Épître à Tite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tite
Image illustrative de l'article Épître à Tite
La première page de l'Épître à Tite dans le Minuscule 699

Auteur traditionnel Paul
Datation historique vers le milieu des années 60 ou entre la fin du Ier et le début du IIe siècle
Nombre de chapitres 3
Canon chrétien Épîtres pauliniennes
Précédent II Timothée Philémon Suivant

L'épître à Tite est un livre du Nouveau Testament attribué à l'apôtre Paul.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le texte est constitué d'une lettre (peut-être pseudépigraphique cependant, comme les autres épîtres trito-pauliniennes) à son disciple Tite, apôtre de la Crète. La Crète et la Cyrénaïque constituaient au Ier siècle une province romaine.

Auteur et datation[modifier | modifier le code]

L'exégèse remet en cause depuis longtemps l'attribution à Paul de Tarse de la rédaction des Épîtres pastorales dont Tite fait partie et le faisceau des divers éléments présentés en ce sens depuis plusieurs décennies tend à laisser penser - dans un débat qui n'est pas arrêté - à un rédacteur disciple de Paul qui relèverait de la troisième génération de chrétiens. Néanmoins l'état de la recherche au début du XXIe siècle est encore porteuse de différents débats et remises en question sur la nature de ces épîtres, de leur relations entre elles ainsi que d'approches nouvelles à la lumière des études socio-historiques ou de lectures féministes qui abordent la patriarcalisation de l'Église naissante et de ses ministères[1].

Quant à la datation, pour la majorité des commentateurs modernes, les trois épîtres pastorales sont l'œuvre d'un disciple de Paul de Tarse, écrites entre la fin du Ier et le début du IIe siècle[2]. Pour l'essentiel des auteurs qui estiment exacts les détails livrés par Tite ou qui considèrent Paul comme le rédacteur de l'épître, le texte date plutôt une période qu'il situent vers le milieu des années 60, après sa captivité à Rome, quand l'apôtre se déplace pour plusieurs séjours à l'est de l'Empire romain, particulièrement en Crète, à Éphèse et à Nicopolis[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

La lettre traite principalement de questions relatives à la discipline interne et à l'organisation de l'Église.

Le chapitre 1 contient les salutations de Paul ainsi que des instructions et la liste des qualités et des compétences exigées pour les évêques (presbytres).

Les chapitres 2 et 3 contiennent des enseignements généraux et des messages personnels à Tite concernant la façon de traiter divers groupes de l'Église de Crète. Il encourage les chrétiens sincères à surmonter la perversité, à être sobres et fidèles, à se soumettre à l'autorité et à exceller dans les bonnes œuvres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir à ce sujet et pour ces débats Yann Redalié, « Les épitres pastorales », dans Daniel Marguerat (dir.), Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides,‎ , 4e éd. (1re éd. 2001), p. 345-347
  2. Yann Redalié, « Les épitres pastorales », dans Daniel Marguerat (dir.), Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides,‎ , 4e éd. (1re éd. 2001), p. 229
  3. Raymond E. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ?, Bayard,‎ (1re éd. 1997), p. 692

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]