Énergie (économie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Évolution des cours mondiaux de l'énergie, 1991-2010. 2000=100[1].
Prix du pétrole aux États-Unis, sur une période longue

ConstantLeroy décrit l'approvisionnement en énergie des différents agents économiques et l'activité de l'ensemble des entreprises qui produisent, commercialisent et distribuent de l’énergie.

Elle regroupe la production et la consommation d’énergie et on y distingue d'une part l'exploitation des sources d'énergie et d'autre part la production et la distribution. Cela comprend donc la production d'électricité, la distribution d'électricité, la production de produits pétroliers et celle de gaz naturel.

L'énergie est essentielle au bon fonctionnement de l’activité économique, puisque toute transformation, tout travail et tout mouvement requièrent de l'énergie. Elle dépend pour l'essentiel du marché des « combustibles » (fossiles, biomasse ou uranium).

Historique[modifier | modifier le code]

L'accélération de l'industrialisation et sa plus grande diffusion géographique entrainent une augmentation de la consommation énergétique[2]. On estime que la production mondiale d'énergie à des fins commerciales a cru de près de 1000 % entre 1860 et 1913. Cet accroissement de la production et de l'utilisation de l'énergie va de pair avec le remplacement de sources d'énergie animées par des sources inanimées.

Ainsi aux États-Unis, par exemple, les animaux fournissaient les trois quarts de cette énergie contre à peine 3 % en 1923. La capacité globale est passée de 10 à 684 millions de chevaux-vapeur, consommés essentiellement dans les secteurs de l'industrie de transformation, des mines et des carrières, des chemins de fer et de la construction navale.

En 1913, le charbon représente près de 90 % de la production mondiale d'énergie. Le reste étant fourni par le pétrole, le gaz et l'eau.

La production mondiale de charbon passe de 132 millions de tonnes en 1860 à 314 millions de tonnes en 1880, et à 701 millions de tonnes vers 1900. Les États-Unis sont de loin les plus gros producteurs, suivis par le Royaume-Uni et l'Allemagne, et dans une moindre mesure par la France et la Belgique.
À partir des années 1880, l'électricité produite par des turbines à vapeur ou des chutes d'eau prend progressivement de l'importance.

Aux États-Unis, la consommation d'électricité passe de 4 % de la totalité en 1899 à près de 40 % vers 1914. En 1912, les centrales électriques américaines totalisent 17 600 millions de kilowattheures (KWh) contre 2 500 millions pour le réseau public britannique.

S'agissant de l'hydro-électricité, le Canada possédait une capacité de 0,73 million de kwh contre 0,604 pour la Suisse.

Ressources et consommation énergétiques mondiales[modifier | modifier le code]

Carte de la répartition de la production d'énergie dans le monde entre 1989 et 1998.

Approvisionnement en énergie[modifier | modifier le code]

Les sources d'énergies utilisées par l'homme sont d'origine renouvelable ou non :

Énergies fossiles ou non renouvelables[modifier | modifier le code]

Les combustibles fossiles, qui résultent du stockage de matières organiques dans des couches géologiques, regroupement principalement le gaz naturel, le pétrole et le charbon), utilisés dans les automobiles, les avions, les centrales thermiques...

Les énergies non renouvelables comprennent, outre les énergies fossiles, l'énergie d’origine nucléaire obtenue par fission nucléaire, la fusion nucléaire faisant l'objet de recherches pour une mise en œuvre éventuelle à l'échelle industrielle à très long terme.

L'ensemble de ces énergies sont produites à partir d'un stock fini de matières premières présentes dans le sol, dont la reconstitution n'est pas possible par des processus naturels à l'échelle humaine.

Énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Les énergies renouvelables regroupent des formes d'énergie très variées :

Ces sources d'énergies, contrairement aux énergies non renouvelables, se renouvellent en permanence par des processus naturels, sauf dans certains cas en cas de surexploitation (biomasse).

Certaines d'entre elles ont de plus un coût marginal de production très faible, la ressource étant disponible presque gratuitement une fois que les frais fixes des installations ont été amortis (vent, soleil, hydraulique).

Secteur de l'énergie[modifier | modifier le code]

Dans le secteur de l'énergie, les économies d'échelle et les besoins en capitaux (oléoducs, raffineries, centrales électriques, mines et puits, etc.) sont très importants. Ce secteur tend, depuis la fin du XXe siècle, par le jeu des fusions-acquisitions, à être dominé par un petit nombre de sociétés de taille nationale à mondiale.

Les États s'impliquent toujours beaucoup dans son fonctionnement, en raison de sa place stratégique et géostratégique dans l'économie en général et dans les revenus de l'État en particulier (via la fiscalité, la propriété des gisements fossiles, etc.).

Consommation d'énergie[modifier | modifier le code]

Énergies utilisées en 2001 dans le monde[3].

Par secteur[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est le plus gros consommateur d'énergie[4], il emploie de 45 à 50 % des ressources. Les économies d'énergies dans ce secteur pourraient représenter 50 % des dépenses actuelles. En 2008, 80 % des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne proviennent de ce secteur[5].

Les transports sont responsables de 15 % des dépenses en énergie. L’Union européenne ne constate pas d'amélioration et souhaite que ce secteur « procède à des améliorations en profondeur et à la définition d’objectifs clairs »[6].

Par type[modifier | modifier le code]

D'après l'Agence internationale de l'énergie[7], la consommation finale totale d'énergie est passée de 4 672 tonnes équivalent pétrole (tep) en 1970 à 8 677 tep en 2010.

Type d'énergie Part de la consommation finale totale en 2010
Pétrole 41,2 %
Gaz naturel 15,2 %
Biocarburants et déchets 12,7 %
Électricité 17,7 %
Charbon et tourbe 9,8 %
Autres
dont géothermie, soleil, vent, chaleur...
3,4 %

Par pays[modifier | modifier le code]

Carte de la consommation d'énergie en 2003 par pays et par habitant dans le monde, 2003.

D'après les chiffres de L'État du monde 2004, Paris, La Découverte, 2003, on observe que les pays à climat froid (Scandinavie) et les pays immenses (États-Unis, Canada, Australie) consomment le plus d'énergie.

Consommation d'énergie de quelques pays
Pays TEP par habitant
et par an
Islande 12,246
Luxembourg 8,409
Canada 8,156
États-Unis 8,148
Finlande 6,409
Belgique 5,776
Australie 5,740
Norvège 5,704
Suède 5,354

Évolution, tendances[modifier | modifier le code]

La principale évolution semble être une réorientation vers les énergies renouvelables, face notamment à la raréfaction du pétrole, aux impacts négatifs des énergies fossiles, à la dangerosité et au coût du nucléaire et à la difficulté de traiter ses déchets ou à son manque d'acceptabilité après les grands accidents de Tchernobyl et Fukushima.

Des prospectivistes tels que Jeremy Rifkin annoncent pour le début du XXIe siècle une troisième révolution industrielle issue de la convergence du secteur de l'énergie et de celui de l'informatique, qui pourrait permettre la mise en commun et le partage de millions de sources distribuées d'énergie (solaire, éolienne, marine, géothermique, hydroélectrique, issue de la biomasse et des déchets, etc.). Rifkin estime qu'elle doit être mise en œuvre avant 2050 et largement entamée en 2020 si l'humanité veut répondre aux défis du changement climatique, à la crise du pétrole, aux crises économique et écologiques[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source: World Trade Monitor, CPB Netherlands Bureau for Economic Policy Analysis, Cours mondiaux de l'énergie
  2. L'Encyclopédie du XXe s. sous la direction de Peter Furtado, Androméda Oxford, 1991
  3. « Les docs des incollables », 23 - L'énergie, p. 5
  4. Selon le Bâtiment et énergie (site du ministère français de l'écologie), il représente 43 % des consommations énergétiques françaises, soit 1,1 tonne équivalent pétrole par an et par habitant.
  5. Rapport Énergie et environnement 2008 de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), publié le 20 novembre 2008
  6. (en) Rapport de l'agence européenne de l'environnement« Climate for a transport change TERM 2007: indicators tracking transport and environment in the European Union », (ISSN 1725-9177), no 1/2008
  7. (en) Agence internationale de l'énergie, Key World Energy Statistics 2012, p. 28.
  8. 2012, Jeremy Rifkin : La Troisième Révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l'énergie, l'économie et le monde, éditions Les Liens qui libèrent, ISBN 2918597473

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]