Élisabeth Fanger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Élisabeth Fanger

Nom de naissance Élisabeth Faingersch
Activités écrivain
comédienne
blogueuse
Naissance 22 avril 1956
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture français
Genres roman, journal intime, psycho-pop

Élisabeth Fanger, née en 1956, est une écrivaine française. Elle est surtout connue pour son premier roman autobiographique, J’avais dix-huit ans, pour le film qui en a été tiré, À tout de suite, de même que pour sa participation à l'émission de télé-réalité française Secret Story.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élisabeth Fanger (née Faingersch) dite Lili, est une étudiante en art à Paris. Fille d’un riche industriel juif russe naturalisé français[1], elle s’ennuie dans son style de vie bourgeois. Pour se sortir de la morosité qui l'habite, elle sèche ses cours, passant ses journées à rêvasser de célébrité, de succès et de romantisme et elle enchaine les folles soirées dans les boites de nuit parisiennes. En décembre 1974, elle fait la rencontre Sid Mohamed Badaoui, dit Bada, dans un bar des Champs-Élysées à Paris, dont elle tombe follement et instantanément amoureuse. Si Bada se montre plutôt réticent durant leurs premières semaines de fréquentation, il finit par faire une place à Élisabeth dans sa vie et à accepter l'amour inconditionnel qu'elle lui porte. Il s'ensuit alors de nombreuses aventures dans le monde parisien de la nuit, où Élisabeth, maintenant pleinement au intégrée au groupe que l'on surnommera plus tard le gang des postiches, découvre un monde que son jeune âge et que son statut social ne lui avaient pas encore permis de connaître.

Deux mois plus tard, un soir de février 1975, ce dernier l’appelle de façon précipitée et lui explique qu’il est impliqué dans le cambriolage d’une banque de l’avenue de la République à Paris. Le braquage ne s’est pas passé comme prévu, et a eu comme conséquences une prise d’otage de dix heures ainsi que la mort du caissier de la banque et de l’un des trois braqueurs. Élisabeth recueille alors Bada pour la nuit, puis quitte le pays avec lui, ainsi qu'avec André Bellaïche (l’autre homme impliqué dans le vol, connu par la suite pour avoir fait partie du gang des postiches) et sa petite amie.

Grâce à l’argent du vol, les quatre fuyards se rendent en Espagne, puis au Maroc, dans le pays d'origine de Bada. Recherchés par Interpol et par toutes les autorités d'Europe, il leur est impossible de rester longtemps au même endroit et ils doivent constamment vivre avec la peur d'être retrouvés par les policiers. La fuite d'Élisabeth se termine à Athènes lorsqu'elle est détenue pour être interrogée par les autorités douanières grecques. Les autres prendront la fuite, laissant Élisabeth seule dans un pays qu'elle ne connait pas. Elle restera trois mois en Grèce sans argent, sans bagages, et sans amis, avant de retourner en France, se livrant aux autorités, épuisée par la solitude et par la rude vie que ces derniers mois lui avait imposée. Quant à Sid Mohamed Badaoui, il sera tué par la police en octobre 1980. Lors de son retour en France, Élisabeth Fanger est accusée d’avoir aidé des fugitifs et est défendue par Robert Badinter. Élisabeth Fanger est déclarée coupable et condamnée à la prison avant d’être amnistiée. Les années qui suivent sont pour Élisabeth des années de reconstruction et de réadaptation à la vie sociale et culturelle parisienne.

Ce n'est qu'en 2004 qu'elle sort de l'ombre, en publiant, aux éditions Ramsay, son autobiographie J’avais dix-huit ans dans laquelle elle raconte son aventure avec Sid Mohamed Badaoui. Ce premier livre est par ailleurs adapté la même année au cinéma par Benoît Jacquot sous le nom de À tout de suite. Élisabeth elle-même est coauteur du scénario et Isild Le Besco y tient son rôle. La sortie du livre et du film permettent à Élisabeth d'être invitée dans plusieurs émissions de télévision (C'est mon choix, 7 à 8, Mireille Dumas, Ardisson, Jean-Luc Delarue, 13e rue, actus France 2, actus Arte, Ce que femme veut, Europe 1, France Inter, RMC, etc.) et d'intervenir dans plusieurs journaux et magazines (Le Monde, France soir, Le Figaro, Libération, Femme actuelle, Biba, Cosmopolitain, etc.)

Élisabeth Fanger telle que présentée dans le générique de Secret Story.

En 2009, elle est approchée par les recherchistes d'Endemol pour participer à la troisième saison de l'’émission de télé réalité Secret Story. Élisabeth accepte la proposition afin de faire fleurir sa carrière d'auteur, mais aussi de performeure. Elle fait donc son entrée dans le jeu, où doit défendre le secret « J’ai été traquée par Interpol pendant deux ans ». Au bout de six semaines de jeu, Élisabeth demande aux autres participants de l'émission de voter en faveur de son élimination, désirant quitter le jeu. Ces derniers, la soumettent donc aux votes du public en nominant à ses côtés Angie, une candidate pivot de l'émission. Officiellement elle est donc éliminée par le public le vendredi 31 juillet, au terme de la septième semaine de jeu, face à Angie (elle perd avec 39 % des votes contre 61 %). Aucun habitant ne trouve son secret, qu'elle leur révèle elle-même au moment de cette élimination. À sa sortie, elle écrit un livre sur les dessous de l'aventure Secret Story avec la collaboration du paparazzi Jean-Claude Elfassi. La même année, Élisabeth publie également aux éditions Lulu le récit Des rêves et des rives, qui raconte l'exil d'une jeune femme après un passé douloureux de même que ses efforts pour se bâtir une nouvelle vie.

Depuis 2010, elle est en rédaction d'un quatrième livre, qui s'intitule Victor et Rebecca. Cette fiction racontera une passionnelle histoire d'amour. Par ailleurs, elle a à son actif de nombreux brevets déposés dont un jeu de société interactif basé sur le tarot de Marseille, des textes de chanson, de la poésie, etc. Passionnée par le monde du spectacle, Élisabeth est également régisseuse et directrice artistique pour des spectacles en tous genres, notamment pour le Club Med.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]