Équipe d'Arabie saoudite de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Drapeau : Arabie saoudite Équipe d'Arabie saoudite

Écusson de l' Équipe d'Arabie saoudite
Généralités
Confédération AFC
Emblème Le faucon
Couleurs blanc et vert
Surnom الخضر (Les Faucons)
الصقور (Les Verts)
Stade principal Stade international du Roi-Fahd
Classement FIFA en augmentation 78e (17 juillet 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Espagne Juan Ramón López Caro
Plus sélectionné Mohammed al-Deayea (181)
Meilleur buteur Majed Abdullah (67)

Rencontres officielles historiques

Premier match 20 octobre 1957 (Syrie, 3-1)
Plus large victoire 8-0 (Macao, 14 mai 1993)
Plus large défaite 0-13 (République arabe unie, 3 septembre 1961)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 4
Huitième de finaliste en 1994
Coupe d’Asie Phases finales : 8
3 titres (1984, 1988 et 1996)
Jeux olympiques Premier tour en 1984 et 1996

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'équipe d'Arabie saoudite de football (arabe : منتخب السعودية لكرة القدم) est la sélection de joueurs de football saoudiens représentant le pays lors des compétitions régionales, continentales et internationales sous l'égide de la fédération d'Arabie saoudite de football.

L'équipe nationale dispute, et remporte, la première rencontre de son histoire en 1957, face à la Syrie. Malgré une affiliation de la fédération à la Confédération asiatique de football puis à la FIFA dès 1956, la sélection ne s'engage pour la première fois dans les éliminatoires d'une Coupe d'Asie des nations qu'en 1975 et dispute ses premières qualifications à une phase finale de Coupe du monde en 1976.

Elle compte à son palmarès trois victoires en Coupe d'Asie des nations (1984, 1988 et 1996), ainsi que trois finales perdues, et a participé à quatre phases finales de Coupe du monde entre 1994 et 2006. Elle a également remporté la Coupe arabe des nations et la Coupe du Golfe des nations, respectivement deux et trois fois.

Les « Faucons », ou les « Verts », comme ils sont surnommés, disputent leurs rencontres à domicile au Stade international du Roi-Fahd, situé dans la capitale saoudienne, Riyad.

Les Saoudiens ont terminé l'année 2013 au 87e rang mondial selon le classement FIFA et au 9e rang asiatique. L'équipe est entraînée par l'Espagnol Juan Ramón López Caro, qui occupe ce poste depuis juillet 2013.

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse de l'équipe nationale (1950-1974)[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc d'Abdullah al-Faisal
Abdullah al-Faisal, premier président de la Fédération d'Arabie saoudite de football en 1956

C'est au début des années 1950 que les premières sélections saoudiennes voient le jour. Le 27 juin 1951, une équipe rassemblant les meilleurs joueurs des clubs d'Al Wahda et d'Al Ahli est réunie afin de rencontrer en match amical une sélection du Ministère de la Santé d'Égypte. Le lendemain, cette dernière affronte une autre formation saoudienne, cette fois composée de joueurs d'Al Ittihad et d'Al Hilal[2].

En 1956, la Fédération d'Arabie saoudite de football est créée[3] et obtient la même année son affiliation à la Fédération internationale de football association (FIFA) et à la Confédération asiatique (AFC), fondée deux ans plus tôt. Le 20 octobre 1957, l'équipe d'Arabie saoudite dispute le premier match de son histoire, dans le cadre de sa participation au tournoi de football des Jeux panarabes organisés à Beyrouth au Liban. Ce match est d'ailleurs la toute première rencontre internationale[n 1] disputée dans la Cité sportive Camille-Chamoun, édifiée pour l'occasion. Opposés à la Syrie, les Saoudiens l'emportent trois buts à un. Dirigés par l'ancien international égyptien Abdelrahman Fawzi, ils s'inclinent ensuite face à la Jordanie puis arrachent le match nul face au pays organisateur. C'est la différence de buts avec la Syrie qui empêche les Saoudiens d'aller plus loin dans le tournoi.

Photo en noir et blanc d'un avant-match de football, prise depuis les tribunes, avec le terrain au second plan
Le Stade d'honneur de Casablanca, théâtre de la déroute saoudienne face à la République arabe unie sur le score de 13 à 0

En 1961, l'Arabie saoudite participe à nouveau aux Jeux panarabes qui sont disputés à Casablanca au Maroc. Ce tournoi est un véritable désastre pour les Faucons : les hommes de Fawzi subissent quatre défaites consécutives, toutes sur des scores-fleuves (dont un 13-0 face à la République arabe unie et 13-1 face au pays hôte) avant de remporter le dernier match de poule face au Koweït. Deux ans plus tard, emmenée par le Tunisien Ali Chaouach, elle subit une nouvelle déroute face à l'Égypte, s'inclinant 7-0 en quart de finale[t 1] du tournoi de football des Jeux des nouvelles forces émergentes en Indonésie.

Les Saoudiens disputent par la suite deux matchs amicaux : une victoire 4-0 en Tunisie en décembre 1967 et le 17 janvier 1969, pour le premier match de l'histoire de la sélection sur son sol, un revers contre la Turquie. À partir de 1970, la sélection participe aux premières éditions de la Coupe du Golfe des nations, avec une certaine réussite (deux finales et une troisième place lors des trois premières participations). En 1975, la fédération recrute comme sélectionneur l'ancienne gloire hongroise Ferenc Puskás, qui devient le premier Européen à diriger l'équipe nationale. À cette occasion, l'Arabie saoudite s'engage pour la première fois de son histoire dans les éliminatoires de deux compétitions internationales : les Jeux olympiques de Montréal et la Coupe d'Asie des nations qui ont lieu l'année suivante.

Premiers pas sur la scène internationale (1975-1981)[modifier | modifier le code]

Le 2 avril 1975 à Bagdad, pour leur premier match officiel continental, les Saoudiens affrontent l'Afghanistan dans le cadre des qualifications pour la Coupe d'Asie, dans une poule qui compte également l'Irak et le Qatar. La qualification pour le tournoi final en Iran est obtenue grâce à une deuxième place du groupe derrière les Irakiens[t 2]. Cependant, les hommes de Puskás ne disputent pas la phase finale, à la suite de la décision de la fédération de se retirer de la compétition, pour une raison indéterminée. Disputé quatre mois plus tard, le tournoi qualificatif olympique est mitigé. Versés dans une poule en compagnie de l'Iran, l'Irak, le Koweït et Bahreïn, les Verts terminent leur campagne sur un bilan de deux victoires et deux défaites[t 3], un résultat insuffisant pour participer au tournoi canadien. L'année suivante, en mai 1976, après une édition de Coupe du Golfe particulièrement décevante (cinquième place[t 4] avec quatre défaites -dont un 7-1 contre l'Irak- en six rencontres), Puskás laisse le poste de sélectionneur au Britannique Bill McGarry.

McGarry a pour principale mission la qualification des Saoudiens pour la Coupe du monde 1978, dont la phase finale est organisée en Argentine, pour ce qui est la première campagne saoudienne pour le tournoi mondial. Placée dans le groupe 3 avec l'Iran et la Syrie, la sélection débute les qualifications le 12 novembre 1976 par une victoire à domicile face à la Syrie[f 1] avant d'enchaîner trois défaites consécutives, un résultat qui la classe deuxième du groupe, derrière les Iraniens, auteurs d'un sans-faute et seuls qualifiés pour la suite des qualifications. Cet échec entraîne le départ de McGarry, remplacé par un autre Anglais, Danny Allison. La fédération choisit de ne pas inscrire la sélection dans les éliminatoires de la Coupe d'Asie des nations 1980, disputée au Koweït. En 1979, la cinquième édition de la Coupe du Golfe voit les Saoudiens terminer à la troisième place[t 5], loin derrière l'Irak, pays organisateur, qui a survolé la compétition. Le poste de sélectionneur est particulièrement instable à cette époque puisque Allison va être rapidement remplacé par un autre entraîneur anglais, David Woodfield, qui ne reste en poste lui aussi que quelques mois. En 1981, la fédération recrute le Brésilien Rubens Minelli qui va faire progresser les Saoudiens et amener la sélection à ses premiers trophées.

Premiers succès majeurs (1982-1990)[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc de l'entraîneur brésilien Mário Zagallo
Mário Zagallo, sélectionneur de l'Arabie saoudite entre 1982 et 1984

Engagés dans les éliminatoires de la Coupe du monde 1982, les Faucons terminent en tête du groupe 2, dont tous les matchs sont disputés à Riyad. Ils battent successivement l'Irak, la Syrie, Bahreïn et le Qatar. La poule finale à quatre, qui détermine les deux nations qualifiées pour le tournoi espagnol, voit les hommes de Minelli terminer à la dernière place, sans aucune victoire[t 6], avec notamment une lourde défaite 5-0 à domicile lors du dernier match face à la Nouvelle-Zélande[f 2]. Ce revers met un terme à la collaboration entre Minelli et la fédération, qui recrute pour le remplacer le double champion du monde et ancien technicien du club d'Al Hilal Mário Zagallo.

Les débuts de Zagallo sur le banc saoudien ont lieu lors de la Coupe du Golfe des nations 1982, organisée aux Émirats arabes unis. Avec seulement deux victoires (face au Qatar et au sultanat d'Oman), la sélection termine à une décevante quatrième place[t 7], devancée par des équipes qu'elle a battues quelques mois plus tôt. Zagallo parvient tout de même à mener l'Arabie saoudite sur le podium des Jeux asiatiques de 1982, en terminant troisième du tournoi de football. L'année suivante, l'équipe nationale ne dispute aucun match mais le technicien brésilien qualifie la sélection olympique pour les Jeux de Los Angeles. C'est une première dans l'histoire du football saoudien. Zagallo est finalement licencié en mars 1984, à la suite d'une lourde défaite face à l'Irak 4-0 durant la Coupe du Golfe 1984 à Mascate[4]. La fédération décide pour la première fois de recruter un sélectionneur saoudien, Khalil Ibrahim al-Zayani.

Photo sepia du match entre la Chine et l'Arabie saoudite en 1984
Finale de la Coupe d'Asie des nations 1984 entre l'Arabie saoudite et la Chine

Après avoir amené l'équipe saoudienne sur le podium de la Coupe du Golfe[t 8], al-Zayani dirige les Saoudiens lors de la phase finale du tournoi olympique de Los Angeles, où ses hommes terminent le premier tour avec trois défaites en autant de matchs[t 9], face au Brésil, au Maroc et à l'Allemagne de l'Ouest. Majed Abdullah est le seul buteur saoudien du tournoi, lors du match inaugural contre la Seleção, perdu 1-3[f 3].

Le technicien saoudien dirige ensuite les Verts lors des éliminatoires de la Coupe d'Asie des nations, dont la phase finale est disputée à Singapour. Les Saoudiens survolent leur poule de qualification, dont les matchs ont lieu en octobre 1984 à Djeddah. Ils battent successivement le Sri Lanka, les Émirats arabes unis, le Népal et à nouveau Oman, sans encaisser un seul but[t 10]. Placés en phase finale dans le groupe 1, ils sont accrochés par le Qatar et la Corée du Sud et s'imposent face au Koweït et la Syrie, ce qui leur permet de terminer à la première place de la poule et de se qualifier pour les demi-finales. Les hommes d'al-Zayani doivent passer par la séance des tirs au but pour éliminer l'Iran en demi-finale puis gagnent la finale contre la Chine sur le score de deux buts à zéro.

L'année suivante, l'Arabie saoudite est éliminée dès son entrée en lice dans les éliminatoires de la Coupe du monde 1986, sortie par les Émirats arabes unis (0-0 à l'aller, défaite 1-0 au retour). Elle participe ensuite pour la première fois à la Coupe arabe des nations, qu'elle dispute à domicile et qu'elle termine à la troisième place, derrière l'Irak et Bahreïn. Elle termine l'année par une double confrontation face au Cameroun, champion d'Afrique en titre, lors de la Coupe afro-asiatique des nations[f 4] avec une défaite à Yaoundé 4-1 et un succès à Taïf 2-1. En 1986, la sélection termine une fois encore à la troisième place de la coupe du Golfe des nations, organisée cette année-là à Manama, au Bahreïn avec un bilan de trois victoires et trois défaites[t 11]. En septembre, elle parvient en finale du tournoi de football des Jeux asiatiques organisés à Séoul en Corée du Sud, s'inclinant face au pays organisateur.

L'Arabie saoudite joue très peu en 1987, elle est notamment exemptée de campagne qualificative pour la Coupe d'Asie des nations, en tant que tenante du trophée. Une nouvelle fois, le poste de sélectionneur national est très instable puisque, après le départ d'al-Zayani, quatre entraîneurs sud-américains se succèdent en à peine deux ans : les Uruguayens Kosia Tastilo et Omar Borrás et les Brésiliens Osvaldo et Galletti. En 1988, c'est un très grand nom du football mondial qui est choisi par les cadres de la fédération avec l'engagement du Brésilien Carlos Alberto Parreira, champion d'Asie avec le Koweït en 1980.

L'année 1988 s'annonce chargée pour les Faucons avec la Coupe du Golfe jouée à domicile, la participation à la Coupe arabe et surtout la défense de son titre continental lors de la phase finale jouée au Qatar. Après un match nul 2-2 en amical face à l'Écosse, l'Arabie saoudite dispute donc la Coupe du Golfe chez elle, dans le Stade international du Roi-Fahd. Elle ne peut faire mieux qu'une troisième place[t 12], dans une édition dominée par l'Irak. Parreira emmène ensuite son groupe en Australie pour prendre part à l'Australia Bicentennary Gold Cup, un tournoi amical qui célèbre les 200 ans de l'indépendance de l'État-continent. Les Saoudiens jouent d'abord quatre rencontres amicales (deux défaites face aux All Whites néo-zélandais et deux victoires sur Hong Kong) puis enchaînent un match nul face à l'Argentine et trois revers contre l'Australie, le Brésil et à nouveau face aux Argentins en match de classement. Dans le même temps, avec une équipe composée de jeunes, l'Arabie saoudite participe à la Coupe arabe des nations. Les résultats ne sont pas au rendez-vous avec une dernière place de leur poule[t 13] (deux nuls et deux défaites). En novembre, le technicien brésilien convoque un groupe resserré de quinze joueurs qui ont pour objectif de conserver leur titre continental. Les Saoudiens jouent deux matchs de préparation avec des résultats encourageants : un nul face à l'Angleterre[f 5] et une victoire sur la sélection tunisienne. Au Qatar, les partenaires de Fahad al-Bishi terminent en tête de leur groupe du premier tour (nuls contre le Koweït et Bahreïn, succès face à la Syrie et la Chine) puis comme quatre ans auparavant éliminent l'Iran en demi-finale. Le deuxième titre continental est remporté à l'issue d'un match vierge de but, après une séance de tirs au but contre la Corée du Sud[t 14]. La défense de fer de la sélection (un but encaissé en six rencontres) a été une des clés du succès des hommes de Parreira.

La période dorée (1990-1996)[modifier | modifier le code]

Double champion d'Asie en titre, l'Arabie saoudite croit en ses chances de disputer la Coupe du monde, à laquelle elle n'a encore jamais participé. Dans les éliminatoires de la zone Asie, elle sort d'abord en tête du groupe 2, devançant la sélection du Nord-Yémen et la Syrie mais échoue lors du tour final, qui prend la forme d'une poule de six équipes qui s'affrontent à Singapour. Les hommes de Carlos Alberto Parreira ne remportent qu'un seul match, sans enjeu[t 15], face à la Corée du Nord et terminent à la 5e place, laissant la Corée du Sud et son voisin des Émirats arabes unis obtenir leur billet pour le Mondial italien. La non-qualification entraîne le départ de Parreira, qui est engagé par la Fédération émiratie pour diriger sa sélection lors de la Coupe du monde. C'est le Turc Metin Türel qui lui succède sur le banc. L'année suivante, les Saoudiens ne participent qu'à une compétition : les Jeux asiatiques 1990 organisés à Pékin en Chine (ils déclarent forfait pour l'édition de la Coupe du Golfe qui se dispute la même année). En poule, ils battent le Bangladesh et le Japon puis s'inclinent en quart de finale contre la Corée du Nord après la séance de tirs au but[t 16]. C'est sur cet échec que Türel quitte son poste de sélectionneur, ce qui entraîne le retrait de l'équipe nationale pendant près de deux ans, jusqu'à l'automne 1992. Ces deux années à l'écart de la scène internationale précèdent la période la plus glorieuse de l'histoire de la sélection saoudienne.

Après deux années d'absence au plus haut niveau, la sélection saoudienne prend part aux Jeux panarabes organisés en septembre en Syrie. Ce tournoi est la première étape de préparation des hommes de Veloso, le nouveau sélectionneur, pour la Coupe d'Asie des nations, où les Verts vont défendre leur titre. Ils enchaînent avec une victoire sur le Cameroun en amical puis disputent à domicile la toute première édition de la Coupe du Roi-Fahd (qui deviendra à partir de 1997 et la reprise par la FIFA la Coupe des confédérations). Les trois autres sélections invitées sont toutes championnes de leur continent : l'Argentine qui a remporté la Copa América 1991, les États-Unis vainqueurs de la Gold Cup 1991 et la Côte d'Ivoire, qui vient de gagner la CAN 1992. En demi-finale, les Saoudiens s'imposent aisément contre les Américains 3-0 avant de perdre la finale du tournoi devant l'Argentine par trois buts à un. C'est à ce jour le meilleur résultat de l'équipe saoudienne dans cette compétition.

Neuf jours après la finale face aux Argentins, Nélson Rota Martins et ses hommes sont au Japon pour disputer la Coupe d'Asie, dont ils sont les doubles tenants. Le défi est de taille car aucune équipe nationale n'a encore remporté trois Coupes d'Asie, et encore moins consécutivement. Les Saoudiens sortent une nouvelle fois en tête de leur poule du premier tour, en devançant la Chine, le Qatar et la Thaïlande. Ils s'imposent en demi-finale face à leurs voisins des Émirats arabes unis (2-0) et accèdent à leur troisième finale consécutive. Le 8 novembre 1992, les Faucons concèdent leur première défaite en 17 rencontres de Coupe d'Asie, battus par un but du Japonais Takagi. Les Nippons, qui disputent la compétition à domicile, remportent ainsi leur premier titre continental. Trois semaines après cette désillusion, c'est en Coupe du Golfe des nations que l'on retrouve l'Arabie saoudite, qui termine une fois encore sur la troisième marche du podium, avec un bilan de trois victoires et deux revers.

Vue aérienne latérale d'un stade rempli de spectateurs
Le Cotton Bowl de Dallas, théâtre du huitième de finale de Coupe du monde entre l'Arabie saoudite et la Suède

Les éliminatoires de la Coupe du monde 1994 démarrent au printemps 1993, après une tournée de quatre matchs amicaux (contre la Nouvelle-Zélande à deux reprises, Singapour et les États-Unis). Lors du premier tour des qualifications, jouées à l'aller en Malaisie et au retour à Taïf, l'Arabie saoudite enregistre la plus large victoire de son histoire, s'imposant le 16 mai 1993 8-0[f 6] face à la sélection de Macao. Les Verts terminent aisément en tête de leur groupe[t 17], devant le Koweït et la Malaisie. Lors de la poule finale à six, organisée à Doha au Qatar, les hommes du Brésilien José Candido, obtiennent pour la première fois leur billet pour la phase finale du Mondial, avec la première place du groupe[t 18], accompagnés aux États-Unis par la Corée du Sud. Candido est débarqué avant le dernier match des éliminatoires et c'est le Saoudien Mohammed al-Kharashy qui dirige l'équipe pour la rencontre face à l'Irak. Après un bref passage du Néerlandais Leo Beenhakker (licencié après seulement trois mois d'exercice[5]), c'est le technicien argentin Jorge Solari qui est choisi pour emmener les Saoudiens aux États-Unis. Les partenaires de Fuad Amin s'inclinent lors de leur premier match face aux Pays-Bas[f 7] avant de s'imposer contre le Maroc[f 8]. La dernière rencontre de poule contre la Belgique va donner lieu à l'un des plus beaux buts de l'histoire de la Coupe du monde[6], marqué dès la 5e minute par Saeed al-Owairan, qui reste aujourd'hui encore associé à cet exploit. L'attaquant d'Al-Shabab Riyad traverse toute la moitié de terrain belge avant d'aller tromper le portier des « Diables rouges », Michel Preud'homme, l'un des meilleurs gardiens de but du monde à cette époque[7]. Ce but, le seul du match, permet à la sélection de se qualifier pour les huitièmes de finale, où ils s'inclinent 3-1[f 9] contre la Suède, future médaillée de bronze. Malgré ce résultat intéressant pour une première participation, la collaboration entre Solari et la fédération saoudienne prend fin, à la suite d'un accord entre les deux parties avant le début de la compétition[8].

Al-Kharashy prend alors de façon prolongée la tête d'une équipe mise en confiance par son bon parcours en Coupe du monde. En fin d'année, elle inscrit pour la première fois son nom au palmarès de la Coupe du Golfe des nations, terminant invaincue[t 19] (quatre victoires et un nul) lors de la 12e édition organisée à Abu Dhabi aux Émirats arabes unis. En janvier 1995, la sélection joue à domicile la deuxième édition de la Coupe du Roi-Fahd. Contrairement à l'édition précédente, les Saoudiens ne brillent pas, s'inclinant lors des deux matchs disputés, face au Mexique[f 10], champion d'Amérique centrale et face au Danemark[f 11], champion d'Europe en 1992 et première nation européenne à prendre part à la compétition. Après cet échec l'équipe nationale marque une pause et ne retrouve les terrains qu'en octobre pour plusieurs rencontres amicales de préparation aux matchs de qualification pour la Coupe d'Asie 1996.

Versés dans le groupe 9 en compagnie du Kirghizistan et du Yémen, les Saoudiens se qualifient aisément pour la phase finale après une campagne parfaite : quatre victoires en autant de matchs sans prendre aucun but, avec cependant l'avantage d'évoluer à domicile, au Stade international du Roi-Fahd de Riyad. Après six mois sans jouer puis quatre rencontres amicales organisées à domicile durant l'automne, les Saoudiens participent à la Coupe du Golfe des nations, dont ils sont les tenants du titre. Le résultat final est décevant avec une troisième place[t 20] décrochée à l'issue d'un parcours moyen. Un mois avant la phase finale aux Émirats arabes unis, les Faucons affrontent des nations venues de plusieurs continents (Bulgarie, Syrie, Mali et Indonésie) puis s'envolent pour Dubaï. En phase finale, ils parviennent une nouvelle fois à sortir de leur groupe, malgré une lourde défaite contre l'Iran (3-0) compensée par deux succès contre la Thaïlande et l'Irak[t 21]. Ils éliminent ensuite en quart de finale la Chine puis prennent leur revanche sur les Iraniens en demi-finale à l'issue de la séance de tirs au but (0-0). Les hommes de Nelo Vingada atteignent donc pour la quatrième fois la finale en quatre participations et comme lors de l'édition précédente, ils sont opposés au pays organisateur, les Émirats arabes unis. Comme lors du match précédent, la rencontre se termine sans but à l'issue des prolongations et ce sont les partenaires de Khalid al-Muwallid, auteur du dernier tir, qui s'imposent, remportant là leur troisième titre continental.

Au rendez-vous lors des grandes compétitions (1997-2002)[modifier | modifier le code]

Photo de Carlos Alberto Parreira
Carlos Alberto Parreira, sélectionneur des Saoudiens lors de la phase finale de la Coupe du monde 1998

L'année 1997 est consacrée à la campagne de qualification pour la phase finale du Mondial, organisée en France. Après être sortie facilement en tête de sa poule du premier tour, devant la Malaisie, Taipei et le Bangladesh, la sélection saoudienne se retrouve en deuxième tour au sein d'une poule de cinq équipes, en compagnie de l'Iran, de la Chine, du Koweït et du Qatar. Favorite du groupe du fait de son parcours de mondialiste, elle assume son statut en terminant à la première place, directement qualificative pour le tournoi final. Comme lors de la campagne qualificative de 1994, la fédération change de sélectionneur puisque, durant la deuxième phase, Nelo Vingada quitte son poste après le match remporté face au Qatar, le 11 octobre 1997. C'est l'Allemand Otto Pfister, ancien sélectionneur de plusieurs équipes nationales africaines, qui est choisi pour le remplacer. Il est sur le banc pour une rencontre amicale face à l'Islande puis prépare son groupe pour la troisième édition de la Coupe du Roi-Fahd, une fois encore organisée à Riyad. Placée dans le groupe A avec le Brésil, le Mexique et l'Australie, l'équipe nationale essuie deux revers contre les Auriverde puis les Mexicains avant de sauver l'honneur face à l'Australie[f 12]. Mohammed al-Khilaiwi est le seul buteur saoudien de la compétition. Emmenés à partir de janvier 1998 par Carlos Alberto Parreira, qui revient en poste après son passage à la fin des années 1980, les partenaires de Mohammed al-Deayea partent ensuite pour une longue tournée de matchs de préparation en Europe avec des résultats parfois encourageants (match nul 0-0 contre les Anglais à Wembley[f 13] puis face au Mexique), parfois médiocres (déroute 6-0 à Molde face à la Norvège[f 14]). En phase finale, ils ne parviennent pas à réitérer leurs performances de 1994, s'inclinant face au Danemark (1-0) puis contre les Bleus, qui à domicile s'imposent 4-0. Ces deux défaites entraînent le licenciement de Parreira[9] et un nouvel intérim de Mohammed al-Kharashy, qui parvient à sauver l'honneur de la sélection en arrachant un match nul 2-2[f 15] face aux Bafana Bafana.

À son tour, Otto Pfister revient sur le banc de l'équipe nationale[10], après avoir passé une année à s'occuper de l'équipe d'Arabie saoudite olympique. Ses principales missions sont de bien figurer lors de la Coupe des confédérations 1999 (organisée pour la première fois hors d'Arabie saoudite, au Mexique) et de préparer au mieux ses hommes pour la Coupe d'Asie des nations 2000 pour y défendre son titre. Pfister démarre son mandat par une série de matchs amicaux, tous victorieux, face à trois sélections africaines (Tanzanie, Soudan et Sénégal). Il remporte ensuite son premier titre avec les partenaires d'Obeid al-Dosari (sacré meilleur buteur) en s'imposant face au Qatar[t 22] lors de la 7e édition de la Coupe arabe des nations, six ans après en avoir atteint la finale. Les Saoudiens enchaînent trois semaines plus tard avec une deuxième place[t 23] derrière le Koweït lors de la Coupe du Golfe 1998, tout en terminant la compétition invaincue. Malgré ce bon parcours, Pfister est limogé par les dirigeants de la fédération. En juin 1999, sous la direction du nouvel entraîneur tchèque Milan Máčala, le groupe s'envole pour les États-Unis afin d'y disputer une série de matchs de préparation avant la Coupe des confédérations qui démarre le mois suivant, avec un bilan mitigé (deux victoires et deux défaites). Placée dans le groupe A avec le pays hôte, la Bolivie et l'Égypte, la sélection démarre très mal le premier tour avec une déroute 5-1 face à la Tri puis un nul sans but contre les Boliviens. Lors de la dernière rencontre, c'est l'attaquant Marzouk al-Otaibi qui sauve les siens grâce à un quadruplé contre l'Égypte, battue 5-1[f 16]. Cette victoire leur permet d'atteindre le dernier carré de la compétition où ils affrontent le vice-champion du monde et champion d'Amérique du Sud, le Brésil. La demi-finale prend des airs de déroute puisque malgré deux nouveaux buts d'al-Otaibi, les Auriverde s'imposent sur le score-fleuve de huit buts à deux. Le match pour la troisième place est également perdu face aux États-Unis. C'est à ce jour le dernier match de Coupe des confédérations des Verts.

En tant que tenant du titre, l'Arabie saoudite est exemptée des éliminatoires pour la Coupe d'Asie des nations 2000, qui est organisée par le Liban. Le sélectionneur Milan Máčala peut ainsi faire de nombreux essais lors des matchs amicaux de préparation prévus par la fédération, entre mai et octobre. Les Saoudiens jouent trois matchs en Europe, face à la Slovaquie[f 17], la Hongrie[f 18] et la Slovénie[f 19] puis terminent leur tournée en Arabie saoudite et en Jordanie. Versés dans le groupe C avec le Japon, le Qatar et l'Ouzbékistan[t 24], les Faucons démarrent mal leur tournoi avec une lourde défaite face aux Blue Samouraï sur le score de quatre buts à un. Ce revers coûte sa place à Máčala[11], qui est remplacé par son adjoint, Nasser al-Johar. Le technicien saoudien débute son mandat de sélectionneur par un match nul sans but contre les Qataris. Ses joueurs arrachent leur qualification pour les quarts de finale grâce à un large succès 5-0 contre l'Ouzbékistan. Leur parcours de phase finale est meilleur avec une victoire après prolongation contre leurs voisins koweïtiens, puis une qualification pour une 5e finale consécutive face à la Corée du Sud, battue sur un doublé d'al-Meshal. En finale, comme en 1992, c'est le Japon qui remporte le titre continental, grâce à un but du milieu de terrain Shigeyoshi Mochizuki[f 20].

Malgré le bon parcours des Saoudiens en Coupe d'Asie, al-Johar retrouve son poste d'adjoint et voit les dirigeants de la fédération choisir l'ancien sélectionneur de la RF Yougoslavie, Slobodan Santrač. Après deux rencontres amicales remportées face à la Syrie et l'Ouganda, les Saoudiens s'engagent dans la campagne de qualification pour la Coupe du monde 2002 avec pour objectif une troisième qualification consécutive pour la phase finale. Au premier tour à Dammam, ils retrouvent dans le groupe 10 le Viêt Nam, le Bangladesh et la Mongolie, une phase très aisément franchie avec un parcours parfait : 6 victoires en autant de matchs, trente buts inscrits sans en encaisser un seul[t 25]. Au second tour, dans une poule de cinq sélections, les hommes d'al-Johar affrontent l'Iran, le Bahreïn, l'Irak et la Thaïlande. Mis à part un revers 2-0 en Iran, fatal à Santrač, limogé une semaine plus tard et qui marque un nouvel intérim d'al-Johar, la campagne est une réussite avec une première place du groupe, directement qualificative pour la Coupe du monde. Al-Johar est confirmé à son poste et prépare son groupe par le biais de la Coupe du Golfe 2002, disputée au Stade du Roi-Fahd à Riyad. Les Saoudiens remportent la compétition en terminant en tête sans connaître la défaite[t 26]. C'est le deuxième succès saoudien en Coupe du Golfe après celui de 1994.

Photo de l'attaquant allemand Miroslav Klose
Miroslav Klose, auteur d'un triplé lors de la victoire allemande 8-0 contre les Faucons lors du premier tour de la Coupe du monde 2002

La sélection saoudienne ne dispute qu'un seul match de préparation à la Coupe du monde, face à une équipe qui va quelques semaines plus tard devenir la véritable révélation du tournoi, à savoir le Sénégal, futur quart-finaliste pour sa première participation. La victoire 3-2 des Faucons leur donne le plein de confiance avant d'entamer la phase de poules, où ils côtoient l'Allemagne, la Côte d'Ivoire et l'Irlande. L'objectif affiché du groupe saoudien est de faire aussi bien qu'en 1994, à savoir atteindre le deuxième tour[12]. Le match d'ouverture, face aux Allemands, tourne à la déroute puisque les partenaires d'al-Deayea s'inclinent sur le score de 8-0, l'une des plus grosses défaites de l'histoire de la Coupe du monde[n 2]. Ils enchaînent ensuite avec un court revers face au Cameroun de Samuel Eto'o, seul buteur du match[f 21] et s'inclinent lourdement (0-3) lors du troisième et dernier match contre l'Irlande. Ils quittent piteusement la compétition avec aucun point et même aucun but marqué. Après six mois d'arrêt à la suite de la désillusion en Coupe du monde, la sélection, à présent dirigée par le Néerlandais Gerard van der Lem, prend part à la Coupe arabe des nations dont elle est tenante du titre après son succès en 1998. Au Koweït, elle termine invaincue en tête de son groupe du premier tour, seulement accrochée par le Yémen lors d'un dernier match sans enjeu, avant de battre le Maroc en demi-finale puis de remporter un deuxième titre en s'imposant face à Bahreïn grâce à un but en or de Mohammad Nour.

Participation aux grands tournois sans briller (2003-2007)[modifier | modifier le code]

L'année 2003 démarre par un véritable coup de tonnerre puisque grâce à Franz Burgmeier, le Liechtenstein bat en amical l'Arabie saoudite au Rheinpark Stadion de Vaduz sur le score de un but à zéro. La fin d'année est chargée avec les qualifications pour la Coupe d'Asie des nations 2004 et la Coupe du Golfe 2003, organisée au Koweït et dont les Saoudiens sont champions en titre. Lors des éliminatoires pour la Coupe d'Asie, les hommes de van der Lem sont placés dans le groupe C, en compagnie de l'Indonésie, du Yémen et du Bhoutan. Sans grande surprise, les Verts remportent toutes leurs rencontres, jouant une fois encore l'ensemble des matchs à domicile, à Djeddah, et se qualifient pour leur 6e phase finale continentale. Deux mois plus tard, ils sont à Koweït City où ils parviennent à conserver leur titre de champion du Golfe des nations, après un beau parcours (quatre victoires et deux matchs nuls). En dépit de leur revers initial face au Liechtenstein, les Saoudiens ont haussé leur niveau durant l'année, réalisant au passage une série de quinze matchs sans défaite.

Engagés dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2006, les Saoudiens sont exemptés de tour préliminaire et entrent en lice lors de la deuxième phase, où ils sont opposés au sein de la poule 8 au Turkménistan, à l'Indonésie et au Sri Lanka. Les trois premiers matchs, disputés avant la Coupe d'Asie, confirment le bon état de forme des hommes de van der Lem, qui obtiennent trois victoires, sans encaisser de but. Six semaines plus tard, le hasard des tirages au sort leur fait retrouver les Turkmènes dans leur poule du premier tour de Coupe d'Asie, organisée en Chine. Cette fois-ci, les Faucons n'obtiennent qu'un match nul 2-2 avant de se faire surprendre par l'Ouzbékistan (0-1). Une seconde défaite lors du dernier match de poule face à l'Irak entraîne un événement inédit : une élimination de l'Arabie saoudite dès le premier tour de la Coupe d'Asie. Cet échec sportif entraîne le licenciement du sélectionneur, Gerard van der Lem, qui est remplacé par Nasser al-Johar[13]. Après un nul en amical face au Koweït, al-Johar parvient à poursuivre le bon parcours en éliminatoires de Coupe du monde, en remportant les trois derniers matchs du deuxième tour, qualifiant ainsi les partenaires d'al-Deayea pour le troisième tour. En fin d'année, avec un nouvel entraîneur à sa tête, l'Argentin Gabriel Calderón[14], c'est en Coupe du Golfe, organisée par le Qatar que les Saoudiens connaissent une nouvelle désillusion. Les doubles tenants du titre sont éliminés dès la phase de poule avec une seule victoire en trois matchs. Calderón réussit tout de même à qualifier l'équipe nationale pour une quatrième phase finale mondiale consécutive, terminant invaincue à la première place du groupe, devant la Corée du Sud, demi-finaliste en 2002 et l'Ouzbékistan, qui l'avait battue lors de la phase finale de Coupe d'Asie. Elle obtient même une victoire de prestige à Séoul[f 22] face aux Guerriers Taeguk, sans véritable enjeu puisque les deux nations ont leur billet en poche pour le Mondial allemand avant le début de la rencontre. En dépit de cette qualification, Calderón est limogé en fin d'année[15] après trois défaites consécutives (deux contre l'Irak, une face à l'Iran) lors des Jeux d'Asie de l'Ouest[t 27]. C'est l'entraîneur du club d'Al-Hilal, le Brésilien Marcos Paquetá qui le remplace pour préparer au mieux la Coupe du monde 2006.

Tactique de l'équipe d'Arabie saoudite lors de la Coupe du monde 2006
Premier tour : Tunisie-Arabie saoudite (2-2)
Premier tour : Ukraine-Arabie saoudite (4-0)
Premier tour : Espagne-Arabie saoudite (1-0)

Mis à part un match de qualification pour la Coupe d'Asie 2007, facilement gagné au Yémen, Paquetá dispose de plusieurs mois et de nombreux matchs de préparation pour modeler son groupe avant le tournoi mondial. Le bilan des douze matchs amicaux, disputés contre des équipes de plusieurs confédérations (Europe, Asie, Afrique), est assez médiocre avec une seule victoire face à un autre mondialiste, le Togo. En Allemagne, les Saoudiens se retrouvent dans le groupe H avec l'Espagne, l'Ukraine et la Tunisie. Le premier match voit les Verts accrocher les Tunisiens, champions d'Afrique en titre, sur le score de deux buts partout[f 23]. Les deux autres matchs sont perdus contre l'Ukraine et l'Espagne, qui se qualifient pour les huitièmes de finale. Marcos Paquetá reste néanmoins à son poste et parvient à mener les Saoudiens en phase finale de Coupe d'Asie, avec notamment une victoire en septembre à domicile contre le Japon. La Coupe du Golfe 2007, disputée aux Émirats arabes unis, confirme le redressement sportif des partenaires d'al-Qahtani puisqu'ils atteignent les demi-finales de l'épreuve, finalement remportée par le pays organisateur. Malgré ces résultats satisfaisants, la fédération saoudienne décide une fois encore de changer de sélectionneur, en limogeant Paquetá pour le remplacer par un autre technicien auriverde, Hélio dos Anjos[16].

Après une tournée organisée à Singapour aux résultats encourageants (victoires face aux Émirats arabes unis et Singapour, nuls contre Oman et la Corée du Nord), les Saoudiens s'envolent pour Jakarta en Indonésie pour le premier tour de la Coupe d'Asie où ils retrouvent dans leur poule, en plus d'un des pays hôtes, la Corée du Sud et le Bahreïn. Le premier match se finit par un nul contre les Sud-Coréens et après avoir battu l'Indonésie 2-1, ils s'imposent facilement contre Bahreïn sur le score de quatre à zéro, ce qui leur permet de terminer en tête de leur poule. Ils dominent ensuite l'Ouzbékistan en quart de finale puis battent le tenant du titre, le Japon, en demi-finale, et atteignent ainsi pour la sixième fois la finale de l'épreuve, un record[n 3]. Lors de ce dernier match, ils sont opposés à l'équipe-surprise de cette édition : l'Irak, emmenée par son buteur Younis Mahmoud. La rencontre tourne à l'avantage de l'outsider puisque grâce à un nouveau but de Mahmoud, les Irakiens décrochent leur tout premier titre de champion d'Asie et les Saoudiens échouent pour la troisième fois en finale de la Coupe d'Asie.

La sélection termine l'année 2007 par une série de matchs amicaux (victoires face au Ghana, la Namibie et l'Estonie) avant de participer aux Jeux panarabes organisés en Égypte où ils subissent deux défaites (contre les « Pharaons » et la Libye), accrochent un nul face aux Espoirs des Émirats arabes unis et s'imposent face aux Espoirs soudanais[t 28].

Des lendemains difficiles (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Les coéquipiers d'al-Harthi entament l'année 2008 par une victoire en amical face au Luxembourg avant de démarrer les éliminatoires pour la Coupe du monde 2010, leur unique objectif sportif pour cette année. Versés dans le groupe 4, ils sont opposés à l'Ouzbékistan, à Singapour et au Liban. En dépit d'un bon parcours (trois victoires lors des quatre premières rencontres), les dirigeants saoudiens choisissent de se séparer de Dos Anjos[17] et appellent une fois encore Nasser al-Johar pour diriger l'équipe lors des deux dernières rencontres à disputer. Le sélectionneur intérimaire remplit son contrat en gagnant les deux matchs, synonymes de qualification pour le quatrième tour des qualifications de la zone Asie, où ils se retrouvent dans une poule à cinq, avec la Corée du Nord, la Corée du Sud, l'Iran et les Émirats arabes unis. En janvier 2009, l'Arabie saoudite prend part à la Coupe du Golfe, organisée au sultanat d'Oman dont ils atteignent la finale (perdue contre le pays organisateur) sans encaisser un seul but[t 29]. Durant la campagne qualificative, l'intérim d'al-Johar prend fin puisque c'est le technicien portugais José Peseiro qui est choisi par la fédération pour prendre la tête de la sélection[18]. Leur parcours, assez moyen avec notamment une défaite à domicile face aux Sud-Coréens et un revers à Pyongyang, en Corée du Nord, les classe à la troisième place. Ils doivent par conséquent affronter leurs voisins du Bahreïn pour désigner la nation asiatique qui affrontera les Kiwis néo-zélandais en barrage inter-continental Asie-Océanie. Le duel est très serré avec un nul sans but à Manama et quatre jours plus tard, un nouveau match nul, plus animé (2-2). Les Bahreïnis éliminent les Faucons de la course à la qualification au bénéfice des buts marqués à l'extérieur et les empêchent de participer à un cinquième tournoi mondial consécutif.

Avec cette élimination démarre une longue période de matchs amicaux sans enjeu puisque la prochaine échéance sportive, la Coupe du Golfe 2010, ne se joue que quatorze mois plus tard, au Yémen et que les Saoudiens sont exemptés de qualification pour la Coupe d'Asie 2011 grâce à leur place de finaliste en 2007. L'édition 2010 de la Coupe du Golfe se conclut avec une nouvelle finale jouée, et perdue après prolongations par les Saoudiens face au Koweït[t 30].

Photo de l'entraîneur néerlandais Frank Rijkaard
Frank Rijkaard, sélectionneur des Saoudiens entre 2011 et 2013

C'est toujours avec Peseiro à leur tête que les Saoudiens démarrent le premier tour de la Coupe d'Asie des nations 2011, organisée par le Qatar. Ils affrontent au premier tour le Japon, la Jordanie et la Syrie. Cette phase de poules tourne au cauchemar pour les Verts, qui sont battus d'entrée par les Syriens, provoquant le limogeage de Peseiro[19]. Avec une fois encore al-Johar en intérim sur le banc, ils perdent ensuite contre la Jordanie, ce qui les élimine avant même le dernier match face aux Blue Samourai nippons. Complètement démotivés, les Saoudiens subissent une défaite historique en s'inclinant sur le score de cinq à zéro. Taisir al-Jassim est le seul joueur de l'équipe à avoir inscrit un but, lors de la défaite face à la Syrie. La sélection est mise en sommeil jusqu'en juillet, date du début des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014.

En juillet, un grand nom du football européen s'assoit sur le banc de la sélection : le Néerlandais Frank Rijkaard est choisi par la fédération saoudienne pour mener les Faucons vers la Coupe du monde au Brésil[20]. Il débute son mandat par un duel éliminatoire face à la sélection de Hong Kong lors du deuxième tour des qualifications pour le mondial. Cet affrontement en matchs aller-retour est une formalité pour les partenaires de Nasser al-Shamrani, auteur de trois des huit buts des siens (victoires 3-0 et 5-0[f 24]). Au tour suivant, l'Arabie saoudite est versée dans le groupe 4, en compagnie du finaliste de la dernière Coupe d'Asie, l'Australie, Oman et la Thaïlande. Le parcours saoudien est assez médiocre avec une seule victoire sur les Thaïlandais et deux matchs nuls sans but face aux Omanis. Ces contre-performances classent la sélection à la troisième place de la poule[f 25], insuffisante pour accéder au tour suivant des éliminatoires. Elle rate du même coup la Coupe du monde pour la deuxième fois consécutive.

L'année suivante, l'Arabie saoudite organise la Coupe arabe des nations, compétition qui est remise sur pied après dix ans d'interruption et dont les Saoudiens sont tenants du titre. Cette neuvième édition se conclue mieux pour Rijkaard et ses hommes puisqu'ils parviennent à atteindre le dernier carré de l'épreuve, s'inclinant face à la Libye en demi-finale puis face à l'Irak en match de classement. Ils poursuivent ensuite avec une série de matchs amicaux face à des adversaires prestigieux (les champions du monde espagnols, l'Argentine ou encore le champion d'Afrique, la Zambie) avant de terminer l'année en participant au Championnat d'Asie de l'Ouest où ils s'alignent pour la première fois. Après un nul 0-0 contre l'Iran, les Saoudiens battent le Yémen avant de s'incliner contre le Bahreïn. Ils ne terminent que troisièmes[t 31] de leur poule et doivent quitter prématurément la compétition.

Trois semaines plus tard, la sélection saoudienne est au Bahreïn pour prendre part à l'édition 2013 de la Coupe du Golfe. Rijkaard et son groupe sont dans le groupe B avec l'Irak, le Koweït et le Yémen. Comme pour le championnat d'Asie de l'Ouest, les Verts terminent troisième de leur poule avec une victoire et deux défaites[t 32]. La réaction des dirigeants est immédiate puisqu'ils prennent la décision de licencier Rijkaard[21] et de le remplacer par le technicien espagnol Juan Ramón López Caro. Son objectif est de qualifier la sélection pour la prochaine Coupe d'Asie des nations, organisée en Australie. Le tirage au sort verse les Saoudiens dans la poule C, en compagnie de l'Irak, de la Chine et de l'Indonésie. Les deux premières nations obtiennent leur billet pour la phase finale. Le 15 novembre 2013, après une quatrième victoire en quatre rencontres, les hommes de López Caro sont assurés de se qualifier pour le tournoi continental[22], ne pouvant plus être rattrapés par les deux dernières équipes de leur poule.

Symboles, emblèmes et tenues[modifier | modifier le code]

Symboles[modifier | modifier le code]

Le faucon est l'animal symbole de l'équipe nationale. Ceci s'explique par la pratique de la fauconnerie dans le royaume. L'autre surnom des Saoudiens, les « Verts », leur vient de la couleur dominante de la tenue portée lors des rencontres internationales puisque le maillot, le short et les bas sont entièrement verts.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

L'écusson de la fédération saoudienne de football se décompose en plusieurs éléments. Il y a d'abord le nom complet de la fédération, en anglais et en arabe avec un personnage schématisé jouant au football. Sur la droite, un logo comportant un palmier avec deux sabres croisés au-dessous complète l'emblème.

L'emblème de la sélection saoudienne se présente sous une forme circulaire. Un ballon de football vert stylisé occupe la partie centrale, avec un palmier et deux sabres à son pied, comme sur l'écusson de la fédération. Il s'agit de l'emblème de l'Arabie saoudite. Le nom de l'équipe nationale est inscrit en deux langues : en arabe au-dessus et en anglais en dessous.

Tenues[modifier | modifier le code]

Principaux maillots utilisés par l'équipe d'Arabie saoudite
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile avant 2006
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur avant 2006
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2006
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2006
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2011
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2011

La sélection saoudienne a toujours porté des tenues de couleur dominante blanche à domicile et verte à l'extérieur, deux couleurs reprises du drapeau saoudien. Les modifications apportées par les différents équipementiers sous contrat avec la fédération restent minimes, comme les liserés dorés sur la poitrine, le short et les chaussettes, ajoutés sur la tenue portée par les Faucons durant l'année 2010. Depuis 2011, c'est l'équipementier américain Nike qui habille l'équipe nationale.

Composition de l'équipe d'Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Provenance des joueurs[modifier | modifier le code]

La quasi-totalité des internationaux saoudiens portent les couleurs d'équipes du championnat national. En effet, dans toute l'histoire du football en Arabie saoudite, moins d'une quinzaine de joueurs ont quitté le pays pour être engagés dans un club étranger et dans la plupart des cas, il s'agit d'un prêt d'une saison, voire moins, dans un pays du Golfe Persique (Qatar ou Émirats arabes unis). Ainsi les plus grands footballeurs du pays n'ont parfois joué que dans un seul club tout au long de leur carrière, comme Majed Abdullah à Al Nasr, Ahmed Madani à Al Ittihad, Saeed al-Owairan à Al Shabab ou Sami al-Jaber, Youssef al-Thuniyan et Mohammad al-Shalhoub à Al Hilal.

En dépit des bons résultats de la sélection nationale sur la scène continentale et internationale dans les années 1990, seuls six joueurs ont évolué en Europe : le premier est Fahad al-Ghesheyan, transféré en 1998 dans le club d'AZ Alkmaar aux Pays-Bas ; Sami al-Jaber est prêté durant un an aux Wolverhampton Wolves en Premier League ; Hussein Sulimani reste une seule saison dans le club suisse de Neuchâtel Xamax lors de la saison 2008-2009 ; Abdullah Al-Hafith a joué deux saisons dans le championnat portugais, à Union Leiria et Paços de Ferreira ; Saleh Al-Shehri est toujours joueur de Beira Mar au Portugal ; enfin Osama Hawsawi a été un éphémère joueur d'Anderlecht, où il n'a participé qu'à deux matchs en 2012.

On peut citer le cas d'Ahmed Abdulla qui est né en Arabie saoudite mais a émigré avec sa famille à Londres à l'âge de 8 ans[23]. Il a donc effectué toute sa carrière en Angleterre, dont sa formation dans le club d'Arsenal, et joue aujourd'hui en Conference Premier (5e division anglaise) au sein du Barnet FC.

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus capés[24]
Sélections Joueur Période Buts
172 Mohammed al-Deayea 1993-2006 0
163 Mohammed al-Khilaiwi 1992-2001 3
156 Sami al-Jaber 1992-2006 46
142 Abdullah Zubromawi 1993-2002 3
132 Hussein Sulimani 1990-2003 5
Meilleurs buteurs[24]
Buts Joueur Période Sélections
71 Majed Abdullah 1978-1994 116
46 Sami al-Jaber 1992-2006 156
42 Yasser al-Qahtani 2002- 112
41 Obeid al-Dosari 1994-2002 94
32 Talal al-Meshal 1998-2006 75
Photo en noir et blanc d'un joueur soulevant un trophée à bout de bras, entouré par trois de ses coéquipiers
Majed Abdullah soulevant le trophée de la Coupe d'Asie des nations 1984

Majed Abdullah est l'un des plus grands joueurs de l'histoire du football saoudien. Né en 1959 à Djeddah, Abdullah n'a porté durant 21 ans les couleurs que d'un seul club : Al Nasr Riyad. Il débute sa carrière en 1977 après avoir passé deux saisons en équipe junior. Son palmarès avec Al Nasr est assez considérable puisqu'il a remporté cinq championnats et quatre Coupes d'Arabie saoudite au niveau national mais aussi une Coupe des Coupes, deux Coupe du golfe des clubs champions et une Supercoupe d'Asie. Buteur vedette de sa formation, celui que l'on surnommait le « Pelé arabe » a terminé six fois meilleur buteur du championnat saoudien. Il est appelé pour la première fois en équipe nationale à partir de 1978 et va remporter les deux premiers titres majeurs des Faucons, à savoir les Coupes d'Asie 1984 et 1988. Il est également dans le groupe saoudien qui découvre le tournoi olympique de football lors des Jeux olympiques de Los Angeles en 1984, atteint la finale de la Coupe d'Asie des nations 1992 et dispute la phase finale de la Coupe du monde 1994 aux États-Unis. Abdullah compte 139 sélections[25] site et 67 buts marqués[n 4], ce qui en fait le meilleur buteur de l'histoire de la sélection, loin devant Al-Jaber, auteur de 46 buts avec l'équipe nationale. Il raccroche les crampons en 1998, à la suite d'une fin de carrière marquée par des blessures à répétition.

Mohammed al-Deayea est le gardien emblématique de la sélection saoudienne. Né en 1972, il succède à son frère Abdullah dans les buts du club d'Al Ta'ee Ha'il où il débute sa carrière à 17 ans. La même année, il est sacré avec l'équipe nationale des moins de 16 ans champion du monde après la victoire des jeunes Faucons lors de la Coupe du monde de sa catégorie en Écosse. En club, il ne remporte qu'un titre : le championnat saoudien lors de la saison 1994-1995. En 1999, il est transféré à Al Hilal et garnit son palmarès de manière consistante avec quatre nouveaux titres de champion, sept Coupes d'Arabie saoudite, une Ligue des champions d'Asie et une Coupe des Coupes. Il débute en équipe nationale, toujours à la suite de son frère (présent lors des titres continentaux de 1984 et 1988) en 1993 lors d'un match amical perdu face aux États-Unis. Il va disputer la quasi-totalité des rencontres internationales des Faucons jusqu'en 2006, totalisant à la fin de sa carrière plus de 170 sélections. Le nombre exact de sélections est différent selon les sources : RSSSF comptabilise 172 sélections[26] alors que la FIFA en totalise 181[27], ce qui en fait dans tous les cas le joueur le plus capé de l'histoire de l'équipe nationale. Il joue ainsi trois phases finales de Coupe du monde (dont le huitième de finale face à la Suède en 1994), deux finales de Coupe d'Asie des nations (gagnée en 1996 et perdue face au Japon en 2000) et dispute dix rencontres de Coupe des confédérations entre 1995 et 1999. Al-Deayea se retire en juin 2010.

Sami al-Jaber est actuellement le second joueur de champ le plus capé de la sélection saoudienne (derrière Mohammed al-Khilaiwi[28]) et le second meilleur buteur après Majed Abdullah. Attaquant fidèle au club d'Al Hilal pendant vingt ans, il est devenu en 2000 le premier Saoudien à jouer en Angleterre lorsqu'il est prêté aux Wolverhampton Wolves qui évoluent en Division One (deuxième division). Il ne reste finalement que cinq mois en Europe avant de revenir à Al Hilal. Il s'est forgé un palmarès impressionnant avec son club : huit championnats, six Coupes d'Arabie saoudite, deux Ligues des champions d'Asie, deux Coupes des Coupes… Avec la sélection nationale, il a un bilan de 156 matchs pour 46 buts et a remporté la Coupe d'Asie des nations en 1996. Il est aujourd'hui entraîneur des attaquants de l'AJ Auxerre en Ligue 2[29].

Saeed al-Owairan reste l'homme d'un match et d'un but de légende. L'attaquant d'Al-Shabab Riyad est l'auteur du raid à travers toute la défense belge, conclu par le seul but de la rencontre entre l'Arabie saoudite et les Diables Rouges, lors du premier tour de la Coupe du monde 1994[30]. Fidèle toute sa carrière au club d'Al Shabab, son but et le bon parcours des Saoudiens lui permettent d'être élu meilleur joueur asiatique 1994. Avec la sélection, il totalise 24 buts en 50 capes. Si en club il possède un palmarès respectable (3 championnats d'Arabie saoudite, une Coupe d'Asie des vainqueurs de Coupe, 2 Ligues de champions arabes et 2 Coupes des clubs champions du Golfe), il n'a jamais rien gagné sous le maillot national puisqu'il n'est pas dans le groupe sacré en Coupe d'Asie des nations 1996.

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente la liste[31] des 23 joueurs appelés par Juan Ramón López Caro pour disputer les deux matchs de qualification pour la Coupe d'Asie des nations 2015 contre l'Irak et la Chine. La totalité des membres du groupe saoudien joue au sein du championnat saoudien. Trois clubs sont les principaux pourvoyeurs d'internationaux : Al Hilal (6 joueurs), Al Ahli (7 joueurs) et Al Ittihad (6 joueurs). À noter la présence dans le groupe de 6 joueurs[32] ayant pris part à la phase finale de la Coupe du monde des moins de 20 ans 2011, où les jeunes Saoudiens ont atteint les huitièmes de finale.

Effectif de l'équipe d'Arabie saoudite au 5 septembre 2013
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Abdullah, WaleedWaleed Abdullah &0000000000010327.00000010 327 19/4/1986 (28 ans) 45 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Shabab 2008
21 G al-Qarni, FawazFawaz al-Qarni &0000000000008152.0000008 152 2/4/1992 (22 ans) 1 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Ittihad 2013
22 G al-Maiouf, AbdullahAbdullah al-Maiouf &0000000000010048.00000010 048 23/1/1987 (27 ans) 1 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2013
2 D al-Harbi, MansoorMansoor al-Harbi &0000000000009974.0000009 974 7/4/1987 (27 ans) 10 1 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2012
13 D Assiri, AhmedAhmed Assiri &0000000000008292.0000008 292 14/11/1991 (22 ans) 2 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Ittihad 2013
5 D al-Bishi, MohammadMohammad al-Bishi
999 999
7 D al-Mousa, KamelKamel al-Mousa &0000000000011656.00000011 656 29/8/1982 (31 ans) 27 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2003
12 D Fallatah, Hassan MuathHassan Muath Fallatah &0000000000010409.00000010 409 27/1/1986 (28 ans) 22 2 Drapeau : Arabie saoudite Al Shabab 2006
13 D al-Bishi, SultanSultan al-Bishi &0000000000008947.0000008 947 28/1/1990 (24 ans) 6 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal 2012
6 D al-Shahrani, YasserYasser al-Shahrani &0000000000008098.0000008 098 26/5/1992 (22 ans) 3 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal 2012
3 D Hawsawi, OsamaOsama Hawsawi &0000000000011076.00000011 076 31/3/1984 (30 ans) 91 5 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2006
8 M al-Shehri, YahyaYahya al-Shehri &0000000000008482.0000008 482 8/5/1991 (23 ans) 12 0 Drapeau : Arabie saoudite Ettifaq FC 2102
10 M al-Abed, NawafNawaf al-Abed &0000000000008949.0000008 949 26/1/1990 (24 ans) 8 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal 2011
14 M Kariri, SaudSaud Kariri Capitaine &0000000000012468.00000012 468 8/6/1980 (34 ans) 120 6 Drapeau : Arabie saoudite Al Ittihad 2001
16 M al-Ghaleb, IbrahimIbrahim al-Ghaleb &0000000000008704.0000008 704 28/9/1990 (23 ans) 6 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Nasr Riyad
17 M al-Jassim, TaisirTaisir al-Jassim &0000000000010960.00000010 960 25/7/1984 (30 ans) 83 8 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2004
6 M al-Bassas, MustafaMustafa al-Bassas &0000000000007726.0000007 726 2/6/1993 (21 ans) 1 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2013
23 M Sharahili, Shaye AliShaye Ali Sharahili &0000000000008825.0000008 825 30/5/1990 (24 ans) 2 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Nasr Riyad
9 A Hazazi, NaifNaif Hazazi &0000000000009329.0000009 329 11/1/1989 (25 ans) 29 10 Drapeau : Arabie saoudite Al Ittihad 2008
19 A al-Muwallad, FahadFahad al-Muwallad &0000000000007257.0000007 257 14/9/1994 (19 ans) 6 2 Drapeau : Arabie saoudite Al Ittihad 2013
11 A al-Hamdan, HamdanHamdan al-Hamdan &0000000000010830.00000010 830 2/12/1984 (29 ans) 1 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2013
15 A al-Shamrani, NasserNasser al-Shamrani &0000000000011205.00000011 205 23/11/1983 (30 ans) 40 13 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal 2005
18 A al-Dossari, SalemSalem al-Dossari &0000000000008379.0000008 379 19/8/1991 (22 ans) 2 3 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal 2012
20 A Fallatah, MokhtarMokhtar Fallatah &0000000000009783.0000009 783 15/10/1987 (26 ans) 0 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Ittihad
Sélectionneur



Légende


Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Joueurs sélectionnés lors des douze derniers mois
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
999 G Al-Sudairy, AbdullahAbdullah Al-Sudairy &0000000000008212.0000008 212 2/2/1992 (22 ans) 1 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal
999 D al-Dosari, Abdullah JumaanAbdullah Jumaan al-Dosari &0000000000013409.00000013 409 10/11/1977 (36 ans) 23 6 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2000
999 D al-Muwallad, OsamaOsama al-Muwallad &0000000000011031.00000011 031 15/5/1984 (30 ans) 39 7 Drapeau : Arabie saoudite Al Ittihad 2004
999 M Al-Faraj, SalmanSalman Al-Faraj &0000000000009127.0000009 127 1/8/1989 (24 ans) 2 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal
999 M al-Musa, MoatazMoataz al-Musa &0000000000009974.0000009 974 7/4/1987 (27 ans) 6 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Ahli 2008
999 M Al-Mogahwi, HousainHousain Al-Mogahwi &0000000000009677.0000009 677 29/1/1988 (26 ans) 4 0 Drapeau : Arabie saoudite Al Fateh
999 M Otayf, AbdullahAbdullah Otayf &0000000000008029.0000008 029 3/8/1992 (21 ans) 3 1 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal
999 A al-Qahtani, YasserYasser al-Qahtani &0000000000011614.00000011 614 10/10/1982 (31 ans) 102 45 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal 2002
999 A Al-Salem, YousefYousef Al-Salem &0000000000010677.00000010 677 4/5/1985 (29 ans) 6 1 Drapeau : Arabie saoudite Al Hilal
999 A Otaif, AhmedAhmed Otaif &0000000000011428.00000011 428 14/4/1983 (31 ans) 30 1 Drapeau : Arabie saoudite Al Shabab 2008
999 A al-Sahlawi, MohammadMohammad al-Sahlawi &0000000000010011.00000010 011 1/3/1987 (27 ans) 7 4 Drapeau : Arabie saoudite Al Nasr 2009
Sélectionneur



Légende


Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période
1 Drapeau : Égypte Abdelrahman Fawzi 1957-1962
2 Drapeau : Tunisie Ali Chaouach 1962-1970
3 Drapeau : Égypte Mohammed Sheita 1970-1972
4 Drapeau : Égypte Taha Ismail 1972-1974
5 Drapeau : Égypte Abdo Saleh Washash 1974
6 Drapeau : Hongrie Ferenc Puskás 1975
7 Drapeau : Angleterre Bill McGarry 1976-1977
8 Drapeau : Angleterre Danny Allison 1978
9 Drapeau : Angleterre David Woodfield 1979
10 Drapeau : Brésil Rubens Minelli 1980-1981
11 Drapeau : Brésil Mário Zagallo 1982-1984
12 Drapeau : Arabie saoudite Khalil Ibrahim al-Zayani 1984-1986
13 Drapeau : Uruguay Kosia Tastilo 1986
14 Drapeau : Brésil Osvaldo 1987
15 Drapeau : Brésil Carlos Galletti 1988
Sélectionneurs de l’équipe d'Arabie saoudite
Rang Nom Période
16 Drapeau : Uruguay Omar Borrás 1988
17 Drapeau : Brésil Carlos Alberto Parreira 1988-1989
18 Drapeau : Turquie Metin Türel 1990
19 Drapeau : Brésil Claudinho Garcia 1992
20 Drapeau : Brésil Nélson Rota Martins 1992
21 Drapeau : Brésil José Candido 1993
22 Drapeau : Arabie saoudite Mohammed al-Kharashy 1993
23 Drapeau : Pays-Bas Leo Beenhakker 1993-1994
24 Drapeau : Argentine Jorge Solari 1994
25 Drapeau : Arabie saoudite Mohammed al-Kharashy (2) 1995
26 Drapeau : Brésil Zé Mário 1995-1996
27 Drapeau : Portugal Nelo Vingada 1996-1997
28 Drapeau : Allemagne Otto Pfister 1997-1998
29 Drapeau : Brésil Carlos Alberto Parreira (2) 1998
30 Drapeau : Arabie saoudite Mohammed al-Kharashy (3) 1998
Rang Nom Période
31 Drapeau : Allemagne Otto Pfister (2) 1999
32 Drapeau : République tchèque Milan Máčala 1999-2000
33 Drapeau : Arabie saoudite Nasser al-Johar 2000-2001
34 Drapeau : Serbie Slobodan Santrač 2001
35 Drapeau : Arabie saoudite Nasser al-Johar (2) 2001-2002
36 Drapeau : Pays-Bas Gerard van der Lem 2002-2004
37 Drapeau : Arabie saoudite Nasser al-Johar (3) 2004
38 Drapeau : Argentine Gabriel Calderón 2004-2005
39 Drapeau : Brésil Marcos Paquetá 2006-2007
40 Drapeau : Brésil Hélio dos Anjos 2007-2008
41 Drapeau : Arabie saoudite Nasser al-Johar (4) 2008-2009
42 Drapeau : Portugal José Peseiro 2009-2011
43 Drapeau : Arabie saoudite Nasser al-Johar (5) 2011
44 Drapeau : Pays-Bas Frank Rijkaard 2011-2013
45 Drapeau : Espagne Juan Ramón López Caro 2013-
Les sélectionneurs indiqués en italique sont ceux ayant effectué un intérim.

Si les deux premiers sélectionneurs de l'histoire de l'Arabie saoudite, Abdelrahman Fawzi et Ali Chaouach, sont restés longtemps à leur poste (5 ans pour Fawzi et 8 ans pour Chaouach), par la suite les dirigeants de la fédération ont très souvent changé de technicien. Ainsi 35 entraîneurs se sont succédé sur le banc saoudien depuis 1970. Quatre entraîneurs ont été appelés à plusieurs reprises par les dirigeants saoudiens : les Saoudiens Mohammed al-Kharashy et Nasser al-Johar, le Brésilien Carlos Alberto Parreira et l'Allemand Otto Pfister.

Le changement d'entraîneur a lieu le plus souvent à la suite d'échecs sportifs (non-qualification pour la Coupe du monde comme lors du limogeage de Carlos Alberto Parreira en 1990) ou lors de déroutes subies en phase finale (une nouvelle fois licenciement de Parreira lors de la Coupe du monde 1998 ou éviction de Milan Máčala lors de la Coupe d'Asie 2000).

Très peu de techniciens saoudiens ont été choisis à ce poste : le premier est Khalil Ibrahim al-Zayani qui parvient à remporter le premier titre continental de l'histoire de la sélection en 1984. Deux autres Saoudiens s'assiéront sur le banc : Mohammed al-Kharashy et Nasser al-Johar, qui va occuper le poste à cinq reprises dont quatre périodes d'intérim. À l'inverse, c'est le Brésil qui a fourni le plus grand contingent d'entraîneurs à ce poste, avec onze techniciens, dont deux qui ont été sacrés champions du monde avec le Brésil (Mário Zagallo titré en 1970 et Carlos Alberto Parreira vainqueur en 1994).

Équipe technique actuelle[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente l'équipe technique de l'équipe nationale saoudienne.

Encadrement technique actuel de l’équipe d’Arabie saoudite
Nom Rôle
Drapeau : Espagne Juan Ramón López Caro Entraîneur-sélectionneur
Drapeau : Arabie saoudite Salman al-Quraini Entraîneur-assistant
Drapeau : Brésil Rogério Lourenço Préparateur physique

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stade international du Roi-Fahd[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade international du Roi-Fahd.

Le stade international du Roi Fahd, nommé en l'honneur du roi Fahd ben Abdelaziz al-Saoud, roi d'Arabie saoudite de 1982 à 2005, est construit à Riyad et inauguré en 1987. Avec une capacité de 67 000 places, c'est la plus grande enceinte du royaume. Elle héberge les matchs à domicile de l'équipe nationale mais également de trois formations évoluant en première division saoudienne : Al Nasr, Al Hilal et Al Shabab.

Le stade du Roi-Fahd a également accueilli des rencontres de plusieurs phases finales de compétition internationale : les Coupes du Golfe des nations 1988 et 2002, plusieurs rencontres de la Coupe du monde des moins de 20 ans 1989, dont la finale, et les trois premières éditions de la Coupe des confédérations, qui à l'origine porte le nom de « Coupe du Roi Fahd ».

L'Arabie saoudite a disputé son premier match dans le stade le 17 février 1988 face à l'Écosse lors d'un match amical qui se conclut sur un match nul 2-2.

Prince Faisal bin Fahd Stadium[modifier | modifier le code]

Le stade Prince Faisal bin Fahd  (en) est le stade historique de la sélection saoudienne. En effet, c'est dans cette enceinte de Riyad que les Faucons jouent le premier match de leur histoire à domicile, le 17 janvier 1969, lors d'un match amical perdu contre la Turquie[f 26]. Il accueille la 2e édition de la Coupe du Golfe, en 1972. Les clubs d'Al Nasr Riyad et d'Al Riyad SC jouent leurs rencontres à domicile dans ce stade.

Prince Abdullah al-Faisal Stadium[modifier | modifier le code]

Construit en 1970, le stade Prince Abdullah al-Faisal de Djeddah est l'un des stades qui a accueilli l'équipe nationale avant la construction du stade du Roi-Fahd. Situé au sud-est de Djeddah, il peut contenir 23 000 spectateurs et va voir sa capacité évoluer à la suite de travaux entrepris en 2013. Le club d'Al Ittihad dispute ses rencontres de championnat à domicile dans ce stade, qui doit accueillir l'édition 2014 de la Coupe du Golfe des nations[33].

Prince Mohamed bin Fahd Stadium[modifier | modifier le code]

Situé à Dammam, le stade Prince Mohamed bin Fahd est inauguré en 1970. Avec une capacité de 26 000 spectateurs, il continue à être encore beaucoup utilisé par l'équipe nationale, en alternance avec le stade du Roi-Fahd. Actuellement, c'est le club d'Al Ittifaq, pensionnaire de première division, qui joue ses matchs à domicile dans l'enceinte.

Résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant résume le palmarès de la sélection saoudienne en compétitions officielles. Il se compose de huit titres, trois en Coupe d'Asie des nations et cinq en compétitions régionales (Coupe du Golfe des nations et Coupe arabe des nations).

Palmarès de l’équipe d'Arabie saoudite en compétitions officielles
Coupe des Confédérations Coupe d'Asie des nations Tournois régionaux
  • Coupe du Golfe des nations (20 participations) :
    • Vainqueur : 1994, 2002, 2003
    • Finaliste : 1972, 1974, 1998, 2009, 2011
    • 3e place : 1970, 1979, 1984, 1986, 1988, 1992, 1996, 2007

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

La fédération saoudienne n'a engagé l'équipe nationale qu'assez tardivement dans les éliminatoires de la Coupe du monde. Le tout premier match de qualification pour le tournoi mondial a eu lieu le 12 novembre 1976 à Djeddah, lorsque les Faucons ont battu la Syrie sur le score de deux buts à zéro[f 27]. Après quatre campagnes de qualifications infructueuses, les Saoudiens décrochent leur billet pour la phase finale de la Coupe du monde 1994 aux États-Unis au terme d'un final à suspens. Les partenaires de Majed Abdullah atteignent les huitièmes de finale pour leur baptême en Coupe du monde. Trois autres qualifications suivront, entre 1998 et 2006, avec à chaque fois une élimination dès la phase de poules. La baisse de niveau durant les années 2000 a logiquement entraîné l'absence de la sélection lors des Coupes du monde 2010 et 2014, avec un barrage continental perdu en 2009 face à Bahreïn, novice à ce niveau et une élimination dès le troisième tour de la zone Asie pour l'édition 2014.

Parcours en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Uruguay 1930 Non inscrit Drapeau : Angleterre 1966 Non inscrit Drapeau : États-Unis 1994 Huitièmes de finale
Drapeau : Italie 1934 Non inscrit Drapeau : Mexique 1970 Non inscrit Drapeau : France 1998 Premier tour
Drapeau : France 1938 Non inscrit Drapeau : République fédérale d'Allemagne 1974 Non inscrit Drapeau : Corée du SudDrapeau : Japon 2002 Premier tour
Drapeau : Brésil 1950 Non inscrit Drapeau : Argentine 1978 Tour préliminaire Drapeau : Allemagne 2006 Premier tour
Drapeau : Suisse 1954 Non inscrit Drapeau : Espagne 1982 Tour préliminaire Drapeau : Afrique du Sud 2010 Tour préliminaire
Drapeau : Suède 1958 Non inscrit Drapeau : Mexique 1986 Tour préliminaire Drapeau : Brésil 2014 Tour préliminaire
Drapeau : Chili 1962 Non inscrit Drapeau : Italie 1990 Tour préliminaire Drapeau : Russie 2018

Parcours en Coupe d'Asie des nations[modifier | modifier le code]

L'Arabie saoudite a pris part assez tardivement à la Coupe d'Asie des nations, de manière similaire à la Coupe du monde. Elle a participé pour la première fois aux éliminatoires lors de l'édition 1976, pour laquelle elle réussit à se qualifier mais renonce finalement avant la phase finale. Les Saoudiens ne s'inscrivent pas pour l'édition 1980 et réussissent ensuite à enchaîner 5 finales en coupe continentale[n 5], avec trois succès en 1984, en 1988 et en 1996. La sélection s'est jusqu'à présent toujours qualifiée pour la phase finale, sans jamais avoir eu l'opportunité d'accueillir la compétition.

Parcours en Coupe d'Asie des nations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Hong Kong 1956 Non inscrit Drapeau : Iran 1976 Forfait Drapeau : Émirats arabes unis 1996 médaille d'or, Asie Vainqueur
Drapeau : Corée du Sud 1960 Non inscrit Drapeau : Koweït 1980 Non inscrit Drapeau : Liban 2000 médaille d'argent, Asie Finaliste
Drapeau : Israël 1964 Non inscrit Drapeau : Singapour 1984 médaille d'or, Asie Vainqueur Drapeau : République populaire de Chine 2004 Premier tour
Drapeau : Iran 1968 Non inscrit Drapeau : Qatar 1988 médaille d'or, Asie Vainqueur Drapeau : IndonésieDrapeau : MalaisieDrapeau : ThaïlandeDrapeau : Viêt Nam 2007 médaille d'argent, Asie Finaliste
Drapeau : Thaïlande 1972 Non inscrit Drapeau : Japon 1992 médaille d'argent, Asie Finaliste Drapeau : Qatar 2011 Premier tour

Parcours en Coupe du Golfe des nations[modifier | modifier le code]

La sélection d'Arabie saoudite a pris part à la Coupe du Golfe des nations dès son édition inaugurale en 1970. La compétition a vu le nombre d'équipes engagées augmenter au fil des années et à l'origine disputée sous forme d'une poule unique où tous les participants se rencontrent une fois. Seule l'édition de 1974 utilise exceptionnellement un format différent (deux poules de trois puis demi-finales et finale). Les Saoudiens n'inscrivent leur nom au palmarès de la compétition qu'au bout de onze participations, lors de l'édition 1994 disputée aux Émirats arabes unis avant de renouveler ce succès en 2002 et 2003. Avec l'arrivée du Yémen à partir de 2004, ce qui porte à huit le nombre de participants, la compétition est modifiée et se calque sur la Coupe des confédérations : un premier tour où les équipes sont réparties en deux poules de quatre suivie d'une phase finale avec demi-finales et finale, sans match pour la 3e place. L'Arabie saoudite a organisé à trois reprises la compétition avec de bons résultats : deuxième en 1972, troisième place en 1988 et victoire en 2002. La prochaine édition doit être à nouveau organisée par la fédération saoudienne[34] même si les dates de la compétition ne sont pas encore arrêtées.

Parcours en Coupe du Golfe des nations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Bahreïn 1970 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau : Bahreïn 1986 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau : Arabie saoudite 2002 médaille d'or, Asie Vainqueur
Drapeau : Arabie saoudite 1972 médaille d'argent, Asie Deuxième Drapeau : Arabie saoudite 1988 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau : Koweït 2003 médaille d'or, Asie Vainqueur
Drapeau : Koweït 1974 médaille d'argent, Asie Finaliste Drapeau : Koweït 1990 Non inscrit Drapeau : Qatar 2004 Premier tour
Drapeau : Qatar 1976 Cinquième Drapeau : Qatar 1992 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau : Émirats arabes unis 2007 Demi-finaliste
Drapeau : Irak 1979 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau : Émirats arabes unis 1994 médaille d'or, Asie Vainqueur Drapeau : Oman 2009 médaille d'argent, Asie Finaliste
Drapeau : Émirats arabes unis 1982 Quatrième Drapeau : Oman 1996 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau : Yémen 2010 médaille d'argent, Asie Finaliste
Drapeau : Oman 1984 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau : Bahreïn 1998 médaille d'argent, Asie Deuxième Drapeau : Bahreïn 2013 Premier tour
En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe du Golfe des nations que l'équipe d'Arabie saoudite a disputées à domicile.

Parcours en Coupe arabe des nations[modifier | modifier le code]

Absente des trois premières éditions de la Coupe arabe des nations, organisées entre 1963 et 1966, l'Arabie saoudite s'engage lors de la 4e édition, qu'elle dispute à domicile, après presque vingt ans d'interruption. Elle parvient à terminer sur le podium, à la 3e place. Elle réussit à atteindre la finale en 1992, avant de réaliser le doublé en 1998 et 2002. Une nouvelle fois, la Coupe arabe des nations disparaît du calendrier pendant dix ans et c'est à nouveau lors d'une édition organisée par la fédération saoudienne qu'elle est remise sur pied. Malgré l'avantage de jouer à domicile, les Verts sont éliminés en demi-finale. L'Arabie saoudite est la deuxième nation la plus titrée derrière l'Irak, quatre fois victorieuse.

Parcours en Coupe arabe des nations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Liban 1963 Non inscrit Drapeau : Arabie saoudite 1985 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau : Qatar 1998 médaille d'or, Asie Vainqueur
Drapeau : Koweït 1964 Non inscrit Drapeau : Jordanie 1988 Premier tour Drapeau : Koweït 2002 médaille d'or, Asie Vainqueur
Drapeau : Irak 1966 Non inscrit Drapeau : Syrie 1992 médaille d'argent, Asie Finaliste Drapeau : Arabie saoudite 2012 Demi-finale
En rouge encadré et en gras italique, les éditions du Coupe arabe des nations que l'équipe d'Arabie saoudite a disputées à domicile.

Parcours à la Coupe des confédérations[modifier | modifier le code]

C'est la fédération saoudienne qui est à l'origine de la création de ce qui est aujourd'hui la Coupe des confédérations. En 1992, la sélection saoudienne participe à la première édition, en compagnie des champions d'Amérique du Sud, d'Afrique et de la CONCACAF, lors d'un tournoi amical intitulé Coupe du Roi-Fahd. Elle dispute ensuite les deux éditions suivantes : en 1995 en tant que pays organisateur, et en 1997 grâce à son titre lors de la Coupe d'Asie l'année précédente. Elle participe également à la première édition ayant le nom de Coupe des confédérations (à la suite de sa reprise par la FIFA), organisée au Mexique et où elle atteint les demi-finales. Son absence de titres continentaux l'empêche depuis de participer à la compétition.

Parcours en Coupe des confédérations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Arabie saoudite 1992 médaille d'argent, Asie Finaliste Drapeau : Mexique 1999 Quatrième Drapeau : Allemagne 2005 Non qualifié
Drapeau : Arabie saoudite 1995 Premier tour Drapeau : JaponDrapeau : Corée du Sud 2001 Non qualifié Drapeau : Afrique du Sud 2009 Non qualifié
Drapeau : Arabie saoudite 1997 Premier tour Drapeau : France 2003 Non qualifié Drapeau : Brésil 2013 Non qualifié
En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe des confédérations que l'équipe d'Arabie saoudite a disputées à domicile.

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Tout comme pour les qualifications pour la Coupe du monde ou la Coupe d'Asie des nations, la fédération saoudienne a inscrit tardivement l'équipe nationale aux qualifications pour le tournoi olympique de football. C'est lors de la campagne pour le tournoi de Montréal en 1976 que la sélection a débuté son histoire olympique. Elle a pris part à deux phases finales, qui ont d'ailleurs toutes deux eu lieu aux États-Unis, aux Jeux olympiques de 1984 et de 1996. À chaque fois, les Faucons ont terminé à la dernière place de la poule, après avoir perdu tous leurs matchs. Fuad Amin, Mohammed al-Khilaiwi et Majed Abdullah sont à ce jour les seuls buteurs saoudiens de l'histoire de la sélection aux Jeux olympiques.

Parcours aux Jeux olympiques
Année Résultat Année Résultat Année Résultat
Drapeau : Australie 1956 Non inscrit Drapeau : Canada 1976 Tour préliminaire Drapeau : États-Unis 1996 Premier tour
Drapeau : Italie 1960 Non inscrit Drapeau : URSS 1980 Non inscrit Drapeau : Australie 2000 Tour préliminaire
Drapeau : Japon 1964 Non inscrit Drapeau : États-Unis 1984 Premier tour Drapeau : Grèce 2004 Tour préliminaire
Drapeau : Mexique 1968 Non inscrit Drapeau : Corée du Sud 1988 Tour préliminaire Drapeau : République populaire de Chine 2008 Tour préliminaire
Drapeau : République fédérale d'Allemagne 1972 Non inscrit Drapeau : Espagne 1992 Tour préliminaire Drapeau : Royaume-Uni 2012 Tour préliminaire

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Carte mondiale colorée
Carte des équipes rencontrées par l'Arabie saoudite[n 6].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe d'Arabie saoudite de football :
  •      Un seul match
  •      De deux à quatre matchs
  •      De cinq à neuf matchs
  •      De dix à vingt matchs
  •      Plus de vingt matchs
  •      Plus de trente matchs

Les huit apparitions saoudiennes en phases finales internationales (quatre en Coupe du monde et quatre en Coupe des confédérations) ont donné l'occasion à l'équipe nationale de rencontrer en match officiel des sélections d'Afrique (Cameroun, Afrique du Sud, Maroc, Tunisie ou Égypte à deux reprises), d'Europe (Espagne, Belgique, Pays-Bas, France, Danemark à deux reprises, Irlande, Allemagne ou encore Ukraine), d'Amérique du Sud (Brésil deux fois, Bolivie et Argentine) et d'Amérique du Nord (Mexique trois fois et États-Unis deux fois).

De plus, les nombreux matchs amicaux organisés à travers le monde par la fédération ont permis aux Faucons de rencontrer plus d'une centaine d'autres équipes nationales avec des résultats parfois bons (deux nuls contre l'Angleterre ou victoire de prestige face à l'Uruguay[f 28] et le Sénégal avant la Coupe du monde 2002, contre la Russie ou la Bulgarie) ou plus médiocres (défaite au Liechtenstein[f 29] ou à domicile face au Zimbabwe[f 30]).

Sans surprise, avec ses multiples participations à la Coupe du Golfe Persique et à la Coupe arabe des nations et grâce aux bonnes relations avec ses voisins proches, c'est face aux autres sélections de la péninsule arabique que l'Arabie saoudite a disputé le plus grand nombre de rencontres (plus d'une trentaine de matchs face au Qatar, au Bahreïn, aux Émirats arabes unis et au Koweït).

À l'inverse, parmi les meilleures sélections mondiales, les Faucons n'ont jusqu'à présent jamais affronté l'Italie, la Suisse, la Roumanie, les sélections issues de l'ex-Yougoslavie (Croatie, Serbie ou Bosnie-Herzégovine) pour l'Europe, la Côte d'Ivoire pour l'Afrique, le Pérou et le Venezuela pour l'Amérique du Sud. En Asie, aucun match n'a encore eu lieu contre le Pakistan, le Myanmar, les Philippines, le Laos ou le Cambodge.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Avec le Qatar[modifier | modifier le code]

L'Arabie saoudite a disputé à ce jour 38 matchs[35] face au Qatar. La première rencontre a eu lieu le 2 avril 1970 lors de la Coupe du Golfe des nations. Sans surprise, c'est à l'occasion de cette compétition que les matchs ont été les plus réguliers. Les deux équipes se sont également affrontées à trois reprises en phase finale de la Coupe d'Asie, à chaque fois lors du premier tour. Le bilan global est largement favorable aux Saoudiens avec 17 victoires et 15 matchs nuls, même s'ils n'ont plus battu leurs voisins depuis août 2008.

Avec le Koweït[modifier | modifier le code]

Quarante-quatre matchs ont eu lieu entre Saoudiens et Koweïtis depuis 1961 et le match des Jeux panarabes, remporté par les Verts. C'est la nation qu'ils ont le plus souvent affrontée. Le bilan est équilibré avec 15 victoires saoudiennes, 16 victoires du Koweït, 13 matchs nuls et 48 buts marqués par chaque sélection[36]. La rencontre du 24 octobre 2000 est celle qui a revêtu le plus grand enjeu puisqu'elle est disputée à l'occasion du quart de finale de la Coupe d'Asie des nations, remportée par les hommes de Nasser al-Johar, qui allaient échouer en finale. La première rencontre amicale entre les deux équipes nationales n'a eu lieu qu'en septembre 2004.

Avec Bahreïn[modifier | modifier le code]

Les Saoudiens ont affronté à trente-six reprises la sélection de Bahreïn[37]. Le bilan de vingt victoires saoudiennes et dix matchs nuls est très largement en faveur des Faucons. Leur première confrontation a eu lieu lors de l'édition 1970 de la Coupe du Golfe, qui marque les débuts de la sélection saoudienne dans la compétition. Leur double affrontement de septembre 2009 a eu lieu dans le cadre des barrages de la zone Asie pour la Coupe du monde 2010 et a vu la qualification des Bahreïnis au bénéfice des buts marqués à l'extérieur.

Avec les Émirats arabes unis[modifier | modifier le code]

Trente-trois matchs ont été disputés par l'Arabie saoudite contre les Émirats arabes unis depuis la création des deux sélections, la première ayant eu lieu en 1972 lors de la Coupe du Golfe, avec une victoire saoudienne 4-0. Les Émiratis n'ont remporté que six rencontres et obtenu huit matchs nuls[38]. Les deux équipes se sont affronté trois fois lors de la Coupe d'Asie des nations : lors des qualifications pour le tournoi 1984, en demi-finale de l'édition 1992 et à l'occasion de la finale de la Coupe d'Asie 2000, disputée à Dubaï.

Records[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Mohammed al-Deayea reste à ce jour le joueur le plus capé de l'histoire de la sélection, devant Mohammed al-Khilaiwi et Sami al-Jaber. En termes de buts inscrits, c'est l'attaquant Majed Abdullah avec 71 réalisations en 116 capes qui reste le meilleur buteur de l'histoire des Faucons. Yasser al-Qahtani est actuellement le meilleur buteur saoudien en activité puisqu'il a inscrit 45 buts en 102 sélections.

Matchs[modifier | modifier le code]

Si le match du 18 janvier 1957 face à la Syrie reste le premier de l'histoire des Verts, les Saoudiens ont dû attendre le 2 avril 1975 pour jouer leur premier match officiel, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d'Asie des nations 1976. Leur plus large victoire date du 14 mai 1993 face à Macao, lors du premier tour des qualifications pour la Coupe du monde 1994 avec un succès huit buts à zéro. A contrario, la sélection a encaissé un 13-0 face à la République arabe unie lors des Jeux panarabes 1961.

L'Arabie saoudite détient le record du nombre de finales de Coupe d'Asie disputées, avec un total de 6 finales jouées, pour 3 gagnées (1984, 1988 et 1992). Elle a également réussi une série[n 7] de seize matchs de phase finale de Coupe d'Asie sans connaître la défaite, entre 1984 et 1992. Entre 1984 et 2000, les Saoudiens sont parvenus à atteindre la finale de la Coupe d'Asie cinq fois consécutivement. Enfin, elle a réussi, tout comme la Corée du Sud la performance de remporter les deux premières Coupes d'Asie auxquelles elle a participé, en 1984 et 1988. Avec 13 matchs disputés en Coupe des confédérations, la sélection saoudienne détient le deuxième plus grand nombre de rencontres jouées par une sélection asiatique dans la compétition[n 8]. De la même manière pour la Coupe du monde, les Faucons ont disputé 13 rencontres, ce qui les place au 3e rang en Asie[n 9].

La défaite 8-0 des Saoudiens face à l'Allemagne, lors du premier tour de la Coupe du monde 2002, reste une des plus lourdes défaites concédées dans l'histoire de la Coupe du monde. Ils ont également eu l'honneur de disputer en 1992 face aux États-Unis le tout premier match de l'histoire de la Coupe des confédérations, appelée à l'époque Coupe du Roi-Fahd. Lors de l'édition 1999, ils subissent un revers historique 8-2 face au Brésil pour ce qui est au moment de la rencontre le match le plus prolifique de l'histoire de la compétition[n 10].

Classements FIFA[modifier | modifier le code]

La sélection saoudienne a longtemps fait partie des meilleures nations asiatiques, notamment grâce à ses bons résultats en Coupe d'Asie (finale en 1992 et titre en 1996) mais aussi à la suite de son bon parcours lors de la Coupe du monde 1994. Elle atteint ainsi la 21e place mondiale en juillet 2004, à une période où les Verts sont irrésistibles puisque invaincus depuis avril 2003. Depuis juillet 2012, les mauvais résultats entraînent l'Arabie saoudite au-delà de la 100e place mondiale, avec même un 126e rang en fin d'année 2012.

Au niveau continental, l'évolution est la même avec une place parmi les trois meilleures sélections asiatiques jusqu'en 2003, à quelques exceptions près. Les Saoudiens quittent le haut du classement continental en 2011, où ils ne sont même plus parmi les dix nations les plus performantes d'Asie.

Classement FIFA de l'Équipe d'Arabie saoudite
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[39] 38 27 54 37 33 30 39 36 31 38 26 28 33 64 61 48 63 80 96 126 87
Classement en Asie[40] 1 1 3 2 3 5 1 1 2 4 2 4 4 7 5 5 5 5 11 15 8

Légende du classement mondial :
Légende du classement asiatique :

  •      de 1 à 29
  •      de 1 à 3
  •      de 30 à 79
  •      de 4 à 10
  •      de 80 à 149
  •      de 11 à 20

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le premier match joué dans le stade est un match amical entre l'équipe du Liban et le club roumain de FC Petrolul Ploiești.
  2. Cette défaite 8-0 est la quatrième en termes d'écart derrière le 10-1 de Hongrie-Salvador (1982) et deux matchs conclus sur le score de 9-0 (Yougoslavie-Zaïre de 1974 et Hongrie-Corée du Sud de 1954). C'est le deuxième 8-0 de l'histoire de la compétition après le Suède-Cuba de 1938.
  3. Avec six finales asiatiques disputées pour trois remportées, l'Arabie saoudite devance la Corée du Sud (5 finales et 2 titres) et le Japon (4 finales, toutes gagnées).
  4. RSSSF a revu a posteriori le bilan de Majed Abdullah à 71 buts en 116 sélections. Cf (en) « Majed Abdullah Mohammed - Century of International Appearances », RSSSF,‎ 10 octobre 2013
  5. Le record absolu est détenu par l'Argentine qui a atteint la finale de la Copa América lors de 8 éditions consécutives, entre 1923 et 1937. Dans l'histoire moderne, seule l'Australie a fait mieux avec 6 finales consécutives en Coupe d'Océanie des nations.
  6. Carte mise à jour le 20 septembre 2013 après le match contre Trinidad-et-Tobago lors de l'OSN Cup 2013.
  7. Le record absolu est détenu par l'Iran qui a disputé dix-sept matchs de Coupe d'Asie sans défaite, entre 1968 et 1980.
  8. Le record est détenu par le Japon avec 16 rencontres de Coupe des confédérations jouées.
  9. Avant le début de la Coupe du monde 2014, c'est la Corée du Sud qui détient le record avec 28 matchs joués, devant le Japon qui en a disputé 14.
  10. Ce record de huit buts encaissés en Coupe des confédérations va tenir jusqu'en 2013 avec la défaite 10-0 de Tahiti face à l'Espagne, match qui égale aussi le total de 10 buts inscrits lors d'une seule rencontre dans la compétition.

Feuilles de matchs[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Feuille de match Arabie saoudite-Syrie », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 22 septembre 2013)
  2. (en) « Feuille de match Arabie saoudite-Nouvelle Zélande », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 24 septembre 2013)
  3. (en) « Feuille de match Brésil-Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 25 septembre 2013)
  4. (en) Atsushi Fujioka, Josef Bobrowsky et Ian King, « Feuilles de match de la Coupe afro-asiatique des nations 1985 », sur RSSSF,‎ 14 décembre 2007 (consulté le 25 septembre 2013)
  5. (en) « Feuille de match Angleterre-Arabie saoudite », sur 11v11.com (consulté le 1er octobre 2013)
  6. (en) « Feuille de match Arabie saoudite-Macao », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 5 octobre 2013)
  7. « Feuille de match Belgique-Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 6 octobre 2013)
  8. « Feuille de match Maroc-Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 6 octobre 2013)
  9. « Feuille de match Suède-Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 6 octobre 2013)
  10. « Feuille de match Mexique-Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 6 octobre 2013)
  11. « Feuille de match Danemark-Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 6 octobre 2013)
  12. « Feuille de match Australie-Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 9 octobre 2013)
  13. (en) « Feuille de match Angleterre-Arabie saoudite », sur 11v11.com (consulté le 9 octobre 2013)
  14. (en) « Feuille de match Norvège-Arabie saoudite », sur 11v11.com (consulté le 9 octobre 2013)
  15. « Feuille de match Arabie saoudite-Afrique du Sud », sur FIFA.com (consulté le 9 octobre 2013)
  16. « Feuille de match Arabie saoudite-Égypte », sur FIFA.com (consulté le 12 octobre 2013)
  17. (en) « Feuille de match Slovaquie-Arabie saoudite », sur 11v11 (consulté le 17 octobre 2013)
  18. (en) « Feuille de match Hongrie-Arabie saoudite », sur 11v11 (consulté le 17 octobre 2013)
  19. (en) « Feuille de match Slovénie-Arabie saoudite », sur 11v11 (consulté le 17 octobre 2000)
  20. (en) « Feuille de match Japon-Arabie saoudite », sur the-shot.com (consulté le 17 octobre 2013)
  21. « Feuille de match Arabie saoudite-Cameroun », sur FIFA.com (consulté le 23 octobre 2013)
  22. (en) « Feuille de match Corée du Sud-Arabie saoudite », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 30 octobre 2013)
  23. « Feuille de match Tunisie-Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 30 octobre 2013)
  24. (en) « Feuille de match Hong Kong-Arabie saoudite », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 2 novembre 2013)
  25. (en) « Groupe 4, troisième tour de la zone Asie », sur FIFA.com (consulté le 2 novembre 2013)
  26. (en) « Feuille de match Arabie saoudite-Turquie », sur 11v11.com (consulté le 17 octobre 2013)
  27. (en) « Feuille de match Arabie saoudite-Syrie », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 21 octobre 2013)
  28. (en) « Feuille de match Uruguay-Arabie saoudite », sur 11v11.com (consulté le 19 septembre 2013)
  29. (en) « Feuille de match Liechtenstein-Arabie saoudite », sur 11v11.com (consulté le 19 septembre 2013)
  30. (en) « Feuille de match Arabie saoudite-Zimbabwe », sur 11v11.com (consulté le 19 septembre 2013)

Tableaux et classements[modifier | modifier le code]

  1. (en) Erik Garin, Tom Lewis and Neil Morrison, « GANEFO 1963-1966 », sur RSSSF,‎ 15 novembre 2012 (consulté le 19 septembre 2013)
  2. (en) Bojan Jovanovic, Majeed Panahi, Asghar Zarei et Pieter Veroeveren, « Qualification pour la Coupe d'Asie des nations 1976 », sur RSSSF,‎ 19 juin 2007 (consulté le 21 septembre 2013)
  3. (en) Søren Elbech, « Éliminatoires pour le tournoi de football des JO 1976 », sur RSSSF,‎ 15 août 2013 (consulté le 21 septembre 2013)
  4. (en) Mohammed Qayed et Hassanin Mubarak, « Coupe du Golfe des nations 1976 », sur RSSSF,‎ 21 décembre 2005 (consulté le 21 septembre 2013)
  5. (en) Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe des nations 1979 », sur RSSSF,‎ 16 novembre 1998 (consulté le 22 septembre 2013)
  6. (en) « Poule finale de la zone Asie, éliminatoires de la Coupe du monde 1982 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 24 septembre 2013)
  7. (en) Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe des nations 1982 », sur RSSSF,‎ 16 novembre 1998 (consulté le 24 septembre 2013)
  8. (en) Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe des nations 1984 », sur RSSSF,‎ 16 novembre 1998 (consulté le 25 septembre 2013)
  9. (en) « Phase finale des JO 1984 », sur FIFA.com (consulté le 25 septembre 2013)
  10. (en) Neil Morrison, Majeed Panahi et Pieter Veroeveren, « Coupe d'Asie des nations 1984 », sur RSSSF,‎ 21 décembre 2009 (consulté le 25 septembre 2013)
  11. (en) Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe des nations 1986 », sur RSSSF,‎ 20 juin 2007 (consulté le 25 septembre 2013)
  12. (en) Bojan Jovanovic et Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe 1988 », sur RSSSF,‎ 8 novembre 1999 (consulté le 1er octobre 2013)
  13. (en) John Abboud, Jostein Nygård et Mohammed Qayed, « Coupe arabe des nations 1988 », sur RSSSF,‎ 13 janvier 2011 (consulté le 1er octobre 2013)
  14. (en) Bojan Jovanovic, Ian King, Neil Morrison, Majeed Panahi et Pieter Veroeveren, « Coupe d'Asie des nations 1988 », sur RSSSF,‎ 16 décembre 2010 (consulté le 1er octobre 2013)
  15. (en) « Groupe final de la zone Asie - Qualifications pour la Coupe du monde 1990 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 1er octobre 2013)
  16. (en) Erik Garin, « Tournoi de football aux Jeux asiatiques 1990 », sur RSSSF,‎ 29 octobre 2000 (consulté le 1er octobre 2013)
  17. (en) « Groupe 5 de la zone Asie - Qualifications pour la Coupe du monde 1994 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 5 octobre 2013)
  18. (en) « Poule finale de la zone Asie - Qualifications pour la Coupe du monde 1994 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 5 octobre 2013)
  19. (en) Josef Bobrowsky et Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe des nations 1994 », sur RSSSF.com,‎ 20 juin 2007 (consulté le 6 octobre 2013)
  20. (en) Ian King, Tim Maitland, Majeed Panahi, Takashi Koyama et Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe des nations 1996 », sur RSSSF,‎ 17 mars 2002 (consulté le 9 octobre 2013)
  21. (en) Barrie Courtney, « Coupe d'Asie des nations 1996 », sur RSSSF,‎ 15 décembre 2006 (consulté le 9 octobre 2013)
  22. (en) Mohamed S. Chbaro, « Coupe arabe des nations 1998 », sur RSSSF,‎ 19 décembre 2002 (consulté le 12 octobre 2013)
  23. (en) Mohamed S. Chbaro, « Coupe du Golfe des nations 1998 », sur RSSSF,‎ 11 décembre 1998 (consulté le 12 octobre 2013)
  24. (en) Karl Stokkermans, « Coupe d'Asie des nations 2000 », sur RSSSF,‎ 4 mars 2011 (consulté le 17 octobre 2000)
  25. (en) « Qualifications pour la Coupe du monde 2002 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 17 octobre 2013)
  26. (en) Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe des nations 2002 », sur RSSSF,‎ 29 décembre 2003 (consulté le 17 octobre 2013)
  27. (en) Hassanin Mubarak, « Jeux d'Asie de l'Ouest 2005 », sur RSSSF.com,‎ 28 juillet 2006 (consulté le 30 octobre 2013)
  28. (en) Aleks Priadko, « Jeux panarabes 2007 », sur RSSSF,‎ 14 décembre 2007 (consulté le 31 octobre 2013)
  29. (en) Ali Sfar et Mohammed Qayed, « Coupe du Golfe 2009 », sur RSSSF,‎ 28 janvier 2011 (consulté le 31 octobre 2013)
  30. (en) Karel Stokkerman, « Coupe du Golfe 2010 », sur RSSSF,‎ 2 mai 2013 (consulté le 31 octobre 2013)
  31. (en) Barrie Courtney, « Championnat d'Asie de l'Ouest des nations de football 2012 », sur RSSSF,‎ 2 mai 2013 (consulté le 2 novembre 2013)
  32. (en) Barrie Courtney, « Gulf Cup 2013 », sur RSSSF,‎ 2 mai 2013 (consulté le 2 novembre 2013)

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 17 juillet 2014 (consulté le 17 juillet 2014).
  2. (en) Barrie Courtney, « Saudi Arabia - List of International Matches », sur rsssf.com,‎ 3 avril 2009 (consulté le 28 décembre 2013)
  3. « Fiche de l'Arabie saoudite », sur FIFA.com (consulté le 19 septembre 2013)
  4. (en) Thomas Rogers, « Scouting », The New York Times,‎ 26 mai 1984
  5. (en) Christopher Clarey, « A Regional Power Looks to World Stage », sur nytimes.com,‎ 17 mai 1994 (consulté le 6 octobre 2013)
  6. (en) « Vote pour le plus beau but de l'histoire de la Coupe du monde », sur FIFA.com (consulté le 6 octobre 2013)
  7. (en) « Classement des votes pour le meilleur gardien de but du monde 1994 », sur IFFHS.de (consulté le 6 octobre 2013)
  8. (en) Christopher Clarey, « A Regional Power Looks to World Stage », sur nytimes.com,‎ 17 mai 1994 (consulté le 6 octobre 2013)
  9. (en) « Lock, sack and barrel for coach Parreira », sur expressindia.indianexpress.com,‎ 23 juin 1998 (consulté le 9 octobre 2013)
  10. (en) « Pfister rehired as coach of Saudi Arabia », sur Sportsillustrated,‎ 24 septembre 1998 (consulté le 12 octobre 2013)
  11. (en) « Saudis sack Macala », sur BBC Sport,‎ 15 octobre 2000 (consulté le 17 octobre 2013)
  12. (en) « Q & A: Saudi coach Nasser Al-Johar », sur CNNSI.com,‎ 23 avril 2002 (consulté le 23 octobre 2013)
  13. (en) « Saudi boss sacked as Iraq march on », sur espnfc.com,‎ 26 juillet 2004 (consulté le 30 octobre 2013)
  14. (en) « Calderon named Saudi Arabia coach », sur espnfc.com,‎ 24 novembre 2004 (consulté le 30 octobre 2013)
  15. (en) « Paqueta replaces Calderon as Saudi Arabia coach », sur FilGoal.com,‎ 30 décembre 2005 (consulté le 30 octobre 2013)
  16. (en) Omar Abdelaziz, « Saudi Arabia sack Paqueta », sur FilGoal,‎ 17 mars 2007 (consulté le 30 octobre 2013)
  17. (en) « Saudi Arabia sack Dos Anjos », sur goal.com,‎ 9 juin 2008 (consulté le 31 octobre 2013)
  18. (en) « Saudi Arabia announces Peseiro as new coach », sur espnfc.com,‎ 17 février 2009 (consulté le 31 octobre 2013)
  19. (en) « Saudis sack Peseiro after defeat », sur FIFA.com,‎ 11 janvier 2011 (consulté le 31 octobre 2013)
  20. (en) « Rijkaard appointed Saudi Arabia coach », sur espnfc.com,‎ 3 juillet 2011 (consulté le 2 novembre 2013)
  21. (en) « Saudi Arabia sack coach Rijkaard », sur espnfc.com,‎ 16 janvier 2013 (consulté le 2 novembre 2013)
  22. (en) « Asian Cup Qualifying Wrap: Trio reach Australia », sur fourfourtwo.com,‎ 15 novembre 2013 (consulté le 16 novembre 2013)
  23. (en) « West Ham striker Ahmed Abdulla wants Saudi Arabia future », sur tribalfootball.com,‎ 10 avril 2009 (consulté le 18 septembre 2013)
  24. a et b (en) Naeim Albakr, « Saudi Arabia - Record International Players », sur RSSSF,‎ 10 octobre 2013 (consulté le 11 novembre 2013)
  25. (en) Majed Ahmed Abdullah, site officiel d'Al Nassr FC
  26. (en) Roberto Mamrud, « Statistiques internationales de Mohammed al-Deayea », sur RSSSF,‎ 12 septembre 2013 (consulté le 23 octobre 2013)
  27. (en) « Al Deayea nears double century », sur FIFA,‎ =1er juin 2006 (consulté le 23 octobre 2013)
  28. (en) Roberto Mamrud, « Saudi Arabia - Record International Players », sur RSSSF,‎ 10 octobre 2013 (consulté le 10 novembre 2013)
  29. « Organigramme du staff de l'AJ Auxerre », sur aja.fr (consulté le 4 octobre 2013)
  30. « Ces buts qui ont marqué le football - Maradona, son slalom et ses imitateurs », So Foot,‎ 27 décembre 2012
  31. (en) « Feuille de match Arabie saoudite/Irak lors des éliminatoires de la Coupe d'Asie des nations 2015 », sur the-afc.com,‎ 15 novembre 2013 (consulté le 16 novembre 2013)
  32. (en) « Composition du groupe saoudien lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans 2011 »,‎ 30 juillet 2011 (consulté le 16 septembre 2013)
  33. (en) « Gulf Cup shifts from Iraq to Saudi Arabia », sur SFGate.com,‎ 8 octobre 2013 (consulté le 17 octobre 2013)
  34. (en) « Gulf Cup shifts from Iraq to Saudi Arabia », sur SFGate.com,‎ 8 octobre 2013 (consulté le 15 octobre 201)
  35. (en) « Face à face Qatar-Arabie saoudite », sur wildstats.com (consulté le 13 octobre 2013)
  36. (en) « Face à face Arabie saoudite-Koweït », sur wildstats.com (consulté le 14 octobre 2013)
  37. (en) « Face à face Arabie saoudite-Bahreïn », sur wildstats.com (consulté le 14 octobre 2013)
  38. (en) « Face à face Arabie saoudite-Émirats arabes unis », sur wildstats.com (consulté le 14 octobre 2013)
  39. Classement mondial année par année :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 décembre 2013)
  40. Classement de la zone AFC :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 décembre 2013)

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 11 janvier 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.