Élisabeth Schemla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Élisabeth Schemla, née à Alger en 1948, est une journaliste et écrivain française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élisabeth Schemla fait ses premiers pas à la rédaction de L'Express dans la première moitié des années 1970, d'abord au service politique, puis en tant que grand reporter couvrant de nombreux théâtres de crise. Suite au rachat du journal par Jimmy Goldsmith, elle quitte L'Express en 1977 et entre au Nouvel Observateur où elle restera près de vingt ans, grand reporter puis rédactrice en chef, notamment chargée de la responsabilité de la « une » de ce magazine.

Sensible à la cause des femmes, elle traite aussi de sujets de société, le sida ou les débats sur le voile. Elle a reçu 3 des plus grands prix français de journalisme pour son travail sur ces sujets. C'est elle, notamment, qui a réalisé la fameuse interview de Jean-Paul Aron. Elle se montre très sensible également aux questions de l'antisémitisme et de la Shoah. Elle réalise des reportages de politique étrangère sur tous les sujets chauds de l'actualité et notamment l'Espagne qu'elle couvre pendant la décennie de transition du franquisme vers la démocratie. Après une biographie best-seller d'Édith Cresson en 1993, elle poursuit parallèlement sa carrière de journaliste et celle d'écrivain  : d'autres livres suivront, sur l'Algérie et le Proche-Orient notamment.

Elle se définit comme une « républicaine, laïque, citoyenne attachée aux valeurs humanistes », et apparait politiquement proche de la gauche.

Après un désaccord sur la question israélo-palestinienne, elle quitte la rédaction en chef du Nouvel Observateur en 1996. Elle rejoint à nouveau L'Express en tant que directrice-adjointe de la rédaction, aux côtés de Denis Jeambar, en 1996-1997. Elle fonde ensuite un journal en ligne d'information sur le Proche-Orient, Proche-orient.info, qui fermera en 2006 après avoir été en pointe sur des sujets comme le racisme sur internet et le retour de l'antisémitisme. En 2009, elle gagne le procès qu'elle intente contre Dieudonné pour diffamation[1].

E. Schemla est diplômée de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Édith Cresson, la femme piégée, Flammarion, 345 p. (ISBN 2-08-066840-4)
  • 1995 : Une Algérienne debout : Entretiens avec Élisabeth Schemla, Khalida Messaoudi, Flammarion, 213 p. (ISBN 2-08-067154-5) ; « J'ai lu » (no 4077), 252 p. (ISBN 2-277-24077-X)
    • 1998 : (en) Unbowed: An Algerian Woman Confronts Islamic Fundamentalism, trad. Anne C. Vila, University of Pennsylvania Press, 166 p. (ISBN 0-8122-3449-9 et 0-8122-1657-1)
  • 2000 : Mon journal d'Algérie : Novembre 1999-janvier 2000, Flammarion, 352 p. (ISBN 2-08-067113-8)
  • 2001 : Ton rêve est mon cauchemar : Les six mois qui ont tué la paix, Flammarion, 309 p. (ISBN 2-08-068183-4)
  • 2006 : Halte aux feux : Proche-Orient, antisémitisme, médias, islamophobie, communautarisme, banlieues, avec Pascal Boniface, Flammarion, 337 p. (ISBN 2-08-069009-4)
  • 2012 : Pour le meilleur et pour le pire, Cinq femmes entre amour et politique, avec Nicole Leibowitz, Flammarion
  • 2013 : Islam, l'épreuve française, Plon, 272 p. (ISBN 2-259-22046-0)

Références[modifier | modifier le code]