Émile-François Chatrousse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Émile-François Chatrousse (Paris, 1829 - Paris, 1896), est un sculpteur français représentatif de l'art du Second Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est d'abord l'élève d'Alexandre Abel de Pujol et débute au Salon de 1848. Grâce au mécénat du comte de Nieuwerkerke, il sera, en 1851, le dernier élève de François Rude. Son plâtre du groupe de la reine Hortense et son fils Louis Napoléon est remarqué au Salon de 1853, et une fonte en bronze est commandée par Napoléon III pour l'Exposition universelle de 1855. Par la suite, il bénéficie de nombreuses commandes publiques pour le palais des Tuileries ou l'Hôtel de ville de Paris. Après la chute de l'Empire, il travaille à des sujets patriotiques. Son style s'oriente alors vers plus de modernité et de réalisme[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Pitié, après le combat, deux soldats blessés, français et allemand sur le champ de bataille, 1870, Statue exposé au Salon des artistes français, 1895[2] (un soldat français blessé donne à boire à un soldat allemand lui-aussi blessé).
  • L’Industrie (1879), allégorie, musée des arts et métiers, Paris (2e arrondissement)
  • La Source et le Ruisseau, groupe en pierre calcaire, jardin du Luxembourg, Paris (6e arrondissement).
  • Statue de Jeanne d’Arc (1887), bronze, érigée en 1891, rue Jeanne d'Arc, Paris (13e arrondissement).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Analyse stylistique de L'Industrie par David Liot sur le site du musée des Arts-et-Métiers, Revue n°17, 1996
  2. Cette œuvre « fut fort mal accueillie par la critique étant donné le contexte politique (montée du antionaliste "Revanchard'). » Odile Picard-Sébastiani, p. 270, catalogue de l'exposition "L'art en France sous le second Empire, Paris, 1979.

Lien externe[modifier | modifier le code]