Élisabeth Lutz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lutz.

Élisabeth Lutz est une mathématicienne française, née le 14 mai 1914 à Thann (Haut-Rhin) et morte le 31 juillet 2008 à Grenoble (Isère).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a fait ses études secondaires à Colmar et ses études supérieures à Strasbourg. Elle a enseigné dans un collège à Poligny puis à Sarrebourg et Besançon.

Elle a soutenu sa thèse en 1951 sous la direction de Claude Chabauty et a été recrutée en 1953 à l'université[Où ?] comme maître de conférences, professeur sans chaire (1957), et professeur titulaire à titre personnel en 1960. E. Lutz a pris sa retraite en 1979 et s'est alors intéressée plus spécialement au patrimoine du Dauphiné.

Sa réputation internationale tient à son tout premier théorème (voir l'article théorème de Nagell-Lutz) obtenu dans son diplôme d'études supérieures soutenu en 1936 suivant un sujet donné par André Weil. Ce travail a été publié l'année suivante dans le journal de Crelle[1]. Le travail d'E. Lutz est évoqué par Weil dans un de ses articles[2],[3].

Sa thèse d'État[4], dirigée par C. Chabauty, concerne les approximations diophantiennes linéaires p-adiques : on se donne un système de p formes linéaires p-adiques avec n variables. Il s'agit de voir si des inégalités sur le maximum des valeurs absolues du système peuvent être vérifiées dans des boules définies à l'avance.

E. Lutz a été responsable de la licence de mathématiques[Où ?] de 1967 à sa retraite. À partir de 1960, E. Lutz a mis sur pied le système des échanges internationaux de la revue des Annales de l'Institut Fourier. Elle a rédigé un dizaine de séminaires en théorie des nombres et géométrie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Lutz, « Sur l’équation y2 = x2AxB dans les corps p-adiques », J. Reine Angew. Math., vol. 177,‎ 1937, p. 237–247
  2. André Weil, « Sur les fonctions elliptiques p-adiques », CRAS, vol. 203,‎ 1936, p. 22-24
  3. André Weil, "Œuvres scientifiques" Collected papers. Volume I, 1926-1951. Springer (1979) ISBN 978-0-387-90330-9, p. 143-145
  4. Élisabeth Lutz, Sur les approximations diophantiennes linéaires p-adiques, Hermann, coll. « Actualités scientifiques et industrielles » (no 1224),‎ 1955