Émile Auguste François Zurlinden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émile Zurlinden.

Émile Auguste François Thomas Zurlinden est un général de division et homme politique français, né à Colmar (Haut-Rhin) le 3 novembre 1837 et mort à Paris le 9 mars 1929.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École polytechnique (1856), puis de l'École d'application de Metz, il en sortit comme lieutenant d'artillerie et fut nommé capitaine en 1866. Prisonnier avec l'armée à Metz en 1870, il s'évada de la forteresse de Glogau, rentra en France et fut nommé par le gouvernement de la Défense nationale chef d'état-major du 25e corps.

Colonel en 1880, commandant du 4e corps d'armée (1894), il devint ministre de la Guerre dans le troisième ministère Ribot (26 janvier - 28 octobre 1895). Il reçoit la plaque de Grand officier de la Légion d'honneur en 1896. Après avoir exercé le commandement du 15e corps d'armée et remplacé le général Saussier comme gouverneur de Paris, il redevint ministre de la Guerre (5 septembre 1898), mais démissionna peu après (17 septembre) pour ne pas avoir à prendre l'initiative de la révision du procès Dreyfus. Il redevient gouverneur militaire de Paris et persécute[réf. nécessaire] le colonel Picquart.

En 1904 il publie Souvenirs sur la guerre franco-prussienne de 1870[1], puis en 1910 Napoléon et ses maréchaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Guerre de 1870-1871 : réflexions et souvenirs, Hachette, Paris, 1904, 350 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Carnoy, Dictionnaire biographique international des écrivains, Paris,‎ 1902-1903 (réimpr. 1906, 1909, et 1995 pour les éd. Georg Olms) (ISBN 3-487-06703-X), p. 162-163
  • Larousse du XXe siècle
  • Jean-Marie Schmitt, « Émile Auguste François Thomas Zurlinden », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 42, p. 4429
  • Jean-Marie Schmitt, « Zurlinden, un général et ministre qui n'eut pas 'sa' rue à Colmar », in Mémoire colmarienne, 1999, p. 3-6

Liens externes[modifier | modifier le code]