Épiez-sur-Meuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Épiez-sur-Chiers
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Épieds.
Épiez-sur-Meuse
Le quartier de l’église
Le quartier de l’église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Canton Vaucouleurs
Intercommunalité Communauté de communes du Val des Couleurs
Maire
Mandat
Mauricette Henrion
2014-2020
Code postal 55140
Code commune 55173
Démographie
Population
municipale
34 hab. (2011)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 45″ N 5° 38′ 26″ E / 48.5458333333, 5.64055555556 ()48° 32′ 45″ Nord 5° 38′ 26″ Est / 48.5458333333, 5.64055555556 ()  
Altitude 300 m (min. : 274 m) (max. : 410 m)
Superficie 8,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Épiez-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Épiez-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épiez-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épiez-sur-Meuse

Épiez-sur-Meuse est une commune française située dans le département de la Meuse en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Épiez-sur-Meuse (altitude : 280 mètres) se situe à 8 km au sud de Vaucouleurs et à 29 km de Commercy, à l'écart des grandes routes, dans un petit vallon qui conduit à la vallée de la Meuse. La commune est voisine de Burey-en-Vaux, Maxey-sur-Vaise, Amanty et de Badonvilliers.

Elle a fait partie successivement du territoire des Leukes (au temps de Jules César) avec Tullum (Toul) pour capitale, de la Belgique (l'une des quatre provinces de la Gaule), de la Champagne (à partir du Xe siècle) mais une portion de son territoire fut rattachée au Barrois mouvant au XIIIe siècle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village d'Épiez remonte à l'époque gallo-romaine, comme l'attestent les vestiges d'antiquité trouvés sur son territoire. Son château primitif, « tour » d'Épiez, situé au-dessus du cimetière actuel, fut habité par l'écuyer Perrin d'Épiez puis par la famille de Jean de Verrières, seigneur d'Épiez jusqu'au XVe siècle, avant d'être détruit pendant la guerre de Trente ans. Un autre château fut construit au XVIe siècle, détruit puis reconstruit par la famille de L'Écluse avant d'être vendu à la Révolution.
Épiez a souffert de nombreuses guerres: notamment de celle qui opposa Louis XIII et le duc de Lorraine (1635) et de la guerre de Trente ans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

De la féodalité à la Révolution, Epiez fut partagée en deux communautés distinctes, l'une barroise l'autre champenoise, administrée chacune par un mayeur ou maire particulier. Parmi ces maires, on peut citer: Aubry Parisot (1537) Jean Toussaint et Demange Viard (1626) Charles Uriot (1683) Gaspard Laurent, maire des deux communautés (1730) François Laratte (1752) Christophe Laratte (1789) Jean Crance (1791) Gaspard Laurent (1793) Jean-françois Crance (1852)

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Monique Coulaud    
mars 2008 en cours Mauricette Henrion    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 34 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
240 218 213 215 244 243 277 254 266
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
247 241 224 211 190 175 165 160 138
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
133 117 121 111 68 68 65 71 61
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
61 43 34 40 37 43 36 36 34
2011 - - - - - - - -
34 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé A. Génin, Epiez près Maxey sur Vaise, un village mi-barrois, mi-champenois, 1912

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011