Émile Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabre.
Émile Fabre en 1917

Émile Fabre (1869-1955) est un auteur dramatique français. Il fut administrateur général de la Comédie-Française de 1915 à 1936.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émile Fabre naît à Metz le 24 mars 1869[1] peu avant l'annexion de la Moselle par l'Allemagne. Fabre devint administrateur général du Comédie-Française en 1915. Il le restera jusqu'en 1936. Il avait été un des partisans enthousiaste du Théâtre-Libre, où il fit jouer sa pièce  : l'Argent (1895). Ses œuvres socio-politiques, empruntées à l'Antiquité grecque (Timon d'Athènes, 1899) ou à la vie contemporaine  : Les Ventres dorés, 1905, La Maison d'argile, 1907, Un Grand bourgeois, 1914, ont conservé toute leur valeur de témoignage[1].

Également metteur en scène, Fabre a adapté notamment Un ménage de garçon d'après Balzac, en 1903, au Théâtre de l'Odéon. Il a adapté également La Rabouilleuse en 1939 à la Comédie-Française, une pièce qui connut de nombreuses reprises. En 1943, pour le centenaire de la Comédie humaine, Émile Fabre mit en scène Vidocq chez Balzac, avec André Brunot dans le rôle du romancier.

Émile Fabre décéda à Paris le 25 septembre 1955[1].

Auteur[modifier | modifier le code]

  • L'Argent (1895)
  • Timon d'Athènes (1899)
  • Les Cadeaux de Noël
  • La Vie publique
  • Les Ventres dorés (1905)
  • La Maison d'argile (1907)
  • Les Vainqueurs (1908)
  • Les Sauterelles (1911)
  • Un grand bourgeois (1914)
  • La Maison sous l'orage (1920)
  • Vidocq chez Balzac
Adaptation

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notes sur la mise en scène d'Émile Fabre, 1933
  • Le Théâtre d'Émile Fabre, 1936
  • La Comédie-française : Histoire d'une société de comédiens à travers les siècles d'Émile Fabre, 1942
  • Notre Molière'' d'Émile Fabre, 1951

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Larousse encyclopédique en 10 volumes, p. 4115, vol. 4