Épouse du président de la République italienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épouse du président de la République italienne
(it) Moglie del Presidente della
Repubblica Italiana
Image illustrative de l'article Épouse du président de la République italienne
Titulaire actuel
Vacant
depuis le
Premier titulaire Ida Einaudi
Résidence officielle Palais du Quirinal (Rome)

L'épouse du président de la République italienne (Moglie del Presidente della Repubblica Italiana) est une femme mariée au chef de l'État italien. Elle est considérée comme étant la Première dame de l'Italie, bien que ce titre ne soit guère officiel, et qu'il soit, en Italie, donné à l'épouse du président de la République sous sa forme anglophone (First lady della Repubblica Italiana).

Bien que n'ayant aucune prérogative constitutionnelle ou politique, l'épouse du président de la République est en droit d'accompagner son époux pour diverses occasions, comme les visites d'État, les dîners officiels et autres événements de circonstance.

C'est depuis le passage de Franca Pilla Ciampi, de 1999 à 2006, au palais du Quirinal que le titre officieux de « première dame » est utilisé pour évoquer l'épouse du chef de l'État ; celle-ci, en effet, n'hésitait guère à assumer ses convictions dans le débat public.

Historique[modifier | modifier le code]

Enrico De Nicola, premier chef de l'État républicain, n'était pas marié lorsqu'il prit ses fonctions. Il fallut attendre l'investiture de l'ancien gouverneur de la Banque d'Italie, Luigi Einaudi, en 1948, pour constater la présence d'une femme au côté du chef de l'État, en la personne de la comtesse Ida Pellegrini, alors surnommée « Donna Ida » ; le couple Einaudi fut, par ailleurs, le premier couple présidentiel ayant vécu au palais du Quirinal, l'ancienne résidence des rois d'Italie.

Le président Giovanni Gronchi, lui, fut marié à une femme de vingt-cinq ans sa cadette, Carla Bissatini ; celle-ci, contrairement à l'épouse de l'ancien président Einaudi, assuma pleinement son rôle de compagne officielle, s'affichant régulièrement au côté de son époux, lors des dîners officiels et visites d'État.

Lors du court séjour, de 1962 à 1964, du président Antonio Segni au Quirinal, le rôle de l'épouse du chef de l'État se fit plus protocolaire, Laura Segni n'apparaissant qu'à l'occasion de certaines circonstances.

Avec l'élection de Giuseppe Saragat à la présidence de la République, en 1964, ce fut un veuf qui prit ses marques au Quirinal : en effet, son épouse, Giuseppina décédée en 1962, en conséquence, ce fut la fille du président, Ernestina, qui tint officiellement le rôle de compagne du chef de l'État lors des cérémonies officielles ou des voyages présidentiels, bien que celle-ci préféra l'ombre, comme l'épouse du prédécesseur de son père.

L'épouse de Giovanni Leone, Vittoria Micchitto, sembla profiter de l'essor des télévisions et de la presse photographique pour assumer son rôle de première dame.

En 1978, Carla Voltolina Pertini, une ancienne Résistante, semblait vouloir fuir son statut d'épouse du président de la République, celle-ci évitant, de manière générale, d'apparaître régulièrement, se contentant de s'effacer derrière la popularité de son époux, le président Sandro Pertini.

L'épouse de Francesco Cossiga, Giuseppina, entendait suivre l'exemple de Carla Voltolina Pertini, n'apparaissant jamais au côté de son époux et continuant de vivre dans leur domicile romain, tout comme le couple Pertini, qui, lui, avait conservé son appartement, situé face à la fontaine de Trevi de Rome.

Tout comme son lointain prédécesseur Saragat, ce fut un veuf qui fut élu président de la République, en 1992, en la personne d'Oscar Luigi Scalfaro ; celui-ci vivait, en effet, seul en compagnie de sa fille, Marianna, qui fit office, en conséquence, de compagne officielle du chef de l'État et vivait en sa compagnie, dans les appartements présidentiels du Quirinal.

En 1999, Franca Pilla Ciampi entendait assumer ses convictions dans le débat public, notamment, à titre d'exemple, lorsqu'elle dénonça la « tv deficiente » (la télévision déficiente), un mauvais modèle pour la jeunesse. Ces prises de position fort assumées lui vaudront bien des critiques et des encouragements de la part de la classe politique, de tout bord soit-il.

En 2006, à la suite de l'élection de son époux, Giorgio Napolitano, à la présidence de la République, Clio Maria Bittoni sembla préférer l'ombre, accompagnant, cependant, régulièrement le chef de l'État pour diverses occasions. Il est à noter qu'elle est l'épouse du premier président réélu de l'histoire républicaine italienne, en la personne du président Napolitano.

Liste[modifier | modifier le code]

# Nom usuel Portrait Président de la République
(époux)
Période
-
Célibataire
No image.svg
Enrico De Nicola
-
1
Ida Einaudi
(née Pellegrini)
No image.svg
Luigi Einaudi
-
2
Carla Gronchi
(née Bissatini)
Anefo 911-5409 Olympische.jpg
Giovanni Gronchi
-
3
Laura Segni
(née Carta Camprino)
No image.svg
Antonio Segni
-
-
Veuf[N 1]
No image.svg
Giuseppe Saragat
-
4
Vittoria Leone
(née Micchitto)
Leone Ford 1974.jpg
Giovanni Leone
-
5
Carla Pertini
(née Voltolina)
No image.svg
Sandro Pertini
-
6
Giuseppa Cossiga
(née Sigurani)
No image.svg
Francesco Cossiga
-
-
Veuf[N 2]
No image.svg
Oscar Luigi Scalfaro
-
7
Franca Ciampi
(née Pilla)
Ciampi.jpg
Carlo Azeglio Ciampi
-
8
Clio Napolitano
(née Bittoni)
Clio Bittoni Napolitano.jpg
Giorgio Napolitano
-
-
Veuf[N 3]
No image.svg
Sergio Mattarella
Depuis le

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Giuseppe Saragat fut marié à Giuseppina Bollani, décédée en 1962, deux ans avant son élection au Quirinal.
  2. Le , Scalfaro avait épousé, à Novara, Marian Inzitari (Arena, 1924 – Novara, 1944), décédée le , après avoir donné naissance à leur fille unique, Marianna.
  3. Marisa Chiazzese, l'épouse de Sergio Mattarella, est décédée en 2012.