Équipe d'Allemagne de football féminin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe féminine. Pour l'équipe masculine, voir Équipe d'Allemagne de football.
Drapeau : Allemagne Équipe d'Allemagne féminine
{{#if:
logo
Généralités
Confédération UEFA
Couleurs Blanc et noir
Surnom Die Nationalmannschaft
Die Mannschaft
Classement FIFA en stagnation 2e (20 juin 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Allemagne Silvia Neid
Record de sélections Birgit Prinz (214)
Meilleur buteur Birgit Prinz (128)
Rencontres officielles historiques
Premier match Allemagne de l'Ouest Drapeau : République fédérale d'Allemagne 5 - 1 Drapeau : SuisseSuisse
(10 novembre 1982)
Plus large victoire Allemagne Drapeau : Allemagne 17 - 0 Drapeau : Kazakhstan Kazakhstan
(19 novembre 2011)
Plus large défaite États-Unis Drapeau : États-Unis 6 - 0 Drapeau : Allemagne Allemagne
(14 mars 1996)
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 6
médaille d'or, Coupe du Mondemédaille d'or, Coupe du Monde Vainqueur en 2003 et 2007
Championnat d'Europe Phases finales : 9
médaille d'or, Europemédaille d'or, Europemédaille d'or, Europemédaille d'or, Europemédaille d'or, Europemédaille d'or, Europemédaille d'or, Europemédaille d'or, Europe
Vainqueur en 1989, 1991, 1995, 1997, 2001, 2005, 2009 et 2013
Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiquesmédaille de bronze, Jeux olympiquesmédaille de bronze, Jeux olympiques médaille de bronze en 2000, 2004 et 2008
Maillots
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Actualités
Pour les résultats en cours, voir :
Équipe d'Allemagne de football féminin en 2014
L'équipe d'Allemagne en 2012

L'équipe d'Allemagne de football féminin (en allemand : « Deutsche Fußballnationalmannschaft der Frauen ») est l'équipe nationale qui représente l'Allemagne dans les compétitions majeures de football féminin : la Coupe du monde, les Jeux olympiques, les Championnats d'Europe et l'Algarve Cup. Elle est gérée par la Fédération allemande de football (DFB). Son premier match officiel a eu lieu en 1982. Après la réunification allemande, la DFB est restée du côté de l'Allemagne de l'Ouest.

L'équipe d'Allemagne féminine est l'une des équipes les plus titrées de l'histoire du football féminin. Remportant à deux reprises la Coupe du monde, en 2003 et 2007, elle fait ainsi de l'Allemagne la seule nation à avoir remporté le titre mondial à la fois chez les hommes et les femmes. Elle a également remporté huit des onze Championnats d'Europe, dont les six derniers. Enfin, lors des quatre éditions où le football féminin fut présent aux Jeux olympiques, l'Allemagne a remporté trois médailles de bronze (2000, 2004 et 2008). Birgit Prinz, élue à trois reprises meilleure footballeuse du monde (2003, 2004 et 2005), détient le record de sélections, de buts et le record de buts marqués dans l'histoire de la Coupe du monde.

Le football féminin a longtemps été mis à l'index en Allemagne puisque tout match officiel y était interdit jusqu'en 1970. Toutefois, depuis son premier titre de championne du monde en 2003, la popularité de l'équipe féminine de football d'Allemagne ne cesse d'augmenter. Silvia Neid est sélectionneuse de l'équipe depuis 2005, succédant à Tina Theune-Meyer dont elle a été l'assistante durant neuf années. En juin 2014, la sélection occupe la deuxième place du classement FIFA avec 2168 points derrière les États-Unis (2193) et devant le Japon (2081).

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse du football féminin allemand[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Coupe du monde de football masculine 1954, remportée par la sélection allemande face aux Hongrois, un engouement pour ce sport se développe, y compris chez les femmes. Cependant, en 1955, la DFB décide d'interdire le football féminin dans tous les clubs d'Allemagne de l'Ouest affiliés à la fédération[2] et refuse de partager l'utilisation de ses terrains avec les équipes féminines. Elle s'explique en prétextant que ce « sport combatif est fondamentalement étranger à la nature des femmes » et que le « corps et l'âme subiraient inévitablement des dommages »[3]. Malgré cette interdiction, plus de 150 matchs internationaux sont disputés dans les années 1950 et 1960, mais hors du giron de la fédération. Finalement, le 30 octobre 1970, l'interdiction du football féminin prend fin lors de la convention annuelle de la DFB[4].

Tandis que d'autres fédérations de football ont déjà mis en place des sélections nationales féminines officielles dans les années 1970, la DFB met du temps à se doter d'une sélection nationale féminine. En 1981, Horst Schmidt, officiel de la DFB, est sollicité pour présenter une équipe à la Coupe du monde non-officielle. Il accepte cette tâche sans révéler aux organisateurs du tournoi que l'Allemagne de l'Ouest ne dispose pas encore d'une véritable équipe nationale[4]. Pour éviter une humiliation, la DFB envoie les championnes d'Allemagne en titre, Bergisch Gladbach 09, pour la représenter[5]. À la suite de cette situation ubuesque, la DFB considère enfin qu'il est important de créer une véritable équipe nationale. La sélection nationale féminine est fondée en 1982 et le président de la DFB, Hermann Neuberger, nomme Gero Bisanz, éducateur du collège des sports de Cologne, au poste de sélectionneur[6].

1982-1987 : débuts difficiles de la sélection[modifier | modifier le code]

En septembre 1982, Bisanz choisit seize joueuses et organise deux stages d'entraînements[7]. Le premier match international officiel se déroule le 10 novembre 1982 à Coblence face à la Suisse. Doris Kresimon inscrit le premier but international de la sélection à la 25e minute. En seconde période, Silvia Neid, 19 ans, inscrit un doublé pour une victoire finale 5-1[8]. Neid deviendra en 1996, assistante du sélectionneur puis, en 2005, sélectionneuse de l'équipe nationale allemande[6].

L'Allemagne participe à ses premières qualifications officielles lors des Championnats d'Europe 1984 et ne perd qu'une seule rencontre, 1-0 contre le Danemark, sur les six disputées. Mais, avec cinq matchs nuls, elle ne termine que troisième de sa poule derrière le Danemark et les Pays-Bas et ne se qualifie pas pour les demi-finales[9]. Pour Bisanz, l'objectif de ces qualifications n'est que de combler l'écart avec les meilleures sélections continentales que sont les Scandinaves et les Italiennes en s'appuyant sur un programme de marche où il sélectionne des jeunes joueuses[10].

La sélection allemande est ensuite invitée à participer au Mondialito 1984 avec l'Italie, la Belgique et l'Angleterre. L'Allemagne parvient à battre les Italiennes 2-1 et les Anglaises, récentes vice-championne d'Europe, sur le score de 2-0 lors du premier tour de cette compétition non-officielle. En finale, les Allemandes s'inclinent 3-1 contre la sélection italienne[11].

Lors de l'édition 1987 du Championnat d'Europe, l'Allemagne s'arrête à nouveau au stade des éliminatoires en prenant la troisième place du groupe derrière la Norvège et le Danemark. Toutefois l'équipe remporte son premier match en compétition officielle contre la Finlande (1-0 à Lüdenscheid le 3 octobre 1984)[12].

1987-1995 : premiers titres continentaux[modifier | modifier le code]

Birgit Prinz inscrit son premier but en tournoi majeur en 1995.

En 1989, l'Allemagne termine en tête de son groupe des éliminatoires (sans avoir concédé le moindre but et en demeurant invaincue) pour le Championnat d'Europe 1989 devant l'Italie, la Hongrie et la Suisse. Lors des quarts de finale disputés en match aller-retour, elle écarte la Tchécoslovaquie (1-1 à Bratislava et 2-0 à Kaiserslautern) puis accueille le tournoi final où s'affrontent les quatre demi-finalistes. En demi-finale, elle élimine l'Italie (1-1 ; 4-3 aux t.a.b.) à Siegen. Cette rencontre est le premier match de football féminin diffusée à la télévision allemande[13]. La gardienne Marion Isbert arrête trois tirs lors de la séance de tirs au but avant d'inscrire elle-même le tir au but décisif. Enfin, le 2 juin 1989, à Osnabrück, l'Allemagne remporte son premier trophée et le premier titre international de la sélection[14] en battant la Norvège 4-1[15] devant 22 000 spectateurs grâce aux buts d'Ursula Lohn, Heidi Mohr et Angelika Fehrmann.

Après la réunification allemande, l'Allemagne de l'Est rejoint la DFB. La sélection est-allemande n'a alors disputé qu'une seule rencontre officielle dans son histoire, contre la Tchécoslovaquie le 9 mai 1990, lors d'une rencontre amicale perdue 3-0. L'Allemagne unifiée défend donc son titre continental lors du Championnat d'Europe de football féminin 1991. Elle se qualifie pour le tournoi final en écartant la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Bulgarie au premier tour puis l'Angleterre en quart de finale (4-1 en Angleterre, 2-0 en Allemagne), le tout sans perdre aucun match. En demi-finale, au Danemark, elle bat l'Italie 3-0 et conserve son titre en maîtrisant 3-1 la Norvège après prolongations grâce à deux buts d'Heidi Mohr et un de Neid. Cette performance lui permet de se qualifier pour la première Coupe du monde, organisée en Chine en 1991[16].

Lors de cette Coupe du monde, l'Allemagne remporte, sans encaisser de but, ses trois matchs de poule contre le Nigeria, Taïwan et l'Italie. Neid est la première Allemande à inscrire un but en Coupe du monde, contre le Nigeria, le 17 novembre 1991. En quart de finale, l'Allemagne élimine le Danemark (2-1 après prolongations grâce à un but d'Heidi Mohr) mais est sèchement battue en demi-finale par le futur vainqueur, les États-Unis, sur le score de 5-2. Elle termine quatrième de la compétition après une nouvelle défaite contre la Suède 4-0 en match de classement[17].

Qualifiée directement en quart de finale de l'édition 1993 de l'Euro après le forfait de la Yougoslavie, l'Allemagne écarte la Russie en quart de finale (7-0 à Moscou, 0-0 à Rheine). En revanche, lors du tournoi final organisé en Italie, elle est éliminée par le pays hôte (1-1, 3-4 aux t.a.b.) en demi-finale à Rimini et prend la quatrième place après une nouvelle défaite contre le Danemark en match de classement (1-3)[18]. Malgré ce résultat décevant, de nouveaux talents telles Steffi Jones, Maren Meinert et Silke Rottenberg font leurs débuts en compétition et deviendront des joueuses clefs de la sélection allemande[13].

1995-2002 : déceptions olympiques et en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

En 1995, après être sortie vainqueur de sa poule de qualification devant la Croatie, la Suisse et le Pays de Galles, l'Allemagne élimine à nouveau la Russie en quart de finale (1-0 en Russie, 4-0 en Allemagne) puis l'Angleterre en demi-finale (4-1 à Watford et 2-1 à Bochum). En finale elle décroche son troisième titre européen, contre la Suède par 3-2 au Fritz-Walter-Stadion de Kaiserslautern le 25 mars 1995, grâce aux buts de Maren Meinert, de Birgit Prinz et de Bettina Wiegmann. Ce résultat lui permet de se qualifier pour la Coupe du monde 1995 qui se déroule en Suède[19].

Renate Lingor, titulaire en équipe d'Allemagne entre 1995 et 2008.

Lors de cette Coupe du monde, l'Allemagne termine première de son groupe après deux victoires contre le Japon (1-0) et le Brésil (6-1) et une défaite contre la Suède (2-3). En quart de finale, elle bat l'Angleterre 3-0 puis se qualifie pour la finale en éliminant la Chine 1-0. Lors de l'ultime match à Stockholm, l'équipe allemande perd contre la Norvège 2-0 à Stockholm. Toutefois l'Allemagne vient de réaliser sa meilleure performance en Coupe du monde[20].

Sa place de finaliste à la Coupe du monde et son titre européen lui permettent de participer au tournoi olympique des Jeux olympiques de 1996 à Atlanta. Lors de ce tournoi, elle gagne contre le Japon (3-2 où Bettina Wiegmann marque le premier but allemand aux Jeux olympiques). Les Allemandes sont ensuite battues par la Norvège et tenues en échec par le Brésil : elles ne terminent qu'à la troisième place de leur poule et sont éliminées[21]. Cette contre-performance provoque la démission de Bisanz, en poste depuis 1982, et son remplacement par son assistante depuis 1983, Tina Theune-Meyer. Celle-ci choisit comme assistante l'ancienne joueuse Silvia Neid qui vient de prendre sa retraite sportive[22].

Lors des éliminatoires des Championnats d'Europe 1997, premières rencontres avec Theune-Meyer à la tête de la sélection, l'Allemagne termine à la deuxième place de son groupe derrière la Norvège et doit disputer des matchs de barrage, contre l'Islande, qu'elle remporte facilement (3-0 à Reykjavik puis 4-0 à Coblence). Au tournoi final, qui se déroule en Suède et Norvège, et réunit pour la première fois huit sélections, l'Allemagne est tenue en échec par l'Italie puis par la Norvège. Finalement elle obtient sa qualification pour les demi-finales après avoir battu le Danemark 2-0 lors du troisième match de poule. En demi-finale, elle s'impose contre la Suède (1-0) et remporte son quatrième titre européen en battant l'Italie 2-0 en finale à Oslo (buts de Sandra Minnert et Birgit Prinz[23]). Par la suite, comme chez ses homologues masculins, l'UEFA décide d'organiser les Championnats d'Europe tous les quatre ans au lieu de deux ans à partir de 1997.

En 1999, des éliminatoires sont organisés en Europe pour déterminer les qualifiés pour la Coupe du monde. L'Allemagne termine deuxième de sa poule derrière la Norvège et affronte en barrages l'Ukraine qu'elle élimine (5-0 en Allemagne, 1-1 à Kiev) pour obtenir son billet pour la Coupe du monde 1999 organisée aux États-Unis[24]. Lors de cette Coupe du monde, l'Allemagne tient en échec l'Italie puis bat facilement 6-0 le Mexique. Lors du match décisif, bien que neutralisée par le Brésil qui égalise à la dernière minute (score final de 3-3), elle décroche sa qualification pour les quarts de finale contre le pays-hôte. Face aux États-Unis, l'Allemagne est éliminée sur un score de 3-2 après avoir mené à deux reprises face à la future championne devant 54 642 spectateurs dont Bill Clinton[25],[26].

L'année suivante, l'Allemagne participe aux Jeux olympiques de 2000 en Australie. Après un premier tour passé sans difficulté en battant l'Australie, le Brésil et la Suède, elle est battue par la Norvège en demi-finale (1-0 sur un but contre son camp de Tina Wunderlich à la 80e minute[27]). L'Allemagne décroche la médaille de bronze en disposant du Brésil 2-0 dans le match de classement pour la troisième place grâce à Birgit Prinz et Renate Lingor[28]. L'Allemagne décroche sa première médaille olympique en football depuis celle de bronze obtenue par les hommes à Séoul en 1988.

L'équipe se montre expéditive en phase éliminatoire pour les Championnats d'Europe 2001 en gagnant cinq de ses six matchs : elle termine en tête de son groupe composé de l'Italie, de l'Ukraine et de l'Islande. L'UEFA lui confie l'organisation du tournoi final qui réunit huit nations entre juin et juillet 2001. Au premier tour, l'Allemagne bat la Suède, la Russie et l'Angleterre et termine en tête de sa poule. En demi-finale, elle bat la Norvège 1-0 sur un but de Sandra Smisek puis conserve son titre en finale le 7 juillet 2001 à Ulm contre la Suède (victoire 1-0 après prolongations grâce à un but de Claudia Müller)[29].

Depuis 2003 : deux Coupes du monde consécutives et trois Euros consécutifs[modifier | modifier le code]

L'Allemagne rencontre la Suède en finale de la Coupe du monde 2003.

L'Allemagne dispute les éliminatoires pour la Coupe du monde 2003, et décroche facilement sa qualification en remportant tous ses matchs (contre l'Angleterre, les Pays-Bas et le Portugal[30]). La Coupe du monde 2003 initialement prévue en Chine, est finalement organisée par les États-Unis en raison de l'alerte au SRAS. Au premier tour, l'Allemagne effectue un parcours sans-faute en battant le Canada, le Japon puis l'Argentine. En quart de finale, elle bat facilement la Russie 7-1 puis crée la surprise en battant 3-0 les États-Unis, qui jouent à domicile, pour se qualifier pour la finale. Au terme d'un match serré, la Suède ouvre le score mais Maren Meinert égalise. Les Allemandes inscrivent pour la première fois leur nom au palmarès de la Coupe du monde en s'imposant sur le score de 2-1 après les prolongations et le but de Nia Künzer[31]. Birgit Prinz termine meilleure buteuse du tournoi et est élue meilleure joueuse.

Forte de ce titre, l'Allemagne est directement qualifiée pour les Jeux olympiques de 2004 d'Athènes. Au premier tour, elle s'impose face à la Chine (8-0 dont un quadruplé de Birgit Prinz) et le Mexique (2-0). Elle gagne en quart de finale contre le Nigeria 2-1 mais se fait éliminer en demi-finale par les États-Unis durant les prolongations (1-2). En match de classement, les Allemandes obtiennent pour la deuxième fois de suite la médaille de bronze en battant la Suède 1-0 grâce à un but de Renate Lingor[32].

Melanie Behringer, titulaire en sélection depuis 2005.

Les éliminatoires pour les Championnats d'Europe 2005 débutent en 2003. L'Allemagne, qui remporte ses huit matchs en marquant 50 buts et en n'en encaissant que deux, finit en tête de son groupe devant la République tchèque, l'Écosse, l'Ukraine et le Portugal. Lors du tournoi final disputé en Angleterre, elle gagne tous ses matchs du premier tour contre la Norvège, l'Italie et la France. En demi-finale, elle bat la Finlande 4-1 avant de s'adjuger son sixième titre dans cette compétition contre la Norvège 3-1 à Blackburn sur des buts de Inka Grings, Renate Lingor et Birgit Prinz[33]. Tina Theune-Meyer décide alors de laisser la sélection à son adjointe Silvia Neid qui, l'année suivante, remporte pour la première fois l'Algarve Cup.

La sélection allemande participe ensuite aux éliminatoires pour la Coupe du monde 2007 et remporte tous ses matchs pour se qualifier devant la Russie, l'Écosse, l'Irlande et la Suisse[34]. Elle joue le match d'ouverture de la Coupe du monde organisée en Chine et surclasse l'Argentine 11-0. Après avoir été tenue en échec par l'Angleterre, elle s'impose dans le dernier match de poule contre le Japon. En quart de finale, elle élimine la Corée du Nord 3-0 et remporte sur le même score la demi-finale qui l'oppose à la Norvège. En finale, le 30 septembre 2007 à Shanghai, elle conserve son titre devant le Brésil 2-0 sur des buts Birgit Prinz (52e minute) et Simone Laudehr (86e minute). L'Allemagne n'a encaissé aucun but durant cette édition et devient la première sélection à conserver son titre[35]. Avec 14 buts, Prinz obtient le titre de meilleure buteuse de la Coupe du monde, toutes éditions confondues[36].

Qualifiée pour ses quatrièmes Jeux olympiques, à Pékin, les Allemandes sont tenues en échec par le Brésil (0-0) avant de remporter leurs matchs contre le Nigeria (1-0) et la Corée du Nord (1-0). En quart de finale, elles battent la Norvège 2-1 mais, en demi-finale, retrouvent le Brésil qui inflige une sévère défaite (4-1) aux joueuses allemandes. L'Allemagne remporte finalement sa troisième médaille de bronze consécutive en battant le Japon 2-0 sur des buts de Fatmire Bajramaj[37]. La performance de la sélection déçoit la presse allemande et ses joueuses[38], enfin de son côté, la sélectionneuse Silvia Neid est vivement critiquée par la presse allemande[39].

Dans les éliminatoires de l'Euro 2009 entre 2007 et 2008, l'Allemagne aligne huit victoires en huit matchs contre les Pays-Bas, la Suisse, la Belgique et le pays de Galles. Elle défend donc son titre lors du tournoi final en août 2009 en Finlande, qu'elle remporte en battant l'Angleterre en finale.

La Coupe du monde de football féminin 2011 se déroule à domicile et voit la sélection allemande comme l'une des favorites du tournoi ; l'équipe est pourtant éliminée au stade des quarts de finale par le Japon après prolongation (1-0).

Le Championnat d'Europe de football féminin 2013 est remporté par les Allemandes, confirmant ainsi leur domination continentale avec un troisième titre européen consécutif. Elles battent en finale la Norvège sur le score de 1-0.

Stades[modifier | modifier le code]

Stades les plus fréquentés
Ville Nbre de matchs Période
Osnabrück 6 1989−2011
Ulm 5 2001−2005
Augsbourg 3 2001−2011
Bielefeld 3 1994−2012
Bochum 3 1990−2009
Duisbourg 3 1997−2012
Francfort 3 2000−2011
Kaiserslautern 3 1988−1995
Coblence 3 1982−2007
Lüdenscheid 3 1984−2002
Mannheim 3 1996−2012
Rheine 3 1990−1998
Siegen 3 1983−2005
Weil am Rhein 3 1991−1999
Wolfsbourg 3 2001−2011

L'équipe nationale d'Allemagne n'a pas de stade résident. Tout comme la sélection masculine, l'équipe féminine dispute ses matchs à domicile dans différents stades à travers le pays. Jusqu'en avril 2009, 84 villes différentes ont accueilli la sélection. Les villes qui ont le plus fréquemment accueilli la sélection féminine allemande sont Osnabrück et Ulm avec cinq rencontres, suivies de Kaiserslautern, Coblence, Lüdenscheid, Rheine, Siegen et Weil am Rhein avec trois rencontres[40]. La première rencontre de l'équipe nationale en Allemagne de l'Est a lieu à Aue en mai 1991[41].

Allemagne-Danemark à la MDCC-Arena de Magdeburg

Dans les années 1980 et 1990, les matchs à domicile se disputent dans des petites villes qui ne possèdent pas encore d'équipe professionnelle. Dès lors que la sélection nationale connait plus de succès, notamment avec sa victoire en Coupe du monde 2003, le nombre de spectateurs pour ses rencontres augmente considérablement, et aujourd'hui, la sélection joue dans des stades de 10 000 à 25 000 places[42]. Les dix plus grandes villes d'Allemagne n'ont toutefois accueilli qu'à quatre reprises la sélection : deux fois pour Francfort, une fois pour Berlin et Hambourg (tandis que Brême, Dortmund, Düsseldorf, Essen, Cologne, Munich ou Stuttgart n'ont jamais accueilli la sélection[40]).

Hors d'Allemagne, Faro, au Portugal, est la ville qui a le plus accueilli l'Allemagne (huit matchs), suivie de Guangzhou en Chine (six matchs) : ces villes accueillent en effet respectivement les tournois réguliers de l'Algarve Cup et le tournoi des quatre nations. L'Allemagne a également évolué cinq fois à Albufeira au Portugal et quatre fois à Minneapolis aux États-Unis[40].

Le record d'affluence pour un match de l'équipe féminine allemande est atteint lors du quart de finale de la Coupe du monde 1999 contre les États-Unis au Jack Kent Cooke Stadium à Landover avec 54 642 spectateurs[43]. Sur son propre sol, le record est de 44 825 spectateurs à l'occasion d'un match amical contre le Brésil en avril 2009, à Commerzbank-Arena à Francfort[44]. Il s'agit également du record sur le sol européen.

Résultats en compétition et classement mondial[modifier | modifier le code]

La sélection allemande prend part aux qualifications de trois grandes compétitions internationales. La Coupe du monde, mise en place en 1991 par la Fédération internationale de football association, réunit les meilleures nations mondiales et tous les continents y ont leurs représentants. L'épreuve de football féminin des Jeux olympiques, mis en place en 1996 par le Comité international olympique, est une compétition de football féminin sans restriction d'âge (les équipes nationales masculines sont obligées d'aligner des joueurs de moins de 23 ans, à l'exception de trois joueurs s'ils le désirent)[45]. Chaque continent dispose d'un représentant ou plus. Le Championnat d'Europe de football féminin, mis en place par l'Union des associations européennes de football, est un tournoi continental où seules les sélections européennes sont conviées. Il existe d'autres tournois d'importance moindre par rapport aux trois autres compétitions, comme l'Algarve Cup, qui sont disputés en général dans le cadre d'une préparation à un mondial[46].

Dans les tableaux de classement suivants, les abréviations suivantes sont utilisées : J (matchs joués), G (nombre de matchs gagnés), N (nombre de matchs nuls), P (nombre de matchs perdus), Bp (buts pour i.e. marqués), Bc (buts contre i.e. encaissés).

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Performances en Coupe du monde
Édition Performance J G N P Bp Bc
Drapeau de la République populaire de Chine 1991 Quatrième 6 4 0 2 13 10
Drapeau de la Suède 1995 Finaliste 6 4 0 2 13 6
Drapeau des États-Unis 1999 Quart de finale 4 1 2 1 12 7
Drapeau des États-Unis 2003 Vainqueur 6 6 0 0 25 4
Drapeau de la République populaire de Chine 2007 Vainqueur 6 5 1 0 21 0
Drapeau de l'Allemagne 2011 Quart de finale 4 3 0 1 7 4
Drapeau du Canada 2015 À déterminer - - - - - -
Total 6/6 32 23 3 6 91 31

L'Allemagne remporte deux fois la Coupe du monde, en 2003 et 2007, et a terminé en finale en 1995. À la Coupe du monde 1991, elle termine à la 4e place. En 1995, elle atteint la finale en étant battue par la Norvège. Le pire résultat en Coupe du monde intervient en 1999 avec une défaite en quart de finale contre les États-Unis. La Coupe du monde 2011 se tient en Allemagne, l'équipe allemande est ainsi automatiquement qualifiée[47]. Battue en quart de finale par la sélection japonaise (1-0 après prolongation), elle ne remporte donc pas une troisième coupe du monde d'affilée.

Au total, l'équipe d'Allemagne atteint à cinq reprises les demi-finales de la Coupe du monde en six participations. Elle participe à toutes les éditions avec un résultat total de vingt-trois victoires, trois nuls et six défaites[36].

Parcours aux Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

Performances aux jeux Olympiques
Édition Performance J G N P Bp Bc
Drapeau des États-Unis 1996 1er tour 3 1 1 1 6 6
Drapeau de l'Australie 2000 Troisième 5 4 0 1 8 2
Drapeau de la Grèce 2004 Troisième 5 4 0 1 14 3
Drapeau de la République populaire de Chine 2008 Troisième 6 4 1 1 7 4
Drapeau du Royaume-Uni 2012 Non qualifié - - - - - -
Drapeau du Brésil 2016 À déterminer - - - - - -
Total 4/5 19 13 2 4 35 15

L'Allemagne prend part à toutes les éditions olympiques en football féminin depuis son instauration en 1996 à Atlanta. Elle est éliminée en 1996 dès le premier tour en terminant troisième de sa poule derrière la Norvège (3-2 pour la Norvège) et le Brésil (1-1). Elle ne gagne qu'un seul match, celui contre le Japon 3-2. En 2000, l'Allemagne bat tous ses adversaires du premier tour : 3-0 contre l'Australie, 2-1 contre le Brésil et 1-0 contre la Suède mais est écartée en demi-finale par la Norvège (0-1) et prend la troisième place dans le match de classement en battant le Brésil 2-0. Puis en 2004 à Athènes, elle s'impose contre la Chine (8-0) et le Mexique (2-0) au premier tour. En quart de finale, elle bat le Nigeria (2-1) mais est de nouveau écartée en demi-finale par les États-Unis (1-2 après prolongation). Elle se classe troisième après sa victoire contre la Suède dans le match de classement. Lors des JO de 2008 à Pékin, elle s'impose en phase de poule à deux reprises sur le score de 1-0 contre le Nigeria et la Corée du Nord après avoir été tenue en échec par le Brésil (0-0). En quart de finale, elle élimine la Suède 2-0 après prolongation et perd une nouvelle fois en demi-finale en étant sèchement battue par le Brésil 1-4. En match de classement, elle bat le Japon 2-0 et termine une nouvelle fois troisième.

Parcours en Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

Performances au Championnat d'Europe
Édition Performance J G N P Bp Bc
Pays inconnu 1984 Non qualifié - - - - - -
Drapeau de la Norvège 1987 Non qualifié - - - - - -
Drapeau de l'Allemagne 1989 Vainqueur 3 2 1 0 8 3
Drapeau du Danemark 1991 Vainqueur 3 3 0 0 12 2
Drapeau de l'Italie 1993 Quatrième 3 1 1 1 9 4
Drapeau de l'Allemagne 1995 Vainqueur 3 3 0 0 14 4
Drapeau de la Norvège 1997 Vainqueur 5 3 2 0 6 1
Drapeau de l'Allemagne 2001 Vainqueur 5 5 0 0 13 1
Drapeau de l'Angleterre 2005 Vainqueur 5 5 0 0 15 2
Drapeau de la Finlande 2009 Vainqueur 6 6 0 0 21 5
Drapeau de la Suède 2013 Vainqueur 6 4 1 1 6 1
Total 9/11 39 32 5 2 104 23
Scène du match Allemagne-Norvège (4-0) du 24 août 2009 lors du Championnat d'Europe 2009

La sélection allemande remporte le trophée à huit reprises en onze participations, dont six foix consécutivement entre 1995 et 2013. Elle est la sélection la plus victorieuse dans cette compétition.

L'Allemagne ne réussi pas à se qualifier pour les demi-finales lors des deux premières éditions, étant battue en phase de qualifications. En 1989, en s'extirpant de son groupe de qualification devant l'Italie, la Hongrie et la Suisse, elle accède aux quarts de finale où elle élimine la Tchécoslovaquie. Lors du tournoi final organisé en Allemagne, elle s'impose contre l'Italie aux tirs aux buts en demi-finale et bat la Norvège en finale 4-1 pour décrocher son premier titre. En 1991, elle remporte de nouveau le trophée contre la Norvège 3-1 après prolongations. En 1993, elle perd son titre face à l'Italie en demi-finale aux tirs au but. À partir de 1995, l'Allemagne gagne toutes les éditions jusqu'en 2013, s'imposant en finale contre la Suède (3-2) en 1995, contre l'Italie (2-0) en 1997, contre la Suède (1-0) en 2001 et enfin contre la Norvège (3-1) en 2005. Lors de l'édition 2009, l'équipe s'imposée 6-2 en finale contre l'Angleterre. L'édition 2013 se conclut sur une victoire des Allemandes par 1 but à 0 face à la Norvège.

Autres tournois[modifier | modifier le code]

L'Allemagne participe à d'autres tournois annexes dont l'Algarve Cup au Portugal, qu'elle remporte en 2006[48], ou le tournoi des Quatre nations en Chine, où sa meilleure performance est une deuxième place en 2002[49].

Classement mondial féminin de la FIFA[modifier | modifier le code]

Le classement mondial féminin de la FIFA est mis en place le 16 juillet 2003 et est mis à jour tous les trois mois. Lors de l'instauration de ce classement, l'Allemagne pointe à la 3e place derrière les États-Unis et la Norvège. En octobre 2003, l'Allemagne prend la tête de ce classement après sa victoire lors de la Coupe du monde 2003. Elle garde le premier rang mondial jusqu'en mars 2007 au profit des États-Unis avant de le récupérer en octobre 2007 au lendemain de son deuxième titre mondial. En mars 2008, elle est de nouveau reléguée en seconde position derrière les États-Unis, puis à la troisième place en mars 2009 derrière le Brésil. Après sa victoire à l'Euro 2009, l'Allemagne récupère la seconde place de ce classement derrière les États-Unis en septembre 2009.

Depuis l'instauration de ce classement, seules trois nations sont parvenues à devancer l'Allemagne : les États-Unis, la Norvège et le Brésil. L'Allemagne n'a jamais été hors des trois premières places de ce classement[50].

Courbe d'évolution de l'équipe d'Allemagne au classement mondial de la FIFA

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

L'ancienne joueuse internationale allemande Silvia Neid est l'actuelle DFB-Trainerin employée par la Fédération allemande de football[51] (sélectionneuse de l'équipe d'Allemagne de football féminin)[51]. En tant que joueuse, elle a disputé 111 rencontres et inscrit 48 buts[52].

Silvia Neid, sélectionneur de l'équipe depuis 2005
  • 1982-1996 : Gero Bisanz est le premier sélectionneur de l'équipe féminine d'Allemagne. Il débute en septembre 1982[10]. Dans le même temps, il travaille comme instructeur en chef des entraînements au sein de la DFB entre 1971 et 2000[7]. Bisanz est à la tête de la sélection allemande qui remporte trois Championnats d'Europe en 1989, 1991 et 1995[53] et perd une finale de Coupe du monde en 1995. Il démissionne après l'élimination au premier tour de l'Allemagne aux Jeux olympiques de 1996 à Atlanta[54]. Avec son adjointe, Tina Theune-Meyer, il met en place un système de détection et un programme pour jeunes au sein de la DFB[10].
  • 1996-2005 : Tina Theune-Meyer prend la tête de la sélection après les Jeux olympiques de 1996. Elle est la première femme à entraîner la sélection nationale en Allemagne. Elle poursuit le travail de Bisanz, remporte trois nouveaux titres de champion d'Europe en 1997, 2001 et 2005 et permet à l'Allemagne de remporter deux médailles de bronze aux Jeux olympiques en 2000 et 2004[55]. Son plus grand succès est le titre de championne du monde en 2003. Elle est de nos jours la sélectionneuse la plus victorieuse avec la sélection allemande. Elle a bénéficié du programme de détection et des jeunes dont une partie issue de la sélection des moins de 19 ans ont accédé à l'équipe nationale. Elle quitte ses fonctions après la victoire en Championnat d'Europe en 2005[56].
  • 2005- : Silvia Neid est entraîneuse-adjointe de la sélection nationale de 1996 à 2005 et est à la tête de la sélection allemande des moins de 19 ans avec qui elle remporte les Championnats du monde 2004[57]. En juillet 2005, elle prend la tête de la sélection nationale et remporte l'Algarve Cup dès son arrivée[58]. Quand l'Allemagne enlève la Coupe du monde 2007, Neid devient la première sélectionneuse allemande (hommes-femmes confondus) à la remporter dès sa première participation. Aux Jeux olympiques de 2008, l'Allemagne décroche la médaille de bronze pour la troisième fois consécutive, enfin elle remporte son premier titre continental lors de l'Euro 2009. Son contrat court jusqu'en 2013 et son adjointe est Ulrike Ballweg[51].

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Les 19 joueuses suivantes ont été convoquées pour participer aux matchs comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde 2015 contre la Slovaquie et la Croatie, le 23 et 27 novembre 2013

Effectif et encadrement de l'équipe d'Allemagne féminine au 27 novembre 2013
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
12 G Schult, AlmuthAlmuth Schult 8 574 9/2/1991 (23 ans) 13 0 Drapeau : Allemagne VfL Wolfsburg 2012
21 G Benkarth, LauraLaura Benkarth 7 961 14/10/1992 (21 ans) 0 0 Drapeau : Allemagne SC Fribourg -
2 D Schmidt, BiancaBianca Schmidt 8 956 23/1/1990 (24 ans) 39 3 Drapeau : Allemagne 1. FFC Francfort 2009
3 D Bartusiak, SaskiaSaskia Bartusiak 11 629 29/9/1982 (31 ans) 79 1 Drapeau : Allemagne 1. FFC Francfort 2007
4 D Maier, LeonieLeonie Maier 7 976 29/9/1992 (21 ans) 20 3 Drapeau : Allemagne Bayern Munich 2013
5 D Krahn, AnnikeAnnike Krahn 10 623 1/7/1985 (29 ans) 99 5 Drapeau : France Paris Saint-Germain 2007
15 D Kemme, TabeaTabea Kemme 8 266 14/12/1991 (22 ans) 1 0 Drapeau : Allemagne 1. FFC Turbine Potsdam 2013
22 D Wensing, LuisaLuisa Wensing 7 844 8/2/1993 (21 ans) 15 1 Drapeau : Allemagne VfL Wolfsburg 2012
6 M Laudehr, SimoneSimone Laudehr 10 247 12/7/1986 (28 ans) 69 16 Drapeau : Allemagne 1. FFC Francfort 2007
7 M Behringer, MelanieMelanie Behringer 10 483 18/11/1985 (28 ans) 92 24 Drapeau : Allemagne 1. FFC Francfort 2005
8 M Keßler, NadineNadine Keßler 9 615 4/4/1988 (26 ans) 21 8 Drapeau : Allemagne VfL Wolfsburg 2010
16 M Leupolz, MelanieMelanie Leupolz 7 414 14/4/1994 (20 ans) 10 1 Drapeau : Allemagne SC Fribourg 2013
19 M Bajramaj, FatmireFatmire Bajramaj 9 618 1/4/1988 (26 ans) 67 15 Drapeau : Allemagne 1. FFC Francfort 2005
20 M Goeßling, LenaLena Goeßling 10 373 8/3/1986 (28 ans) 58 7 Drapeau : Allemagne VfL Wolfsburg 2008
23 M Däbritz, SaraSara Däbritz 7 107 15/2/1995 (19 ans) 7 0 Drapeau : Allemagne SC Fribourg 2013
10 A Marozsán, DzseniferDzsenifer Marozsán 8 140 18/4/1992 (22 ans) 29 14 Drapeau : Allemagne 1. FFC Francfort 2010
11 A Mittag, AnjaAnja Mittag 10 669 16/5/1985 (29 ans) 101 23 Drapeau : Suède LdB FC Malmö 2004
13 A Šašić, CéliaCélia Šašić 9 531 27/6/1988 (26 ans) 89 49 Drapeau : Allemagne 1. FFC Francfort 2005
18 A Popp, AlexandraAlexandra Popp 8 518 6/4/1991 (23 ans) 39 22 Drapeau : Allemagne VfL Wolfsburg 2010
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : Allemagne Ulrike Ballweg
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Allemagne Michael Fuchs



Légende

Mise à jour de l'effectif le 27 novembre 2013


Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Les joueuses suivantes ne font pas partie du dernier groupe appelé mais ont été retenus en équipe nationale lors des 12 derniers mois.

Les joueuses qui comportent ce signe Injury icon 2.svg, sont blessés.

Pos. Nom Date de Naissance Sél. Buts Club Dernier appel
GB Nadine Angerer 10 novembre 1978 (35 ans) 124 0 Drapeau : Australie Brisbane Roar vs Drapeau : Russie Russie, 21 septembre 2013
DF Josephine Henning 8 septembre 1989 (24 ans) 14 0 Drapeau : Allemagne VfL Wolfsburg vs Drapeau : Norvège Norvège, 28 juillet 2013
DF Jennifer Cramer 24 février 1993 (21 ans) 10 0 Drapeau : Allemagne 1. FFC Turbine Potsdam vs Drapeau : Russie Russie, 21 septembre 2013
MT Isabelle Linden 15 janvier 1991 (23 ans) 1 0 Drapeau : Allemagne Bayer Leverkusen vs Drapeau : Russie Russie, 21 septembre 2013
MT Svenja Huth 25 janvier 1991 (23 ans) 15 0 Drapeau : Allemagne 1. FFC Francfort vs Drapeau : Norvège Norvège, 28 juillet 2013
AT Lena Lotzen 11 septembre 1993 (20 ans) 16 1 Drapeau : Allemagne Bayern Munich vs Drapeau : Russie Russie, 21 septembre 2013

Records et statistiques[modifier | modifier le code]

Records en sélection[modifier | modifier le code]

Silke Rottenberg détient le record de sélections pour une gardienne.

L'actuelle capitaine Birgit Prinz détient le record de sélections allemandes avec 198 capes depuis ses débuts en 1994. Elle est l'une des quinze Allemandes à avoir atteint la barre des cent sélections[59]. La seconde Allemande la plus capée est Kerstin Stegemann avec 191 sélections. Bettina Wiegmann avec 154 sélections est la plus sélectionnée des joueuses retraitées[59]. Kerstin Garefrekes a été, à 29 ans, la plus jeune Allemande à atteindre les 100 sélections[59].

Le record de buts marqués en sélection allemande est détenu par Birgit Prinz. Elle marque son premier but en sélection en juillet 1994 contre le Canada et totalise 124 buts sous le maillot allemand (soit 0,64 but/match)[52]. Heidi Mohr, seconde de ce classement, est la joueuse la plus performante avec une moyenne de 0,80 but/match (83 buts en 104 sélections)[52]. Deux joueuses détiennent le record de buts dans un match : la première, Conny Pohlers inscrit 5 buts en octobre 2001 contre le Portugal[60] et la seconde Inka Grings fait de même contre le Portugal en février 2004[61]. L'actuelle sélectionneuse est quatrième du classement des buteuses avec 48 buts en 111 sélections[52].

La plus large victoire de l'Allemagne est enregistrée contre le Kazakhstan dans un match de qualification pour le Championnat d'Europe 2013 sur le score de 17-0[62]. La plus sévère défaite a lieu face aux États-Unis sur le score de 6-0 dans un match amical en mars 1996[63].

Silke Rottenberg détient le record de sélections allemandes pour une gardienne avec 126 sélections. Elle détient aussi le record national de 67 matchs sans concéder de but[64]. L'actuelle gardienne, Nadine Angerer, est seconde de ce classement avec 81 sélections[65]. Bettina Wiegmann détient le record de tirs au but marqués sous la maillot allemand avec 14 réalisations et est suivie par Renate Lingor avec huit réalisations[66]. Le seul but contre son camp allemand enregistré est la réalisation de Tina Wunderlich lors de la demi-finale des Jeux olympiques 2000 contre la Norvège[67].

Joueuses les plus selectionnées[modifier | modifier le code]

Rang Joueuse Nbre de sélections Buts marqués Années
1 Birgit Prinz 214 128 1994–2011
2 Kerstin Stegemann 191 8 1995–2009
3 Ariane Hingst 174 10 1996–2011
4 Bettina Wiegmann 154 51 1989–2003
5 Renate Lingor 149 35 1995–2008
6 Sandra Minnert 147 16 1992–2007
7 Doris Fitschen 144 16 1986–2001
8 Sandra Smisek 133 34 1995–2008
9 Kerstin Garefrekes 130 43 2001–2011
10 Nadine Angerer 127 0 1996–
  • Note : les joueuses en activité au 28 juillet 2013 sont indiquées en gras[52],[59].

Meilleures buteuses[modifier | modifier le code]

Rang Joueuse Buts marqués Nbre de sélections Années
1 Birgit Prinz 128 214 1994–2011
2 Heidi Mohr 83 104 1986–1996
3 Inka Grings 64 96 1996–2011
4 Bettina Wiegmann 51 154 1989–2003
5 Célia Šašić 49 89 2005–
6 Silvia Neid 48 111 1982–1996
7 Kerstin Garefrekes 43 130 2001–2011
8 Martina Müller 37 101 2001–
9 Renate Lingor 35 149 1995–2008
10 Sandra Smisek 34 133 1995–2008

Record de la sélection[modifier | modifier le code]

La sélection allemande détient également plusieurs records internationaux. En 2007, elle est la première équipe à remporter deux fois consécutivement la Coupe du monde, à signer la plus large victoire dans cette compétition (11-0 contre l'Argentine)[36], et à décrocher le titre mondial sans encaisser le moindre but[68],[69]. Avec 14 buts, Prinz est la meilleure buteuse de la Coupe du monde et a reçu à trois reprises le titre de meilleure joueuse de la FIFA (à égalité avec la Brésilienne Marta)[70].

Liste des rencontres[modifier | modifier le code]

Couleurs[modifier | modifier le code]

Emblème pour les Jeux olympiques.

La tenue de la sélection nationale féminine allemande se compose d'un maillot blanc, d'un short noir et de chaussettes blanches, suivant en cela la tradition de l'équipe masculine où le blanc et le noir sont les couleurs de la Prusse[71]. Le maillot est décoré de bandes rouges et or du cou jusqu'en bas du maillot[72]. Auparavant, la sélection allemande a revêtu une tenue avec maillot vert, short blanc et bas verts[73].

L'emblème de la sélection féminine est le même que celui de l'équipe masculine : une variante du logo de la Fédération allemande de football. Ce logo est constitué de l'aigle (symbole de la Confédération germanique) avec trois étoiles symbolisant les trois victoires de l'équipe d'Allemagne masculine (1954, 1974 et 1990). Pour la sélection féminine, la première étoile symbolise sa première victoire en Coupe du monde en 2003[74] et la seconde étoile celle de 2007. Elles sont situées au-dessus de l'emblème[75]. L'Allemagne, selon la charte olympique, ne porte pas son uniforme officiel avec le logo de la fédération allemande lors des épreuves olympiques[76], il est remplacé par les armoiries de l'Allemagne. La sélection féminine, comme toutes les autres équipes de la sélection allemande, est sponsorisée par la marque Adidas qui dessine depuis 1999 un maillot distinct de celui des hommes[77]. Le sponsor principal de l'équipe est ALNO (fabricant de cuisines)[78].

Fleuris, dans l'éclat de ce bonheur

Popularité[modifier | modifier le code]

Arrivée à Francfort après la victoire en Coupe du monde 2007.

Durant une bonne partie du XXe siècle, le football féminin en Allemagne reste confidentiel. Quand la fédération allemande confie à Gero Bisanz le soin de mettre en place une sélection féminine, celui-ci pense que cela n'affectera pas sa réputation[42]. Le titre de champion d'Europe en 1989, premier succès international, n'a qu'un effet limité sur la popularité de l'équipe nationale. Comme cadeau à la suite de ce titre, chaque joueuse reçoit un service à thé : la teneur de ce cadeau est souvent cité comme un exemple de misogynie et d'un manque d'intérêt évident pour la sélection nationale féminine à cette période[42].

L'attitude de la fédération allemande change considérablement lors des deux dernières décennies, notamment sous l'influence de l'actuel président Theo Zwanziger, un réel défenseur du football féminin[79]. En 2008, en Allemagne, 1 022 824 des 6 684 462 licenciés de football sont des femmes[80].

La Coupe du monde 2003 marque un tournant dans l'histoire de l'équipe nationale d'Allemagne. La finale a été suivie par 10 millions 480 mille téléspectateurs en Allemagne, soit 33,2 % d'audimat[81] La sélection est ensuite accueillie par 10 000 supporters à la mairie de Francfort[82]. Cette même année, la sélection est élue « équipe sportive de l'année en Allemagne[83] ». Depuis 2005, tous les matchs de la sélection féminine sont retransmis à la télévision[84].

Avec 44 825 spectateurs, le match Allemagne-Brésil à Francfort établit alors en 2009 le record d'affluence en Europe pour un match entre sélections féminines.

La finale de la Coupe du monde 2007 a été suivie par 9 millions de téléspectateurs (soit 50,5 % d'audimat)[81]. Lors de leur retour en Allemagne, les joueuses sont accueillies par 20 000 supporters à Francfort. En décembre 2007, toutes les joueuses de la sélection ayant participé à la Coupe du monde 2007 reçoivent la médaille Silbernes Lorbeerblatt, la plus haute distinction allemande pour les athlètes. L'entraîneuse Silvia Neid reçoit la Croix du Mérite au ruban remis par le président allemand Horst Köhler[85].

En 2008, la moyenne d'affluence des matchs disputés par l'Allemagne à domicile est de 14 605 spectateurs[86]. Toutefois, cette popularité se limite à la sélection nationale, puisque la moyenne d'affluence du championnat d'Allemagne de football féminin, même si elle a doublé entre 2003 et 2008[87],[88], n'est que de 887 spectateurs/match et ne représente que 3 % de l'affluence moyenne du championnat d'Allemagne masculin (38 612 spectateurs/matchs)[89].

Désormais, le football féminin est accepté socialement en Allemagne bien que l'une des critiques les plus marquées est le manque de qualité des matchs féminins par rapport aux matchs masculins. La sélection féminine a néanmoins disputé plusieurs matchs amicaux contre des équipes masculines. En préparation de la Coupe du monde 2003, la sélection féminine allemande s'est inclinée 3-0 contre l'équipe des moins de 17 ans du club allemand du VfB Stuttgart[79]. La joueuse Renate Lingor déclare qu'il s'agit de « deux sports différents »[90] et des joueuses telles que Simone Laudehr, Ariane Hingst et Melanie Behringer font remarquer que le football masculin est plus rapide que sa version féminine et que les tacles sont plus brutaux[77],[91]. Linda Bresonik déclare préférer regarder les matchs de football masculin[91].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 20 juin 2014 (consulté le 20 juin 2014).
  2. Football féminin et société en Allemagne depuis 1900.
  3. (de) Daniel Theweleit, Mannschaftsporträt Deutschland, 10 septembre 2007. Consulté le 21 juin 2009.
  4. a et b (de) Hoffmann, Eduard et Nendza, Jürgen. Geschichte des Frauenfußballs. Bundeszentrale für politische Bildung. 1 mai 2006. consulté le 21 juin 2009. (de)
  5. (de) Hoffmann, Eduard et Nendza, Jürgen. (2005). "Verlacht, verboten und gefeiert – Zur Geschichte des Frauenfußballs in Deutschland", Landpresse, p. 48.
  6. a et b (de) Matthias Kittmann, Aus einer Peinlichkeit wurden Weltmeisterinnen. Die Welt. 22 août 2007. Consulté le 21 juin 2009.
  7. a et b (de) 50. DFB-Fußball-Lehrer-Lehrgang an der DHDS. Kurier Deutsche Sporthochschule Köln. janvier 2005. consulté le 21 juin 2009.
  8. (de) Premier match de l'Allemagne sur dfb.de, consulté le 21 juin 2009.
  9. (en) Résultats de l'Euro 1984 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  10. a, b et c (de) Deutscher Fußball-Bund. Broschüre 25 Jahre Frauen-Fußball, Teil 1. DFB.de. Consulté le 10 février 2011.
  11. (en) Erik Garin, « Mundialito (Women) 1982-1988 - 1988 », sur rsssf.com,‎ 27 juillet 2001 (consulté en 10 février 2011)
  12. (en) Résultats de l'Euro 1987 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  13. a et b (de) Deutscher Fußball-Bund. Broschüre 25 Jahre Frauen-Fußball, Teil 2. DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  14. Paul Saffer Germany arrive in style. UEFA.com. 16 janvier 2005. consulté le 21 juin 2009.
  15. (en) Résultats de l'Euro 1989 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  16. (en) Résultats de l'Euro 1991 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  17. (en) Résultats de la Coupe du monde 1991 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  18. (en) Résultats de l'Euro 1993 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  19. (en) Résultats de l'Euro 1995 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  20. (en) Résultats de la Coupe du monde 1995 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  21. (en) Résultats des JO de 1996 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  22. 1991 : Silvia Neid. fr.uefa.com, Paul Saffer, 2 mai 2008. Consulté le 21 juin 2009.
  23. (en) Résultats de l'Euro 1997 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  24. (en) Éliminatoires pour la Coupe du monde 1999 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  25. (en) Résultats de la Coupe du monde 1999 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  26. FIFA Women's World Cup - USA 1999. FIFA.com. Consulté le 21 juin 2009.
  27. (de) Eigentor verhindert Traum-Finale gegen USA. Spiegel Online. 24 septembre 2000. Consulté le 21 juin 2009.
  28. (en) Résultats des JO de 2000 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  29. (en) Résultats de l'Euro 2001 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  30. (en) Éliminatoires pour la Coupe du monde 2003 sur rssf.com, Consulté le 21 juin 2009.
  31. (en) Résultats de la Coupe du monde 2003 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  32. (en) Résultats des JO de 2004 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  33. (en) Résultats de l'Euro 2005 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  34. (en) Éliminatoires pour la Coupe du monde 2007 sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  35. L'Allemagne bat tous les records , fifa.com, consulté le 21 juin 2009.
  36. a, b et c (en) FIFA facts - Women's World Cup. FIFA.com. Consulté le 11 août 2008.
  37. Les Allemandes quittent Pékin bronzées (2:0) . FIFA.com. Consulté le 21 juin 2009.
  38. (de) Morbach, Andreas. "Bei uns war der Knoten drin". Spiegel Online. 19 août 2008. Consulté le 21 juin 2009.
  39. (de) Neid? Bundestrainerin schlechte Verliererin. Bild. 19 août 2008. Consulté le 21 juin 2009.
  40. a, b et c (de) Deutscher Fußball-Bund. Statistics - All Games, DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  41. (de) Deutscher Fußball-Bund. 09.05.1991 Germany - Poland 2:1 (1:0) . DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  42. a, b et c (de) Daniel Theweleit, Mannschaftsporträt Deutschland. Bundeszentrale für politische Bildung. 10 septembre 2007. consulté le 21 juin 2009.
  43. (de) Deutscher Fußball-Bund. 01.07.1999 Germany - USA 2:3 (2:1). DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  44. Potter, Steffen. Les Allemandes tenue en échec le soir d'un record. UEFA.com. Consulté le 21 juin 2009.
  45. Histoire du football féminin sur cio.org, "Contrairement au football masculin, aucune restriction d’âge ne s’applique au tournoi."
  46. Mondial : surnom de la Coupe du monde.
  47. Foire aux questions . FIFA.com. Consulté le 21 juin 2009.
  48. (en) Palmarès de l'Algarve Cup sur rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  49. (en) Four Nations Tournament (China, Women Tournament), rsssf.com, consulté le 21 juin 2009.
  50. Classement mondial FIFA/Coca-Cola - Allemagne, fr.fifa.com, Consulté le 25 juin 2009.
  51. a, b et c (de) Deutscher Fußball-Bund. Coaches. DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  52. a, b, c, d et e (de) Deutscher Fußball-Bund. Top scorers. DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  53. Histoire. UEFA.com. 13 juillet 2005, consulté le 21 juin.
  54. (de) Deutsche Presse-Agentur. Gero Bisanz: « Vater » des Frauenfußballs wird 70. Fußball24.de. 3 novembre 2005. Consulté le 21 juin 2009.
  55. Tournoi olympique femmes. FIFA.com. Consulté le 21 juin 2009.
  56. (de) Deutsche Presse-Agentur. Ära Theune-Meyer geht mit EM zu Ende. Fußball24.de. 23 janvier 2005. Consulté le 21 juin 2009.
  57. (de) WM-Triumph für die U-19-Frauen. Hamburger Abendblatt. 29 novembre 2004. Consulté le 21 juin 2009.
  58. (de) Sport-Informations-Dienst. DFB-Damen holen Algarve-Cup. sport.ARD.de. 15 mars 2006. Consulté le 21 juin 2009.
  59. a, b, c et d (de) Deutscher Fußball-Bund. Most Capped. DFB.de. Consulté le 10 septembre 2009.
  60. (de) Deutscher Fußball-Bund. 25 octobre 2001 15:00 Germany - Portugal 9:0 (5:0). DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  61. (de) Deutscher Fußball-Bund. 07.02.2004 16:00 Portugal - Germany 0:11 (0:5). DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  62. (de) Rekordsieg für deutsche Frauen. uefa.com. 19 novembre 2011. Consulté le 1er décembre 2011.
  63. (de) Deutscher Fußball-Bund. 14.03.1996 USA - Germany 6:0 (3:0). DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  64. (de) Deutscher Fußball-Bund. Players Info Rottenberg. DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  65. (de) Deutscher Fußball-Bund. Players Info Angerer. DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  66. (de) Deutscher Fußball-Bund. Penalties. DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  67. (de) Deutscher Fußball-Bund. Own goals. DFB.de. Consulté le 21 juin 2009.
  68. L'Allemagne bat tous les records . FIFA.com. Consulté le 21 juin 2009.
  69. (en) Simon Hooper Angerer triumphs in test of nerve. CNN.com. 3 October 2007. Consulté le 21 juin 2009.
  70. (en) FIFA World Player of the Year Gala. FIFA.com. Consulté le 21 juin 2009.
  71. (en) Historical Flags (Prussia, Germany). Flags of the World. Consulté le 6 août 2008.
  72. (de) Deutscher Fußball-Bund. DFB-Frauen und adidas präsentierten neue Trikots. DFB.de. 26 juillet 2007. Consulté le 6 août 2008.
  73. (de) Deutscher Fußball-Bund. Broschüre 25 Jahre Frauen-Fußball, Teil 3. DFB.de. Consulté le 11 août 2008.
  74. (de) Christian Löer, Auf einem eigenen Stern. Berliner Zeitung. 14 October 2003. Consulté le 11 août 2008.
  75. (de) Deutscher Fußball-Bund. DFB-Olympia-Broschüre. DFB.de. Consulté le 11 août 2008.
  76. (en) Associated Press. Brazil makes uniform change for Olympics. Sports Illustrated. 9 août 2008. Consulté le 11 août 2008.
  77. a et b (de) Kölmel, Michael and Völker, Markus. "Wir wollen nicht rumrennen wie Kleidersäcke". Berliner Zeitung. 15 novembre 2003. Consulté le 11 août 2008.
  78. (de) Deutscher Fußball-Bund. Hauptpartner Frauen-Nationalmannschaften ALNO. DFB.de. Consulté le 4 janvier 2009.
  79. a et b (de) Die Fintenweiber. taz. 8 septembre 2007. Consulté le 11 août 2008.
  80. (de) Deutscher Fußball-Bund. Members. DFB.de. 9 avril 2008. Consulté le 11 août 2008.
  81. a et b (de) 50,5 Prozent Marktanteil beim WM-Finale. Die Welt. 1 octobre 2007. Consulté le 11 août 2008.
  82. (en) Peerless track record for German women. FIFA.com. Consulté le 11 août 2008.
  83. (de) Sportler des Jahres: Mannschaften des Jahres seit 1947. Sportler-des-Jahres.de. Consulté le 11 août 2008.
  84. (de) Die Antwort des DFB. Fansoccer.de. Consulté le 11 août 2008.
  85. (de) Silvia Neid war "gerührt und sehr stolz". DerWesten.de. 5 décembre 2007. Consulté le 11 août 2008.
  86. (de) Deutscher Fußball-Bund. All matches of Women's National Team in 2008. DFB.de. Consulté le 11 août 2008.
  87. (de) Zuschauerstatistik. Fansoccer.de. 25 juin 2005. Consulté le 11 août 2008.
  88. (de) Frauen Bundesliga 2007/2008. Weltfußball.de. Consulté le 11 août 2008.
  89. (de) General statistics - Bundesliga. Bundesliga.de. Consulté le 11 août 2008.
  90. (de) Wann sehen wir die erste Frau in der Bundesliga?. Bild. Consulté le 11 août 2008. "Wir betreiben eine ganz andere Sportart."
  91. a et b (de) (en) Première partie de Die besten Frauen der Welt, documentaire sur l'équipe d'Allemagne 2007 réalisé en 2008, Britta Becker, consulté le 21 juin 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 5 juillet 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.