Élisa Napoléone Baciocchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élisa Napoléone Baciocchi et son chien[1], Lorenzo Bartolini, 1812.

Napoleone Elisa Baciocchi (Lucques, 3 juin 1806 - Colpo, 3 février 1869), dite « Madame Napoléone », fut nommée princesse de Piombino par Napoléon (son oncle) le 27 juin 1808.

Biographie[modifier | modifier le code]

Napoleone Elisa est née à Lucques, dans le nord de la Toscane (Italie) le 3 juin 1806, fille de Félix Baciocchi et d'Élisa Bonaparte, sœur de Napoléon Ier, princesse de Piombino et de Lucques, et grande-duchesse de Toscane.

Le 27 novembre 1824 elle épouse le comte Filippo Camerata-Passionei di Mazzoleni (1805-1882) à Florence, qui lui donne un fils, Charles Félix Jean-Baptiste Camerata-Passionei di Mazzoleni, né en 1826, mais le couple se sépare peu après.

En 1830, elle se rend à Vienne et cherche en vain à établir le contact avec son cousin le duc de Reischtadt (le fils de Napoléon Ier). C’est un échec car le jeune homme craint un piège et se méfie; cet épisode sera repris par Edmond Rostand, dans sa pièce L'Aiglon, qui lui donne un rôle qu’elle n’a en fait jamais joué.

Lors de l’accès au trône de son cousin germain Louis-Napoléon sous le nom de Napoléon III, elle vient s’établir en France ; elle achète d’abord le château de Viviers-les-Ruines, à Fontenay-Trésigny près de Paris.

Monogramme aux initiales de Napoléone Baciocchi sur la marquise de son hôtel de Châteaugiron.

Son fils unique entre au Conseil d'État, mais ruiné, il se suicide en 1853.

Déprimée, elle quitta la Cour et s’installe définitivement en Bretagne, créant une ferme moderne, encouragée en cela par son cousin Napoléon III.

« Le 18 août 1858, l’Empereur et l’Impératrice Eugénie viennent visiter les lieux et sont frappés par l’efficacité de leur cousine. Du coup Napoléon III s’engage à financer près de Vannes un bourg-modèle doté d’une mairie, d’une école et d’un hôpital. »

— Florence Vidal, Elisa Bonaparte, 2005, p. 251.

Elle encourage aussi l’élevage de poissons, d’huitres, développe l’artisanat…

Elle avait fait construire le château de Korn-er-Hoüet à Colpo, où elle est morte en 1869 à l’âge de 63 ans, des suites d’une chute de cheval. Le château est actuellement une maison de convalescence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans la sculpture de Bartoli, la coupe qu'elle porte contre son ventre signifie le nectar de l'Olympe. Elle est ornée d'une abeille, symbole napoléonien. Sa mère, la fit ainsi représenter pour affirmer ses prétentions dynastiques avant la naissance de l'Aiglon et son attachement à l'Emile de Rousseau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Etienne Picaut, Madame Napoléon, Princesse Baciocchi, tome 1 : Les tribulations de l'Aiglonne, tome 2 : La providence de la Bretagne, 2007.
  • Antonietta Angelica Zucconi, Napoleona : l'avventurosa storia di una nipote dell'Imperatore', Rome, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :