Émile van Marcke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van Marcke.
Émile Van Marcke
Charles Emile van Marcke de Lummen.jpg

Émile Van Marcke, photographie anonyme.[réf. nécessaire]

Naissance
Décès
(à 63 ans)
Hyères (France)
Nom de naissance
Charles Émile Van Marcke de Lummen
Activités
Maîtres
Mouvement
Distinctions

Charles Émile Van Marcke de Lummen, dit Émile Van Marcke, né à Sèvres le , mort à Hyères le , est un peintre et graveur français[1].

Sa famille[modifier | modifier le code]

Émile Van Marcke est le petit-fils du peintre belge Charles van Marcke (1773-1830), spécialisé dans la peinture sur porcelaine. Son père est le peintre Jean-Baptiste Jules Van Marcke (1797-1848), spécialisé dans le paysage animé de figures animalières, et également peintre sur porcelaine[2]

Émile Van Marcke épouse Victoire Henriette Caroline Robert (1834-1934), fille du photographe Louis Robert. Ils ont deux enfants : Marie Dieterle (1856–1935), artiste peintre de la vie rurale et des animaux d'élevage, et Jean Van Marcke de Lummen (1875–1918), peintre de chevaux.

Ses débuts[modifier | modifier le code]

L'Approche de l'orage (vers 1872), Baltimore , Walters Art Museum.

Émile Van Marcke naît le 25 août 1827 dans une famille d'artistes et d'artisans. Il débute sa carrière à la Manufacture de Sèvres où il travaille de 1853 à 1862. Au cours de cette période, il rencontre le peintre animalier Constant Troyon qui le persuade de « s'inspirer de la nature pour sa peinture[réf. nécessaire] ». Il voyage beaucoup en France à la recherche de sites, mais progressivement il concentre ses recherches sur les paysages de campagne et sur le bétail de Normandie, et notamment les troupeaux de vaches qui deviendront sa principale inspiration.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Témoin de la France rurale, ses paysages idylliques de l’arrière-pays français et ses représentations réalistes d’animaux symbolisent pleinement son style. Sa notoriété dépassa les frontières françaises pour atteindre l’Angleterre et les États-Unis. Cela lui donnera de ce fait une réputation internationale de grand peintre animalier paysagiste dans la tradition des maîtres de l'École de Barbizon des décennies précédentes.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Paris, musée d'Orsay :
    • Des vaches, gravure[3]
    • Le Retour du troupeau, photogravure de l'œuvre éponyme conservée au musée des beaux-arts de Lyon[4]
    • Âne assis, crayon noir sur papier[5]
    • Barque et pêcheurs, encre noire sur papier[6]
    • Julie Palmyre Robert, vers 1825, crayon noir, crayons de couleurs[7]
    • Portrait de Jean Joseph de Marnette de Marne, vers 1839, crayon[8]
    • Portrait de Jean Joseph de Marnette de Marne, deuxième version, vers 1839, crayon[9]
  • Baltimore , Walters Art Museum :
    • L'Approche de l'orage, vers 1872, huile sur toile[10]
    • Aux Arores, huile sur toile[11]
    • La Mare, huile sur toile[12]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :