Épagneul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un épagneul breton

Le mot épagneul désigne un ensemble de races de chiens de chasse. Il comprend les races suivantes :

Etymologie[modifier | modifier le code]

Le terme d'épagneul, a été cité au XIVe siècle par Gaston Phébus, comte de Foix, dans son Livre de chasse où un chapitre est entièrement consacré aux Chiens d’Oysel (littéralement « Chien d'oiseau ») qu'il nomme également Espainholz. Ce dernier terme pouvait provenir : soit de l'ancien verbe s’espeignir qui signifie « se coucher » ; ou plus simplement désigner l'Espagne d'où Gaston Phébus les avait amenés et où ces chiens étaient utilisés pour la chasse au filet. Cette étymologie, niée par de nombreux auteurs, est attestée par Gaston Phébus lui-même qui écrit textuellement « Autre maniere y a de chiens qu'on appelle chiens d'oysel et espainholz, pour ce que celle nature vient d'Espainhe, combien qu'il y en ait en autre pays »[1].
Il ne faut pas confondre ou traduire le mot français épagneul avec le mot anglais spaniel, ces deux termes désignant deux races différentes, même si elles ont un même pays origine commune à savoir l'Espagne. D'autant plus que les spaniels (plus communément appelés cockers) sont des chiens leveurs de gibier tandis que les épagneuls sont des chiens d'arrêt.[réf. nécessaire]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Toutes les races d'épagneuls mentionnées ci-dessus sont des chiens d'arrêt à poil long comparativement au braque qui est un chien d'arrêt à poil court ou ras.
Cependant, les épagneuls chassent de façon similaire aux braques, au pointer et au setter. Ce dernier est en quelque sorte un épagneul couchant, c’est-à-dire qu'il a tendance à fléchir ses membres pour rapprocher son corps du sol lorsqu'il prend l'arrêt. Généralement, les épagneuls prennent l'arrêt debout sur leurs pattes. Il arrive qu'une patte avant se relève, mais ce n'est pas une nécessité.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Définitions lexicographiques et étymologiques de « épagneul » du TLFi, sur le site du CNRTL.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Guillaume Tardif, Le Livre de l'art de faulconnerie et des chiens de chasse