Énètse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Énetse)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue énetse. Pour le peuple énetse, voir Énetses.
Énètse
Онаь базаан
Pays Russie
Région Nord-Ouest de la Russie, Sibérie
Nombre de locuteurs 70 (1995), 119 (2002)[réf. nécessaire]
Typologie syllabique
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 enf enh, enf
ISO 639-5 [1] syd[1]
IETF enh, enf

L'énètse est une langue samoyède du Nord de même que le nénètse et le nganassan, parlée par 119 personnes du peuple énètse (recensement de 2002). Elle descend comme toutes les langues samoyèdes du proto-samoyède (en) dont elle a commencé à se séparer dans la seconde moitié du premier millénaire, et se divise en deux dialectes qui peuvent être considérés comme des langues séparées : l'énètse de la toundra ou maddu et l'énètse des forêts ou baj (en 1995, le premier comptait 30 locuteurs, le second 40), qui diffèrent assez profondément au niveau du vocabulaire. L'énètse est parlé le long du fleuve Ienisseï, en aval de Dudinka, notamment dans la réserve de Potapovo pour l'énètse des forêts et dans celle de Vorontzovo pour l'énètse de la toundra. Le lexique a été influencé par le nganassan (vocabulaire de la chasse) et par le nénètse (vocabulaire de l'élevage de rennes), ainsi que par d'autres langues, dans une moindre mesure. La langue est de type agglutinant et grammaticalement très proche de ses « sœurs » (énètse, nénètse, et nganassan ont d'ailleurs la même étymologie).

Alphabet[modifier | modifier le code]

Jusqu'à il y a peu, l'énètse n'était pas écrit. Mais en 1986, N. Terechtchenko mit au point un alphabet pour l'énètse basé sur le cyrillique :

А а Б б В в Г г Д д Е е Ё ё ε
Ж ж З з И и Й й К к Л л М м Н н
Ӈ ӈ О о П п Р р С с Ҫ ҫ Т т У у
Ф ф Х х Ц ц Ч ч Ш ш Щ щ ъ Ы ы
ь Э э Ю ю Я я

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. code générique

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mikola T., Morphologisches Wörterbuch des Enzischen. Szeged, 1995 (= Studia Uralo-Altaica 36)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]