Épaumesnil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épaumesnil
L'église est excentrée du village.
L'église est excentrée du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Oisemont
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Oisemont
Maire
Mandat
Gilles Boudernel
2008-2014
Code postal 80140
Code commune 80269
Démographie
Population
municipale
125 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 46″ N 1° 51′ 13″ E / 49.9128, 1.8536 ()49° 54′ 46″ Nord 1° 51′ 13″ Est / 49.9128, 1.8536 ()  
Altitude Min. 68 m – Max. 129 m
Superficie 4,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épaumesnil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épaumesnil

Épaumesnil est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village s'est construit sur un petit plateau, entre deux vallons.

De formation crétacée, le plateau formé d'argile qui compose tout le territoire, paraît dater du tertiaire[1].

La nappe d'eau qui alimente les puits se trouve à une soixantaine de mètres de profondeur, en moyenne, dans la craie[1].

La commune comprend un écart, au lieu-dit Le moulin de Saint-Maulvis.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Heucourt-Croquoison et Vergies Rose des vents
Fay-Frettecuisse N Étréjust
O    Épaumesnil    E
S
Saint-Maulvis et Avesnes-Chaussoy

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Espouminil en 1630 et Epaumenil en 1700[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village souffre de la prise d'Airaines par Edouard III, en 1346[1].

Charles de Mauvoisin, écuyer, est seigneur d'Épaumesnil et de Croquoison en 1567[1].

Guillain Lucas, chanoine de la cathédrale d'Amiens, est seigneur du village et de Courcelles-sous-Moyencourt. Décédé en 1668, son mausolée se trouve derrière le sanctuaire de la cathédrale[1].

En 1668, c'est le maître d'école qui signe les registres paroissiaux.

La contribution due pour la guerre et les contributions prussiennes font souffrir le village pendant la guerre 1870-1871[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Gilles Boudernel   Réélu pour le mandat 2008-2014[2]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 125 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361 389 385 369 370 338 328 334 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
306 289 275 264 240 238 232 224 203
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
208 197 187 148 156 148 136 111 117
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
133 117 119 109 119 107 114 116 122
2011 - - - - - - - -
125 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin, avec ses ouvertures de style roman.

L’église éclairée par le soleil déclinant

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie économique[modifier | modifier le code]

En 1899, le cheptel communal se compose de 43 chevaux, 63 bovins (dont 43 vaches laitières), 244 brebis et agneaux, 3 chèvres et 32 porcs[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Notice géographique et historique de l'instituteur, M. Rathuille, 1899, Archives départementales, Amiens
  2. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 12 août 2008)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]