Éliane Reyes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Éliane Reyes, née à Verviers le 7 juin 1977[1], est une pianiste belge qui est connue à la fois en tant que soliste et chambriste.

Enfance[modifier | modifier le code]

Fille de mère belge et de père franco-mexicain, tous deux musiciens (elle, professeur de piano et créatrice du Centre musical Guillaume Lekeu et lui violoniste à l’Orchestre philharmonique de Liège, Éliane Reyes fait preuve d’une grande précocité : elle reçoit ses premiers cours de sa mère à l’âge de trois ans et donne son premier récital à l’âge de cinq ans[2]. Cette même année elle remporte le prix César Franck sous l'égide de Jörg Demus.

À l’âge de 9 ans, pour la première fois dans l'émission L'École des fans sur France 2, dont l'invité était Cyprien Katsaris, Jacques Martin lui réclame un bis ! Elle remporte un vif succès avec deux valses de Frédéric Chopin.

Quelques mois plus tard, elle devient également l’une des plus jeunes lauréates de la fondation du célèbre pianiste Gyorgy Cziffra à Senlis.

À 10 ans, elle représente la Belgique lors du tournoi Européen des jeunes musiciens à Amsterdam et se produit dans le concerto de Haydn en ré majeur avec l'orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam sous la baguette de Sergiu Comissiona.

À 11 ans, elle joue aux Palais des beaux-arts de Bruxelles avec l’Orchestre national de Belgique, dans le cadre des festivités pour les 50 ans des Jeunesses musicales, le double concerto de Mozart avec Jean-Claude Vanden Eynden sous la direction de Grant Llewellyn.

Toujours au cours de cette année, elle se produit en tant que soliste sous la direction de René Defossez et André Vandernoot et l'année suivante, on la retrouve dans le 2e concerto de Chopin avec l'Orchestre national de Belgique dirigé par Gilbert Varga.

À 13 ans, elle obtient son premier prix de piano au Conservatoire royal de Bruxelles. Peu après, Éliane Reyes fait preuve d'audace en se présentant spontanément au domicile de Martha Argerich à Bruxelles et en jouant pour elle. Depuis lors, elles se sont souvent vues et Éliane considère la grande pianiste argentine comme son modèle pianistique et spirituel.

Études[modifier | modifier le code]

Éliane Reyes fait ses premières années d’études en Belgique avec sa mère à Verviers. À l'âge de 11 ans elle réussit le concours d'entrée en solfège au Conservatoire de Bruxelles, où elle obtiendra également un premier prix de piano et de musique de chambre puis à la très prestigieuse Chapelle musicale Reine Elisabeth[3] (mention : « grande distinction et virtuosité »).

Elle parfait sa formation à l'Université des arts de Berlin puis au Mozarteum de Salzbourg dans la classe de Hans Leygraf, puis au Lemmens Institut, pour terminer, au Conservatoire national supérieur de musique de Paris (CNSMDP) dans les classes de Brigitte Engerer et de Jacques Rouvier ; elle est la première belge à être sélectionnée pour faire un troisième cycle dans cette discipline et cet établissement.

Parmi les professeurs qui ont eu le plus d’influence, on peut citer : Jean-Claude Vanden Eynden (son professeur titulaire au Conservatoire de Bruxelles), Alan Weiss et Jacques Rouvier (CNSMDP).

Éliane Reyes a également participé à des nombreuses master classes avec Paul Badura-Skoda, Menahem Pressler, Murray Perahia, Abdel Rahman El Bacha, Gyorgy Sebok, Brigitte Engerer et Vitali Margulis.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

1988-2000 : Éliane Reyes se produit en tant que soliste au cours du Festival international de musique Tibor Varga, donne une série de concerts à Bonn, Berlin, Stuttgart et à Hambourg (son interprétation du concerto de Schumann à Bonn, sous la direction de Heribert Beissel (en) est particulièrement remarquée).

Concert en soliste avec le New England Chamber Orchestra (1993 : à Boston, États-Unis).

Au cours de cette même période elle donne d’autres concerts un peu partout en Europe, en Russie, en Extrême-Orient et en Afrique.

2001-2009 : en 2001 Vladimir Ashkenazy la choisit pour un récital à Berlin. Cette même année elle donne également un récital en Suisse, dans le cadre du Festival de Saint-Moritz intitulé "Ashkenazy's Choice".

En 2012, Martha Argerich l'invite pour un recital dans son festival "Projetto Martha Argerich" à Lugano.

Éliane Reyes joue ensuite dans des grandes salles européennes telles que le Konzerthaus de Berlin, le Musikverein de Vienne, le Palais des beaux-arts de Bruxelles, la Cité de la musique de Paris, le Concertgebouw d’Amsterdam et le Rudolfinum de Prague.

Elle participe également à nombreux festivals en Allemagne, en Belgique, en France, en Estonie, et en Suisse, sous la direction de chefs tels que Roudolf Barchaï, Sergiu Comissiona, Tibor Varga, son fils Gilbert Varga, Lionel Bringuier, René Defossez, Grant LLewellyn, Heribert Beissel, et André Vandernoot.

Au cours de la saison 2010/2011, Éliane Reyes consacre la plupart de son temps à une grande tournée dans plusieurs capitales européennes, intitulée, Rising Stars en partenariat avec le violoniste Lorenzo Gatto[4].

En 2011, elle se produit avec le Quatuor Parkanyi au Festival de Val-Dieu dans un programme Schumann et Brahms, et crée « Esquisse d’automne » de Nicolas Bacri en hommage à Henri Dutilleux et en présence du compositeur pour les vingt ans du Festival d’Auvers-sur-Oise.

Éliane Reyes est accompagnatrice officielle du Concours musical international Reine-Élisabeth-de-Belgique pour la session violon (depuis 2005).

Elle est également professeur de piano au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles et professeur de piano-complémentaire au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et joue régulièrement avec des ensembles de musique de chambre.

Éliane Reyes s'est produite avec des partenaires prestigieux tel que Misha Maisky, Ivry Gitlis, Augustin Dumay, José van Dam, Marc Coppey, Philippe Bernold, Henri Demarquette, Philippe Graffin, Bruno Pasquier, Pierre Lenert, Ronald van Spaendonck, Fanny Clamagirand et François-Joël Thiollier.

Elle fait partie de nombreux jurys de concours internationaux, tel que le concours d'Epinal (France), le concours André Dumortier (Belgique), le concours-festival Lyatoshynsky (Paris) et le concours Alain Marinaro (Collioure) entre autres.

Style et répertoire[modifier | modifier le code]

Éliane Reyes a une prédilection pour la musique française et la musique romantique allemande et défend de nombreux compositeurs contemporains. Elle est dédicataire de plusieurs œuvres, notamment de Nicolas Bacri, Benoît Mernier, Michel Lysight, Jacques Leduc et Guy-Philippe Luypaerts et a fait la création de "L'Ibis Rouge" d'Edith Canat de Chizy ainsi que du "Tigre de l'Amour" de Johannes Schöllhorn.

Critiques[modifier | modifier le code]

Elle est très appréciée d’un nombre considérable de personnalités de premier plan du monde musical dont Vladimir Ashkenazy qui, en parlant d’elle, déclare : « Cela fait plusieurs années que personne ne m’a autant impressionné que cette jeune pianiste » ; de même que Martha Argerich : « Un merveilleux talent pour la musique » et Tibor Varga qui, après l’avoir dirigée à l’âge de 10 ans dans un concerto de Joseph Haydn, loue son interprétation : « …touchant, prenant, inoubliable ».

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Médaillée du Concours Maria Canals en musique de chambre avec Marie Hallynck.
  • 1996 : Premier Prix à l'unanimité et prix spécial de la meilleure interprétation artistique au Concours International d'Ettlingen (1996).
  • 1997 : Diplômée du Concours Clara Schumann à Düsseldorf.
  • 2002 : Lauréate de la Fondation Georg Solti.
  • 2003 : Lauréate de la Fondation belge de la vocation.
  • 2004 : Finaliste du Concours international de Montréal (Canada).
  • 2005 : Lauréate de la Fondation Bluthner.
  • 2005 : Remporte le concours international Julio Cervantes à Cuba (la Havane).
  • 2010 : Éliane Reyes se voit décerner une Octave de la musique, distinction accordée par un jury d’une centaine de personnalités de la presse, des médias, et du monde de la musique belge pour l’ensemble de sa carrière.
  • 2011 : La prestigieuse revue en ligne, ResMusica décerne un Clef ResMusica à Éliane Reyes pour son CD des 24 Intermezzi d'Alexandre Tansman.
  • 2012 : Nommée au ICMA (International Classic Music Awards) dans la catégorie "solo instrument" pour son disque consacré à Alexandre Tansman.

Discographie[modifier | modifier le code]

Sa discographie comporte des œuvres de compositeurs tels que Alexandre Tansman, Darius Milhaud, Claude Debussy, Nicolas Bacri, Michel Lysight et Jean-Marie Simonis pour les firmes Naxos, Fuga Libera, Pavane, Dux et Kalidisc, enregistrements tant en récital qu’en musique de chambre. Ses enregistrements ont obtenu des récompenses diverses : 4 étoiles dans « Classica 5 Diapasons » (deux fois) dans la revue Diapason ainsi qu’un Award Recomendado dans le magazine musical espagnol CD Compact, le "Maestro" de la revue "Pianiste", "Supersonic" de "Pizzicato, 9/9 dans "Classics Today"; le "Joker" de "Crescendo; ainsi que d'autres belles récompenses dans ritmo, fanfare et grammophon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]