Équipe cycliste Vini Caldirola-Nobili Rubinetterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vini Caldirola
{{#if:
Informations
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Création 1998
Disparition 2004
Ancien(s) nom(s)
1998
1999-2000
2001
2002
2003
2004
Vini Caldirola - Longoni Sport
Vini Caldirola - Sidermec
Tacconi Sport - Vini Caldirola
Tacconi Sport
Vini Caldirola - Saunier Duval
Vini Caldirola - Nobili Rubinetterie

Vini Caldirola est une ancienne équipe cycliste italienne ayant existé de 1998 à 2004. En 2005 le sponsor principal se retire mais la plupart des coureurs sont transférés vers la nouvelle équipe, l'Équipe cycliste Liquigas.

Histoire de l'équipe[modifier | modifier le code]

L'équipe Vini Caldirola - Longoni Sport est fondée en 1998 par Roberto Amadio, reprenant l'essentiel de l'effectif de la précédente équipe de ce dernier, Aki-Safi. Elle comprend notamment l'Italien Giorgio Furlan. L'ancien vainqueur de Milan-San Remo et de la Flèche wallonne effectue là, sans gloire, sa dernière année professionnelle.

En 1999, l'équipe Vini Caldirola-Sidermec se renforce avec les arrivées de Francesco Casagrande, Gianluca Bortolami, Mauro Gianetti et Serhiy Honchar. Elle est cependant secouée par plusieurs affaire de dopage. Francesco Casagrande est contrôlé positif à la créatine en mai. Profitant du vide juridique entourant cette substance, il continue de courir. Le mois suivant, Serhiy Honchar est suspendu deux semaines suite à un contrôle sanguin effectué sur le Tour de Suisse ayant révélé un hématocrite supérieur à 50 %. En raison de ce dernier cas, Vini Caldirola se voit retirer son invitation au Tour de France, et est remplacée par l'équipe Cantina Tollo[1]. À ces soupçons pesant sur les deux leaders de la formation, vient s'ajouter à la fin du mois de juillet la mise en examen du directeur sportif Sandro Lerici, du masseur Daniele Misseri et du mécanicien Andrea Conti, ainsi que de dirigeants des équipes Liquigas et Lampre, accusés de distribution de produits dangereux pour la santé[2],[3]. Des produits sont également saisis au domicile de Gianluca Bortolami[4].

Malgré ces évènements, le recrutement s'avère fructueux. Francesco Casagrande remporte le Tour de Suisse et la Clasica San Sebastian, Serhiy Honchar le Tour des Pays-Bas, le Chrono des Herbiers et le Grand Prix des Nations. Le sprinter Romāns Vainšteins est une des révélations de l'année, avec plus de dix victoires dont Paris-Bruxelles et une étape du Tour d'Italie. Honchar finit par ailleurs septième de ce Giro.

En 2000, l'équipe Vini Caldirola présente une nouvelle direction, avec à sa tête Fabrizio Bontempi, remplaçant Roberto Amadio, et Giosué Zenoni, prenant la place d'Alberto Volpi[5]. À l'exception de Honchar, elle garde ses leaders. Casagrande connaît une période printanière fructueuse : vainqueur de la Flèche wallonne, il termine deuxième du Tour d'Italie derrière Stefano Garzelli après avoir porté le maillot rose pendant onze jours. Il remporte également une étape et le classement de la montagne. C'est également la saison de la consécration pour Vainsteins, sacré champion du monde en octobre à Plouay.

En 2001, Vini Caldirola fusionne avec l'équipe de Davide Boifava, Amica Chips-Tacconi Sport. Boifava prend la direction de cette nouvelle formation, nommée Tacconi Sport - Vini Caldirola[6], épaulé par Bontempi et Vittorio Algeri.

En 2002, l'équipe recrute Dario Frigo. Celui-ci va réaliser une excellente saison, remportant notamment le tour de Romandie, une étape du Tour de France, et en étant champion d'Italie du contre-la-montre. À la fin de la saison, celui-ci retourne à la Fassa Bortolo, et Stefano Garzelli le remplace. Celui-ci terminera 2e et 6e du Tour d'Italie en 2003 et 2004, avant la disparition de l'équipe, dont la plupart des membres rejoignent la nouvelle équipe Liquigas.

Principaux coureurs[modifier | modifier le code]

Principales victoires[modifier | modifier le code]

Classiques[modifier | modifier le code]

Championnat du monde Arc en ciel.png[modifier | modifier le code]

Autres courses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Vini Caldirola now out of Tour », Cyclingnews.com, 19 juin 1999.
  2. « Les policiers italiens en tête de peloton », L'Humanité, 30 juin 1999.
  3. (en) « Italian team officials taken into custody », Cyclingnews.com, 30 juin 1999.
  4. « De l’EPO chez Bortolami ? », sur humanite.fr,‎ 5 juillet 1999 (consulté le 21 août 2008)
  5. (en) « A little on Vini Caldirola », Cyclingnews.com, 26 avril 2000.
  6. (en) « Tacconi Sport-Vini Caldirola », Cyclingnews.com, 7 décembre 2000.