Élise Deroche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Élise Deroche

Description de cette image, également commentée ci-après

Élise Deroche, dite baronne Raymonde de Laroche.

Naissance
Paris
Décès (à 37 ans)
Le Crotoy
Nationalité France France
Profession aviatrice pionnière

Élisa Léontine Deroche connue sous le pseudonyme de baronne Raymonde de Laroche, née le dans le 4e arrondissement de Paris et décédée le au Crotoy, est la première aviatrice brevetée au monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élise Deroche naît à Paris dans le quartier du Marais le 22 août 1882 d'un père maroquinier. Jeune femme, elle commence une carrière artistique, au théâtre notamment, et prend le nom de baronne Raymonde de Laroche[1]. Elle se consacre également à la peinture et à la sculpture.

Élise Deroche en août 1909.

Elle rencontre Charles Voisin, fondateur avec son frère Gabriel de l'entreprise Voisin Frères, qui l’initie au pilotage. Elle est la première femme, en France et dans le monde, à obtenir, le à Mourmelon, un brevet de pilote, le no 36 de l'Aéro-Club de France[2]. Elle participe dès lors à de nombreux rassemblements aériens, tant en France qu’à l’étranger, comme Héliopolis, Budapest, Rouen, Saint-Pétersbourg, et sera grièvement blessée pendant un meeting à Reims le 8 juillet 1910, son avion s’étant écrasé[3]. Déjà, à l’aérodrome de Bouy, l'aviatrice avait été victime d'un accident avec son biplan Voisin, le 4 janvier 1910, jour de la mort de Léon Delagrange, cette dernière n'ayant pu reprendre suffisamment d'altitude face à des peupliers[4]. Elle sort indemne de l’accident d’automobile où son ami intime Charles Voisin trouve la mort, le 12 septembre 1912, au volant d'une Hispano Suiza. Spécialiste des vols d'altitude, le 17 juin 1919, à Issy, elle en bat le record féminin avec 3.900 mètres, mais sa performance est bientôt surclassée par l'Américaine Ruth Law, qui atteint, elle, 4.720 mètres. Aussitôt, la "baronne de Laroche" reprend son titre en s'élevant à 4.800 mètres. Cet exploit marquera l'apogée de sa carrière, car elle meurt dès le 18 juillet 1919 au cours d'un vol d'entraînement, sur un prototype Caudron au-dessus du Crotoy. Elle n'était pas aux commandes de l'aéronef.

Élise Deroche repose au cimetière du Père-Lachaise, dans la 92e division.

Honneurs posthumes[modifier | modifier le code]

  • Une plaque est apposée sur sa maison natale, 61 rue de la Verrerie à Paris.
  • En hommage aux pionniers de l'aviation, la poste française émet le 18 octobre 2010 un timbre à l'effigie d'Élise Deroche, première aviatrice brevetée au monde.
« Les Pionniers de l'Aviation », création de Jame's Prunier pour La Poste, 2010.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Pour certains, ce serait à la suite d’un meeting à Saint-Pétersbourg que le tsar Nicolas II, impressionné par son courage, lui donne le titre de baronne.
  2. Baronne de Laroche sur aviatechno
  3. Elle pilote le biplan Voisin no 59 à la deuxième Grande Semaine d’Aviation de la Champagne 1910. Elle s'en tire avec une fracture du bras et de la jambe gauche .
  4. Le Petit Parisien, Paris, 5 janvier 1910, quotidien (ISSN 09992707) [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Plaque du 61 rue de la Verrerie à Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Robineau (dir.) et Académie Nationale de l'Air et de l'Espace (préf. Pierre Miquel, post. Charles Bigot), Les Français du Ciel : dictionnaire historique, Le Cherche midi, coll. « Ciels du monde »,‎ 2005, 782 p. (ISBN 2-7491-0415-7, notice BnF no FRBNF399937449)
  • Académie Nationale de l'Air et de l'Espace, Aviatrices : un siècle d'aviation féminine française, Altipresse, Musée de l'Air et de l'Espace, coll. « Nouvel envol »,‎ septembre 2004, 189 p. (ISBN 2-911218-21-3, notice BnF no FRBNF39289561)

Sur les autres projets Wikimedia :