Équipe d'Équateur de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe d'Équateur de football féminin.

Drapeau : Équateur Équipe d'Équateur

Écusson de l' Équipe d'Équateur
Généralités
Confédération CONMEBOL
Couleurs jaune, bleu et rouge
Surnom La Tri
Stade principal Estadio Olímpico Atahualpa
Classement FIFA en stagnation 21e (14 août 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Colombie Reynaldo Rueda
Capitaine Antonio Valencia
Plus sélectionné Iván Hurtado (167 sélections)
Meilleur buteur Agustín Delgado (31 buts)

Rencontres officielles historiques

Premier match 8 août 1938 (Bolivie, 1-1)
Plus large victoire 6-0, Pérou (22 juin 1975)
Plus large défaite 12-0, Argentine (22 janvier 1942)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 3
Huitième de finale en 2006
Copa América Phases finales : 25
Quatrième en 1993

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Coupe du monde 2014

L'équipe d'Équateur de football est la sélection de joueurs de football équatoriens représentant le pays lors des compétitions régionales, continentales et internationales sous l'égide de la fédération équatorienne de football.

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire en 1938, face à la Bolivie lors des Jeux bolivariens. Malgré une affiliation de la fédération à la Confédération sud-américaine de football puis à la FIFA dès 1926, la sélection ne participe à la Copa América qu'à partir de 1939 et ne s'engage pour la première fois dans les éliminatoires de Coupe du monde qu'en 1961.

Elle est une des deux seules nations sud-américaines (avec le Venezuela) à n'avoir jamais atteint la finale de la Copa América, et a participé à trois phases finales de Coupe du monde, en 2002, 2006 et 2014.

La « Tri », comme elle est surnommée par ses supporters, dispute ses rencontres à domicile à l'Estadio Olímpico Atahualpa, situé dans la capitale équatorienne, Quito, à plus de 2 800 mètres d'altitude.

Les Équatoriens ont achevé l'année 2013 à la 23e place mondiale selon le classement FIFA et au 6e rang sud-américain. L'équipe est entraînée par le Colombien Reynaldo Rueda, qui occupe ce poste depuis juillet 2010.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts de la sélection équatorienne (1938-1960)[modifier | modifier le code]

La fédération équatorienne de football est fondée le 30 mai 1925[2]. Elle s'affilie à la FIFA en 1926[3] et à la CONMEBOL en 1927[2]. En dépit de son intégration dans le giron mondial, la sélection ne participe pas à la première édition de la Coupe du monde, organisée en 1930 en Uruguay. Son premier match officiel a lieu lors de la première édition des Jeux bolivariens, à Bogota en Colombie. Le 8 août 1938, pour le match d'ouverture du tournoi de football des Jeux, l'Équateur affronte la Bolivie, une rencontre achevée sur le score d'un but partout[t 1]. Dès l'année suivante, elle participe pour la première fois au tournoi sud-américain des nations, la Copa América, organisée à Lima au Pérou. Emmenés par leur entraîneur-joueur Ramón Unamuno, les Équatoriens perdent les quatre rencontres qu'ils disputent. Alcívar et Arenas se signalent malgré tout en inscrivant deux buts chacun[4]. La sélection va pendant les vingt années suivantes ne disputer que les rencontres de Copa América, puisqu'elle se met en retrait des campagnes de qualification pour la Coupe du monde.

Le stade Capwell, première enceinte à accueillir une rencontre à domicile de l'Équateur, en 1947

C'est lors de leur quatrième participation en Copa América, en 1945, que les Équatoriens mettent fin à la série de défaites qui les accompagne depuis leur entrée dans la compétition. Le 11 février 1945, ils arrachent une nouvelle fois un match nul face à la Bolivie, à Santiago. Ils terminent tout de même à la dernière place du classement, après avoir perdu les autres rencontres. Aguayo réussit à marquer à quatre reprises pour son équipe. Le 30 novembre 1947, la sélection dispute pour la première fois une rencontre à domicile. En effet, cette année-là, c'est l'Équateur qui organise la 20e édition de la Copa América. Malgré le soutien du public du stade Capwell de Guayaquil, les hommes d'Unamuno ne gagnent aucune rencontre. La première victoire officielle n'a lieu que deux ans plus tard puisque la Tri parvient à battre la Colombie sur le score de quatre buts à un, à Rio de Janeiro[t 2]. Cette victoire face aux Colombiens est sans lendemain : sur une période de dix ans, la sélection va disputer trois éditions de la Copa América sans connaître le succès. En 1959, lors de l'édition disputée à domicile, les Équatoriens remportent la dernière rencontre de la compétition, face au Paraguay. Ils parviennent également à accrocher l'Argentine (1-1).

Premiers pas au niveau mondial (1961-1992)[modifier | modifier le code]

En 1960, avec l'Uruguayen Juan López Fontana à sa tête, l'Équateur participe pour la première fois aux éliminatoires de la Coupe du monde. Pour espérer participer à la phase finale organisée au Chili, la Tri doit battre l'Argentine lors d'un duel en matchs aller-retour. Cette première apparition tourne à la catastrophe avec deux sévères défaites (3-6 à Guayaquil et 0-5 à la Bombonera de Buenos Aires[f 1]). Elle ne joue par la suite aucun match jusqu'en 1963, où elle part en Bolivie pour disputer la Copa América. Le premier match du tournoi est très spectaculaire avec un match nul 4-4 face au pays organisateur, symbole d'une compétition réussie au niveau de l'attaque, avec quatorze buts inscrits et le titre de meilleur buteur pour Carlos Alberto Raffo, auteur de six buts. Malgré cette réussite devant le but, l'Équateur se classe avant-dernière[t 3], avec une seule victoire obtenue contre la Colombie. Deux ans plus tard, la sélection passe tout près d'une qualification en Coupe du monde. En effet, après avoir terminé à égalité avec le Chili en tête de la poule 2, la Tri perd le match d'appui[f 2] disputé sur terrain neutre, à Lima et laisse les Chiliens obtenir leur qualification. En 1967, un tour préliminaire perdu face au Paraguay prive les partenaires de Muñoz de la phase finale de la Copa América[t 4].

En 1969, la sélection prend part aux éliminatoires de la Coupe du monde 1970, organisée au Mexique. Elle termine dernière du groupe[t 5], derrière l'Uruguay et le Chili, sans réussir à remporter la moindre rencontre. L'année suivante, l'Angleterre a l'honneur d'être la première équipe à affronter l'Équateur dans l'Estadio Olímpico Atahualpa[5] de Quito, devant 36 000 spectateurs[f 3]. Ce match est également le premier de l'histoire de la sélection face à une équipe hors d'Amérique du Sud. Après une terne participation à la Coupe de l'Indépendance du Brésil (un nul en quatre rencontres), la sélection, dirigée par Roberto Resquín, dispute une série de rencontres amicales (notamment face à la RDA et contre le futur champion de la CONCACAF, Haïti) avant le début des qualifications pour la Coupe du monde 1974. Opposée dans le groupe 1 à l'Uruguay et à la Colombie, elle manque une fois encore la phase finale, sans gagner de rencontre[t 6]. Le 22 juin 1975, pour le premier match de l'Uruguayen Roque Máspoli sur le banc équatorien, la sélection remporte la plus large victoire de son histoire en s'imposant 6-0 en match amical face au Pérou à Quito. Lors de la Copa América 1975, remise sur pied après huit années d'interruption, les Équatoriens sont devancés par la Colombie et le Paraguay, sans gagner de rencontre[t 7]. Deux ans plus tard, ils échouent à se qualifier pour la phase finale de la Coupe du monde 1978 en Argentine, terminant derrière le Pérou et le Chili[t 8]. La Copa América 1979 est le théâtre d'un petit événement puisque la Tri renoue avec la victoire en match officiel, pour la première fois depuis 1965. Les Équatoriens parviennent à s'imposer à domicile face à l'Uruguay mais perdent leurs trois autres matchs[t 9], un bilan insuffisant pour atteindre les demi-finales.

La sélection débute l'année 1981 par deux rencontres amicales, perdues face à la Bulgarie et le Brésil avant d'entrer dans les éliminatoires de la Coupe du monde 1982, dont la phase finale se dispute en Espagne. Versée dans le groupe 3 en compagnie du Chili et du Paraguay, elle démarre bien sa campagne en s'imposant contre le Paraguay avant d'être accrochée par le Chili. Les deux défaites en déplacement la condamnent à une nouvelle élimination[t 10]. Lors de la 32e édition de la Copa América en 1983, dans une poule de très haut niveau avec l'Argentine et le Brésil[t 11], les Équatoriens parviennent à accrocher deux fois les partenaires de Jorge Burruchaga mais doivent s'incliner face aux Auriverde, vainqueurs à domicile 5-0. La fin de l'année 1984 voit la Tri effectuer une tournée de six matchs aux États-Unis et en Amérique centrale, avec un bilan de deux nuls et quatre défaites. Après plusieurs rencontres de préparation face à des sélections européennes (RDA et Finlande), les éliminatoires pour le Mondial mexicain (contre l'Uruguay et le Chili) sont décevants, avec un seul point pris à domicile face aux Chiliens[t 12]. Ce nouvel échec entraîne la mise en sommeil de la sélection pendant deux ans, jusqu'à la Copa América 1987, qui inaugure la nouvelle formule de la compétition. Organisée en Argentine, elle voit les Équatoriens être opposés dans le groupe A au pays organisateur et au Pérou. Ils perdent 3-0 contre les Argentins (avec un doublé de Diego Maradona) avant de faire match nul contre le Pérou[t 13]. En juin 1988, la fédération fait appel au Yougoslave Dušan Drašković pour prendre en charge la sélection. Le technicien débute son mandat aux États-Unis et en Amérique centrale lors d'une nouvelle tournée de ses joueurs, beaucoup plus concluante que celle effectuée quatre ans plus tôt. Il poursuit la préparation de son groupe pour la Copa América 1989 au Brésil avec plusieurs rencontres amicales contre d'autres sélections sud-américaines, sans réel résultat (une victoire en dix matchs disputés). En Copa América, l'Équateur est opposée dans le groupe B à l'Argentine, à l'Uruguay, à la Bolivie et au Chili. Le match inaugural face à l'Uruguay débouche sur une surprise puisque pour la première fois depuis 1979, la sélection s'impose en Copa América. Elle ne parvient pas à confirmer ce bon résultat en se classant quatrième de la poule[t 14], après deux nuls sans but contre Boliviens et Argentins et une courte défaite face au Chili. Six semaines après, les éliminatoires de la Coupe du monde 1990 démarrent et voient la Tri affronter la Colombie et le Paraguay dans le groupe 2[t 15]. Elle ne remporte qu'un seul match, sans enjeu, face au Paraguay (3-1) et se retire une nouvelle fois de la scène internationale jusqu'à l'édition suivante de la Copa América, disputée en 1991 au Chili. Dans sa poule, elle retrouve la Bolivie, le Brésil, la Colombie et l'Uruguay. Après une courte défaite d'entrée contre la Colombie, la sélection décroche le nul face aux Uruguayens avant de faire exploser la Bolivie 4-0, pour ce qui constitue sa plus large victoire en match officiel. Le gardien équatorien, Erwin Ramirez, s'offre même le luxe de marquer un pénalty en fin de rencontre. Les hommes de Drašković achèvent le tournoi par une défaite face aux Brésiliens et se classent 4e[t 16] de leur poule.

Une période de progrès constants (1993-2001)[modifier | modifier le code]

L’année 1993 s'annonce importante pour la sélection équatorienne. Tout d'abord, en juin, les hommes de Drašković disputent à domicile la 36e édition de la Copa América. Ils parviennent à terminer en tête de leur groupe du premier tour[t 17], devant l'Uruguay, le Venezuela et les États-Unis, sélection invitée de la CONCACAF. Ils battent lors du match inaugural contre la Vinotinto leur record de plus large victoire en match officiel en s'imposant six buts à un[6]. En quart de finale, ils étrillent le Paraguay avant de tomber en demi-finale face à l'autre équipe conviée par la CONMEBOL, le Mexique d'Hugo Sánchez. Les Équatoriens ratent l'occasion de monter sur le podium de la compétition en s'inclinant lors du match pour la 3e place face à la Colombie. Cette 4e place est à ce jour le meilleur résultat de l'Équateur en Copa América[n 1]. Elle enchaîne immédiatement avec les éliminatoires de la Coupe du monde 1994 aux États-Unis. Ils sont opposés dans leur groupe de qualification au Brésil, à la Bolivie, à l'Uruguay et au Venezuela. La campagne est assez médiocre avec une seule victoire, une nouvelle fois assez large contre les Vénézuéliens[f 4] avec un triplé d'Eduardo Hurtado. Le dernier match, face à la Bolivie à Quito en septembre 1993, est le 56e et dernier match de Dušan Drašković sur le banc équatorien puisque le technicien yougoslave quitte son poste pour partir entraîner le club brésilien du CA Bragantino. Après une année 1994 assez calme, la sélection effectue une tournée en Asie pour participer à la Kirin Cup[t 18] puis à la Korea Cup avant de s'envoler pour Rivera en Uruguay, lieu de leurs rencontres en Copa América 1995. À présent emmenée par le Colombien Francisco Maturana, la Tri veut confirmer sa place de demi-finaliste lors de l'édition précédente. Cette édition uruguayenne s'achève dès le premier tour, après deux courtes défaites face au champion du monde brésilien et à la Colombie suivies d'une victoire face au Pérou, insuffisante pour atteindre les quarts de finale[t 19].

En 1996, la sélection effectue une tournée au Moyen-Orient, disputant des rencontres au Liban, en Arabie saoudite, au Qatar ou au Koweït. Au printemps, elle débute la longue campagne de qualification pour la Coupe du monde 1998. Après une série de bons résultats à domicile (victoires face au Pérou, à l'Argentine et au Venezuela), la Tri n'arrive pas à se hisser en tête d'une poule dominée par les Argentins et les Paraguayens. Le seul point positif de ces éliminatoires est la bonne tenue de l'équipe devant ses supporters avec un bilan de six victoires, un nul et une seule défaite, face à la Colombie[t 20]. A contrario, les Équatoriens ont été incapables de ramener un succès en déplacement. La Copa América, organisée en juin 1997 en Bolivie confirme les progrès de la sélection puisqu'elle achève le premier tour en tête du groupe A devant l'Argentine, le Paraguay et le Chili. Le quart de finale face au Mexique, qu'elle retrouve quatre ans après sa demi-finale perdue à domicile, donne lieu à une rencontre très serrée. La Tri s'incline après la séance des tirs au but, la première de son histoire, à l'issue d'une rencontre achevée sur le score d'un but partout[t 21]. Elle ne joue ensuite qu'une seule rencontre, en amical, perdue 5-1 face au Brésil, à Washington avant de disputer la Copa América 1999 au Paraguay. Les hommes de Carlos Sevilla, le nouveau sélectionneur, sont dans le groupe C, en compagnie de l'Argentine, de la Colombie et de l'Uruguay. Une fois encore, ils n'arrivent pas à confirmer leur bon parcours de 1997 en perdant les trois matchs qu'ils disputent[t 22]. Iván Kaviedes surnage au sein de son équipe en inscrivant deux des trois buts équatoriens. L'arrivée en octobre 1999 du Colombien Hernán Darío Gómez, en remplacement de Sevilla, fait entrer l'équipe nationale dans une phase de progression qui va l'amener jusqu'en Coupe du monde.

Premiers pas sur la scène mondiale (2002-2006)[modifier | modifier le code]

Les éliminatoires de la Coupe du monde 2002 s'étalent sur près de vingt mois, entre mars 2000 et novembre 2001, avec la 40e édition de la Copa América organisée par la Colombie intercalée en juillet 2001. Après huit matchs (sur dix-huit), la Tri confirme sa supériorité à Quito et ses difficultés à l'extérieur puisqu'elle remporte 4 de ses 5 matchs au stade Atahualpa et perd tous ses matchs en déplacement. Elle réussit ensuite une série de 5 victoires consécutives (contre le Chili, au Venezuela, face au Brésil et au Paraguay et enfin à Lima, au Pérou). L'Équateur est quatrième de la zone Amérique du Sud au moment de s'envoler pour Barranquilla pour disputer la Copa América. La compétition est une déception par rapport aux progrès montrés par les Équatoriens lors des qualifications puisque les hommes de Gómez terminent troisièmes du groupe A[t 23], avec deux défaites face au pays organisateur et au Chili et une large victoire 4-0 face au Venezuela. La fin des éliminatoires va sourire aux partenaires d'Agustín Delgado. Bien aidés par une fin de parcours médiocre de l'Uruguay et du Paraguay, ses principaux adversaires pour la qualification, les Équatoriens terminent finalement à la deuxième place[t 24], loin derrière les Argentins, au-dessus du lot avec un seule défaite. Ce classement leur permet de disputer la première phase finale de Coupe du monde de leur histoire.

Vue de l'intérieur d'un stade, les tribunes presque vides
Le Sapporo Dome de Sapporo, théâtre du premier match de Coupe du monde de l'histoire de la sélection, face à l'Italie

Pour préparer son groupe au tournoi mondial, Gómez a une opportunité unique puisque la CONCACAF propose à la fédération d'inviter la sélection équatorienne à la prochaine édition de la Gold Cup, organisée aux États-Unis en janvier 2002. La Tri, dans le groupe D en compagnie du Canada et d'Haïti, est cruellement éliminée dès le premier tour après un tirage au sort puisque les trois sélections sont à égalité parfaite au classement. Les Équatoriens s'inclinent face aux Canonniers 2-0[7] puis battent les Canucks sur le même score. Alex Aguinaga, auteur d'un doublé face aux Canadiens, est le seul buteur de sa sélection. L'Équateur enchaîne ensuite avec une série de matchs amicaux face à plusieurs nations[8], également qualifiées pour la Coupe du monde : Turquie, États-Unis et Sénégal. En mai, la sélection arrive au Japon pour effectuer son baptême en Coupe du monde. Le tirage au sort l'oppose à l'Italie, à la Équipe de Croatie de football, 3e de la dernière édition et le Mexique. Le premier match du tournoi se termine par une défaite face à la Squadra Azzurra avec un doublé de Christian Vieri[f 5] dans la première demi-heure du match. Six jours plus tard, la Tri subit une seconde défaite deux buts à un face aux Mexicains avec un événement puisqu'en ouvrant le score dès la 5e minute de jeu[9], Agustín Delgado devient le premier buteur équatorien en Coupe du monde. Le troisième et dernier match du premier tour, sans enjeu pour les hommes de Gómez, les voit remporter leur première victoire en phase finale, grâce à un court succès contre la Croatie[f 6], avec un but d'Édison Méndez.

Luis Fernando Suárez, sélectionneur de la Tri de 2004 à 2007

Les Équatoriens passent ensuite un an à enchaîner les rencontres amicales avant de démarrer une nouvelle campagne de qualification pour le Mondial 2006 en Allemagne. Le calendrier s'est encore une fois rallongé puisque les matchs qualificatifs s'étalent de septembre 2003 à octobre 2005, avec la Copa América 2004 intercalée en juillet 2004. Au moment de s'envoler pour le Pérou, après 7 rencontres disputées, la sélection est 5e de la poule, à trois points du Brésil et de l'Argentine. Le premier tour de la Copa América se révèle médiocre avec trois défaites en trois matchs[t 25], dont un lourd revers 6-1 face à l'Argentine. Delgado marque deux des trois buts de sa formation. Cet échec provoque le départ du sélectionneur, Hernán Darío Gómez, après un mandat de près de quatre ans et 66 matchs sur le banc. C'est son compatriote, Luis Fernando Suárez, qui lui succède pour un deuxième passage à la tête de l'équipe nationale, après un intérim de quatre matchs assuré en juin 1997. Les débuts de Suárez sont délicats avec deux nouvelles défaites en trois rencontres de qualification mais en novembre 2004, ses hommes parviennent à infliger au Brésil sa première défaite depuis le début des éliminatoires[f 7]. En 2005, la Tri réalise une série de bons résultats avec une seule défaite lors des sept dernières rencontres et parvient à décrocher une deuxième qualification consécutive en Coupe du monde, se classant troisième du groupe Amérique du Sud, loin derrière les Argentins et les Brésiliens. Elle confirme sa bonne tenue à domicile en terminant invaincue au stade Atahualpa, où elle n'a plus connu la défaite depuis août 2001[10].

Match de football avec la partie basse des tribunes
Huitième de finale Angleterre-Équateur (1-0) lors de la Coupe du monde 2006

La sélection se retrouve dans le groupe A, celui de l'Allemagne, pays organisateur et finaliste du dernier mondial, avec également la Pologne et le Costa Rica. Elle débute parfaitement la compétition en battant les Polonais 2-0 grâce à Tenorio et Delgado[f 8] avant d'étriller le Costa Rica sur le score de trois buts à zéro (à nouveau Tenorio, Delgado et une réalisation de Kaviedes en toute fin de match[f 9]). Cette entame parfaite lui permet ainsi d'être qualifiée pour les huitièmes de finale, en compagnie des Allemands, avant le dernier match face à la Mannschaft, décisif pour déterminer le premier du groupe. L'écart est trop important avec les hommes de Joachim Löw qui s'imposent largement 3-0[f 10], une défaite qui offre aux Équatoriens un huitième de finale face à l'Angleterre de David Beckham. La rencontre est disputée et c'est uniquement sur un coup franc du Spice Boy à l'heure de jeu que les hommes de Luis Fernando Suárez doivent quitter la compétition[f 11],[11] avec beaucoup de promesses pour la suite.

Un statut difficile à confirmer (depuis 2006)[modifier | modifier le code]

L'Équateur entame l'année 2007 par une série de matchs amicaux avec en point de mire la Copa América, la première organisée par le Venezuela. Les hommes de Suárez débutent ainsi par un double affrontement face à la Suède avant de partir aux États-Unis, en Espagne puis en Colombie. Le bilan de cette tournée est très mitigé avec deux succès en huit rencontres. Au Venezuela, la Tri est dans le groupe B, en compagnie du Brésil, du Mexique et du Chili, un groupe très relevé avec trois sélections présentes à la dernière Coupe du monde[n 2]. Elle n'arrive pas à confirmer son statut en s'inclinant lors des trois rencontres du premier tour[t 26], à chaque fois avec un seul but d'écart. Malgré cette contre-performance, Suárez conserve la confiance des dirigeants de la fédération et a comme nouvel objectif une troisième qualification consécutive en Coupe du monde. La phase qualificative débute en octobre 2007 avec trois défaites en trois rencontres. Les Équatoriens voient d'abord leur série d'invincibilité à domicile s'achever après 6 ans et 23 matchs sans défaite[10] avec un revers surprenant face au Venezuela puis subissent deux lourds revers au Brésil (0-5) et au Paraguay (1-5). Cette série entraîne le départ du sélectionneur Luis Fernando Suárez et son remplacement par Sixto Vizuete, qui était jusqu'à présent l'entraîneur de l'équipe d'Équateur des moins de 17 ans, tout juste médaillée lors des Jeux panaméricains de 2007. Vizuete débute son mandat à Quito par un large succès 5-1 face au Pérou[f 12] puis enchaîne avec un bonne série puisqu'il ne subit qu'une seule défaite lors des dix rencontres des éliminatoires. La sélection perd en Colombie puis s'impose à La Paz. À deux journées de la fin, la Tri est quatrième du groupe, synonyme de qualification pour l'Afrique du Sud. Les partenaires d'Édison Méndez vont s'écrouler dans la dernière ligne droite, perdant une rencontre capitale à Quito contre l'un de ses rivaux pour la qualification, l'Uruguay avant de terminer les éliminatoires par une défaite au Chili. L'Équateur termine à la sixième place[t 27] et ne participe donc pas à sa troisième phase finale de Coupe du monde. Cet échec provoque le changement de sélectionneur, avec le Colombien Reynaldo Rueda qui prend son poste à partir d'octobre 2010.

En 2011, Rueda a deux missions : bien figurer lors de la 43e édition de la Copa América organisée en juillet en Argentine et réussir une bonne entame lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 à partir du mois d'octobre. Une nouvelle fois, la Copa América s'achève dès le premier tour pour les partenaires de Felipe Caicedo, auteur des deux seuls buts de son équipe[12]. L'Équateur décroche le nul 0-0 face au Paraguay, puis perd face au Venezuela et au Brésil[t 28]. Elle confirme sa faiblesse lors de la compétition continentale, avec une seule victoire lors des quinze dernières rencontres.

La sélection parvient à imposer son jeu à domicile et réussit à achever les éliminatoires sans défaite à domicile. Son bilan au Estadio Olímpico Atahualpa est éloquent avec sept victoires et un seul nul (1-1 face à l'Argentine) en huit matchs. Elle ne remporte en revanche aucun succès en déplacement, ne décrochant des matchs nuls qu'en Uruguay, au Venezuela et en Bolivie. L'Équateur termine à la quatrième place du classement, à égalité avec l'Uruguay, qu'elle devance à la différence de buts[t 29]. Elle obtient ainsi sa qualification pour une troisième phase finale de Coupe du monde. Le tirage au sort la place dans le groupe E, avec la France, la Suisse et le Honduras[13], une formation que Rueda connaît bien pour en avoir été le sélectionneur entre 2007 et 2010 et qui est aujourd'hui dirigée par Luis Fernando Suárez, sur le banc équatorien entre 2004 et 2007. La sélection équatorienne commence le tournoi contre la Suisse. Elle ouvre le score à la 22e minute par Enner Valencia mais perd finalement sur le score de 2-1[14]. Elle joue ensuite contre le Honduras. Après un but hondurien, un doublé d'Enner Valencia permet aux Équatoriens de gagner sur le score de 2-1[15]. Malgré l'expulsion d'Antonio Valencia à la 50e minute du match contre la France, l'Équateur n'encaisse pas de but et le score reste nul et vierge. La Tri termine troisième du groupe avec quatre points et est éliminée de la compétition[16].

Identité[modifier | modifier le code]

Tenues[modifier | modifier le code]

Équipementier
Période Entreprise
1985 Drapeau : Allemagne Adidas
1991-1992 Drapeau : Allemagne Puma
1993-1995 Drapeau : Royaume-Uni Reebok
1995 - Drapeau : Équateur Marathon Sports

À partir de 1985, la fédération fait appel à des entreprises spécialisées dans le design, la production et la commercialisation des maillots. C'est l'équipementier allemand Adidas qui est choisi en 1985. En 1991, Puma redessine le maillot de la Tri puis c'est le Britannique Reebok qui signe un contrat de deux ans. Depuis 1995, la fédération fait confiance à l'entreprise équatorienne Marathon Sports. Depuis lors, le maillot équatorien est renouvelé tous les trois ans, avec en plus un maillot spécialement conçu en cas de qualification pour la phase finale de la Coupe du monde.

L'équipement des joueurs équatoriens reprend les couleurs du drapeau national, à savoir le bleu, le jaune et le rouge. Cependant, jusqu'en 1949, l'équipe nationale joue avec une tenue entièrement blanche, portant uniquement un liseré tricolore sur la poitrine. Depuis lors, la Tri évolue à domicile avec un maillot jaune et un short bleu, les chaussettes rouges n'étant instaurées qu'à partir de 1983. Lorsqu'elle évolue à l'extérieur, l'Équateur porte un maillot bleu (blanc entre 1999 et 2002) et des chaussettes bleues, le short a changé de couleurs selon les périodes (bleu, blanc ou jaune). Entre 1996 et 1999, le logo de la fédération est imprimé en filigrane directement sur le maillot.

Historique des maillots de l'équipe d'Équateur
Maillots domicile
Maillots extérieur

Emblèmes et symboles[modifier | modifier le code]

L'équipe nationale porte l'écusson de la fédération sur la poitrine lors des rencontres qu'elle dispute. Cet écusson est composé de deux parties : sur la partie supérieure, on peut voir un condor des Andes, animal symbole de cette région du monde, les ailes déployées et au dessous un blason qui reprend les couleurs du drapeau équatorien, avec sur la bande supérieure le sigle "F.E.F.", de la Federación Ecuatoriana de Futból. À noter que le condor est également présent sur les armoiries de l'Équateur.

Composition de l'équipe d'Équateur[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus capés[24]
Sélections Joueur Période Buts
167 Iván Hurtado 1992-2010 5
109 Alex Aguinaga 1987-2004 23
107 Édison Méndez 2000- 17
101 Ulises de la Cruz 1995-2010 6
100 Luis Enrique Capurro 1985-2003 1
Meilleurs buteurs[24]
Buts Joueur Période Sélections
31 Agustín Delgado 1994-2006 71
26 Eduardo Hurtado 1992-2002 74
24 Christian Benítez 2005-2013 58
23 Alex Aguinaga 1987-2004 109
17 Iván Kaviedes 1998-2013 57
17 Édison Méndez 2000- 107

La FIFA qualifie de stars du passé[25] les joueurs suivants :

D'autres joueurs ont également marqué l'histoire de la sélection :

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Liste des 23 joueurs convoqués[26] par Reynaldo Rueda pour les deux rencontres amicales face à l'Argentine et le Honduras les 15 et 19 novembre 2013 :

Effectif de l'équipe d'Équateur
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
Gardiens de but
22 G Dominguez, AlexanderAlexander Dominguez 10 062 5/6/1987 (27 ans) 17 0 Drapeau : Équateur LDU Quito 2011
1 G Banguera, MáximoMáximo Banguera 10 598 16/12/1985 (29 ans) 22 0 Drapeau : Équateur Barcelona Sporting Club 2008
999 G Bone, AdriánAdrián Bone 9 601 8/9/1988 (26 ans) 2 0 Drapeau : Équateur CD El Nacional 2011
Défenseurs
10 D Ayoví, WalterWalter Ayoví 12 917 11/8/1979 (35 ans) 89 7 Drapeau : Mexique CF Pachuca 2001
2 D Guagua, JorgeJorge Guagua 12 138 28/9/1981 (33 ans) 55 2 Drapeau : Équateur Club Sport Emelec 2001
3 D Erazo, FricksonFrickson Erazo 9 727 5/5/1988 (26 ans) 35 1 Drapeau : Brésil CR Flamengo 2011
4 D Paredes, Juan CarlosJuan Carlos Paredes 10 029 8/7/1987 (27 ans) 34 0 Drapeau : Équateur Barcelona Sporting Club 2010
21 D Achilier, GabrielGabriel Achilier 10 865 24/3/1985 (29 ans) 19 0 Drapeau : Équateur Club Sport Emelec 2008
18 D Bagüi, ÓscarÓscar Bagüi 11 700 10/12/1982 (32 ans) 19 0 Drapeau : Équateur Club Sport Emelec 2005
23 D Campos, JayroJayro Campos 11 113 19/7/1984 (30 ans) 21 0 Drapeau : Équateur Barcelona Sporting Club 2004
20 D Ramirez, CristianCristian Ramirez 7 434 15/8/1994 (20 ans) 1 0 Drapeau : Allemagne Fortuna Düsseldorf 2013
Milieux de terrain
16 M Valencia, AntonioAntonio Valencia Capitaine 10 732 4/8/1985 (29 ans) 69 8 Drapeau : Angleterre Manchester United 2005
14 M Castillo, SegundoSegundo Castillo 11 909 15/5/1982 (32 ans) 78 8 Drapeau : Arabie saoudite Al-Hilal Riyad 2003
6 M Noboa, ChristianChristian Noboa 10 849 9/4/1985 (29 ans) 39 2 Drapeau : Russie FC Dynamo Moscou 2006
19 M Saritama, LuisLuis Saritama 11 386 20/10/1983 (31 ans) 48 0 Drapeau : Équateur LDU Quito 2003
5 M Ibarra, RenatoRenato Ibarra 8 737 20/1/1991 (23 ans) 17 0 Drapeau : Pays-Bas Vitesse Arnhem 2011
9 M Montero, JeffersonJefferson Montero 9 243 1/9/1989 (25 ans) 36 7 Drapeau : Mexique CA Monarcas Morelia 2007
15 M Gaibor, FernandoFernando Gaibor 8 476 8/10/1991 (23 ans) 2 0 Drapeau : Équateur Club Sport Emelec 2013
Attaquants
8 A Caicedo, FelipeFelipe Caicedo 9 604 5/9/1988 (26 ans) 46 15 Drapeau : Russie Lokomotiv Moscou 2005
7 A Rojas, JoaoJoao Rojas 9 322 14/6/1989 (25 ans) 27 2 Drapeau : Mexique CD Cruz Azul 2008
12 A Martinez, FidelFidel Martinez 9 076 15/2/1990 (24 ans) 5 1 Drapeau : Mexique Club Tijuana 2008
17 A Ayoví, JaimeJaime Ayoví 9 801 21/2/1988 (26 ans) 28 9 Drapeau : Mexique Club Tijuana 2010
13 A Valencia, EnnerEnner Valencia 9 179 4/11/1989 (25 ans) 7 1 Drapeau : Mexique CF Pachuca 2012
Sélectionneur

Drapeau : Colombie Reynaldo Rueda


Légende


Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Les joueurs suivants ont été appelés en sélection lors des douze derniers mois.

Effectif de l'équipe d'Équateur au 20 janvier 2014
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis Dernière sél. Adversaire
999 G Lemos, AlexisAlexis Lemos 9 138 15/12/1989 (25 ans) 0 0 Drapeau : Équateur SD Quito
11 juin 2013 Drapeau : Argentine Argentine
999 G Cuero, DarwinDarwin Cuero 7 373 15/10/1994 (20 ans) 0 0 Drapeau : Équateur CD El Nacional
26 mars 2013 Drapeau : Paraguay Paraguay
999 D Checa, LuisLuis Checa 11 324 21/12/1983 (31 ans) 5 0 Drapeau : Équateur Barcelona Sporting Club 2008 15 octobre 2013 Drapeau : Chili Chili
999 D Corozo, GabrielGabriel Corozo 7 291 5/1/1995 (19 ans) 0 0 Drapeau : Équateur LDU Quito
15 octobre 2013 Drapeau : Chili Chili
999 D Bone, ElvisElvis Bone 11 582 7/4/1983 (31 ans) 1 0 Drapeau : Équateur Club Deportivo Cuenca 2013 11 juin 2013 Drapeau : Argentine Argentine
999 D Morante, EduardoEduardo Morante 10 066 1/6/1987 (27 ans) 5 0 Drapeau : Équateur Club Deportivo Cuenca 2010 26 mars 2013 Drapeau : Paraguay Paraguay
999 M Méndez, ÉdisonÉdison Méndez 13 066 15/3/1979 (35 ans) 107 17 Drapeau : Colombie Independiente Santa Fe 2000 15 octobre 2013 Drapeau : Chili Chili
999 M Bolaños, AlexAlex Bolaños 10 561 22/1/1986 (28 ans) 8 0 Drapeau : Équateur Barcelona Sporting Club 2007 15 octobre 2013 Drapeau : Chili Chili
999 M Sornoza, JuniorJunior Sornoza 7 633 28/1/1994 (20 ans) 0 0 Drapeau : Équateur Independiente del Valle
15 octobre 2013 Drapeau : Chili Chili
999 M Arroyo, MichaelMichael Arroyo 10 105 23/4/1987 (27 ans) 20 2 Drapeau : Mexique CF Atlante 2010 10 septembre 2013 Drapeau : Bolivie Bolivie
999 M Guerrón, JoffreJoffre Guerrón 10 830 28/4/1985 (29 ans) 18 0 Drapeau : République populaire de Chine Beijing Guoan 2007 10 septembre 2013 Drapeau : Bolivie Bolivie
999 M Quiñónez, PedroPedro Quiñónez 10 520 4/3/1986 (28 ans) 9 0 Drapeau : Équateur Club Sport Emelec 2007 10 septembre 2013 Drapeau : Bolivie Bolivie
999 M Larrea, PedroPedro Larrea 10 442 21/5/1986 (28 ans) 0 0 Drapeau : Équateur LDU Loja
10 septembre 2013 Drapeau : Bolivie Bolivie
999 M Quiñónez, DennysDennys Quiñónez 8 320 12/3/1992 (22 ans) 3 0 Drapeau : Équateur SD Quito 2011 14 août 2013 Drapeau : Espagne Espagne
999 M Colón, AlexAlex Colón 10 262 17/11/1986 (28 ans) 0 0 Drapeau : Mexique CF Pachuca
11 juin 2013 Drapeau : Argentine Argentine
999 M León, HenryHenry León 11 569 20/4/1983 (31 ans) 1 0 Drapeau : Équateur Independiente del Valle 2013 26 mars 2013 Drapeau : Paraguay Paraguay
999 M Caicedo, MarcosMarcos Caicedo 8 473 11/10/1991 (23 ans) 0 0 Drapeau : Équateur Club Sport Emelec
26 mars 2013 Drapeau : Paraguay Paraguay
999 A Mina, NarcisoNarciso Mina 11 715 25/11/1982 (32 ans) 12 1 Drapeau : Mexique CF Atlante 2008 10 septembre 2013 Drapeau : Bolivie Bolivie
999 A de Jesús, MarlonMarlon de Jesús 8 510 4/9/1991 (23 ans) 5 0 Drapeau : Mexique CF Monterrey 2010 14 août 2013 Drapeau : Espagne Espagne
999 A Anangonó, Juan LuisJuan Luis Anangonó 9 384 13/4/1989 (25 ans) 2 0 Drapeau : États-Unis Chicago Fire 2012 11 juin 2013 Drapeau : Argentine Argentine
999 A Suárez, ChristianChristian Suárez 10 642 2/11/1985 (29 ans) 10 3 Drapeau : Équateur Barcelona Sporting Club 2010 26 mars 2013 Drapeau : Paraguay Paraguay
Sélectionneur

Drapeau : Colombie Reynaldo Rueda


Légende


Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Entraîneur en costume avec un badge autour du cou
Reynaldo Rueda, le sélectionneur de l'Équateur depuis 2010.
Principaux sélectionneurs
Entraîneur Période[n 3] M
Drapeau : Uruguay Roque Máspoli 1975-1977 19
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Dušan Drašković 1988-1993 56
Drapeau : Colombie Francisco Maturana 1995-1997 34
Drapeau : Colombie Hernán Darío Gómez 1999-2004 66
Drapeau : Colombie Luis Fernando Suárez 2004-2007 51
Sixto Vizuete 2007-2010 25
Drapeau : Colombie Reynaldo Rueda 2010- 37

Trente-et-un techniciens ont occupé le poste de sélectionneur de l'équipe nationale équatorienne depuis son premier match en août 1938. Jusqu'en 1959, la sélection change chaque année d'entraîneur avant l'arrivée de l'Uruguayen Juan López Fontana qui effectue un mandat de douze mois consécutifs. Son compatriote Roque Máspoli, en poste entre 1975 et 1977, est le premier à diriger plus de quinze rencontres de la Tri, un record qui tient jusqu'en 1988 et le mandat de cinq ans du Yougoslave Dušan Drašković et ses 56 matchs dirigés. À partir de 1999 et l'arrivée du Colombien Hernán Darío Gómez, le mandat du sélectionneur a tendance à se stabiliser : il est au minimum de deux ans et demi.

Hernán Darío Gómez est le technicien qui a dirigé le plus grand nombre de rencontres, avec une série de 66 matchs sur le banc équatorien, entre 1999 et 2004.

C'est le Colombien Reynaldo Rueda qui est l'actuel sélectionneur de l'équipe nationale. En poste depuis septembre 2010[27], il a auparavant dirigé la sélection du Honduras, qu'il a emmené en phase finale de la Coupe du monde 2010, avant de se faire éliminer dès le premier tour. Rueda a pris la succession de Sixto Vizuete, qui est lui nommé à la tête de l'équipe équatorienne des moins de 20 ans.

Liste complète des sélectionneurs d'Équateur
Entraîneur Période Matchs dirigés
Enrique Lamas août 1938 5
Ramón Unamuno Janvier – février 1939 4
Juan Parodi Février 1942 10
Rodolfo Orlando Orlandini Janvier – février 1945 6
Ramón Unamuno (2) Novembre – décembre 1947 7
José Planas Avril – mai 1949 7
Gregorio Esperón Février – mars 1953 6
José María Díaz Granados Février – mars 1955 5
Eduardo Spandre Mars – avril 1957 6
Juan López Fontana Décembre 1959 – décembre 1960 7
Fausto Montalván Mars 1963 6
José María Rodríguez Juillet – octobre 1965 5
Fausto Montalván (2) Décembre 1966 2
José Gomes Nogueira Juin – août 1969 5
Ernesto Guerra Avril – mai 1970 2
Jorge Lazo Juin 1972 4
Roberto Resquín Février – juillet 1973 10
Roque Máspoli Juin 1975 – mars 1977 19
Héctor Morales Juin – septembre 1979 8
Otto Vieira Janvier – février 1981 2
Juan Eduardo Hohberg Mai – juin 1981 4
Ernesto Guerra (2) Juillet – septembre 1983 6
Antoninho Ferreira Novembre 1984 – mars 1985 15
Luis Grimaldi Novembre 1986 – juillet 1987 13
Dušan Drašković Juin 1988 – septembre 1993 56
Carlos Torres Garcés Mai – juin 1994 2
Carlos Ron Août – septembre 1994 2
Francisco Maturana Mai 1995 – juin 1997 34
Luis Fernando Suárez Juin 1997 4
Francisco Maturana (2) Juillet – novembre 1997 7
Polo Carrera Octobre 1998 1
Carlos Sevilla Janvier – juillet 1999 15
Hernán Darío Gómez Octobre 1999 – juillet 2004 66
Luis Fernando Suárez (2) Septembre 2004 – novembre 2007 51
Sixto Vizuete Novembre 2007 – juillet 2010 25
Reynaldo Rueda Depuis septembre 2010 37

Équipe technique actuelle[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente l'équipe technique actuelle de l'équipe nationale[28].

Encadrement technique actuel de l’équipe d’Équateur
Nom Rôle
Drapeau : Colombie Reynaldo Rueda Entraîneur-sélectionneur
Drapeau : Colombie Alexis Mendoza Entraîneur assistant
Carlos Velasco Préparateur physique
Drapeau : Colombie Pedro Zape Préparateur des gardiens
Dr Patricio Maldonado et Dr Hector Bohorquez Patiño Médecins
Tony Ocampo Vasquez et Hugo Terán Carriel Physiothérapeutes
Richard Buitrón Intendant

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stades utilisés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Estadio Olímpico Atahualpa.

La sélection équatorienne utilise principalement l'Estadio Olímpico Atahualpa comme enceinte pour ses rencontres à domicile. Situé dans la capitale, Quito, à plus de 2 800 mètres d'altitude, et construit en 1951, il a une capacité de 41 000 places, ce qui en fait le plus grand stade du pays. En outre, le Deportivo Quito, El Nacional, le CD América et l'Universidad Católica sont des clubs résidents de ce stade, qui porte le nom du dernier empereur inca, Atahualpa. En dépit de sa capacité et de sa localisation, le stade ne voit la première rencontre de la sélection qu'en 1970, lors d'un match amical perdu face à l'Angleterre, alors championne du monde en titre[5].

Vue aérienne de Quito, le stade au centre de l'image
L'Estadio Olímpico Atahualpa à Quito, enceinte des matchs à domicile de la Tri

Avant la construction du stade Atahualpa, la Tri dispute ses rencontres à Guayaquil. Ainsi, le premier match de l'histoire de l'Équateur sur son sol, le 30 novembre 1947 lors de la Copa América a lieu dans l'Estadio George Capwell (en) de Guayaquil, qui abrite d'ailleurs toutes les rencontres de la compétition. Elle dispute également la Copa América 1959 à domicile dans l'Estadio Modelo Alberto Spencer (inauguré pour l'occasion) et joue régulièrement dans l'Estadio Monumental Isidro Romero Carbo.

Hors de Quito et Guayaquil, la sélection a joué dans de nombreux autres stades du pays, comme le Stade de Liga Deportiva Universitaria, utilisé pour deux rencontres des éliminatoires de la Coupe du monde 2002, face au Venezuela et à la Bolivie. Elle a également joué à Latacunga (Estadio La Cocha), Cuenca (Estadio Alejandro Serrano Aguilar), Loja (Estadio Federativo Reina del Cisne), Ambato (Estadio Bellavista), Babahoyo (Estadio Rafael Vera Yépez), Portoviejo (Estadio Reales Tamarindos), Azogues (Estadio Jorge Andrade) et Machala (Estadio 9 de Mayo).

Controverse sur l'altitude[modifier | modifier le code]

La plupart des matchs à domicile, notamment ceux des éliminatoires de Coupe du monde, sont joués par l'équipe nationale à l'Estadio Olímpico Atahualpa à 2 850 mètres d'altitude, sur les hauteurs de Quito, la capitale du pays. L'autre ville d'accueil de la Tri est Guayaquil et son climat tropical humide, qui peut être également un avantage à domicile. Ces deux sites ont accueillis la grande majorité des rencontres de la sélection, tous les matchs à domicile avant 1970 ayant été joués à Guayaquil.

Au printemps 2007, l'avantage de jouer les rencontres à domicile en haute altitude est menacé par une résolution du 57e congrès de la FIFA, qui vise à interdire la tenue de matchs internationaux à plus de 2 500 mètres d'altitude[29]. D'autres nations sud-américaines sont pénalisées par cette nouvelle : la Bolivie, la Colombie et dans une moindre mesure, le Pérou[n 4]. Si cette décision est confirmée, en plus de l'équipe nationale, les meilleurs clubs de Quito et Cuenca ne pourraient pas jouer dans leurs stades lors des compétitions internationales comme la Copa Libertadores ou la Copa Sudamericana. Fin juin 2007, la FIFA annonce que la limite de hauteur est relevée à 3 000 mètres. Par conséquent, des matchs peuvent être organisés à Quito ainsi qu'à Cuenca (situé à 2 532 mètres d'altitude). Un décret adopté en décembre 2007 fixe finalement cette limite à 2 750 mètres, altitude à laquelle les joueurs peuvent s'acclimater de façon satisfaisante. Par la suite, l'altitude de l'Estadio Olímpico Atahualpa est remesurée et conclut que l'enceinte est à 2 783 mètres tandis que le Stade de Liga Deportiva Universitaria, également situé à Quito, est à 2 735 mètres, soit au-dessous de la limite fixée. Cependant, le stade Atahualpa est admis par la CONMEBOL parce qu'il est inscrit comme le stade principal de l'équipe équatorienne pour ses matchs à domicile. La seule contrainte est de prévoir dans le calendrier un temps d'acclimatation pour les sélections visiteuses[30] avant les rencontres.

Résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Uruguay 1930 Non inscrit Drapeau : Angleterre 1966 Non qualifié Drapeau : États-Unis 1994 Non qualifié
Drapeau : Italie 1934 Non inscrit Drapeau : Mexique 1970 Non qualifié Drapeau : France 1998 Non qualifié
Drapeau : France 1938 Non inscrit Drapeau : République fédérale d'Allemagne 1974 Non qualifié Drapeau : Corée du SudDrapeau : Japon 2002 Premier tour (26e)
Drapeau : Brésil 1950 Non inscrit Drapeau : Argentine 1978 Non qualifié Drapeau : Allemagne 2006 Huitièmes de finale (12e)
Drapeau : Suisse 1954 Non inscrit Drapeau : Espagne 1982 Non qualifié Drapeau : Afrique du Sud 2010 Non qualifié
Drapeau : Suède 1958 Non inscrit Drapeau : Mexique 1986 Non qualifié Drapeau : Brésil 2014 Premier tour (17e)
Drapeau : Chili 1962 Non qualifié Drapeau : Italie 1990 Non qualifié Drapeau : Russie 2018

Parcours en Copa América[modifier | modifier le code]

Parcours en Copa América
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Pérou 1939 5e Drapeau : Pérou 1957 7e Drapeau : Chili 1991 Premier tour
Drapeau : Chili 1941 5e Drapeau : Argentine 1959 Non inscrit Drapeau : Équateur 1993 4e
Drapeau : Uruguay 1942 7e Drapeau : Équateur 1959 4e Drapeau : Uruguay 1995 Premier tour
Drapeau : Chili 1945 7e Drapeau : Bolivie 1963 6e Drapeau : Bolivie 1997 Quart de finale
Drapeau : Argentine 1946 Non inscrit Drapeau : Uruguay 1967 Tour préliminaire Drapeau : Paraguay 1999 Premier tour
Drapeau : Équateur 1947 6e 1975 Premier tour Drapeau : Colombie 2001 Premier tour
Drapeau : Brésil 1949 7e 1979 Premier tour Drapeau : Pérou 2004 Premier tour
Drapeau : Pérou 1953 7e 1983 Premier tour Drapeau : Venezuela 2007 Premier tour
Drapeau : Chili 1955 7e Drapeau : Argentine 1987 Premier tour Drapeau : Argentine 2011 Premier tour
Drapeau : Uruguay 1956 Non inscrit Drapeau : Brésil 1989 Premier tour Drapeau : Chili 2015
En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Copa América que l'équipe d'Équateur a disputées à domicile.

Parcours aux Jeux bolivariens[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux bolivariens
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Colombie 1938 médaille de bronze Troisième Drapeau : Équateur 1965 médaille d'or Vainqueur Drapeau : Venezuela 1981 Non inscrit
Drapeau : Pérou 1948 Non inscrit Drapeau : Venezuela 1970 Non inscrit Drapeau : Équateur 1985 médaille d'or Vainqueur
Drapeau : Venezuela 1951 Cinquième Drapeau : Panamá 1973 Non inscrit Drapeau : Venezuela 1989 Pas de tournoi de football
Drapeau : Colombie 1961 Non inscrit Drapeau : Bolivie 1977 Non inscrit

À partir de la 12e édition, en 1993 en Bolivie, ce sont les sélections des moins de 17 ans qui représentent leur pays lors du tournoi de football.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

L'Équateur a au cours de son histoire mis beaucoup de temps à s'ouvrir au football intercontinental. En effet, il faut attendre 1970 et le 82e match de la Tri pour la voir affronter une équipe non membre de la CONMEBOL, à savoir l'Angleterre. Grâce à sa participation à la Coupe de l'Indépendance du Brésil, en 1972, elle rencontre pour la première fois une sélection asiatique (l'Iran) et l'année suivante, elle joue son premier match hors d'Amérique du Sud, lors d'une double confrontation en amical contre Haïti à Port-au-Prince. Elle effectue ensuite dans les années 1980 plusieurs tournées aux États-Unis et en Amérique centrale. Lors de la Korea Cup de 1995[31], elle rencontre pour la première fois une nation africaine, la Zambie.

Sans surprise, c'est donc face aux autres équipes sud-américaines que la sélection équatorienne a disputé le plus de rencontres. En tête de ce classement, on retrouve le Chili et le Pérou. La Tri présente un bilan positif uniquement face à la Bolivie et au Venezuela. Elle a également multiplié à partir des années 1990 les matchs face aux meilleures nations de la zone CONCACAF, comme le Mexique, les États-Unis, le Honduras ou le Guatemala.

Bilan de l'Équateur face aux sélections affrontées plus de dix fois
Adversaire Joués Victoires Matchs nuls Défaites Buts pour Buts contre
Drapeau : Chili Chili[32] 50 9 13 28 47 97
Drapeau : Pérou Pérou[33] 46 14 14 18 59 72
Drapeau : Colombie Colombie[34] 45 13 11 21 41 51
Drapeau : Uruguay Uruguay[35] 45 5 11 29 38 107
Drapeau : Paraguay Paraguay[36] 37 12 5 20 49 67
Drapeau : Argentine Argentine[37] 34 4 12 18 31 83
Drapeau : Brésil Brésil[38] 32 2 5 25 24 94
Drapeau : Bolivie Bolivie[39] 29 11 11 7 45 32
Drapeau : Venezuela Venezuela[40] 25 12 2 11 42 30
Drapeau : Mexique Mexique[41] 20 2 5 13 20 36
Drapeau : Honduras Honduras[42] 12 3 7 2 13 12
Drapeau : Costa Rica Costa Rica[43] 11 5 4 2 18 9
Drapeau : États-Unis États-Unis[44] 11 5 4 2 10 6

Records[modifier | modifier le code]

Avec 167 apparitions[45] sous le maillot équatorien, Iván Hurtado est l'un des internationaux les plus capés de l'histoire[n 5]. Au niveau des buts, c'est Agustín Delgado qui est en tête du classement avec 31 réalisations en 71 sélections. Delgado est également le premier buteur équatorien en Coupe du monde, en ouvrant le score face au Mexique lors du second match de poule[9].

L'Équateur détient le record de la plus lourde défaite concédée en Copa América. Le 22 janvier 1942, la Tri est lourdement battue sur le score de 12-0[t 30] contre l'Argentine. C'est la plus lourde défaite de l'histoire de la sélection. Elle est également la seule sélection avec le Venezuela à n'avoir jamais atteint la finale de la compétition sud-américaine.

La plus large victoire des Équatoriens a lieu le 22 juin 1975. Lors du premier match d'une tournée contre le Pérou, les hommes de Roque Máspoli s'imposent sur le score de six à zéro.

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'Équipe d'Équateur
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[46] 48 55 55 33 28 63 65 54 37 31 37 39 37 30 56 36 37 53 42 13 23
Classement en Amérique du Sud[47] 5 7 7 5 6 7 9 8 6 5 5 6 6 4 7 6 6 7 9 3 6

Légende du classement mondial :

  •      de 1 à 30
  •      de 31 à 60
  •      de 60 à 99

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1959, la sélection se classe également à la quatrième place de la compétition, mais il n'y a lors de cette édition que cinq sélections engagées.
  2. Le groupe C, avec les États-Unis, le Paraguay et l'Argentine, compte également trois mondialistes alors que le groupe A (Venezuela, Bolivie, Uruguay et Pérou) n'en a aucun.
  3. La période correspond aux dates de premier et dernier match dirigé.
  4. En plus des conséquences pour les clubs professionnels situés dans des villes en altitude, la sélection de Bolivie joue ses rencontres à domicile à La Paz à 3 600 mètres, la Colombie joue parfois à Bogota à 2 625 mètres et certains matchs du Pérou ont lieu à Cuzco, situé à 3 300 mètres.
  5. Hurtado est au 5e rang pour le nombre de sélections en équipe nationale, derrière Ahmed Hassan (Égypte), Claudio Suárez (Mexique), Mohammed al-Deayea (Arabie saoudite) et Hossam Hassan (Égypte) et à égalité avec le Letton Vitālijs Astafjevs.

Feuilles de matchs[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Feuille de match Argentine-Équateur - Éliminatoires de la Coupe du monde 1962 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 21 janvier 2014)
  2. (en) « Feuille de match Chili-Équateur - Éliminatoires de la Coupe du monde 1966 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 22 janvier 2014)
  3. (en) « Feuille de match Équateur-Angleterre - 24 mai 1970 », sur 11v11.com (consulté le 22 janvier 2014)
  4. (en) « Feuille de match Équateur-Venezuela - Éliminatoires de la Coupe du monde 1994 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 24 janvier 2014)
  5. « Feuille de match Italie-Équateur - Coupe du monde 2002 », sur FIFA.com (consulté le 26 janvier 2014)
  6. « Feuille de match Croatie-Équateur - Coupe du monde 2002 », sur FIFA.com (consulté le 26 janvier 2014)
  7. (en) « Feuille de match Équateur-Brésil - Éliminatoires de la Coupe du monde 2006 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 26 janvier 2014)
  8. « Feuille de match Équateur-Pologne - Coupe du monde 2006 », sur FIFA.com (consulté le 26 janvier 2014)
  9. « Feuille de match Équateur-Costa Rica - Coupe du monde 2006 », sur FIFA.com (consulté le 26 janvier 2014)
  10. « Feuille de match Allemagne-Équateur - Coupe du monde 2006 », sur FIFA.com (consulté le 26 juillet 2014)
  11. « Feuille de match Angleterre-Équateur - Coupe du monde 2006 », sur FIFA.com (consulté le 26 janvier 2014)
  12. (en) « Feuille de match Équateur-Pérou - Éliminatoires de la Coupe du monde 2010 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 26 janvier 2014)

Tableaux et classements[modifier | modifier le code]

  1. (en) José Luis Pierrend, « Jeux bolivariens 1938 », sur RSSSF,‎ 3 septembre 2005 (consulté le 21 janvier 2014)
  2. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1949 », sur RSSSF.com,‎ 4 janvier 2013 (consulté le 21 janvier 2014)
  3. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1963 », sur RSSSF.com,‎ 12 août 2009 (consulté le 21 janvier 2014)
  4. (en) Martín Tabeira, « Tour préliminaire de la Copa América 1967 », sur RSSSF.com,‎ 12 août 2009 (consulté le 22 janvier 2014)
  5. (en) « Zone Amérique du Sud - Groupe 2 - Éliminatoires de la Coupe du monde 1970 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 22 janvier 2014)
  6. (en) « Zone Amérique du Sud - Groupe 1 - Éliminatoires de la Coupe du monde 1974 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 22 janvier 2014)
  7. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1975 », sur RSSSF.com,‎ 31 janvier 2013 (consulté le 22 janvier 2014)
  8. (en) « Zone Amérique du Sud - Groupe 3 - Éliminatoires de la Coupe du monde 1978 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 22 janvier 2014)
  9. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1979 », sur RSSSF.com,‎ 15 juillet 2011 (consulté le 22 janvier 2014)
  10. (en) « Zone Amérique du Sud - Groupe 3 - Éliminatoires de la Coupe du monde 1982 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 23 janvier 2014)
  11. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1979 », sur RSSSF.com,‎ 19 septembre 2013 (consulté le 23 janvier 2014)
  12. (en) « Zone Amérique du Sud - Groupe 2 - Éliminatoires de la Coupe du monde 1986 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 23 janvier 2014)
  13. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1987 », sur RSSSF.com,‎ 22 août 2008 (consulté le 23 janvier 2014)
  14. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1989 », sur RSSSF.com,‎ 2 mai 2013 (consulté le 23 janvier 2014)
  15. (en) « Zone Amérique du Sud - Groupe 2 - Éliminatoires de la Coupe du monde 1990 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 23 janvier 2014)
  16. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1991 », sur RSSSF.com,‎ 20 juillet 2010 (consulté le 23 janvier 2014)
  17. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1993 », sur RSSSF.com,‎ 20 juillet 2010 (consulté le 24 janvier 2014)
  18. (en) Josef Bobrowsky, « Kirin Cup 1995 », sur RSSSF.com,‎ 1er juin 2000 (consulté le 25 janvier 2014)
  19. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1995 », sur RSSSF.com,‎ 20 juin 2013 (consulté le 24 janvier 2014)
  20. (en) « Groupe Amérique du Sud - Éliminatoires de la Coupe du monde 1998 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 24 janvier 2014)
  21. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1997 », sur RSSSF.com,‎ 20 juin 2013 (consulté le 25 janvier 2014)
  22. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1999 », sur RSSSF.com,‎ 31 mai 2012 (consulté le 25 janvier 2014)
  23. (en) Martín Tabeira, « Copa América 2001 », sur RSSSF.com,‎ 31 mai 2012 (consulté le 25 janvier 2014)
  24. (en) « Groupe Amérique du Sud - Éliminatoires de la Coupe du monde 2002 » (consulté le 25 janvier 2014)
  25. (en) Martín Tabeira, « Copa América 2004 », sur RSSSF.com,‎ 31 mai 2012 (consulté le 26 janvier 2014)
  26. (en) Martín Tabeira, « Copa América 2007 », sur RSSSF.com,‎ 23 octobre 2007 (consulté le 27 janvier 2014)
  27. (en) « Zone Amérique du Sud Éliminatoires de la Coupe du monde 2010 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 27 janvier 2014)
  28. (en) Pablo Ciullini, « Copa América 2011 », sur RSSSF.com,‎ 14 mars 2013 (consulté le 27 janvier 2014)
  29. (en) « Zone Amérique du Sud Éliminatoires de la Coupe du monde 2014 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 27 janvier 2014)
  30. (en) Martín Tabeira, « Copa América 1942 », sur RSSSF.com,‎ 12 août 2009 (consulté le 21 janvier 2014)

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 14 août 2014 (consulté le 23 août 2014).
  2. a et b (es) « Chronologie de la sélection équatorienne de football » (consulté le 21 janvier 2014)
  3. (en) « Profil de la sélection d'Équateur », sur FIFA.com (consulté le 21 janvier 2014)
  4. (en) Martín Tabeira, « Liste des buteurs de la Copa América 1939 », sur RSSSF.com,‎ 2 août 2007 (consulté le 21 janvier 2014)
  5. a et b (en) « When England last played Ecuador », sur theguardian.com,‎ 21 juin 2006 (consulté le 22 janvier 2014)
  6. « Il y a 20 ans, la Copa América 1993 », sur sofoot.com,‎ 26 juillet 2013 (consulté le 24 janvier 2014)
  7. « Gold Cup 2002 : Haiti fait tomber un géant ! », sur metropolehaiti.com,‎ 21 janvier 2002 (consulté le 26 janvier 2014)
  8. « Matchs de préparation de l'Equateur », sur rds.ca,‎ 4 janvier 2002 (consulté le 26 janvier 2014)
  9. a et b « Feuille de match Mexique-Équateur - Coupe du monde 2002 », sur FIFA.com (consulté le 26 janvier 2014)
  10. a et b (en) Fernando Espinoza Añazco, « Liste des rencontres de l'équipe d'Équateur de football », sur RSSSF.com,‎ 11 février 2011 (consulté le 26 janvier 2014)
  11. (en) « England 1-0 Ecuador », sur bbc.co.uk,‎ 25 juin 2006 (consulté le 26 janvier 2014)
  12. (en) Pablo Ciullini, « Liste des buteurs de la Copa América 2011 », sur RSSSF.com,‎ 14 mars 2013 (consulté le 21 janvier 2014)
  13. « La France avec la Suisse, le Honduras et l'Équateur », sur lequipe.fr,‎ 6 décembre 2013 (consulté le 27 janvier 2014)
  14. « FIFA Mondial: Seferovic libère une Suisse crispée », Radio télévision suisse,‎ 15 juin 2014 (consulté le 26 juillet 2014)
  15. « FIFA Mondial: L'Equateur retrouve des couleurs grâce à Enner Valencia », Radio télévision suisse,‎ 21 juin 2014 (consulté le 26 juillet 2014)
  16. « FIFA Mondial: La France réduite au silence par l'Equateur », Radio télévision suisse,‎ 25 juin 2014 (consulté le 26 juillet 2014)
  17. « Partido de la Selección del Ecuador en Copa América correspondiente al año 1983 », sur youtube.com
  18. (es) « Camiseta de la Selección del Ecuador de 1999 a 2002 », sur lahora.com.ec
  19. (es) « Camiseta de la Selección del Ecuador de 2002 », sur lahora.com.ec
  20. (es) « Camiseta de la Selección del Ecuador de 2003 a 2006 », sur lahora.com.ec
  21. (es) « Camiseta de la Selección del Ecuador de 2006 », sur lahora.com.ec
  22. a et b (es) « Camiseta de la Selección del Ecuador de 2011 a 2014 », sur lahora.com.ec
  23. « Único partido eliminatorio en el que se portó el conjunto alternativo de 1993 », sur youtube.com
  24. a et b (en) Fernando Espinoza Añazco, « Ecuador - International Appearances by Player », sur RSSSF,‎ 28 mars 2012 (consulté le 20 janvier 2014)
  25. (en) « Ecuador profile », sur FIFA.com (consulté le 20 janvier 2014)
  26. (es) « Los convocados por Rueda para los amistosos de Ecuador ante Argentina y Honduras », sur futbolizados.com,‎ 5 novembre 2013 (consulté le 20 janvier 2014)
  27. « Rueda, nouveau sélectionneur », sur lequipe.fr,‎ 11 août 2010 (consulté le 26 janvier 2014)
  28. (es) « Ecuador cuerpo tecnico », sur ecuafutbol.org (consulté le 21 janvier 2014)
  29. (en) Sheila Norman-Culp, « FIFA Bans High-Altitude Matches », sur smh.com.au,‎ 27 mai 2007 (consulté le 26 janvier 2014)
  30. (en) « Ex-Co upholds altitude decision, welcomes positive steps », sur fifa.com,‎ 14 mars 2008. (consulté le 26 janvier 2014)
  31. (en) Josef Bobrowsky, « Korea Cup 1995 », sur RSSSF.com,‎ 24 février 2000 (consulté le 24 janvier 2014)
  32. (en) « Face à face Équateur-Chili », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  33. (en) « Face à face Équateur-Pérou », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  34. (en) « Face à face Équateur-Colombie », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  35. (en) « Face à face Équateur-Uruguay », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  36. (en) « Face à face Équateur-Paraguay », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  37. (en) « Face à face Équateur-Argentine », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  38. (en) « Face à face Équateur-Brésil », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  39. (en) « Face à face Équateur-Bolivie », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  40. (en) « Face à face Équateur-Venezuela », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  41. (en) « Face à face Équateur-Mexique », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  42. (en) « Face à face Équateur-Honduras », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  43. (en) « Face à face Équateur-Costa Rica », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  44. (en) « Face à face Équateur-États-Unis », sur wildstats.com (consulté le 24 janvier 2014)
  45. (en) Roberto Mamrud and Karel Stokkermans, « Players with 100+ Caps and 30+ International Goals », sur RSSSF.com,‎ 24 octobre 2013 (consulté le 21 janvier 2014)
  46. Classement mondial année par année :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
  47. Classement de la zone CONMEBOL :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 janvier 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :