Éon Ier de Penthièvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éon Ier de Penthièvre
Titre
Régent de Bretagne
10401047
Prédécesseur Alain III
Successeur Conan II
Comte de Penthièvre
10351079
Prédécesseur Création
Successeur Geoffroy Ier de Penthièvre, dit Boterel
Biographie
Titre complet Comte de Bretagne
Dynastie Maison de Rennes
Date de naissance vers 999
Date de décès 1073
Père Geoffroi Ier
Mère Havoise de Normandie
Conjoint Orguen/Agnès de Cornouaille

Éon Ier de Penthièvre (parfois Eudes) (9997 janvier 1079), fut comte de Penthièvre de 1035 à 1079. En 1040, il s'empare de son neveu Conan, successeur désigné à la tête du duché de Bretagne, puis après sa libération en 1047, il continue de régner sur une grande partie du territoire jusqu'à sa capture en 1056.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Eon ou Eudes est le fils cadet du duc de Bretagne Geoffroi Ier et d'Havoise de Normandie, fille du duc de Normandie Richard Ier. Son frère aîné est Alain III de Bretagne.

Comte de Bretagne[modifier | modifier le code]

En 1031, il est présent avec son frère le duc Alain III de Bretagne avec lequel il semble exercer une sorte de corégence, lors d'une donation faite à l'Abbaye du Mont-Saint-Michel et l'année suivante lors de la fondation de l'abbaye Saint-Georges de Rennes dont leur sœur Adèle devient la première abbesse.

Après un conflit avec son frère et l'arbitrage de leur oncle Judicaël évêque de Vannes, il obtient d'Alain III en 1035 un vaste apanage constitué dans les évêchés de Saint Brieuc, Tréguier Saint Malo et Dol-de-Bretagne, et qui comprend les comtés et baronnies de Penthièvre, Goëlo et Lamballe.

Après la disparition prématurée de son frère Alain III, en 1040 et le remariage de Berthe de Blois il s'empare de la garde de son neveu Conan II de Bretagne et se proclame « comte de Bretagne ». Le jeune duc ne sera libéré par ses fidèles qu'en 1047.

Comte de Penthièvre[modifier | modifier le code]

Éon, vaincu par Guillaume le Conquérant alors qu'il combattait aux côtés du roi Henri Ier de France à la bataille de Mortemer en 1054, s'allie avec le comte Geoffroy III d'Anjou contre le jeune duc de Normandie.

En 1056 Conan II se rend maître de Rennes et le fait prisonnier. En 1062 la paix est conclue entre le duc et Geoffroy Boterel, fils aîné d'Éon qui continuait seul le combat.

Des années plus tard, bien que très âgé, Éon participe encore en 1075 aux soulèvements des féodaux contre Hoël II de Bretagne, le successeur de Conan II il laisse toutefois la conduite des opérations à son fils aîné Geoffroy Boterel.

Il meurt le 7 janvier 1079 et est inhumé dans la cathédrale de Saint-Brieuc[1]

Union et postérité[modifier | modifier le code]

De son union vers 1035 avec Orguen/Agnès, fille du comte de Cornouaille Alain Canhiart, il a neuf enfants  [2]

Il avait par ailleurs au moins cinq enfants illégitimes[3] :

  • une fille épouse d'Enisan de Pléven
  • Bodin (frère de Bardulf) moine à l'Abbaye Notre-Dame d'York
  • Bardulf de Ravensworth
  • Ribald de middleham épouse Béatrice Taillebois
  • Arnold

L'historiographie traditionnelle le considère en outre comme le père de [4]

  • Derrien bastardus à qui l'on attribue la fondation du château de La Roche-Derrien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Augustin Du Paz Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, enrichie des armes et blasons d'icelles avec l'histoire chronologique des Evesques de tous les diocèses de Bretagne, Nicolas Buon, Paris 1619 p. 5.
  2. Stéphane Morin Trégor, Goëlo, Penthièvre. Le pouvoir des Comtes de Bretagne du XIIe au XIIIe siècle Presses Universitaires de Rennes 2010 (ISBN 9782753510128) : p. 55 tableau généalogique n°4 : « Descendance légitime du comte Eudes » .
  3. Stéphane Morin Op.cit p. 184-185 tableau n°13: « Descendance naturelle du comte Eudes »
  4. Stéphane Morin Op.cit p. 238-239 et tableau généalogique n° 14 « Propositions de généalogie des La Roche-Derrien » :

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]