de vaincre encore une fois l'équipe de France lors de la petite finale (34 à 10). Lors de cette coupe du monde, l'Argentine signe le plus grand exploit de son histoire.

Pendant la période 2006-2007, l'équipe d'Argentine dispute 19 matchs et remporte 15 victoires, soit 79 % de réussite. Les deux grandes nations de l'hémisphère sud (Springboks, All Blacks) sont encore inaccessibles. L'Argentine est capable de l'emporter contre n'importe quelle nation européenne : l'Irlande (3 fois), la France, le pays de Galles, l'Italie (par 2 fois), l'Angleterre et l'Écosse[9].

De 2007 à 2011[modifier | modifier le code]

En 2009, l'Argentine perd 37-15 face à l'Angleterre, puis remporte le match retour 24 à 22. Contre cette même équipe, ils échouent 16 à 9, avant de remporter leur dernier match de l'année face à l'Écosse, 6-9.

En 2010, les Argentins entament leurs tests de manière catastrophique, perdant à deux reprises face à l'Écosse, 16-24 puis 9-12. Ils se rattrapent ensuite face à la France (41-13) et l'Italie (16-22). Face à l'Équipe de France, ils perdent 15-9, puis terminent leur tournée de la pire des manières en échouant 29-9 face à l'Irlande. L'année suivante, pour la préparation à la Coupe du monde, les argentins ne disputent qu'un seul match, face au Pays de Galles. Ils perdent 28-13 au Millenium Stadium de Cardiff.

Participant de la coupe du monde 2011, l'Argentine avec l'Angleterre et l'Écosse créent la "poule de mort" accompagnés de la Géorgie et de la Roumanie. L'Argentine perd contre l'Angleterre (9-13) pour le 1er match puis se défait ensuite péniblement de l'Écosse (13-12), de la Roumanie (43-8) et de la Géorgie (25-7) pour accéder en 1/4 de finale. Les Pumas se font éliminer par les All Blacks, futurs vainqueurs de la compétition, sur le score de 33-10 en 1/4 de finale.

Depuis 2012: Le Déclin d'une équipe[modifier | modifier le code]

L'Argentine dispute en juin 2012 deux test matchs face à la France. Elle gagne le premier (23-20) avant de perdre assez largement sur le score de 49 à 10.

L'Argentine accède ensuite au Tri-Nations qui devient donc par la même occasion le "Four Nations". Dans la première édition, ils perdent leur premier match face à l'Afrique du Sud (27-6) puis font match nul lors de la deuxième journée à Mendoza (16-16). Ils échouent ensuite en Nouvelle-Zélande (21-5) avant de perdre de peu face à l'Australie (23-9). S'ensuit un match à sens unique contre la Nouvelle-Zélande à domicile (15-54) et une courte défaite face à l'Australie (25-19). Ils terminent la compétition à la dernière place avec 4 points sans avoir démérité.

Lors des tests automnaux dans l'hémisphère nord, ils remporte leur match contre le Pays de Galles (12-26) mais perdent contre une équipe de France sur une bonne dynamique (39-22) avant d'être humilié par l'Irlande (46-24).

Lors de leur seconde partipation au "Four Nations", les Pumas argentins perdent tous leurs matchs et encaissent notamment deux cinglantes défaites en Afrique du Sud en match d'ouverture (13-73) et à domicile contre les Wallabies australiens (17-54) lors du dernier match, terminant la compétition avec seulement 2 points. Lors des test d'été et d'automne 2013, ils perdent trois fois largement contre l'Angleterre (3-32, 26-51 et 12-31) ainsi que contre le Pays de Galles (6-40), pour une seule victoire contre la Géorgie (29-18).

L'Argentine, qui pouvait prétendre battre à la régulière les meilleures équipes européennes à la fin des années 2000, décline fortement depuis la Coupe du monde 2011. Ce déclin peut s'expliquer par le départ d'une génération brillante qui a des difficultés à être remplacée par la nouvelle, ainsi que par de nouvelles règles favorisant le jeu rapide.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde de l'équipe masculine de Rugby
Édition Bilan Article détaillé
Drapeau : Nouvelle-Zélande 1987 poule du 1er tour Argentine en coupe du monde de rugby 1987
Drapeau : Angleterre 1991 poule du 1er tour Argentine en coupe du monde de rugby 1991
Drapeau : Afrique du Sud 1995 poule du 1er tour Argentine en coupe du monde de rugby 1995
Drapeau : Pays de Galles 1999 quart-de-finaliste Argentine en coupe du monde de rugby 1999
Drapeau : Australie 2003 poule du 1er tour Argentine en coupe du monde de rugby 2003
Drapeau : France 2007 3e place Argentine en coupe du monde de rugby 2007
Drapeau : Nouvelle-Zélande 2011 quart-de-finaliste Argentine en coupe du monde de rugby 2011
Drapeau : Angleterre 2015 Argentine en coupe du monde de rugby 2015
Drapeau : Japon 2019 Argentine en coupe du monde de rugby 2019

Tenue, emblème du XV argentin[modifier | modifier le code]

Le jaguar confondu avec le puma

Les Argentins jouent avec un maillot rayé horizontalement avec l'alternance de lignes de couleur bleu ciel et blanc. Les joueurs portent le logo de l'équipementier sur le côté droit. Le maillot est actuellement fabriqué par la société Nike. Les joueurs ont également un maillot alternatif de couleur bleu foncé qu'ils utilisent rarement.

L'emblème de l'équipe argentine est dans le coin supérieur gauche du maillot.

Les Argentins sont surnommés Pumas en référence au jaguar, confondu avec le puma. Il est généralement admis que le surnom des Pumas est dû à une erreur d'un journaliste lors d'une tournée de l'Afrique du Sud. Cherchant un surnom comme les All Blacks, les Wallabies ou les Springboks, l'un des reporters a confondu un puma avec un jaguar sur l'écusson de l'UAR. Même si le jaguar est toujours le symbole, ce surnom a été adopté par tous, Argentins compris.

Le jaguar est un mammifère carnivore, apparenté au léopard et de la famille des félidés (comme le tigre, le lion ou le chat). Son habitat naturel se trouve sur le continent américain : Guatemala, Honduras, Venezuela, Bolivie, Brésil, Guyane, nord de l'Argentine, au nord du Mexique et dans le sud des États-Unis (Arizona, Nouveau-Mexique).

Composition du XV Argentin[modifier | modifier le code]

L'équipe actuelle[modifier | modifier le code]

La colonne In indique les joueurs actuellement sélectionnés par Santiago Phelan pour le rugby Championship 2013

Les Avants[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Sélections
(points marqués)
Club Année 1ère
Sélection
In
Agustin Creevy Talonneur 15/03/1985 10 (0) Drapeau : France Montpellier HR 2005 X
Eusebio Guiñazú Pilier/Talonneur 15/01/1982 15 (5) Drapeau : Afrique du Sud Southern Kings 2003 X
Marcos Ayerza Pilier 12/06/1983 40 (5) Drapeau : Angleterre Leicester Tigers 2004 X
Juan Figallo Pilier 25/03/1988 3 (0) Drapeau : France Montpellier HR 2010 X
Diaz Matias Pilier 16/03/1993 3 (0) Drapeau : Argentine Teqüé RC 2013 X
Nahuel Nobo Pilier 27/08/1991 2 (0) Drapeau : Angleterre Newcastle (R.F.U.) 2012 X
Bruno Postiglioni Pilier 8/04/1987 4 (0) Drapeau : Argentine La Plata / U.R.B.A. 2011
Juan Pablo Orlandi Pilier 20/06/1983 10 (0) Drapeau : Angleterre Bath (R.F.U.) 2008 X
Patricio Albacete 2e Ligne 09/02/1981 52 (5) Drapeau : France Stade toulousain 2003 X
Manuel Carizza 2e Ligne 23/08/1984 33 (5) Drapeau : France Racing Metro 92 2004 X
Julio Farias Cabello 2e/3e Ligne 19/09/1978 19 (10) Drapeau : Argentine Pampas XV / Vodacom Cup 2010 X
Tomás Vallejos Cinalli 2e Ligne 16/10/1984 5 (0) Drapeau : Pays de Galles Scarlet 2011
Esteban Lozada 2e Ligne 08/01/1982 21 (0) Drapeau : France SU Agen 2006
Juan Cruz Guillemain 2e Ligne 21/08/1992 0 (0) Drapeau : France Stade Français 2010
Mariano Galarza 2e Ligne 12/11/1986 12 (0) Drapeau : Argentine Universitario de La Plata 2010 X
Tomas Cristian Leonardi 3e Ligne Aile 01/07/1987 16 (3) Drapeau : Argentine Pampas XV / Vodacom Cup 2009
Juan Manuel Leguizamon 3e Ligne Aile 06/06/1983 44 (30) Drapeau : France Lyon OU 2005 X
Alvaro Galindo 3e Ligne Aile / Centre 26/02/1982 11 (10) Drapeau : France Racing Métro 92 2004
Leonardo Senatore 3e Ligne Centre 13/05/1984 12 (5) Drapeau : Argentine Pampas XV / Vodacom Cup 2011 X
Tomas De la Vega 3e Ligne Aile 28/09/1990 7 (10) Drapeau : Argentine Pampas XV / Vodacom Cup 2011
Juan Martin Fernandez Lobbe 3e Ligne Centre 19/11/1981 50 (35) Drapeau : France RC Toulon 2004 X
Benjamín Macome 3e Ligne Aile 10/01/1986 11 (10) Drapeau : Argentine Tucumán R.C. 2009 X
Pablo Matera 3e Ligne Aile 18/07/1993 2 (10) Drapeau : Argentine Asociación Alumni 2013 X

Les Arrières[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Sélections
(points marqués)
Club Année 1ère
Sélection
In
Agustin Figuerola Demi de Mêlée 27/01/1985 7 (0) Drapeau : France US Oyonnax 2008
Alfredo Lalanne Demi de Mêlée 03/03/1983 7 (0) Drapeau : Angleterre London Irish 2008
Nicolas Vergallo Demi de Mêlée 20/08/1983 17 (0) Drapeau : France Stade toulousain 2005
Martin Landajo Demi de Mêlée 14/06/1988 11 (0) Drapeau : Argentine C.A.S.I. / U.R.B.A. 2008 X
Tomás Cubelli Demi de Mêlée 12/06/1989 13 (5) Drapeau : Argentine Belgrano Athletic 2012 X
Felipe Contepomi Demi d'Ouverture 20/08/1977 71 (554) Drapeau : France Stade français 1998 X
Nicolás Sánchez Demi d'Ouverture 26/10/1988 8 (42) Drapeau : France Union Bordeaux Bègles 2011 X
Juan Martín Hernández Demi d'Ouverture 07/08/1982 34 (83) Drapeau : France Racing Métro 92 2003 X
Rafaël Carballo 3/4 Centre 16/10/1981 9 (15) Drapeau : France Union Bordeaux Bègles 2006
Santiago Fernandez 3/4 Centre 28/11/1985 21 (3) Drapeau : France Aviron Bayonnais 2008 X
Gonzalo Tiesi 3/4 Centre 24/04/1985 40 (25) Drapeau : Argentine San Isidro 2004 X
Miguel Avramovic 3/4 Centre 18/06/1981 12 (20) Drapeau : France SU Agen 2005
Marcelo Bosch 3/4 Centre 07/01/1984 18 (21) Drapeau : France Biarritz 2007 X
Martin Rodriguez 3/4 Centre, Arrière 12/04/1985 16 (69) Drapeau : France Stade français 2009 X
Horacio Agulla 3/4 Aile 22/10/1984 42 (20) Drapeau : Angleterre Leicester Tigers 2005 X
Juan Imhoff 3/4 Centre 11/05/1988 14 (20) Drapeau : France Racing Métro 92 2011 X
Frederico Aramburu 3/4 Aile 22/10/1984 26 (15) Drapeau : Écosse Glasgow Rugby 2005
Lucas Borges 3/4 Aile 17/02/1980 31 (65) Drapeau : France SC Albi 2003
Gonzalo Camacho 3/4 Aile 28/08/1984 20 (30) Drapeau : Angleterre Exeter Chiefs 2009 X
Martin Bustos Moyano 3/4 Aile 12/07/1985 1 (0) Drapeau : France Aviron Bayonnais -
Lucas Amorosino Arrière 02/11/1985 11 (15) Drapeau : France US Oyonnax 2009 X
Joaquín Tuculet Arrière 08/08/1989 5 (0) Drapeau : France FC Grenoble 2012 X

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Entraîneurs notables[modifier | modifier le code]

Marcelo Loffreda, international puma de 1979 à 1994 avec le légendaire Hugo Porta, dirige l'Argentine de 2000 à 2007 et avec elle, il remporte des succès significatifs contre l'Écosse, la France, le pays de Galles, l'Irlande. Les Pumas menacent même la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud.

Enfin, l'Argentine réussit un premier exploit retentissant en s'imposant pour la première fois de son histoire à Twickenham, sur le terrain de l'Angleterre, championne du monde en titre, le 11 novembre 2006 (18-25). Il mène les Pumas à la troisième place lors de la coupe du monde de rugby 2007 aux dépens de la France qui perd en poule et lors de la petite finale, de l'Écosse et de l'Irlande.

De 2008 à 2013, le sélectionneur argentin est Santiago Phelan, puma de 1997 à 2003. Il mène les pumas en quart de finale de la Coupe du monde 2011, puis lors des deux premières participations au Rugby Championship. Son adjoint chargé de l'entrainement des arrières est Fabián Turnes. Ils démissionnent du poste en octobre 2013.

Depuis octobre 2013, le sélectionneur est Daniel Hourcade.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques sur les matchs[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant dresse le bilan des matchs contre tous les adversaires de l'équipe d'Argentine, il est mis à jour au 25 octobre 2007[10].

Bilan de l'Argentine par adversaire : matchs joués par l'Argentine, nombre de victoires et défaites argentines, nombre de matchs nuls, et taux de victoires. Le nombre de matchs est, le cas échéant, un lien vers l'article détaillé des confrontations de l'Argentine avec l'équipe en question. (modifier)
Adversaires Matchs Victoires Nuls Défaites  % Victoires
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 15 0 1 14 0,00
Drapeau : Angleterre Angleterre 13 3 1 9 23,08
Drapeau : Australie Australie 17 4 1 12 23,53
Maillot du Barbarian Football Club.jpg Barbarians 1 0 0 1 0,00
Barbarians-rugby-club.jpeg Barbarians français 3 2 0 1 66,66
Drapeau : Brésil Brésil 11 11 0 0 100,00
Drapeau : Canada Canada 8 6 0 2 75,00
Drapeau : Chili Chili 27 27 0 0 100,00
Drapeau : Écosse Écosse 7 6 0 1 85,71
Drapeau : Espagne Espagne 4 4 0 0 100,00
Drapeau : États-Unis États-Unis 9 9 0 0 100,00
Drapeau : Fidji Fidji 4 3 0 1 75,00
Drapeau : France France 41 10 1 30 24,39
Drapeau : Géorgie Géorgie 1 0 0 1 0,00
Drapeau : Irlande Irlande 17 7 1 9 40,00
Drapeau : Italie Italie 14 9 1 4 64,29
Drapeau : Japon Japon 5 4 0 1 80,00
Drapeau : Lions britanniques et irlandais Lions 7 0 1 6 0,00
Drapeau : Namibie Namibie 2 2 0 0 100,00
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 13 0 1 12 0,00
Drapeau : Paraguay Paraguay 16 16 0 0 100,00
Drapeau : Pays de Galles Galles 11 4 0 7 36,36
Drapeau : Pérou Pérou 1 1 0 0 100,00
XV Mondial 3 3 0 0 100,00
Drapeau : Roumanie Roumanie 7 7 0 0 100,00
Drapeau : Samoa Samoa 4 1 0 3 25,00
Drapeau : Venezuela Venezuela 1 1 0 0 100,00
Drapeau : Uruguay Uruguay 30 30 0 0 100,00
Total contre 28 adversaires 282 169 6 107 59,93

Les confrontations officielles contre les grandes nations datent seulement des 20 dernières années.

L'équipe d'Argentine est largement dominée par les deux équipes majeures du rugby à XV (Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande). Elle présente un bilan négatif par rapport à d'autres grandes nations du rugby à XV (Angleterre, Australie, France, Pays de Galles). Elle fait jeu égal avec l'Irlande et elle domine l'Écosse et l'Italie.

Elle a depuis toujours rencontré fréquemment les autres nations rugbystiques d'Amérique qui sont nettement moins fortes qu'elle.

Statistiques concernant les joueurs[modifier | modifier le code]

Record de sélections[modifier | modifier le code]

La liste suivante dresse le bilan des records de sélections[11] pour l'équipe d'Argentine de rugby à XV, il est mis à jour au 31 août 2007. La liste met en valeur les joueurs des 25 dernières années, un classement par nombre de sélections ne dépend pas que de la qualité du joueur mais aussi du nombre de rencontres internationales. La naissance de la coupe du monde en 1987 et la périodicité désormais semestrielle des tournées influent sur ce classement et doivent donc être rappelées.

  1. Lisandro Arbizu – 86 sélections
  2. Rolando Martin – 86 sélections
  3. Mario Ledesma – 84 sélections

Marqueurs d'essais[modifier | modifier le code]

  1. José María Núñez Piossek – 29
  2. Diego Cuesta Silva – 28
  3. Gustavo Jorge – 24

Points (en gras les joueurs encore en activité)[modifier | modifier le code]

  1. Felipe Contepomi – 631
  2. Hugo Porta – 590
  3. Gonzalo Quesada – 486

Anecdote[modifier | modifier le code]

Un personnage très célèbre aurait pu jouer pour l'équipe nationale argentine de rugby, et a en tout cas, joué en première division au San Isidro Club, il s'agit de Ernesto Guevara plus connu sous le nom de Che Guevara. Joueur amateur de rugby il a joué quelque temps dans ce club avant d'arrêter à cause de son asthme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]