Émeraude splendide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Émeraude splendide

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Chlorostilbon lucidus

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Apodiformes
Famille Trochilidae
Genre Chlorostilbon

Nom binominal

Chlorostilbon lucidus
(Shaw, 1812)

Répartition géographique

alt=Description de l'image Chlorostilbon aureoventris map.svg.


Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

L'Émeraude splendide (Chlorostilbon lucidus, anciennement Chlorostilbon aureoventris) est une espèce de colibri.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cet oiseau est présent en Argentine, Bolivie, au Brésil, Paraguay et en Uruguay.

Habitat[modifier | modifier le code]

L'espèce habite les forêts subtropicales humides de basse altitude et de montagne, ainsi que les zones subtropicales de broussailles humides. On la trouve aussi sur les sites où existaient auparavant des forêts subtropicales, lourdement dégradées depuis.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

L'espèce avait pour nom scientifique Chlorostilbon aureoventris (d'Orbigny & Lafresnaye, 1838), mais Pacheco & Whitney (2006) ont démontré[1] que la paternité de la description de l'espèce revenait à George Kearsley Shaw (1812), et que l'espèce devait donc être renommée en Chlorostilbon lucidus.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des trois sous-espèces suivantes :

  • Chlorostilbon lucidus berlepschi Pinto, 1938
  • Chlorostilbon lucidus lucidus (Shaw, 1812)
  • Chlorostilbon lucidus pucherani (Bourcier & Mulsant, 1848)
Mâle se nourrissant


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pacheco, J. F. & B. M. Whitney (2006), « Mandatory changes for the scientific names of three neotropical birds », Bull. Brit. Orn. Cl., 126(3), 2006, p. 242-244.