Émile Habibi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Émile et Habibi.
Émile Habibi

Émile Habibi (1921-1996) (إميل حبيبي, hébreu: אמיל חביבי), né et mort à Haïfa, est un homme de lettres israélien d'origine arabe. «Palestinien de l'intérieur», il est de ceux qui «restèrent» après 1948 et acceptèrent de prendre la nationalité israélienne; ce qui ne fut pas sans lui valoir bien des attaques de la part de ceux qui manient volontiers l'anathème.

Comme de nombreux Palestiniens, il a choisi de «lutter de l'intérieur». Membre du Parti communiste israélien, il est élu député à la Knesset et dirige le plus grand quotidien israélien de langue arabe, Al-Ittihâd (L'Union) de 1948 à 1990.

Avec le temps et à mesure que paraissent ses romans (Péchés oubliés, sombre relation du retour d'un Palestinien dans sa ville natale; Soraya fille de l'ogre, où la réapparition d'une sauvageonne est le prétexte à l'exploration d'un exil intérieur; Les Aventures extraordinaires de Sa'îd le peptimiste, petite chronique de l'absurdité quotidienne), la personnalité controversée de Habibi s'estompe au profit de la figure de l'écrivain novateur et audacieux, à laquelle restera à jamais lié le personnage de Sa'îd le peptimiste, qui passe sans cesse de l'optimisme au pessimisme et n'est pas sans rappeler le Candide de Voltaire.

Œuvres traduites[modifier | modifier le code]

  • L'Optissimiste. Les circonstances étranges de la disparition de Said Abou Nahs, Paris Le Sycomore, 1980. Réédité quelques années plus tard dans une nouvelle traduction, sous le titre Les Aventures extraordinaires de Sa'îd le Peptimiste, Paris, Gallimard, 1987
  • Péchés oubliés, Paris, Gallimard, 1991
  • Soraya fille de l'ogre, Paris, Gallimard, 1996

Liens externes[modifier | modifier le code]