Énergie éolienne en Inde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc éolien au Rajasthan.

L'énergie éolienne devient peu à peu une source d'énergie importante en Inde : l'éolien fournissait 2,8 % de la production électrique indienne en 2012.

L'Inde était en 2012 le 5e producteur mondial d'électricité éolienne avec 30 TWh, soit 5,6 % du total mondial. Elle était également au 5e rang pour sa puissance installée : 20,15 GW fin 2013.

L'Inde compte un acteur majeur du secteur éolien mondial : Suzlon Energy, qui était en mars 2012 le cinquième fabricant mondial de turbines éoliennes.

Puissance installée[modifier | modifier le code]

Parc éolien de Kanyakumari dans le Tamil Nadu.

L'Inde est au 5e rang des pays producteurs d'électricité éolienne, avec une puissance installée de 20,15 GW fin 2013 (+9,4 %) ; en 2013, le marché indien (1 729 MW) est en baisse de 26 % après avoir déjà fortement reculé en 2012 du fait de la réduction des incitations fiscales ; le gouvernement les a rétablies en 2013 pour cinq ans[1].

Fin décembre 2012, la capacité installée éolienne atteignait 18 420 MWc[2], surtout dans les états de :

ces 5 états totalisent plus de 95 % des 19 051 MW installés.

Production[modifier | modifier le code]

Parc éolien d'Aralvaimozhi dans le Tamil Nadu.

L'Inde était en 2012 le 5e producteur mondial d'électricité éolienne avec 30 TWh, soit 5,6 % du total mondial ; le no 1 mondial, les États-Unis, a produit 140,9 TWh[4].

La production éolienne a été multipliée par 10 entre 2002 et 2012 ; l'industrie de fabrication d'éolienne est très développée en Inde (capacité de production : 9,5 GW par an) et exporte dans le monde entier. Les capacités installées se sont accrues de 10,2 GW en 5 ans (2007-2012) et le pays envisage d'y ajouter 15 GW au cours de 5 prochaines années ; un ralentissement a cependant été constaté en 2012, avec 2 336 MW installés contre 3 019 MW en 2011, et 2013 devrait subir également un freinage, du fait de l'abrogation des subventions à l'éolien décidée en avril 2012, avec la fin du plan quinquennal 2007-2012[5].

Principaux parcs éoliens[modifier | modifier le code]

Nom du parc Localisation Nb éol.* MW* Date mise en service
Muppandal[6] Tamil Nadu 3000 1500 2012 ?
Jaisalmer[7] district de Jaisalmer, Rajasthan 1064 2001-2012
Brahmanvel[8] Maharashtra 451 528 2006-2012
Dhalgaon[9] Maharashtra 246 278 2005-2012
* Nb éol.= nombre d'éoliennes ; MW : Capacité installée (MW).

Principaux acteurs[modifier | modifier le code]

La compagnie indienne Suzlon Energy, créée en 1995, a honoré son premier contrat aux États-Unis en 2003 pour fournir 24 turbines au sud du Minnesota ; en 2006, elle rachète son fournisseur belge Hansen Transmissions pour 565 millions de dollars ; en 2007, elle rachète la participation d'Areva dans REpower ; elle avait dès 2006 une part de marché de 7,7 % au niveau mondial. Suzlon est le principal fabricant de turbines éoliennes pour le marché indien, avec 43 % de part de marché dès 2007. Le succès de Suzlon a fait de l'Inde le leader des pays émergents dans la technologie avancée des turbines éoliennes[10]. Suzlon était en mars 2012 le cinquième fabricant mondial de turbines éoliennes par sa capacité installée cumulée avec 20 500 MW d'installations dans 32 pays, dont 7566 en Inde, 3481 aux États-Unis, 2281 en Allemagne, 1385 en France et 1163 en Chine[11].

Politique énergétique[modifier | modifier le code]

Parc éolien dans le désert de Thar, près de Jaisalmer au Rajasthan.

Alors que le ministère indien des énergies nouvelles et renouvelables évaluait il y a encore peu le potentiel éolien de l'Inde à 45 GW, G.M. Pillai, directeur général du World Institute of Sustainable Energy (WISE) l'évalue à 300 GW, dont 35 GW pour le seul état du Tamil Nadu[12].

En 2013, le marché indien (1 729 MW) est en baisse de 26 % après avoir déjà fortement reculé en 2012 du fait de la réduction des incitations fiscales ; le gouvernement les a rétablies en 2013 pour cinq ans (les Generation Based Incentives - GBI représentent une subvention de 0,5 roupie/kWh, soit 0,6 c€/kWh) et a fixé un objectif de 100 GW installés en 2022[1].

Le premier ministre Narendra Modi élu en mai 2014 est un fervent partisan des énergies renouvelables, qu'il avait promues lorsqu'il était premier ministre du Gujarat, au point que cet état rassemblait plus du tiers de la capacité installée solaire de l'Inde à la fin 2013. Le ministre indien de l'Énergie a déclaré début octobre 2014 au journal britannique The Guardian que son gouvernement s'engage à donner accès à l'électricité à chaque foyer indien d'ici à 5 ans (au moins une ampoule électrique par foyer), et à supprimer l'usage des générateurs au diesel, alors qu'actuellement plus de 300 millions indiens ne sont pas reliés au réseau électrique. Quant à l'éolien, l'Inde se situe déjà au 5e rang mondial, avec 21,1 GW installés en mars 2014. Le pays dispose d'un potentiel de 102 GW pour le seul éolien terrestre selon l'association indienne de l'éolien. En outre, l'Inde, qui dispose de 7 600 km de côtes, se lance dans l'éolien offshore. Un protocole d'accord a été signé début octobre pour la construction de son premier parc de démonstration de 100 MW au large des côtes de l'État de Gujarat. le nouveau gouvernement envisageant de passer rapidement à un rythme de 6 à 8 GW/an d'éolien installés par an. Il a doublé la taxe sur le charbon et propose des aides pour fermer les centrales à charbon de plus de 25 ans. Cependant, le ministre ne cache pas que la production électrique issue du charbon continuera néanmoins à croître pour répondre à la double exigence d'amener l'électricité à tous les Indiens tout en répondant aux besoins d'une économie en plein développement[13].

Intégration au réseau[modifier | modifier le code]

Parc éolien de Kumily à Nedumkandam  au Kerala.

L'Inde commence déjà, comme l'Allemagne, le Danemark et la Chine, à éprouver des difficultés pour évacuer l'électricité produite par les éoliennes lors des périodes venteuses dans les zones où elles sont les plus nombreuses : un rapport de Power Grid Corporation of India préconise 400 milliards de roupies d'investissements pour renforcer les réseaux d'évacuation de l'électricité éolienne et solaire[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b EurObserv'ER Baromètre éolien 2013 (février 2014).
  2. (en) « NEW & RENEWABLE ENERGY, Cumulative deployment of various Renewable Energy Systems as on 31/12/2012 », Ministry of New and Renewable Energy, Government of India,‎ dec 2012
  3. (en)Wind Energy, sur le site de la Tamil Nadu Energy Development Agency
  4. [PDF] Observ'ER La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde - 15è inventaire - édition 2013 - chapitre 2 - aperçu des dynamiques régionales par filière (page 9), consulté le 5 février 2014.
  5. [PDF] Observ'ER La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde - 15ème inventaire - Édition 2013 - chapitre 3 : détails par région et pays - Inde, site Observ'ER consulté le 8 février 2014.
  6. (en)Muppandal windfarm (India), site The Wind Power consulté le 12 juin 2014.
  7. (en)Suzlon creates country's largest wind park, site du Business Standard consulté le 12 juin 2014.
  8. (en)Brahmanvel windfarm (India), site The Wind Power consulté le 12 juin 2014.
  9. (en)Dhalgaon windfarm (India), site The Wind Power consulté le 12 juin 2014.
  10. (en)[PDF]A Comparison of Wind Power Industry Development Strategies in Spain, India and China
  11. (en)Company Profile, sur le site de Suzlon.
  12. (en)« Wind potential under-exploited » (consulté le 2013-04-15), sur le site de l'Indian Wind Turbine Manufacturers Association
  13. Inde - L'objectif de 20 GWc en 2020 sera pulvérisé, Observ'ER, 15 octobre 2014
  14. (en)Près de 7100 MW d'éoliennes au Tamil Nadu restent à l'arrêt par manque de système d'évacuation et de transmission, sur le site d'Energy Alternatives India (EAI).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]