Épagneul picard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec l'épagneul bleu de Picardie
Épagneul picard
{{#if:
Épagneul picard lors d'une exposition canine à Poznań.
Épagneul picard lors d'une exposition canine à Poznań.

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Drapeau de la France France
Caractéristiques
Silhouette Chien bien râblé, membres forts et nerveux avec une avant-main bien développée.
Taille 55 à 60 cm
Poids environ 20 kg.
Poil Gros, pas très soyeux. Fin sur la tête et légèrement ondulé sur le corps.
Robe Gris moucheté, avec plaques marron sur les diverses parties du corps. Le plus souvent marqué de feu.
Tête Ovale avec un long museau.
Yeux De couleur ambre foncé, bien ouverts.
Oreilles Tombantes et frangées, encadrant bien la tête.
Queue Forme une courbe convexe puis concave, pas trop longue et ornée de belles soies.
Caractère Docile, affectueux et gentil.
Autre
Utilisation Chien de chasse
Nomenclature FCI
  • groupe 7
    • section 1
      • no 108

L’épagneul picard est une race de chien originaire de Picardie en France. Il est fortement apparenté à l’épagneul bleu de Picardie et présente plusieurs similitudes avec cette race, mais c’est la race la plus ancienne des deux. C’est une des plus anciennes races d’épagneul du pays et il avait les faveurs de la noblesse française, restant très populaire pour la chasse après la Révolution grâce à son pelage résistant aux intempéries qui lui permet de chasser dans des conditions climatiques diverses et sur tous les terrains. Toutefois, il perd un peu de sa popularité avec l’arrivée des races anglaises au début du XXe siècle.

Légèrement plus petit que le setter anglais, mais plus grands que les autres épagneuls, il n’a pas de problèmes de santé particuliers, bien qu’il soit sujet aux otites comme les autres races à oreilles tombantes.

Historique[modifier | modifier le code]

L’épagneul français et l’épagneul picard sont considérés comme les deux plus anciennes races d’épagneul du continent. Toutes deux semblent descendre du chien d'oysel décrit dans les œuvres de Gaston Phoebus (XIIIe siècle)[1],[2]. À cette époque, la chasse est l’une des activités les plus appréciées la noblesse française et l’épagneul de type français est une des races les plus appréciées. La race est d’ailleurs représentée sur des peintures datant de cette époque par des artistes comme Alexandre-François Desportes et Jean-Baptiste Oudry. C’est aussi la première race de chien à être admise à des salons[1].

La race devient plus populaire après la Révolution française, la chasse n’étant plus une activité uniquement réservée à la noblesse. Bien qu’on le trouve répartie dans l’ensemble du pays, un important contingent est présent dans le nord-ouest du pays, où son pelage résistant à l’eau en fait une race idéale pour chasser dans les bois et les marais. Durant le XIXe siècle, les chasseurs anglais traversent la manche et se rendent dans le nord-ouest de la France pour chasser dans ces terres réputées. Ils amènent alors leurs propres chiens de chasse, que les Français adoptent peu à peu, ce qui met en danger l’épagneul picard[1]. Par ailleurs, l’infusion de sang de setter anglais dans la race créée l’épagneul bleu de Picardie[3].

L'épagneul picard est une race de chien très rare, qui ne se trouve quasiment qu'en France métropolitaine[4].

L’épagneul picard est reconnu par une grande variété de clubs canins et d’association comme la Fédération cynologique internationale, y compris à l’étranger comme le North American Kennel Club[5], l’American Rare Breed Association[6], l’United Kennel Club[7]. Toutes ces associations utilisent le standard de la FCI[8]. Il est également reconnu par le Continental Kennel Club[9], mais à la différence de l’épagneul bleu de Picardie qui lui est fortement apparenté n’est pas reconnu par le Canadian Kennel Club[10].

Standard[modifier | modifier le code]

Jeune épagneul picard.

L'épagneul picard mesure typiquement 55 à 60 cm au garrot ; pour le mâle, la taille maximale tolérée est de 62 cm[11]. Il pèse entre 20 et 25 kg[1]. La race a une taille similaire au setter anglais, bien que légèrement plus petit[12]. Parmi les autres races d’épagneuls, seuls le grand épagneul de Münster et le chien de perdrix de Drente peuvent devenir plus grands, le premier mesurant 55 à 65 cm[13] et le second entre 58 et 63 cm au garrot[14].

Ce chien a une bonne musculature[1] et une tête ovale avec un long museau et des oreilles longues et tombantes[15]. Les oreilles tombantes et bien fournies en poil soyeux encadrent bien la tête, leur insertion est assez basse. De couleur ambre foncé, les yeux sont bien ouverts avec un regard franc et très expressif[11].

Le poil est gros et pas très soyeux. Il est plus fin à la tête et légèrement ondulé sur le corps. La couleur de la robe est le gris moucheté, avec des plaques marron. Les marques feu sur la tête et aux pieds sont fréquentes[11].

Caractère[modifier | modifier le code]

Le standard FCI de la race ne décrit pas de tempérament typique de la race[11]. L’épagneul picard est considéré comme une race de chien docile qui adore jouer avec les enfants, et qui créé facilement des liens avec son maître[15]. On le décrit généralement comme un chien docile, au bon caractère et facile à dresser[15].

Utilité[modifier | modifier le code]

L'épagneul picard est un chien de chasse, qui a besoin de sorties quotidiennes.

L'épagneul picard est utilisé pour la chasse, dans les bois pour le faisan ou dans les marais où il chasse notamment la bécassine[16]. C’est également un chien efficace pour chasser le canard, le lièvre ou le lapin[17]. Il est particulièrement efficace dans les marais, où il n’hésite pas à sauter dans l’eau[15]. Si besoin est, il peut aussi ramener le gibier[16]. Ce chien adore les grands espaces où il peut se dépenser, mais il peut aussi se contenter d’espaces plus réduits et peut très bien vivre en ville[15]. Les poils son abondants et légèrement ondulés, ce qui lui permet de chasser dans une végétation dense et d’aller dans l’eau sans aucune difficulté[16].

Du fait de son caractère docile, c'est un chien de compagnie agréable, mais il demande beaucoup d'exercice physique[4].

Santé[modifier | modifier le code]

Aucune maladie génétique héréditaire n’est connue chez l’épagneul picard[18]. Il a une longévité d’environ 14 ans en moyenne[17]. L’épagneul picard est particulièrement sensible aux otites[1], comme la plupart des autres chiens aux oreilles tombantes tels que les autres races d’épagneuls ou les bassets[19]. L’épagneul picard a tendance à prendre rapidement du poids s’il est suralimenté[15].

Élevage[modifier | modifier le code]

Le club des éleveurs de l’épagneul picard a été créé en 1921, et a fusionné avec celui de l’épagneul bleu de Picardie le 28 juillet 1937. Une seconde fusion a lieu le 21 mai 1980 avec le club de l’épagneul Pont-Audemer, pour former le Club des Epagneuls Picards, Bleus de Picardie et Pont Audemer[1],[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « Picardy Spaniel Information », Sarah's Dogs (consulté le 8 février 2010)
  2. Gaston Phoebus, La Chasse, Bureau Du Journal Des Chasseurs,‎ 14e siècle (lire en ligne), « Da chein d'onsel et de toute sa nature »
  3. (en) « Blue Picardy Spaniel Information », Sarah's Dogs (consulté le 8 janvier 2010)
  4. a et b Isabelle Collin, Marie-Paule Daniels-Moulin, Florence Desachy, Claire Dupuis, Giovanni Falsina et Valetta Rossi, L'encyclopédie mondiale des chiens, De Vecchi,‎ 2008 (ISBN 978-2-7328-9223-8)
  5. (en) « Recognised Breeds », North American Kennel Club (consulté le 8 février 2010)
  6. (en) « FCI-Standard N° 108 / 25. 09. 1998 / GB: Picardy Spaniel », American Rare Breed Association (consulté le 8 février 2010)
  7. (en) « Epagneul Picard », United Kennel Club,‎ 1er janvier 1996 (consulté le 8 février 2010)
  8. « Group 7: Pointing Dogs », Fédération Cynologique Internationale (consulté le 8 février 2010)
  9. (en) « Epagneul Picard », Continental Kennel Club (consulté le 8 February 2010)
  10. « CKC Breed Standards: Sporting Group », Canadian Kennel Club (consulté le 8 février 2010)
  11. a, b, c et d « Standard FCI n°108 », Fédération cynologique internationale,‎ 6 mai 1964 (consulté le 17 décembre 2013)
  12. (en) David Alderton, Top to Tail: The 360 Degrees Guide to Picking Your Perfect Pet, David & Charles PLC,‎ 24 novembre 2006, 108 p. (ISBN 978-0715325896)
  13. (en) Juliette Cunliffe, The Encyclopedia of Dog Breeds, Parragon,‎ 1999 (ISBN 0-75258-018-3), p. 323
  14. (en) Liz Palika, The Howell Book of Dogs: The Definitive Reference to 300 Breeds and Varieties, Howell Book House,‎ 2007 (ISBN 978-0470009215), p. 166
  15. a, b, c, d, e et f « L'épagneul picard », Chasse Passion.net (consulté le 10 avril 2010)
  16. a, b et c « History Epagneul Picard », Club des Espagneuls Picards, Bleus de Picardie & Pont Audemer (consulté le 9 février 2010)
  17. a et b « Epagneul picard », Choisir son chien (consulté le 10 avril 2010)
  18. (en) Sarah Whitehead, The Complete Guide to the Dog, Barron's Educational Series,‎ septembre 1999, 148 p. (ISBN 978-0764152047)
  19. (en) « Pet Care: Ear infections », Healthy Pet.com (consulté le 9 février 2010)
  20. « History », Club des Epagneuls Picards, Bleus de Picardie & Pont Audemer (consulté le 8 février 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christine Taricco, Les Épagneuls de Picardie: l'Épagneul picard, l'Épagneul bleu de Picardie, Méd. vét.--Paris 12--Alfort,‎ 1984, 98 p.
  • Nicolas Saint-Alby, Saint Alby Nicolas, Les chiens d'arrêt, Editions Artemis,‎ 2007 (ISBN 9782844166012), p. 65