Émile Herbillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émile Herbillon
Émile Herbillon gravure du musée de Châlons-en-Champagne
Émile Herbillon gravure du musée de Châlons-en-Champagne

Naissance 23 mars 1794
Châlons-en-Champagne
Décès 24 avril 1866 (à 72 ans)
Paris
Origine Drapeau de France Français
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1813 – 1866
Conflits Conquête de l'Algérie
Guerre de Crimée
Commandement Commandement militaire de Gênes
Faits d'armes Bataille de Zaatcha
Bataille de la Tchernaïa
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur Grand-croix de la Légion d'honneur
Hommages Nom d'une rue à Châlons-en-Champagne
Famille Émile Alexandre Herbillon (fils)

Émile Herbillon (Châlons-en-Champagne23 mars 1794Paris24 avril 1866), est un officier général français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émile Herbillon est né à Châlons-en-Champagne le tridi germinal an II (23 mars 1794) de Nicolas Martin Herbillon et de Marie Magdelaine Sophie Del[1]. Il ne se destine pas à la carrière militaire, étant rentré dans l’administration ; mais il est engagé volontaire à la conscription de 1813 dans les Chasseurs à pied de la Garde impériale, alors que l’Empire commençait à subir des revers militaires. Herbillon fait les dernières campagnes du Premier Empire, est présent à Waterloo ; mis en demi-solde et est réintégré lors de la Restauration. Puis en 1820, il devient lieutenant et capitaine en 1825. Après l'expédition d'Espagne en 1823, dans la suite du duc d'Angoulème, et la Guadeloupe ; il sert en Afrique du Nord sous Bugeaud, Lamoricière et le duc d'Aumale à la conquête de l'Algérie ; lieutenant-colonel au 62e régiment d'infanterie de ligne en 1841 ; colonel le 28 janvier 1846. Il est promu maréchal de camp en 1846, devient commandant intérimaire de la province en 1848, soumet la Kabylie, les Aurès et il prend en 1849 Zaatcha dont il écrit la Relation du siège de Zaatcha publié en 1863. Il revient en France et obtient en 1851 le grade de général de division. En 1855, il commande en Crimée et gagne la bataille de Traktir (16 août) contre les Russes. Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1834, il est nommé grand-croix de l’ordre le 16 juin 1856[2]. La paix revenue, il siège au comité consultatif de l’infanterie ; en 1859, il est chargé du commandement militaire de Gênes.

En 1863, il est désigné sénateur du Second Empire. Il meurt le 24 avril 1866 à Paris mais, suivant son souhait, est inhumé à Châlons le 28.

Avancement[modifier | modifier le code]

licencié le 13 septembre 1814 ;

Postérité[modifier | modifier le code]

Le village de Chetaïbi en Algérie a porté le nom d'Herbillon pendant près d'un siècle jusqu'à l'indépendance de l'Algérie, un fort de la ceinture fortifiée de Reims porta un temps son nom.

Son fils Émile Alexandre Herbillon (1826-1893) sera colonel.

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Grand-croix de la Légion d'honneur Grand-croix de la Légion d'honneur (décret du 16 juin 1856).

Ruban de la Médaille de Saint-Hélène.PNG Médaille de Sainte-Hélène.
Medaille commemorative de la Campagne d'Italie 1859 ribbon.svg Médaille commémorative de la campagne d'Italie (1859).

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Order of the Medjidie lenta.png Ordre du Médjidié (Empire ottoman).
Cavaliere di gran Croce Regno SSML BAR.svg Chevalier grand-croix de l'ordre des Saints-Maurice-et-Lazare (Italie).
Crimea Medal BAR.svg Médaille de Crimée (Royaume-Uni).
Order of St. Gregory the Great.png Grand-croix de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand (Vatican).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Barbier, Des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables : biographie châlonnaise, Châlons-en-Champagne, Éd. du "Petit Catalaunien illustré",‎ 2000, 228 p. (ISBN 2-9509546-1-8, notice BnF no FRBNF37217783).
  • Émile Herbillon, Insurrection survenue dans le sud de la province de Constantine en 1849 : relation du siège de Zaatcha, Paris, J. Dumaine,‎ 1863, 208 p. (notice BnF no FRBNF30595477).
  • Émile Emmanuel Herbillon, Quelques pages d'un vieux cahiers : souvenirs du général Herbillon (1794-1866), Paris, Berger-Levrault,‎ 1928, 231 p. (notice BnF no FRBNF34164763).