Élisabeth de Clermont-Tonnerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Élisabeth de Gramont)
Aller à : navigation, rechercher

Élisabeth de Gramont

Description de cette image, également commentée ci-après

Élisabeth de Gramont par Nadar en 1889.

Nom de naissance Antonia Corisande Élisabeth de Gramont
Autres noms Élisabeth de Clermont-Tonnerre ou Élisabeth de Gramont
Activités Femme de lettres
Naissance 23 avril 1875
Nancy Drapeau de la France France
Décès 6 décembre 1954 (à 79 ans)
Paris
Langue d'écriture Français
Genres Mémoires

Œuvres principales

  • Marcel Proust, 1948

Antonia Corisande Élisabeth de Gramont, née le 23 avril 1875 à Nancy et morte le 6 décembre 1954 à Paris, est une femme de lettres et aristocrate française, surtout connue pour sa longue relation homosexuelle avec Natalie Clifford Barney. Surnommée « la duchesse rouge », ou « Lily » dans le cercle familial, elle écrivait sous son nom de femme mariée, Élisabeth de Clermont-Tonnerre, ou sous celui d'Élisabeth de Gramont.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendante d’Henri IV, elle est la fille d'Antoine XI Alfred Agénor, duc de Gramont, prince de Bidache et d'Isabelle de Beauvau-Craon qui meurt d'une fièvre puerpérale après lui avoir donné naissance. Elle est la demi-sœur du duc de Guiche, grand ami de Proust, et aussi la nièce du comte de Gramont, mémorialiste.

Après avoir grandi parmi la plus haute aristocratie, elle épouse, le 3 juin 1896, Aimé François Philibert, marquis, puis duc de Clermont-Tonnerre (1871-1940). Le couple a deux filles :

  • Antonia-Béatrix-Corisande (1897-1930) mariée sans le consentement de ses parents le 26 avril 1921[1] , malheureuse en ménage, divorce au bout de trois ans d'André Gault ;
  • Isabelle-Gabrielle-Diane (1902-1950) qui épouse le comte belge Guy de Berlaymont (1892-1946), dont
    • Elisabeth de Berlaymont (°Flostoy, 1924) qui épousa Charles de Chabannes La Palice (1928-1988) et en secondes noces Ahmed Hadj-Hamou (1920-1993)

Elle est très liée à Robert de Montesquiou, à Remy de Gourmont et à Marcel Proust qu’elle avait rencontré en 1903 et que le jeune ménage invite parfois dans sa propriété à la campagne. La duchesse publie du reste un livre en souvenir de son amitié avec Marcel Proust qu'elle a côtoyé jusqu'à la fin. Dans ses Mémoires, elle évoque nombre de personnes qui inspirèrent Proust pour À la recherche du temps perdu. Elle est furieuse du projet de remariage (le troisième, car il est deux fois veuf) de son père le duc Agénor avec une aristocrate italienne beaucoup plus jeune que lui, qui a lieu finalement en 1907, et qui lui donnera deux fils[2].

Au printemps 1909, elle rencontre Natalie Clifford Barney et devient sa maitresse le 1er mai 1910, date qui deviendra leur anniversaire. Bien qu’elles aient été sexuellement infidèles, elles furent dévouées l’une à l’autre pour le restant de leurs jours. Le 20 juin 1918, Natalie rédigea un « contrat de mariage » symbolique qui, en substance, les liait, du moins en esprit, mais pas sexuellement, contrat honoré par toutes deux jusqu’à ce que la mort les sépare. Élisabeth admettra par ailleurs les nombreuses liaisons de Natalie, notamment avec Romaine Brooks qu’elle invitera à ses séjours à la campagne, et qui a peint son portrait. Ouvertement bisexuelle depuis le début du XXe siècle, elle se sépare de son mari en décembre 1920.

Opiniâtre, connue pour son franc-parler, elle abandonna sans regret le monde de richesse et de privilège où elle avait grandi pour soutenir le socialisme en participant aux défilés du Front populaire et se lier avec des hommes politiques de gauche.

À sa mort, elle est enterrée à Ancy-le-Franc, près du château familial des Clermont-Tonnerre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un collier de villes, Évreux, Charles Hérissey, 1910, 176 p., (OCLC 463770300).
  • Mémoires : Au temps des équipages, vol. 1, Paris, Bernard Grasset, 1928, 246 p., (OCLC 925572).
  • Mémoires : Les Marronniers en fleurs, vol. 2, Paris, Bernard Grasset, 1929, 281 p., (OCLC 459533472).
  • Mémoires : Clair de lune et taxi, vol. 3, 1929, Paris, Grasset, 1932, 269 p., (OCLC 21190012).
  • Mémoires : La Treizième Heure, vol. 4, Paris, Grasset, 1935, 328 p., (OCLC 29243821).
  • Almanach des bonnes choses de France, Paris, G. Crès, 1920, 246 p., (OCLC 8270885).
  • Le Chemin de l’U.R.S.S, Paris, Rieder, 1933, 164 p., (OCLC 557789064).
  • Le Diable chez la marquise, illustrations de Chas-Laborde, 1938, 164 p., (OCLC 504150077).
  • Le Golf, Paris, Nouvelle Société d'Édition, 1930, 121 p., (OCLC 254628095).
  • Du bon ton, Paris, Ernest Flammarion, 1923, 236 p., (OCLC 6986641).
  • Autour de Saint-James, Paris, Éditions du Pavois, 1945, 235 p., (OCLC 12896450).
  • Barbey d'Aurevilly, Paris, Bernard Grasset, 1946, 244 p., (OCLC 2012464).
  • Marcel Proust, Paris, Flammarion, 1948, 284 p., (OCLC 1949975).
  • Souvenirs du monde de 1890 à 1940, Paris, Bernard Grasset, 1966, 453 p., (OCLC 491424090).
  • La Femme et la Robe : des modes et de leurs singularités, Paris ; Genève, La Palatine, 1952, 151 p., (OCLC 195322257).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. acte de mariage : archives des Yvelines
  2. Alfred de Gramont, L'Ami du prince, Journal du comte de Gramont, présenté par Éric Mension-Rigau, Paris, Fayard, 2011, 717 p., (ISBN 9782213631417).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]